Oups, des évasions. Et toujours aucune solution ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Prison (Crédits kIM DARam, licence Creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Oups, des évasions. Et toujours aucune solution ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 octobre 2015
- A +

Il semble maintenant clair que la France a un petit problème de prisons et pas seulement parce que ce sont, généralement, des bâtiments vétustes qu’il faut entretenir aux frais d’une République un peu étriquée du portefeuille, mais aussi parce qu’elles sont trop remplies et qu’en matière carcérale, l’évasion semble une option routinière.

Ah, là, je sais qu’on va encore me dire que j’exagère, pfffu, enfin bon, que c’en est scandaleux de caricaturer ainsi, rohlala, et qu’il y a tout de même des limites à ne pas dépasser, mmfffenfin voyons.

Certes, l’évasion, comme l’expliquent maintenant les pouvoirs publics (Chancellerie en tête) est un impondérable du système carcéral, et quoi qu’en disent les médias, semble rester stable d’année en année – ce qui est tout à fait exact, soit dit en passant, même si ça nous en fait une par jour en moyenne. Certes, la plupart des évadés se contentent de retourner en famille ou chez des amis et sont retrouvés très vite, et gagnent au passage une extension de peine. Bisous, circulez. Certes.

Il n’en reste pas moins que, dernièrement, on assiste à quelques cas d’évasions consternantes.

Lundi dernier, un policier tombait sous les balles d’un détenu en cavale depuis des mois, faisant l’objet d’une fiche S, braquant un entrepôt à bijoux qui tournait au drame suite à des échanges de coup de feux. La banalité du braquage à main armée (on est en France, si les méchants pouvaient se procurer des armes, ça se saurait, voyons !) aura été occultée par l’état critique du policier, qui aura lui-même quelque peu éloigné les consternations devant le fichage des services de renseignements, manifestement très forts pour établir des profils et des petits bristols sur les vilains qui grouillent en France, mais infoutus de les appréhender, terroristes ou pas. Et tout ceci semble à son tour occulter la radicalisation en prison de l’évadé, chose qui semble maintenant presque aussi banale que le braquage en premier lieu.

Mardi, pour continuer la série, c’est un trafiquant de drogue, judicieusement autorisé à sortir pour disputer une compétition de boxe (apparemment, les championnats de point de croix n’ont pas la même cote en prison et les établissements carcéraux semblent apprécier que les détenus acquièrent quelques techniques de combat supplémentaires) qui aura étonnamment choisi ce petit divertissement pour prendre la poudre d’escampette. Soyons gentils : l’institution ne pouvait pas prévoir que ce trafiquant, de renommée internationale au casier déjà lourdement chargé, allait benoîtement demander une autorisation de sortie pour une compèt’ de boxe, et l’obtenir. L’institution ne pouvait pas prévoir que ce détenu, qui avait déjà réalisé une évasion en 2012, allait faire une nouvelle tentative. C’est donc en toute logique que, malgré l’absence totale de toute pratique préalable de la boxe par le détenu, l’administration carcérale le laissera aller à cette compétition encadré de deux éducateurs sportifs. Tout ceci n’est, à n’en pas douter, qu’un malheureux concours de circonstances.

Et jeudi, c’est donc tout naturellement qu’on apprend que la même institution carcérale se retrouve à déplorer une nouvelle évasion d’un détenu lors d’une sortie à vélo. La prison, cet enfer sportif qui prépare au triathlon, a clairement des soucis pour conserver ses athlètes.

Rassurez-vous, il y a parfois des bonnes nouvelles, comme lorsqu’on finit par rattraper un évadé après quelques jours de cavale (et en pratique, c’est même un cas fréquent lors des évasions). Mais des fois, les réjouissances de l’institution qui remet la main sur un petit protégé égaré sont malheureusement troublées par la découverte d’un méfait qu’il aura commis pendant sa période de vacances. Zut et flûte, voilà qui est gênant.

Comme le note Baptiste Créteur dans son dernier édito sur Contrepoints, tout ceci interpelle, de façon véhémente, et pas seulement la Garde des Sceaux qui, ultimement, représente la Justice dont dépendent les établissements carcéraux. On ne peut que s’interroger sur la pertinence des Renseignements lorsqu’ils distribuent de la fiche S mais ne parviennent pas à empêcher les fichés de se faire la belle de la façon la plus caricaturale possible (essayez d’en faire un scénario de film : personne ne croira à une telle irresponsabilité dans la chaîne administrative). De même, on doit aussi s’interroger sur la capacité de l’État à mener ses missions s’il est infoutu de faire respecter la loi et de faire appliquer ses peines.

Dès lors, pas étonnant que certains policiers, devant les blessures subies par leurs collègues, réclament des réactions fermes de la Chancellerie et appellent à manifester : l’ensemble des institutions semble bien dépassé par les problèmes, récurrents, de gestion des personnels et des détenus, d’évasion, de permissions, et les faits récents poussent à une sévère remise à plat des méthodes et des organisations.

Malheureusement, Christiane Taubira, drapée dans son dogmatisme et ses tweets rocambolesques, n’est bien sûr pas à la hauteur et devant ces constats, pourtant indiscutables, ne semble guère démontée :

« J’ai pris des dispositions pour que, d’abord, nous travaillions sur les textes de 2004 à 2008 pour les clarifier et éviter toute confusion et ensuite pour que le circuit d’information au juge soit opérationnel et performant. Et cela, j’ai demandé que ce soit le cas dans 15 jours. »

Voilà : pif, on va travailler, paf on va clarifier, et pouf ce sera réglé dans 15 jours. Fastoche, finalement, et pas de quoi s’exciter.

Pourtant, des solutions existent, un peu plus complexes mais un peu plus opérationnelles que les taubitweets ; j’en décrivais quelques unes il y a plusieurs mois dans un précédent billet, à commencer par le fait de construire des prisons ; oh, bien sûr, les zhumanistes auront beau jeu de rappeler niaisement ♩ qu’ouvrir des écoles ♫ évite de bâtir des prisons ♬, mais la réalité reste têtue : il manque par exemple entre trente et quarante mille places de prison en France si l’on compare avec ces enfers carcéraux que sont l’Espagne ou l’Angleterre par exemple.

De la même façon, il semble aussi nécessaire de s’assurer qu’une peine de prison se traduit effectivement par du temps de cellule, ce qui signifie notamment d’en finir avec la culture de l’excuse, à commencer par celle qui consiste à trouver des alternatives à la prison précisément parce qu’elles ne sont pas construites. Eh oui, les prisons françaises sont une honte pour un pays qui se gargarise de droits de l’Homme à tous les repas. Ceci explique assez bien à la fois la distribution de colliers, de permissions, de prison avec sursis que l’absence quasi-systématique d’incarcération effective lorsque la peine est inférieure à deux ans, et les maux périphériques qu’on observe dans les établissements (un nombre important de détenus qui relèvent d’abord de la psychiatrie, le développement de maladies diverses, et bien sûr la fameuse radicalisation, entre autres).

Et enfin, on pourrait – suggestion à l’endroit de tout le gouvernement et du paquet de crapules qui siègent à l’Assemblée et au Sénat – arrêter d’augmenter le nombre de lois qui augmentent artificiellement le nombre de coupables, depuis les lois mémorielles en passant par les atteintes à la liberté d’expression, la loi Renseignement, les douzaines de lois routières et autres cosmétiques insupportables de l’hygiénisme socialiste galopant. Par exemple, la guerre contre la drogue a foiré, lamentablement. On pourrait enfin la laisser tomber en reprenant ce qu’a fait le Portugal avec succès, et se concentrer enfin sur les crimes et délits qui touchent la population française (banditisme, cambriolage, violence au quotidien camouflée dans l’ « incivilité »).

Malheureusement, même avec les pifs, les pafs, les poufs et les taubitweets de la Garde des Sceaux, rien de tout cela ne sera envisagé, encore moins mis en place. En vertu de quoi, ce pays est foutu.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • Mais voyons, il faut comprendre la détresse de madame Taubira qui a son fils en prison. Le pauv ptit chou que sa maman ne peut plus voir. Il faut bien qu’elle aide les mamans qui sont dans son cas.

    Et puis si les prisons sont en mauvais état, les prisonniers peuvent très bien les remettre en état, quitte à bénéficier pour se faire d’une formation diplômante qui leur ouvrira, Ô miracle et à condition qu’ils le veulent, les portes d’une réinsertion. A non, ça ce n’est pas possible. Trop compliqué pour eux à mettre en place.

    • J’imagine qu’ils peuvent aussi nettoyer les bords des routes dégueulasses.
      Il me semble avoir lu qu’un pays demandait à ses détenus de « payer » leur place en prison.

      Du bon sens.

    • La réparation par ceux qui doivent y rester un bon moment, OK. Mais la qualification professionnelle, je n’y crois pas : ils sont là pour attaque à main armée, trafics en tous genres, croyez-vous qu’ils envisageraient, en sortant, d’être un maçon ou un plombier correct ? Pas assez de fric à la clé et l’obligation de bosser, ça ne leur conviendrait pas.

  • il y a une manière plus simple et moins onéreuse de « créer » des places en prison.
    Arrêter la guerre contre la drogue, surtout pour le consommateur.
    La moitié des prisons seront dépeuplés instantanément !!

    • Ou bien comme ils aiment tant l’Arabie Saoudite, faire comme dans ce pays: rétablir les peines de mort pour les trafiquants de drogue, ceux qui portent atteinte aux policiers, aux violeurs multirécidivistes, aux différents assassins reconnus comme tel et qui ont déjà eu droit à une première chance de salut, ….

      • Ces peines extrêmes causent systématiquement une augmentation du nombre de crimes qu’elles sont sensées dissuader. Ça se vérifie partout où elles ont cours.

        • Mais il n’est nullement question de dissuader, juste d’éviter la récidive.

        • humm..
          Arabie saoudite 1 homicide/100 000h, france 1.1.
          Donc bon..

        • Ca ne se vérifie que si vous fournissez des chiffres. Les pays de charia qui coupent les mains des voleurs – ce que je n’approuve pas – ne voient pas le taux de vol augmenter d’autant.
          De plus, je suis parfaitement d’accord avec Stéphane B : il n’est pas question de dissuader mais de punir un délit et d’éviter la récidive. Ne confondons pas tout : les autres s’en chargent.

  • fiche S = « sortie autorisée »

  • H16, tu m’as encore tué:

    « La prison, cet enfer sportif qui prépare au triathlon, a clairement des soucis pour conserver ses athlètes. »

    Du grand, très grand art 😀

  • Le plus incompréhensible, et sans doute un des facteurs déterminants de ces ratages honteux, est la cote de popularité de Taubira chez les sympathisants du PS, médaille de bronze derrière Fabius et Royal. Se faire haïr de la droite est un brevet de respectabilité suffisant, que quelques assassinats de policiers et de civils par des prisonniers relâchés avec d’excellentes intentions ne vont pas remettre en cause…

    • Seuls contre tous. Les autres ont forcément tort puisque eux, ont raison. Ca ne va pas loin. Mais bien assez pour continuer à essorer ce pays à fond, sans oublier de brimer au maximum les citoyens qui travaillent pour payer tout ça. Là, ils sont d’une rare violence !

  • En fait le vrai probleme qu’aucun homme politique de droite comme de gauche ne veut avouer car ils en sont tous responsables, c’est la sous capacité de la France en places de prison par nombre d’habitants.
    Les chiffres montrent que nous avons deux a trois fois moins de places de prison que nos grands voisins européens.
    Une vaste remise a niveau est donc indispensable … et urgente

  • on a durcit l’évasion fiscal; faut bien compenser par un peu de liberté, dans d’autres domaines!!

  • Excellent article, comme d’habitude.

    Juste ceci : le policier tombé sous les balles du braqueur n’est pas mort à l’heure où j’écris ces lignes, même si son pronostic reste désespéré. Merci par avance de rectifier cette erreur si cela vous est possible, pour lui et sa famille.

  • Quel est le pays qui dépense plus pour sa « culture » que sa « justice »?

  • Ils ne s’évadent pas :ils oublient de rentrer

    • Comme quoi la prison a des effets délétères sur la mémoire, on peut même se demander si ils n’ont pas choper Alzheimer !

  • h16 vous etes pris en flagrant délis de mauvaise foi : Taubira a une solution qui résoudra en one shot le problème des prisons, des évasions et du chômage : Faire accompagner chaque condamné par deux flics lorsqu’ils sont en balade !!!

    Moi, je n’y aurais pas pensé. Elle est trop intelligente cette ministre !

  • Que ces élans lagaffiens (tendance Gaston) sont bien envoyés !
    Ils nous rendraient presque sympathiques leurs auteurs présumés !

    Presque.

  • Singapour est la solution…Discipline et châtiments corporels sont au menu…

  • En supprimant toutes ces lois qui criminalisent de faux délits, nous n’aurions même pas besoin de construire de nouvelles prisons. Par contre il faudrait leur donner quelques coups de peinture et les réaménager parce qu’elles ne ressemblent à rien et font penser de plus en plus à des goulags.

  • Si j’ai bien compris l’histoire, la fiche S a été émise après l’évasion, car il s’était évadé.

  • c’est un trafiquant de drogue, judicieusement autorisé à sortir pour disputer une compétition de boxe (apparemment, les championnats de point de croix n’ont pas la même cote en prison et les établissements carcéraux semblent apprécier que les détenus acquièrent quelques techniques de combat supplémentaires).

    Ben oui, c’est pour mieux molester ses voisins de cellule aider la veuve et l’orphelin…

    La prison, cet enfer sportif qui prépare au triathlon, a clairement des soucis pour conserver ses athlètes.

    Non mais oh, hein, ils ne peuvent s’entraîner suffisamment en prison, la piste n’est pas assez grande … Alors, ils vont s’entraîner à l’extérieur …

    Rassurez-vous, il y a parfois des bonnes nouvelles, comme lorsqu’on finit par rattraper un évadé après quelques jours de cavale

    Il ne s’est pas assez entraîné…

    Et cela, j’ai demandé que ce soit le cas dans 15 jours.

    Il lui a fallu 3 ans pour réagir. Ben dites donc, les Suisses sont des flèches en comparaison…

    Par exemple, la guerre contre la drogue a foiré, lamentablement. On pourrait enfin la laisser tomber en reprenant ce qu’a fait le Portugal avec succès, et se concentrer enfin sur les crimes et délits qui touchent la population française (banditisme, cambriolage, violence au quotidien camouflée dans l’ « incivilité »).

    Tout à fait. Les Portugais, eux au moins, ont un bien plus de bon sens que les Français … Si on les copiait, les bâtiments vétustes ne le resteraient pas longtemps.

  • « J’approuve !  »
    Toutefois… Construire des prisons pour laisser sortir les pensionnaires je ne vois pas trop le bienfait.
    A la lecture de Stéphane B et de Flo je trouve qu’il y a matière a occuper ces « congés payés »… Par qui ?
    D’autre part pour les petites peines ou les détentions provisoires pour des présumés coupables de faits non dangereux, ne pourrait-on pas utiliser la quantité de casernes inutilisées, occuper ces malheureux pour les empêcher de déprimer, et les faire garder par des militaires formés pour ce job ?… OH mais ces casernes ne sont pas aussi confortables que les prisotels… On pourrait aussi envisager une parité de détenus, même genre, oui mais lequel ??? Enfin si Toubee souris veut bien s’y intéresser, il doit y avoir plein de possibilités pour protéger les citoyens sans pénaliser les soustoyens.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pierrik Halaven nous livre le quatrième épisode de sa série d’analyse de la campagne présidentielle sur la simple base de la progression des audiences sur Twitter et d’une comparaison d’engagements sur des tweets portant sur une thématique similaire. La période analysée - 1er janvier au 19 février - n’a pas été marquée par de nouveautés spectaculaires, si ce n’est la candidature de Christiane Taubira.

Personnalités politiques #abonnés au 01/01/2022 #abonnés au 19/02/2022 Croissance des abonnés Progression en nombre Macron 7 508 991... Poursuivre la lecture

Candidate à la primaire de la gauche, Christiane Taubira s’emploie à cocher toutes les cases du socialisme le plus éculé. Qu’il est loin le temps où elle représentait une gauche plutôt modérée !

Un parcours sinueux

Christiane Taubira semble aujourd’hui retourner à ses anciennes amours. Militante indépendantiste radicale jusqu’au début des années 1980, elle se caractérisait pourtant dans les années 1990 par un radicalisme de gauche bon teint qui était loin de verser dans l’extrémisme. En 1993, elle vote la confiance à Édouard Balladur.<... Poursuivre la lecture

Quel pataquès ! Une gauche éclatée réduite à un petit 25 % des intentions de vote ; des candidats favorables à l'union à condition qu'elle se fasse sur leur nom ; une primaire populaire spécialement organisée pour obtenir le rassemblement mais dont la plupart des "candidats", Mélenchon, Roussel, Jadot, Hidalgo, enrôlés sans leur consentement, récusent tour à tour la légitimité ; des militants en grève de la faim pour inciter les têtes de liste à se rallier à cette primaire - bref, la gauche est en pleine crise de nerfs et c'est le moment que ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles