Un périple autour du monde : in Kommunism they trust

Lénine en 1914 (Image libre de droits, auteur inconnu)

Existe-t-il encore beaucoup de nostalgiques du communisme dans l’ancien bloc soviétique d’Asie centrale ?

Parce qu’un con qui marche va toujours plus loin qu’un intellectuel assis, deux frères sont partis sur les routes depuis de longs mois, traversent les frontières, les villes et les campagnes à l’occasion d’un tour du monde à durée indéterminée, sans casques ni golden-parachutes. Au fil de leur voyage, ils livrent leurs impressions sur des expériences qui les ont marqués.

Aujourd’hui, existe-t-il encore beaucoup de nostalgiques du communisme dans l’ancien bloc soviétique d’Asie centrale ?

Par Grégory.

À peine entré dans l’ancien bloc soviétique d’Asie centrale, une question me revient à l’esprit : vais-je trouver là aussi des nostalgiques de l’ère communiste comme il y a 4 ans en Russie et Yougoslavie ? Depuis 2011 que nous sillonnons les routes, il est un point que j’ai mis du temps à comprendre, surtout pour l’indépendant convaincu que je suis : comment quelqu’un qui a vécu dans le communisme peut-il être nostalgique de cette période ? Il doit bien y avoir quelques indécrottables mais quand même… Car, au long de nos pérégrinations, nous rencontrâmes avec surprise plus de groupies collectivistes que l’on aurait pu l’imaginer.


Ce n’était jamais dit sans modestie, et on évoquait toujours la chose en tapotant sur une tablette tactile américaine ou sud-coréenne, mais le temps des regrets et des mouchoirs était de sortie pour un moment en divaguant avec mélancolie sur la vie en rose rouge du bon vieux temps.

Les arguments économiques ne m’ont jamais convaincu, tout le monde sait à quoi ressemblait l’URSS à la chute du mur, les différences entre RFA et RDA sont toujours perceptibles bientôt 30 ans après la réunification et je n’ai pas besoin de traiter de la Corée… Et puis j’ai commencé à m’intéresser à la Russie. Quelque chose me passionnait dans ce pays : ce masque froid qui se transforme aussitôt en empathie généreuse dès qu’on a échangé deux mots, la capacité historique du peuple russe à endurer les pires conditions, sa résignation à voter par tradition pour le parti au pouvoir 20 ans après la chute de l’Union, sa fierté slave, sans oublier sa capacité à tenir le litre ce qui n’est pas sans m’émouvoir, et les RussEs…

C’est donc en lisant beaucoup sur ce pays en particulier que le premier élément m’est apparu. Autrefois, les Russes mangeaient peut être leur pain noir mais étaient d’abord fiers d’être Russes. Ils rivalisaient avec les USA, envoyaient des hommes dans l’espace, ils se sentaient forts, protégés, l’avenir du kolkhoze était radieux depuis la Pravda, un peu moins sur place. Sur ce point, je trouve d’ailleurs que Poutine a agi de façon très intelligente en réintroduisant les vieux symboles soviétiques et en réussissant à recouvrer la fierté du peuple Russe après la déconfiture morale des années 1990. Car ce qui de mon point de vue fut une libération a d’abord été vécu par beaucoup comme un cataclysme dont on ne savait trop par quel bout le prendre. La transition nécessaire entre deux économies antagonistes fut logiquement très, trop mouvementée pour un monde habitué au formol de l’État-tout-puissant.

La fier héros d'acier soviétique

Les Russes, comme les Français d’ailleurs, ont toujours aimé avoir un bon gros héros tout en haut de la hiérarchie, et on ne balaie pas 500 ans d’État autoritaire en deux coups de cuillère à pot : Ivan le Terrible, Pierre le Grand, tous les tsars Alexandre et Nicholaï, Lénine, Staline, et finalement Poutine, on y distingue comme une continuité dans l’histoire non ? Quand sa mère lui avait demandé quel métier il exerçait, Staline avait d’ailleurs répondu « Tu vois le tsar ? Eh bien je suis une sorte de tsar ». Gustave Le Bon a très bien expliqué le phénomène dans son analyse de la révolution française : les révolutions ne changent à peu près rien si ce n’est le nombre de décapités. Qui a-t-on eu après la mort de Louis XVI ? En gros, un empereur, un roi frère de Louis XVI, un second roi frère de Louis XVI, un neveu de l’empereur et il s’en est fallu de peu pour qu’on se colle le quinté gagnant avec Henri V, juste après la défaite de 1870. Aujourd’hui encore, nous sommes le seul État de l’Union Européenne à avoir un président à moitié roi qui peut se vanter d’intervenir dans plus de domaines que le Roi Soleil lui-même. Vu sous cet angle, on pardonnera aux Russes de se raccrocher à ce qu’ils connaissent le mieux. Comme disait Le Luron imitant Marchais : « La France et l’URSS ? États sœurs ! »

Le premier mélancolique rencontré sur notre chemin fut un Slovène qui nous avait pris en stop. Il nous prit par surprise en nous contant le panégyrique de Tito et en chantant le bon vieux temps yougo. La nostalgie camarade. Oui, nous étions plus pauvres mais la vie était plus facile, plus simple. Tout le monde avait assez à manger, un toit pourrave mais un toit quand même, un emploi. Personne ne s’interrogeait sur quoi l’avenir sera fait puisque l’avenir est déjà tracé, décidé et mis sous pli dans les hautes sphères. Le type qui nous explique ça est aujourd’hui propriétaire d’un magasin près d’une grotte célèbre. Il importe des pierres d’Asie qu’il revend comme provenant de la grotte. Un capitaliste qui a gardé les méthodes de certification soviétiques. Nostalgique mais pas con.

Évidemment, ceux qui évoquent ça n’ont pas connu l’Ukraine des années 1930 ni le grand bond en avant chinois, mais on comprend le ressort mental qui est en jeu. On retrouve ce trait en lisant la biographie de Limonov, par Emmanuel Carrère : nostalgie d’une vie simple, sans trop de soucis, perte de fierté après l’explosion de l’URSS. Un fameux dicton russe dit « nous faisions semblant de travailler et eux faisaient semblant de nous payer ». Une espèce de grand jeu stupide auquel tout le monde participait par habitude. Un Polonais rencontré en Iran se souvenait aussi des files d’attente pour obtenir à manger et me confirmait que certains regrettaient étrangement cette époque. Lui passera son tour et vit très heureux entouré de richesses « superflues ». Car il n’y a évidemment pas que des nostalgiques, comme ce Roumain qui entre deux diatribes contre les gitans, nous expliquait tout le bien qu’il pensait de cette période. Je ne détaillerai pas les arguments que chacun connait mais les communistes étaient responsables jusqu’aux chiens errants, causés par la relocalisation des populations. Le constat était sans appel.

cccprouille

Un des nombreux ponts à l'abandon du communisme ukrainien

Cependant, le tableau des nostalgiques n’était pas complet, je trouvais que ça ne suffisait pas à expliquer le phénomène. Je ne prétends pas apporter une réponse exhaustive et définitive mais le dernier point à venir en explique je crois une grande partie. C’est dans un bouquin de Malcolm Gladwell, David & Goliath, que j’ai découvert la « relative deprivation », un terme anglais créé pendant la seconde guerre mondiale par Stouffer, un sociologue. Il découvrit en étudiant un demi-million de soldats que les hommes de la « police militaire » se considéraient plus heureux que les hommes du corps aérien bien que ces derniers avaient deux fois plus de chances de monter en grade. L’explication est que les policiers militaires se comparent seulement aux autres policiers et que les pilotes en font de même au sein de leur corporation. Ainsi, les premiers sont moins souvent déçus que les seconds par rapport à leurs pairs et s’en trouvent plus heureux. Le phénomène est aussi appliqué aux étudiants des grandes écoles (en très bref, pour réussir, il vaut mieux être le meilleur étudiant dans une école moins réputée que dans le dernier quartile d’Harvard) et est relié à une autre étude de Carol Graham citée dans le même livre, Happiness around the world : the paradox of happy peasants and miserable millionaires d’où il ressort que les pauvres du Honduras, bien que plus pauvres, sont plus heureux que les pauvres Chiliens car leur écart par rapport aux riches honduriens est moindre que l’écart au Chili. Vous voyez donc le phénomène que cela implique dans un pays communiste où par définition tout le monde est pauvre personne n’est riche : les gens y sont plus heureux car égaux dans la misère.

affichetravailleursrusses

Nous avons donc un triptyque fierté, vie facile et relative deprivation pour expliquer pourquoi certains regrettent une époque que l’on juge comme noire.

On pourrait à partir de là dériver sur la notion de bonheur et même, soyons fous, faire de la publicité pour les sociétés égalitaires. Seulement il existe aussi une partie de la population qui se sent mieux dans une société non collectiviste, sans parler du prix humain à payer pour en arriver à former des gens plus « heureux ». Donc je préfère encore avoir quelques suicides par an dans une société libre.

Enfin, c’est con à dire, mais leur nostalgie me touche.

Sur le web