Doing Business 2016 : la France est à la 27e place !

Pourquoi faire des affaires est-il si difficile en France ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Coq (Crédits : Olibac, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Doing Business 2016 : la France est à la 27e place !

Publié le 6 novembre 2015
- A +

Par Marc Lassort.
Un article de l’IREF-Europe

Coq (Crédits : Olibac, licence CC-BY 2.0)
Coq (Crédits : Olibac, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Le 27 octobre, la Banque mondiale a publié Doing Business 2016, une publication annuelle qui mesure l’environnement réglementaire des entreprises et donc la facilité à faire des affaires, dans 189 pays à travers le monde. Les résultats sont encore une fois décevants pour la France.

Malgré son statut de grande puissance économique, le pays n’arrive qu’à la 27ème place, soit la même place que l’année dernière1. Singapour arrive encore une fois à la première place, suivie de près par la Nouvelle-Zélande (2e), le Danemark (3e), le Royaume-Uni (6e), les États-Unis (7e) ou l’Allemagne (15e). L’environnement réglementaire et fiscal des affaires constitue donc toujours un frein à la création, au développement et à la cession des entreprises, et la France n’a toujours pas su faire les réformes nécessaires pour revaloriser l’attractivité économique du territoire pour les entreprises étrangères.

Comme on peut l’observer à l’aide du graphique suivant, la France est particulièrement bien mal classée, comparativement aux autres économies mondiales, dans le domaine de la fiscalité des entreprises (87e), de l’administration et du transferts des droits de propriété (85e) et de l’obtention de crédits bancaires (79e). Le rapport de la Banque mondiale reconnaît toutefois que la France a amélioré la situation fiscale des entreprises françaises en introduisant le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), qui permet de réduire les charges sociales sur la rémunération brute versée aux salariés (cela lui a fait gagner 18 places), même si l’IREF a déjà montré l’impact limité que devraient avoir les allègements de charge décidés par le Gouvernement.

Des progrès substantiels peuvent également être faits en matière d’obtention des permis de construire (40e) ou de la facilité à créer une nouvelle entreprise (32e). La France reste toutefois attractive pour la qualité et l’efficacité de l’exécution des contrats (14e) et en particulier pour la simplicité des procédures douanières : elle arrive première dans le domaine du commerce transfrontalier. Cela signifie que les entreprises peuvent exporter ou importer facilement en France, puisque les coûts et les délais douaniers sont réduits au minimum.

Réglementation des affaires en France par rapport aux autres pays

JPEG - 87.7 ko

La France se trouve également à 75,96% de distance de la « frontière » (DDF), un indicateur qui permet de mesurer l’écart entre l’indicateur relevé pour un pays et la meilleure performance possible. Par exemple, les entrepreneurs français doivent suivre 5 procédures pour la création d’une entreprise, tandis que les entrepreneurs de Nouvelle-Zélande ne doivent en réaliser qu’une seule – le plus petit indicateur possible définit la frontière théorique atteignable.

doing business rené le honzecComme on peut l’observer sur le graphique ci-après, la France réalise un score tout à fait remarquable dans le commerce transfrontalier, puisqu’elle réalise un score de 100%, c’est-à-dire qu’il lui est impossible de réduire les coûts et les délais pour les procédures transfrontalières. Elle souffre par contre de très mauvais indicateurs en matière de d’obtention de prêts (50%), de transfert de propriété (65%), de protection des investisseurs minoritaires (65%), de règlement des impôts et des taxes (74%), d’octroi du permis de construire (75%) et de règlement de l’insolvabilité (76%). Il est beaucoup plus facile pour un entrepreneur d’obtenir des crédits au Royaume-Uni, en Allemagne, en Suisse et même en Espagne, notamment parce que les droits légaux sont mieux appliqués, l’information y est mieux partagée, et les entreprises et les individus sont mieux couverts. Il y a deux fois plus de procédures pour la cession d’une société en France par rapport à l’Italie ou la Suisse. Le taux d’impôt sur les bénéfices, même s’il a été abaissé de 6 points par rapport à l’année dernière, est toujours de 62,7% en France contre 48,8% en Allemagne, 32% au Royaume-Uni et même 28,8% en Suisse.

La France dispose donc encore d’importantes marges de manœuvre si elle souhaite revaloriser son image auprès des investisseurs internationaux, en mettant en place un cortège de réformes structurelles pour faciliter l’installation d’un entrepreneur, l’obtention de prêts, la cession d’entreprises, la protection des investisseurs et l’environnement fiscal. L’entrepreneur a besoin de souplesse et de simplicité lors de la création d’une nouvelle société ; il en a besoin pour faire croître son activité, pour céder la société lorsqu’il doit passer la main ou pour construire les locaux nécessaires à son activité ; et il a besoin d’être protégé par le droit en cas de difficultés, ou lors de la signature de contrats avec les fournisseurs, les clients ou d’autres sociétés. En d’autres termes, l’État doit faire en sorte de faciliter la vie aux entreprises en limitant au minimum les coûts, les délais, les réglementations et les obstacles à la pérennité de leur activité.

Classement de la France en distance de la frontière (%)

JPEG - 113 ko

 

Sur le web

  1. L’année dernière, la France était classée à la 31e place, mais une révision de la méthodologie et des données a été faite par la Banque mondiale, et la France se retrouve dorénavant à la 27e place en 2015 comme en 2016.
Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Très intéressant, et plutôt objectif.
    Le pays pourrait facilement revenir dans le top 20 s’il le désirait.

    • Mais il ne le désire surtout pas… enfin, pas les politiciens et fonctionnaires affiliés qui adoooooorent ce maquis de lois, règlement, taxes, qui permettent paisiblement le bon vieux arbitraire des familles !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Timothy G. Nash, Lisa McClain, Thomas Savidge, Ashley Wright.

Pratiquement tous les objets que nous utilisons quotidiennement (voiture, téléphone portable,  nourriture, vêtements, brosse à dents, etc.) ont été produits par des personnes qui recherchent le profit.

Nos emplois et nos salaires sont également basés sur la recherche du profit. Même les États et les organisations à but non lucratif sont rendus possibles par les profits des entreprises privées et les salaires de leurs employés.

Qu'est-ce que le profit ?

Dans... Poursuivre la lecture

Peut-on encore faire dérailler le train qui nous conduit sur la route de la servitude ? À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, même les plus optimistes des intellectuels libéraux doutent. Tout paraît joué d’avance, et le candidat qui remportera la mise prévoit d’appliquer un programme qui de toute façon sera aux antipodes de l’esprit du libéralisme.

Cette année, l’offre politique est globalement assez pauvre et aucun programme ne propose de réforme suffisamment courageuse et originale pour créer l’adhésion plein... Poursuivre la lecture

Quand vient le temps de trouver de nouvelles sources de revenus, les politiciens ne manquent jamais d’idées. Après tout, il est plus populaire de demander aux « riches » de payer leur « juste » part – jamais définie objectivement – que de couper dans les dépenses excessives, comme celles de la Défense. Ou de comprendre l’importance capitale des incitations dans les actions des agents économiques.

Il semble que, malgré son âge avancé, Elizabeth Warren ne comprendra jamais ce dernier point. À l’instar de son défunt programme présidentiel... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles