Assurance chômage, assurance sans responsabilité ?

La responsabilité individuelle, pour la sécurité sociale, est un facteur de perturbation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Conseil d'Etat à Paris (Crédits Caribb, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Assurance chômage, assurance sans responsabilité ?

Publié le 7 octobre 2015
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Conseil d'Etat à Paris (Crédits Caribb, licence Creative Commons)
Conseil d’Etat à Paris (Crédits Caribb, licence Creative Commons)

L’assurance chômage vient de vivre un nouveau moment désagréable, n’en déplaise aux signataires de la dernière convention qui tentent de minimiser la portée de l’événement. Le Conseil d’État a en effet annulé les dispositions de cette convention qui avait déjà fait couler beaucoup d’encre en son temps, notamment à cause des restrictions qu’elle apportait au système des intermittents du spectacle. Les partenaires sociaux ont jusqu’au 1er mars 2016 pour adapter le texte, sans quoi l’ensemble du dispositif chômage sera annulé.

Le chômage et le différé de rémunération

Le motif d’annulation est assez attendu. Il porte sur le différé de rémunération, qui, dans la pratique, aggravait le délai de carence de versement des allocations chômage lorsque le salarié avait bénéficié d’une indemnité excédant le minimum conventionnel. Ce différé pouvait courir jusqu’à 180 jours pour les licenciements non économiques.

Dans la pratique, ce système revenait à récupérer d’une main ce que l’employeur lâchait de l’autre : tous ceux qui négociaient une « bonne » indemnité de départ perdaient le bénéfice de leur pactole par un allongement des délais d’indemnisation. On se demande pourquoi un syndicat contestataire comme FO avait pu signer une disposition aussi défavorable pour les salariés. Et aussi illégale !

Une négation du principe de responsabilité

Le Conseil d’État a annulé cette disposition, dans la mesure où elle intégrait, dans le calcul du montant des indemnités, les réparations accordées par le juge au titre du préjudice subi en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse :

« Le Conseil d’État reconnaît qu’il est possible aux partenaires sociaux de prévoir un tel système de « différé d’indemnisation », limité dans sa durée, dans le but d’équilibrer le régime d’assurance chômage. Mais il considère que, si un tel système peut prévoir, de manière forfaitaire, la part d’indemnité à prendre en compte dans le calcul du différé d’indemnisation, pour tenir compte de ce que l’indemnité couvre la perte de revenu du salarié qui ne peut pas normalement se cumuler avec les prestations d’assurance chômage, il ne peut pas, sauf à porter atteinte au droit à réparation des salariés, aller jusqu’à tenir compte de la totalité de l’indemnité octroyée au salarié, qui répare aussi d’autres préjudices que la perte de revenu. »

Le « droit à réparation du salarié » était bel et bien méconnu par la convention. Le fondement de la décision est le même que l’annulation par le Conseil Constitutionnel du plafonnement des indemnités de licenciement. Selon ce principe, le responsable d’une faute doit la réparer, c’est un principe général du droit qu’aucune loi ni aucune règle ne doit entraver.

Le Conseil d’État a jugé ici que les partenaires sociaux avaient enfreint ce principe en limitant la réparation en cas d’une faute. Autrement dit, les partenaires sociaux ont mis en place un système qui déresponsabilise l’employeur en lui permettant de commettre des fautes qu’il ne réparerait pas.

La Sécurité sociale n’aime pas la responsabilité

Faut-il rappeler ici que, de longue date, la Sécurité sociale française est fâchée avec le principe de la responsabilité individuelle ? On peut même dire que le fonds de commerce de la Sécurité sociale consiste à déresponsabiliser les individus, qu’ils soient employeurs ou salariés.

Ainsi, dans la branche accidents du travail, le principe général de la loi consiste à absoudre l’employeur de toute forme de faute, et à limiter la réparation dont la victime peut bénéficier. La logique de cette branche imprègne l’ensemble de notre machinerie prétendument solidaire et protectrice pour les salariés : dans le cadre de l’exécution du contrat de travail, la faute n’est pas réparée aussi généreusement que dans les procédures civiles. La réparation se borne à verser un revenu d’existence sans évaluer le montant véritable du préjudice.

Que la Sécurité sociale soit une grande machine à déresponsabiliser par un système de troc : je te donne de quoi vivre, en échange tu renonces à tes droits et à tes libertés, c’est ce que le Conseil d’État vient de rappeler de façon salvatrice.

Les partenaires sociaux n’aiment pas les salariés responsables

On pourrait assez logiquement comprendre que des employeurs soutiennent cette voie, puisqu’elle leur permet d’économiser des dépenses en échange d’une quasi-impunité. Si le raisonnement n’est pas moral, il est cohérent économiquement.

Le plus étonnant est qu’une majorité de syndicats de salariés se soit retrouvée pour signer un accord qui déresponsabilise autant les employeurs. La CFDT, la CFTC et FO avaient à cette époque signé un texte fortement décrié et dont la CGT vient d’obtenir l’annulation.

Peut-être la clé de ce mystère tient-elle à l’anthropologie que cette signature permet de dessiner en creux. Et si les syndicats de salariés signataires aimaient autant que les mouvements patronaux négociateurs de la convention un système baptisé Sécurité sociale qui achète, au nom de la solidarité, une paix sociale où la responsabilité individuelle est perçue comme un facteur de perturbation, de dissidence dangereuse pour l’ordre collectif ?

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • l’assurance chômage est une usine à chômeurs dans le sens où cela désinsiste les chomeurs à trouver un nouvel emploi. Cela est une chose admise par la grande majorité des économistes. Il y a de nombreuses études sur le sujet. Par exemple, il a été montré que lorsqu’un chomeur ne touchait plus d’allocations, la probabilité qu’il retrouve un nouveau travail augmente sensiblement.
    Si les économistes ne sont pas du tout d’accord entre eux pour dire si la suppression de l’assurance chômage aurait un impact positif ou négatif sur le bien être économique, ils sont en général d’accord pour dire que la suppression de l’assurance chômage a un impact positif pour l’emploi.
    Je vous conseille de lire cet article qui propose une piste très intéressante pour réformer l’assurance chômage: https://nudges.wordpress.com/2008/12/10/rethinking-unemployment-insurance-part-i/

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l'assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture

Le Conseil d’État a confirmé mardi 30 août la légalité de l’expulsion d’Hassan Iquioussen, prédicateur islamiste très en vue et affairiste peu scrupuleux.

Mais celle-ci devra encore attendre pour être exécutée : l’imam est considéré comme étant en fuite et a été inscrit au fichier des personnes recherchées (FPR). De son côté, le Maroc a suspendu le « laissez-passer consulaire » qu'il avait délivré le 1er août à l'imam afin de permettre son expulsion par la France vers ce pays.

 

Imbroglio judiciaire

Retour sur un imb... Poursuivre la lecture

Une image vaut mieux que mille mots. Cette expression, présente des deux côtés de la Manche, ne saurait perdre de sa superbe à quiconque était présent à Londres ce vendredi. Le London Underground est habituellement fort des 5 millions de voyageurs quotidiens de son réseau de métro soit l’équivalent du trafic quotidien de la SNCF sur l’ensemble du territoire français. Un réseau complètement à l’arrêt ce vendredi à l’inverse du réseau de bus où les voyageurs se sont réfugiés, entassés tant bien que mal dans les iconiques bus rouges à impériale.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles