Éducation : l’essor des écoles indépendantes

En 2015, près de 800 établissements hors contrat existent face à l’offre de l’enseignement public et privé sous contrat.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
ecole2 -Môsieur J(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Éducation : l’essor des écoles indépendantes

Publié le 15 octobre 2015
- A +

Par Nicolas Julhiet.

ecole2 -Môsieur J(CC BY-SA 2.0)
ecole2 -Môsieur J(CC BY-SA 2.0)

« Les écoles hors contrat sont celles qui n’ont pas passé de contrat avec l’État, au sens de la loi Debré de 1959. » C’est la définition qu’en donne l’administration. La Fondation pour l’École, principale structure d’aide à la reconnaissance et à la création des écoles hors contrat, préfère les termes d’écoles « libres » ou « indépendantes » qui siéent mieux à leur essence. Le mot « contrat », en effet, n’est pas le plus représentatif de la liberté dont jouissent ces écoles, qui peuvent, sous conditions, enseigner à des élèves via la pédagogie de leur choix.

Ces conditions, la loi Debré de 1959 les résumait ainsi : « Le contrôle de l’État sur les établissements d’enseignement privés qui ne sont pas liés à l’État par contrat se limite aux titres exigés des directeurs et des maîtres, à l’obligation scolaire, à l’instruction obligatoire… » Une loi peu contraignante dans sa formulation. Elle répond surtout à une demande du public : de nombreux parents ne veulent pas confier leur progéniture à l’État, même par l’entremise des écoles privées classiques qui restent des établissements sous contrat avec l’Éducation nationale.

 L’offre éducative est d’une grande variété

Leurs raisons sont diverses : dégradation de la qualité de l’enseignement traditionnel, volonté de pouvoir choisir le type de pédagogie utilisée, ou, pour des aspects confessionnels.

Les parents sont, chaque année, plus nombreux à plébisciter cette formule. Il faut s’en rendre compte par les chiffres : on recense 717 établissements dits « libres » où sont inscrits 60 000 élèves en 2014 ! En France, pas une grande ville, ni un département, qui n’en ait au moins une. Il y en a pour tous les âges, le spectre des établissements est tel qu’un enfant peut passer toute sa scolarité en dehors du système classique, de la maternelle à l’enseignement supérieur.

écoles hors contratCe qui caractérise principalement l’école hors contrat est sa liberté pédagogique. On aurait tort de penser que, pour la plupart, ce sont forcément des écoles de curés. L’intérêt, justement, réside dans la variété de l’offre éducative.

D’après les chiffres publiés par la Fondation pour l’École, environ 59% de ces établissements ne sont pas confessionnels. Les écoles catholiques représentent 25% des établissements, les autres confessions (protestante, juive et musulmane), environ 16%.

À la rentrée 2015, le succès ne se démentait pas : 67 nouvelles écoles étaient fondées. Des structures, de fait, toujours privées qui prennent soit la forme d’une entre- prise soit celle d’une association loi 1901 à but non lucratif. Dans les deux cas, le contribuable y trouve son compte : ces écoles libres ne lui coûtent rien.

  • «École : nos enfants en péril»Les Enquêtes du contribuable d’octobre/novembre 2015. En kiosque. Vous pouvez commander en ligne ce numéro : 5,50 €€ (port compris).

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Il me semble avoir lu que les tarifs pratiqués sont extrêmement prohibitifs. Le chiffre de 30 000€ l’année de mémoire.

  • Forcément.
    Le cout de la scolarité d’un élève du public est assumé par les contribuables.
    Les enseignants des écoles privés sous contrats sont payés par l’état, sous réserve du concours du privé (CAFES, CAFEP…).
    Le hors contrat… ben rien… comme la seule source de financement est la thune des parents, ceci explique cela : ces écoles coutent une blinde.

    Le cout d’un prof débutant, c’est 1600 euros nets minimum, pour un bac+3. Plus si on veut un prof avec un bon cursus, ou compétent dans une matière demandée. Passe cela en super brut, juste pour avoir une idée du cout d’un prof…
    Il faut ajouter les taxes, le loyer commercial, les équipements, la paye du personnel non enseignant…
    Pas étonnant que à la fin ce soit facturé une blinde aux parents.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

 

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comm... Poursuivre la lecture

parcoursup
1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

Nous l’évoquions dès novembre, au moment où la réforme Parcoursup a été annoncée, le risque de crash était majeur. Il fut moins important que ce que beaucoup craignaient, mais bien là. Dès 18 heures, au moment de l’ouverture de la plateforme, les lycéens se sont rués pour voir leurs résultats, provoquant un bug du site puis le bug des sites de débordement. La normale est revenue dans la soirée.

Seule la moitié des lycéens a eu des réponses positives, contre plus des trois quarts avec l’ancien système, APB.... Poursuivre la lecture

Lorsque les premiers jeunes réfugiés ukrainiens arrivèrent en France au début du mois d'avril, ce fut une véritable surprise pour leurs petits camarades français qui les accueillirent dans leurs écoles : leur niveau en mathématiques était notoirement meilleur que le leur et certains professeurs de notre Édulcolration Nationale s'en ouvrirent abondamment dans la presse.

Eh oui : apparemment, en Ukraine, les élèves ne lambinaient pas trop sur les exercices simples de mathématiques. Les opérations de base en arithmétique, y compris sur le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles