Gâteaux, à déguster d’abord avec les yeux, par Christophe Felder et Camille Lesecq

Farine, beurre, sucre, œufs : les 150 recettes proposées dans cet ouvrage sont des variations autour de ces ingrédients simples.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gâteaux, à déguster d’abord avec les yeux, par Christophe Felder et Camille Lesecq

Publié le 2 novembre 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

indexIl est difficile de publier un ouvrage de recettes de cuisine, car avant même de l’ouvrir le lecteur sait ce qu’il va y trouver : des recettes plus ou moins compliquées à réaliser, des idées de plats à préparer et des photos pour donner une idée du résultat final, que l’on ne pourra probablement jamais obtenir. Comme les gâteaux ne surprennent qu’une fois qu’on les a goûtés, le livre surprend une fois qu’il a été ouvert.

Laurent Fau s’est déjà illustré dans la photographie culinaire, notamment dans l’ouvrage Caramel de Christophe Adam. Son art de la mise en scène des produits et de la maîtrise des contrastes et de la lumière transforme en photographies d’art les gâteaux du quotidien. À voir cette tarte Bourdaloue ou cette étoile de Savoie on s’arrête à la dégustation visuelle qui se suffit à elle-même.

La photographie est l’art de l’humilité, car sans elle le livre ne serait rien, même si le photographe s’efface derrière ses œuvres. La photographie est l’art de la maîtrise de la composition et de la lumière, comme la cuisine est l’art de la maîtrise du feu et du froid. En pâtisserie, les outils de l’art se limitent à des aliments simples : farine, beurre, sucre, œufs. Les 150 recettes proposées ici ont toutes ces éléments pour base, le reste n’est que variation autour de ce quatuor.

La photographie met en scène les productions des deux pâtissiers, Christophe Felder et Camille Lessecq. Le premier est un familier des livres culinaires, sous forme de leçons ou de beaux livres. Le second a fait ses classes au Crillon et au Meurice. Tous les deux ont ouvert la pâtisserie Oppé, sise en Alsace.

Une des originalités de l’ouvrage est de proposer une histoire gastronomique de la France qui se conjugue à sa géographie culinaire. Comme il y a des histoires politiques et économiques, il y a également une façon gustative d’appréhender la France. Les recettes sont en effet classées par thèmes (tartes, fruits, gâteaux simples, bouchée…) et, pour celles qui ont une origine précise, la région de provenance est indiquée. La préférence va à l’Alsace, puisque les deux auteurs y travaillent, mais pas seulement. On y découvre ainsi les macarons de Montmorillon (Poitou-Charentes), le gâteau basque, le dartois griottes (Nord) ou la tarte aux pralines (Lyon). C’est beau et bon. Du moelleux et du croquant, du sucré et de l’acidulé, des fruits et des crèmes, de quoi assurer le tour complet de ses gâteaux.

  • Christophe Felder et Camille Lesecq, Gâteaux, La Martinière, octobre 2015.


Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Ce livre rassemble deux arts, celui de la photo et de la pâtisserie.
    On peut remercier l’auteur pour la qualité de son livre et de mettre en avant notre métier qu’on exerce avec passion.
    Pierrot le pâtissier

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

L'amer Picon d'Algérie

Le Picon nous renvoie à une page coloniale de l'histoire de France, celle où l'Algérie était intégrée au territoire national et où les soldats mouraient de dysenterie et d'eau contaminée. Dans le désert saharien, la soif est une contrainte perpétuelle et les eaux sont très souvent impropres et tuent les corps en transportant de nombreuses maladies. Envoyé en Algérie au début des années 1830, Gaétan Picon découvre le paludisme et les fièvres qui rongent de nombreux soldats.

Lui aussi ... Poursuivre la lecture

Des histoires surprenantes et riches d'enseignement surviennent au Québec, durant cette pandémie.

À l’approche des fêtes, le chef de cette province avait des comportements erratiques, il promettait des rassemblements familiaux jusqu'au moins 20 personnes. Soudainement, les médias y vont de nouvelles affolantes sur la croissance du nouveau variant omicron. Les pages du Journal de Montréal étaient particulièrement alarmantes. Il a donc réduit à 10 cette limite, le temps d’un réveillon. Une fois la fête finie, il y est allé de la fermetur... Poursuivre la lecture

Par Pierre Robert.

À partir du 19 mai 2021, les mesures très contraignantes pesant sur les 168 000 restaurants que compte notre pays vont progressivement s’alléger.

Le 30 juin, si l’épidémie reste sous contrôle, ils devraient à nouveau pouvoir exercer leurs activités dans les conditions qui prévalaient dans le monde d’avant la crise sanitaire.

Après la parenthèse Covid, cela semble être un simple retour à la normale tant les restaurants font partie du cadre quotidien de nos existences. Nous sommes tellement habitués à le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles