Les consommateurs sont irrationnels, les électeurs encore plus

Si l’économie de marché récompense la rationalité et punit l’irrationalité, la démocratie fait le contraire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vote élection (présidentielle 2007 en France) (Crédits : Rama, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les consommateurs sont irrationnels, les électeurs encore plus

Publié le 11 novembre 2015
- A +

Par Emmanuel Bourgerie.

Vote élection (présidentielle 2007 en France) (Crédits : Rama, licence Creative Commons)
Vote élection (présidentielle 2007 en France) (Crédits : Rama, licence Creative Commons)

L’économie est une science sociale pour une très bonne raison. Il serait difficile d’analyser des échanges monétaires entre individus de façon sérieuse sans une solide compréhension de la psychologie. C’est pour cela qu’une nouvelle branche de l’économie a émergé et attire de plus en plus d’attention : l’économie comportementale. En d’autres termes, utiliser ce que l’on sait de la psychologie pour déterminer comment les consommateurs dévient du « modèle » de rationalité. Avant eux, le keynésianisme avait été créé pour analyser l’impact global (macro-économie) des interactions individuelles (micro-économie), et pour montrer que des actions individuellement rationnelles pouvaient avoir un impact négatif sur l’économie au sens large du terme.

Petite parenthèse, ces deux domaines sont systématiquement dénigrés par les libéraux parce qu’ils contredisent en apparence leurs idées préconçues sur l’économie ; ce qui est bien dommage pour un courant de pensée qui se veut non-idéologique et ayant une approche scientifique de la politique. Le keynésianisme est un domaine très large, avec des aspects discutables, comme tous les autres domaines de l’analyse économique. Balayer d’un revers de la main un pan entier de la science économique parce que les conclusions ne vous plaisent pas n’est pas ce que j’appelle une approche critique.

Analyser et comprendre en quoi l’équilibre de marché et la rationalité des consommateurs sont des concepts bien plus difficiles à atteindre qu’on ne le pensait n’est pas une preuve de faiblesse, ou une remise en cause de l’économie de marché toute entière. Est-ce que l’asymétrie d’informations est l’argument ultime pour casser le concept d’économie de marché ? Non. Hayek parlait du problème de la connaissance avant la fondation de l’école keynésienne. Que les consommateurs n’aient accès qu’à une quantité limitée d’information et obéissent à leurs instincts ne sont pas vraiment des idées neuves. L’argument central des critiques du socialisme par Mises et Hayek est justement de pointer du doigt que les dirigeants ne sont pas des dieux omniscients bénévoles, mais des individus comme les autres, victimes des mêmes imperfections.

La première erreur communément commise est de croire que l’économie de marché requiert une parfaite rationalité de la part des acteurs. Ce serait appréciable, c’est certain, mais ce serait déformer mes propos. Partir du principe que les consommateurs tendent à être rationnels est différent que d’affirmer que nous sommes tous des robots reliés à la Matrice et que nous ne commettons jamais la moindre erreur. L’idée est justement que l’économie de marché « punit » l’irrationalité. Si j’achète un yaourt trois fois le prix que je devrais normalement payer, je perds la différence que je ne pourrais pas utiliser pour autre chose. Prenez un autre exemple trivial : si vous passez une nuit bien arrosée, et vous réveillez le lendemain le portefeuille vide parce que vous êtes allé dans des bars particulièrement huppés, vous allez certainement vous dire « la prochaine fois, je rentre plus tôt », ou « je n’irai pas dans ce bar ». Le postulat de base de l’économie de marché est que les désirs sont illimités mais que les ressources sont limitées, et que (je simplifie à l’extrême) les droits de propriété permettent de gérer cette rareté des ressources. Bien entendu qu’il y aura des consommateurs pour agir de façon irrationnelle, mais ils en seront les premières victimes, et y réfléchiront à deux fois avant de commettre la même erreur. À moins que nous soyons si irrationnels que nous achetons des voitures et contractons des prêts immobiliers sur un coup de tête sans jamais nous poser de questions, mais ce serait une affirmation pour le moins extraordinaire.

La seconde erreur est de créer cette fausse dichotomie entre consommateurs et électeurs. Si l’économie de marché échoue parce que les consommateurs sont irrationnels, il n’y a aucune raison de croire que lorsqu’ils pénètrent dans l’isoloir ils vont soudainement changer du tout au tout et devenir parfaitement rationnels. De même pour les dirigeants, qui ne sont pas des surhommes aux dernières nouvelles. Il existe de nombreux problèmes dans l’économie de marché, c’est certain, mais cela n’est pas une carte blanche pour un socialisme débridé (c’est à peine une exagération de ma part). Les électeurs sont, eux aussi, ignorants, influencés par leurs peurs, attirés par tout ce qui est « gratuit », et jugent à l’apparence plus qu’au contenu. Mais il existe un problème fondamental avec le processus démocratique : l’action individuelle a un impact virtuellement nul sur le résultat d’une élection. Si cela parait anecdotique, en réalité cela signifie qu’un électeur qui vote pour le bon candidat n’en percevra pas les bénéfices directs, et n’en paiera pas les conséquences s’il se trompe. Si l’économie de marché récompense la rationalité et punit l’irrationalité, la démocratie fait l’inverse : elle élit les candidats qui caressent les électeurs dans le sens du poil et embrassent leurs idées fausses.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Allons. Appliquez aux électeurs le raisonnement que vous prêtez aux piliers de bars. Ce gouvernement qui promettait de baisser les impôts les a augmenté comme jamais. Je ne voterai donc plus pour lui, devrait être la suite cohérente de ce constat fait. Dans la réalité de la Grance des trente dernières années, l’ histoire ne manque pas de surprendre qu’il y ait autant d’adorateurs du Père Noël..

    • je dirai le contraire : il est plutôt étonnant qu’il y ait si peu d’adorateur du Père Noël. En toute rationalité, l’électeur devrait demander bien plus de dépenses payés par les autres, sans se faire chier à produire puisqu’il lui reste à tout casser 1/4 de son produit.
      Ce qui me rappelle une vieille blague :
      En France il y a quatre partis, de gauche à droite :
      Le parti des pauvres pour l’exploitation des riches
      Le parti des riches pour l’exploitation des riches
      Le parti des pauvres pour l’exploitation des pauvres
      Le parti des riches pour l’exploitation des pauvres

      Aujourd’hui c’est plus simple, on a plus que deux partis
      Le parti des riches pour l’exploitation des autres
      Le parti des pauvres pour l’exploitation des étrangers

  • « La première leçon de l’économie est celle de la rareté : qu’on n’a jamais assez de tout pour satisfaire entièrement les besoins de chacun. Et en politique, la première leçon est de ne pas tenir compte de la première leçon de l’économie »

    Thomas Sowell

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Frickert. 

Ce matin, comme chaque jour, j’ai pris le train pour aller travailler. En marchant jusqu’à la gare, j’ai pu voir un graffiti sur un mur : « Travaille, emprunte, consomme, crève », était-il écrit.

Un tag anodin, d’autant que je ne saurais dire depuis combien de temps il était sur ce mur. Loin de toutes les questions de respect du droit de propriété d’autrui, la première réflexion qui m’est venue portait sur l’incroyable contrainte que l’auteur a voulu révéler quant au système capitaliste. « Consomme ».

... Poursuivre la lecture

L’abstention est un phénomène complexe qui touche toutes les démocraties des pays développés et la démocratie française en particulier. Elle est devenue l’un des symboles de la crise que les démocraties traversent au XXIe siècle.

La sociologie électorale privilégie l’approche inductive et fait régulièrement le point sur l’évolution du profil des abstentionnistes. L’économie politique préfère l’approche déductive et l’hypothèse de rationalité.

Elle pose une question simple : est-il rationnel de voter ?

Cet article souhaite... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles