Pétrole : à la recherche du nombre magique ?

Quels cours du baril futur ciblent les majors pétroliers ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pumpjack Pétrole en Alberta, au Canada (Crédits Jeff Wallace, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pétrole : à la recherche du nombre magique ?

Publié le 5 novembre 2015
- A +

À la recherche du nombre magique… En étudiant les présentations des majors pétroliers lors des résultats du T3 2015, telle est l’impression qui se dégage.
Quel sera le cours futur du baril auquel « nous devons équilibrer notre cash-flow » ? 50 $ ? 60 $ ? Quels cours du baril futur ciblent les majors pétroliers ?

Par Aymeric de Villaret.

La forte chute du baril depuis un an a entraîné une grande révision stratégique de tous les pétroliers avec une baisse importante des dépenses d’investissements de manière à pouvoir être « cash-flow positif » si l’environnement pétrolier demeurait aussi déprimé qu’il ne l’est actuellement. L’américain Chevron dans une de ses diapositives lors de la présentation de ses résultats résume bien cette problématique :

Vill1

Le tout est de savoir ce que l’on entend par environnement déprimé… Pour cela, nous avons regardé les différentes présentations des majors pétroliers à l’occasion de la publication des résultats du 3ème trimestre 2015 et le message a été quasiment identique

BP

A exposé l’évolution des prix futurs (sur les marchés)…

vill2
… avec une courbe indiquant à l’horizon 2019-21 un prix futur de 60-65$.

Royal Dutch Shell : 60$

vill3
D’une neutralité du cash-flow de l’ordre de 100$ le baril de 2010 à 2014, l’équilibre est recherché à 60 $ !

Total : 60 $

total

ENI : 55$

Le groupe italien, qui vient de céder une partie de sa filiale dans les services pétroliers Saipem, vise encore plus bas avec un objectif d’équilibre de 55 $/baril

vill4

Où sont les prix et que disent les analystes ?

Les cours actuels – toujours dans la zone des 45-55$/b

vill5
Depuis début septembre et après la chute vers les 40$, le Brent évolue dans une zone des 45-55$ évoluant en fonction de la hausse des stocks de produits américains, du ralentissement de la demande en Chine, de la baisse du nombre de rigs de forage aux États-Unis. Le marché cherche le nombre magique et en attendant une tendance claire se dessinant, semble prendre une position d’attente en restant pour le moment dans la zone des 45-50$/baril.
Les prévisions de la part des analystes financiers

Vill6

Comme les marchés, les analystes sont prudents et ne tablent pas sur de rebond à court terme. Pendant ce temps,

Les forages aux États-Unis au plus bas et la production recule…

Et l’évolution des forages aux États-Unis, qui en début d’année avait montré une forte chute, indique de nouveau un recul marqué alors que sa stabilité avait semblé indiquer que l’huile de schiste avait trouvé son point d’équilibre :

vill7
Le graphe ci-après montre bien que la baisse du nombre de rigs s’est arrêtée mi-juin avant une petite progression et de nouveau un fort déclin :

vill8
À 578 forages au 30 octobre, le chiffre est le plus bas de 2015. Cela incite à penser qu’aux niveaux de baril actuels, seuls sont mis en forage, des puits « profitables » et que la formidable hausse de production américaine relève du passé.

Production américaine en recul… et quasiment plus de croissance par rapport à il y a un an…

vill9
La baisse des forages aux États-Unis a entraîné depuis le milieu de l’été une baisse très nette de la production américaine. Et ainsi, alors qu’en début d’année la variation annuelle montrait une croissance de 1 Mb/j (voir plus au printemps), celle-ci n’est plus actuellement que de l’ordre de 150 kb/j… Et les prévisions sont même maintenant pour 2016 d’une stabilité, voire d’une baisse de production :

vill10

Ainsi avec une reprise de la demande, la demande de pétrole fournie par l’OPEP va augmenter

Même si celle-ci n’est pas très forte, elle est en hausse de 1,2 Mb/j en 2016, contre 1,8 Mb/j en 2015 et cela alors que la croissance de production américaine devrait être nulle et que tous les projets à points morts élevés sont au ralenti… Du coup, l’OPEP va voir sa demande de pétrole monter :

vill11

Conclusion : ce nombre magique est-il si important ?

En posant la question, nous y répondons plus ou moins… Car quel intérêt de le connaître ? Bien sûr, cela permet de fixer des objectifs, de voir l’avenir avec prudence, d’éviter des erreurs car nous savons tous que les prévisions passées ont souvent (même très souvent) été peu réalisées. En revanche, il nous semble qu’avec un nombre de 50-60 $, les pétroliers se donnent une bonne marge de sécurité et que du coup, le moment où le baril repartira, les cash-flows libres n’en seront que d’autant plus impressionnants. Et cela tout en ayant maintenu (voire pour certains américains) monté leur dividende…

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • http://stockcharts.com/h-sc/ui?s=$WTIC&p=W&b=3&g=0&i=t64664583319&a=309540155&r=1391796418201

    Les cours sont fermement logés sous les résistances représentées par les moyennes mobiles courtes. Compte tenu du ralentissement économique mondial (ralentissement de la demande) et de la vitalité du dollar (avec la hausse des taux en perspective), il faudrait un choc géopolitique (un ralentissement de l’offre significativement plus marqué que celui de la demande) pour que les cours dépassent ces résistances dans les prochains mois. Pourquoi pas ? Si les producteurs aux USA ou ailleurs sombrent dans des faillites en chaîne, ceux du Golfe, avec l’opportunisme qu’on leur connaît, n’auront plus de raison de dilapider leurs précieuses réserves à vil prix et adapteront leur production au rythme de croissance de la demande. Mais au vu de ce qu’on observe du présent, une spectaculaire jambe de hausse dont le baril de pétrole a le secret n’est pour l’instant qu’une hypothèse. Et il manque encore un sell-off , façon panique, pour conclure la tendance initiée à l’été 2014.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a 150 ans naissait John Calvin Coolidge qui devait être le plus libéral de tous les présidents américains. Il n'est guère connu en France. Bien sûr, certains parlent du « Président Coolidge » comme d'un « géant englouti » mais ils font référence à une épave de la Seconde Guerre mondiale, un luxueux paquebot baptisé en son honneur et réquisitionné par l'armée qui devait couler, victime d'un champ de mines, au large d'Espirtu Santo (Nouvelles Hébrides), le 26 octobre 1942.

 

Un président méconnu qui mérite le détour

Ils ... Poursuivre la lecture

Par Dan Sanchez.

Il semble que l'économie américaine en difficulté va mettre un frein aux célébrations du 4 juillet cette année.

Le Wall Street Journal a rapporté jeudi dernier :

"Dans toute l'Amérique, les feux d'artifice du 4 juillet ne seront pas tirés le 4 juillet. »

Certaines villes et communes reprogramment leurs spectacles pyrotechniques de la fête de l'Indépendance en raison d'une pénurie de feux d'artifice ou de travailleurs.

Et comme le révèlent de nombreux médias, les repas seront beaucoup plus ch... Poursuivre la lecture

Par Eric Boehm.

L'annulation, la semaine dernière, de l'arrêt Roe v. Wade (1973) par la Cour suprême des États-Unis a été rendue possible, du moins en partie, par ce que le chef de la majorité au Sénat de l'époque, Harry Reid (démocrate du Nevada), a fait en novembre 2013.

À la recherche d'une victoire politique à court terme, Reid a mis en œuvre ce que les démocrates et les républicains avaient tour à tour menacé de faire pendant la majeure partie de la dernière décennie : abolir le filibuster (obstruction parlementaire corresp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles