Les bonnes idées économique de Mamy Gouvernement

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
SDF - Sans emploi - Chômage (Domaine public)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les bonnes idées économique de Mamy Gouvernement

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 octobre 2015
- A +

Marx faisait assez justement remarquer que la politique, c’est l’art de chercher les problèmes, de les trouver, de les sous-évaluer et ensuite d’appliquer de manière inadéquate les mauvais remèdes (il s’agissait de Groucho, hein, pas Karl – on est bien d’accord). Si cela peut passer partout dans le monde pour de l’humour, en France, c’est malheureusement une simple constatation.

Prenez par exemple un problème économique enquiquinant : le sort s’acharne apparemment sur certaines communes, mais il n’y a pas toujours assez de foncier là où on voudrait bâtir. Zut et flûte, comment résoudre cette épineuse difficulté ? Une méthode consiste à laisser faire les politiciens qui, immédiatement, poseront une hypothèse économique simpliste : s’il n’y a pas assez de foncier disponible, c’est parce que certains en stockent discrètement sans jamais le déstocker, pour provoquer une pénurie, et spéculent ainsi sur une hausse des prix.

Caricatural ? Allons. N’oubliez jamais qu’en social-démocratie, s’il y a pénurie, c’est forcément, obligatoirement parce que de méchants capitalistes et d’avides spéculateurs stockent quelque chose quelque part, ou ne font pas fonctionner le marché comme il est envisagé par les dirigeants. Dès lors, muni de cette hypothèse simpliste, quelle peut bien être l’idée étatique elle aussi simpliste qu’on appliquera pour résoudre le problème ? Eh bien tabassons les marauds qui font de la rétention foncière, pardi ! Augmentons dans des proportions inouïes la taxe foncière sur les terrains bâtissables pas encore bâtis, histoire de bien calmer ces propriétaires / spéculateurs sans scrupules !

Le bilan ne se fait pas attendre : non seulement le problème initial n’est pas résolu (loin s’en faut) mais de nouveaux problèmes se font jour très vite, que seule une nouvelle législation encore plus invasive permettra de régler, avec la même efficacité que précédemment. Et plus concrètement, avec l’explosion de la taxe foncière, certains retraités, déjà pas franchement riches, se retrouvent… carrément ruinés.

Évidemment, ce qui est déjà un désastre humain ne serait pas tout à fait complet sans la petite touche finale de gâchis inutile que seul l’État et ses sbires fiscaux peuvent se permettre avec décontraction. Elle sera ajoutée lorsqu’on apprend que cette augmentation inique de la taxe ne touche finalement que 1730 victimes. Autrement dit comme le note Vincent Bénard dans son article, le terrible phénomène de rétention foncière est extrêmement marginal, et la « solution » proposée ne permettra absolument pas de résoudre le problème. Pire, elle va même pousser les propriétaires de terrains à retarder tant qu’ils peuvent leur demande de constructibilité, gelant un peu plus le parc foncier actuel.

well done old chap

Il faut se résoudre à l’évidence : à un problème posé de travers, sur lequel on a bâti des hypothèses idiotes qui ont provoqué la mise en place d’idées consternantes, on ne peut qu’assez rarement aboutir à un résultat flamboyant.

Et ce qui est vrai pour l’immobilier l’est pour à peu près tout le reste. Or, s’il est un domaine où les problèmes sont posés de travers et qui poussent nos élites auto-proclamées à pondre des hypothèses idiotes, c’est bien l’emploi en général et le combat contre le chômage en particulier. Et on a récemment eu l’illustration typique de ce comportement délétère : le chômage étant important, et se caractérisant à la fois par une mise en retraite anticipée trop fréquente des séniors et une absence d’emploi pour les juniors, et plutôt qu’essayer de comprendre les raisons derrière ces deux phénomènes, le gouvernement s’est attelé à créer un énième bidule ad hoc destiné, sur le papier, à soutenir l’emploi des jeunes et des séniors en favorisant la transmission entre les deux générations. C’était même l’engagement n°33 d’un certain François Hollande, alors candidat.

pole emploi po demploi

Un peu après l’élection du maître pédaloflanbiste, vers mars 2013, le contrat de génération est lancé. Comme de juste et grâce à une habile simplification maintenant habituelle dans ce pays, la forme prise par ce contrat est notoirement plus complexe que le tutorat envisagé au départ : destiné aux entreprises de moins de 300 salariés, ce nouveau bricolage législatif donne droit à une aide annuelle de 4000 euros, pendant 3 ans maximum, pour l’embauche en CDI d’un jeune de moins de 26 ans et le maintien d’un sénior de plus de 57 ans. Pour faire encore plus simple, l’aide est doublée si l’entreprise recrute à la fois un jeune et un sénior. Et l’entreprise reçoit une tringle à rideaux en prime si le sénior est un nain unijambiste et le jeune un aveugle syphilitique adepte du base jumping en collants moulants roses.

Soit, j’exagère un peu, mais à peine : les contraintes pour bénéficier de cette énième usine à gaz vrombissante sont telles (accords syndicaux obligatoires, conditions complexes, parcours du combattant administratif, formulaires rigolos) que le bilan, après deux ans d’existence, est assez peu réjouissant. Là où on attendait 75.000 contrats pour l’année 2013, le total depuis sa mise en place et jusqu’à octobre 2015 est de 51.768 aides attribuées. C’est un flop.

Rassurez-vous : devant ce constat d’échec, le ministère du Travail n’envisage absolument pas de remodeler son dispositif, non mais et puis quoi encore, on ne change pas une équipe qui stagne. En fait, les fines lames du ministère ont analysé la situation et leurs conclusions sont formelles :

« Qualitativement, on a de bonnes retombées. Cela a permis de mettre en place dans les entreprises une réflexion sur la gestion des âges, la gestion prévisionnelle des emplois et compétences, les conditions de travail des séniors. De ce point de vue, on ne peut vraiment pas dire que c’est un échec. »

Eh ouais mes petits amis, le mouvement est en marche, la réflexion est lancée, la tendance est qualitativement amorcée. On a posé des jalons, on a dit des choses, on a expliqué des trucs, on a mis en place de grosses louchées de réflexion sur la gestion des âges, tout ça. Et quelque part, c’est très bien. Voilà voilà. Hem.

Moyennant quoi, depuis l’élection de François Hollande, le chômage des séniors a grimpé de 28% au sens de l’Insee, et de 45% selon Pôle emploi. Quant aux juniors…

chomage des jeunes

Immobilier ou emploi, le constat est le même : le gouvernement et ses « solutions » surannées, inadaptées qui manquent cruellement d’originalité ne font qu’empirer les problèmes. Eh oui, Françaises, Françaises, ouvrez les yeux : plus les politiciens combattent les inégalités, plus il en apparaît ! Plus ils cherchent à diminuer l’écart entre les riches et les pauvres, plus il grandit ! Plus ils veulent d’habitations, moins il y a de disponibles ! Plus ils s’occupent de créer de l’emploi, plus il s’en détruit ! Plus ils mènent la guerre contre le chômage, plus il y en a !

En toute logique, on devrait maintenant réclamer qu’ils ne fassent plus rien du tout.

Ou, alternativement, qu’ils mènent enfin une guerre contre l’emploi et contre la richesse, histoire de voir où ça nous mène…

guerre contre la richesse
—-
Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • mais tout ces politiciens ne comprenent strictement rien à la vie du quotidien ; que voulez vous , ils sont nés avec une cyuillère d’argent dans la bouche , n’ont jamais été demandeur d’emploi , sont propriétaire de biens dés leur naissance , ils n’ont pas besoin de se casser la tête pour quoi que ce soit puisqu’ils ont déjà tout ; de fait ils font tout de travers , n’étant confrontés à rien …..et en plus il faut les engraisser à vie …..

  • L’état et les politiciens me font l’effet d’un mécanicien incompétent qui bricolerait ma voiture : il est impossible qu’elle marche mieux qu’avant, probable qu’elle tombe en panne et fort possible qu’elle devienne dangereuse …

  • L’histoire des impôts m’a profondément choqué. Hallucinant ! C’est là qu’on se rend compte que la possession d’arme est nécessaire. Franchement, si à 85 ans on me balance ce genre de cochonnerie fiscale, j’achète un lance-flammes, réunis des gens dans le même cas que moi et brûle la préfecture du coin.

    • Bravo papy. A un certain âge on n’a rien à perdre et à force d’être emmerdés par des imbéciles pour des motifs idiots, je comprends qu’on puisse avoir envie de faire un feu d’artifice.

  • « Là où on attendait 75.000 contrats pour l’année 2013, le total depuis sa mise en place et jusqu’à octobre 2015 est de 51.768 aides attribuées » Et quel pourcentage d’effet d’aubaine sur ce total ? Parce que franchement, le patron qui embauche un salarié parce qu’on lui propose 4000€ (même pendant 3 ans), c’est plutôt parce qu’il avait déjà pris sa décision d’embaucher. A la limite, entre deux candidats égaux, il aura favorisé celui dont l’âge lui permet de toucher la prime (ce qui est de la discrimination, mais bon hein, c’est du socialisme festif, ça ne compte pas).

    • Cette histoire d’age est un réel problème quand le plein emploi n’est pas assuré : le meilleur candidat possible est forcément ni trop jeune et inexpérimenté, ni trop vieux et blasé ou rigide ou affaibli. Mais toutes les contraintes et distorsions imposées par les lois et les taxes ne peuvent qu’accroitre ce problème avant même de pouvoir y apporter une réponse. Plus on protège un type de salarié et plus il risque de se transformer en boulet pour l’entreprise. Les séniors et les jeunes qui sont moins « attrayants » pour un employeur deviennent des épouvantails si les charges sociales en augmente encore les couts et qu’ils empêchent l’entreprise d’adapter ses effectifs.

      Forcer les entreprise à « faire du social » est de toute évidence une catastrophe sur le plan de la compétitivité mais aussi pour les salariés. C’est à l’état (ou pas) de gérer cela. Forcer les entreprises est un suicide ET une condamnation des plus faibles. Même dans la fonction publique, les « discriminations positives » ne sont pas justifiables. La fausse bonne idée des étatistes est toujours que l’emploi va générer des rentrées fiscales. La faille est que l’on privilégie certains au détriment d’autres sans générer d’activité supplémentaire mais en torpillant la rentabilité.

      L’argent circule. Certains en profitent plus que d’autres. La redistribution est une chose (déjà couteuse pour l’efficacité globale), mais qui devraient être neutre pour le fonctionnement des entreprises et les échanges commerciaux entre individus. Les Schtoumpfs bricoleurs socialistes (de gauche ou de droite) sont une calamité.

  • Henri Queuille «Il n’est pas de problème qu’une absence de solution ne puisse résoudre»

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Tout l’art de la méthode Coué consiste à faire croire que tout va bien, voire très bien alors que la situation est catastrophique.

Notre gouvernement est adepte de cette méthode dans tous les domaines et pour lesquels nous avons droit à l'autosatisfaction de la majorité de ses acteurs.

 

Économie

À la tête d’un ministère très étendu Bruno Le Maire est le champion.

L’industrie

Pour lui, elle se relève grâce aux mesures que le gouvernement à engager durant ce quinquennat.

Il s'agit plutôt de mesure... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles