Attentats à Paris : qu’est-ce que l’état d’urgence ?

À quoi vous attendre dans les prochains jours avec l’état d’urgence suite aux attaques terroristes à Paris ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
emergency light Steve Rhode(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Attentats à Paris : qu’est-ce que l’état d’urgence ?

Publié le 14 novembre 2015
- A +

Par Phoebe Ann Moses

emergency light Steve Rhode(CC BY-NC-ND 2.0)
emergency light Steve Rhode(CC BY-NC-ND 2.0)

 

L’état d’urgence a été décrété dans la nuit suite aux attaques terroristes qui ont frappé Paris dans la soirée du 13 novembre. Cette mesure est « une mesure prise par le gouvernement, par décret en conseil des ministres, en cas de danger imminent. Certaines libertés fondamentales peuvent être restreintes, comme celle de circulation ou la liberté de la presse » (source Wikipedia).

L’état d’urgence est mis en œuvre par le ministre de l’Intérieur et les préfets. Il permet d’interdire la circulation, autorise les perquisitions à domicile de jour comme de nuit sans le contrôle d’un juge. La presse peut être mise sous contrôle ainsi que les radios. Les salles de spectacles, les bars et restaurants peuvent être fermés, et de manière plus générale, tout lieu permettant les réunions.

Cela se traduit par des couvre-feu, des assignations à résidence. Les préfets peuvent ordonner la remise des armes des particuliers.

Effets concrets dès aujourd’hui : les manifestations sur la voie publique ont été interdites jusqu’au 19 novembre, l’ensemble des établissements scolaires et universitaires sont fermés aujourd’hui en Île-de-France et tous les voyages scolaires sur l’ensemble du territoire national sont annulés.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Et le reste pourrai arriver: Article 16 de la constitution:
    Article 16
     »
    Lorsque les institutions de la République, l’indépendance de la Nation, l’intégrité de son territoire ou l’exécution de ses engagements internationaux sont menacées d’une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances, après consultation officielle du Premier ministre, des Présidents des assemblées ainsi que du Conseil constitutionnel.

    Il en informe la Nation par un message.

    Ces mesures doivent être inspirées par la volonté d’assurer aux pouvoirs publics constitutionnels, dans les moindres délais, les moyens d’accomplir leur mission. Le Conseil constitutionnel est consulté à leur sujet.

    Le Parlement se réunit de plein droit.

    L’Assemblée nationale ne peut être dissoute pendant l’exercice des pouvoirs exceptionnels.

    Après trente jours d’exercice des pouvoirs exceptionnels, le Conseil constitutionnel peut être saisi par le Président de l’Assemblée nationale, le Président du Sénat, soixante députés ou soixante sénateurs, aux fins d’examiner si les conditions énoncées au premier alinéa demeurent réunies. Il se prononce dans les délais les plus brefs par un avis public. Il procède de plein droit à cet examen et se prononce dans les mêmes conditions au terme de soixante jours d’exercice des pouvoirs exceptionnels et à tout moment au-delà de cette durée. »

    • Le président était dans le stade, il réunit la haute assemblée, des élections sont à venir….

    • L’article 16 de la constitution parle de « Nation » or ce mot n’a plus aucun sens. La Nation n’est plus la « partie d’un peuple » mais une sorte de foire à la haine multi-tout.

  • remise des armes des particuliers …..lesquelles ? celles de ceux qui nous canardent ? celles des chasseurs de gibiers ?……….celles des commerçants qui défendent leur vies ? …..

    • @marie , rassurez vous , ce sont les nôtres que l’on va confisquer … ils ne manquerait plus que l’on blesse un terroriste …

  • J’entends déjà les discours édifiants sur l’urgence d’établir un pouvoir fort pour préserver notre sécurité et notre intégrité nationale…

  • L’état d’urgence après l’urgence…
    On ne peut pas, à la fois accueillir des immigrants illégaux tout en bombardant leur pays et ensuite se plaindre du résultat.
    Hollande est le responsable de ce qui est arrivé et ses gesticulations ni pourront rien changer.

  • Autant j’apprécie certains de vos articles, mais là pour le coup, j’ai arrêté de lire à « Source: Wikipedia »

  • Comme après avoir pondu la loi renseignement en réaction à l’attentat de Charlie Hebdo, cet état d’urgence est une nouvelle atteinte à nos libertés et nous porte un coup tout autant que la carnage perpétué par les terroristes. Il faut savoir reconnaitre nos défaites : celles de nos gouvernants et de ses « opposants » politiques, de nos députés… qui perpétue leur pouvoir mais pas notre sécurité; mais c’est aussi notre défaite de les laisser choisir la valeur de notre sécurité.

  • on peut résumer l’état d’urgence en disant que cela transfère les pouvoirs judiciaires à l’autorité administrative.

    le stade suivant, c’est l’état de siège : les pouvoirs administratifs et judiciaires sont transférés à l’autorité militaire. Mais vu ce qu’il en reste…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Klaus Kinzler est cet enseignant de civilisation allemande à Sciences Po Grenoble qui, rappelez-vous, a été victime il y a un peu plus d’un an d’un véritable déferlement de haine de la part d’une minorité d’extrémistes adeptes des thèses racialistes et de la cancel culture. Jusqu’à être mis à pied par la direction, étant accusé d’avoir tenu des « propos diffamatoires ». Et avoir subi des menaces de mort.

Loin de se laisser faire, ce professeur a choisi d’exprimer sa révolte et son indignation, à travers un livre dans lequel il livre sa... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Ça y est, ça le reprend ! Comme lors de son hommage à Samuel Paty, cet enseignant décapité pour avoir utilisé des caricatures du prophète Mahomet lors d'un cours sur la liberté d’expression, Emmanuel Macron nous refait le coup du grand Président de la République totalement commis à la promotion de l'esprit des Lumières et à la défense de la liberté qu'il place volontiers "au-dessus de tout" dans ses discours :

"C'est notre choix, depuis plusieurs siècles, de mettre la dignité humaine, la paix, le respect d... Poursuivre la lecture

Par h16.

Il y a un an, Samuel Paty était décapité par un terroriste islamiste déclenchant une sorte de consternation de la classe politique et médiatique, la colère du peuple français et la résignation du corps enseignant qui, de PasDeVague en PasDeVague, sentait bien que cela devait arriver un jour ou l'autre.

De façon traditionnelle, des hommages furent donc rendus ce vendredi 15 octobre dans les établissement scolaires de la République. Heureuse surprise (c'est en tout cas ainsi qu'elle est présentée par le ministère de l'Édu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles