Des limites de la démocratie à Paris

La démocratie participative a aussi ses limites.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Wendy-Big Eiffel(CC BY-NC-ND 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Des limites de la démocratie à Paris

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 septembre 2015
- A +

Par le Parisien libéral

Wendy-Big Eiffel(CC BY-NC-ND 2.0)
Tour Eiffel – Wendy-Big Eiffel (CC BY-NC-ND 2.0)

En peu de temps, les socialistes parisiens nous ont rappelé que décidément, si la France est clairement une république, elle ne cherche pas forcément à être une démocratie.

La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale, d’après la constitution. Certes, on pourrait discuter du fait que la France doive être une république, indivisible qui plus est. Après tout, la France a davantage vécu en monarchie qu’en république. Quant à l’indivisibilité, pourquoi la maintenir à tout prix si, par exemple, les Corses ou les Bretons veulent leur indépendance, mais bon… Il se trouve que la mission de l’exécutif actuel, au niveau national, est de faire respecter la Constitution, et au niveau local, de faire fonctionner les services publics dans le respect du cadre légal qui régit notre pays.

En plus, la France de 2015 est de gauche. Quand on a en tête la très haute opinion que la gauche a d’elle-même, on pourrait imaginer que l’exécutif s’attacherait particulièrement au respect, non seulement des lois, mais aussi de l’esprit des lois. Qu’en est-il en réalité ?

La démocratie, du grec ancien δημοκρατία / dēmokratía, est le régime politique dans lequel le peuple a le pouvoir ; en démocratie représentative, les citoyens élisent des représentants qui sont alors chargés d’établir les lois et/ou de les exécuter.

Alors, pourquoi nos élus ne pourraient-ils pas un peu écouter le peuple ?

En ce moment, la maire de Paris, Anne Hidalgo, nous vend le budget participatif de Paris. « 75 millions d’euros à investir dans votre quartier ! »

http://leparisienliberal.blogspot.fr/2015/09/des-limites-de-la-democratie-paris.html
http://leparisienliberal.blogspot.fr/2015/09/des-limites-de-la-democratie-paris.html

 

L’idée est excellente ! C’est très positif que les Parisiens puissent voter pour choisir les investissements à réaliser dans la ville. Seulement, trois petits problèmes se présentent.

D’une part, les investissements du budget participatif ne constitueront qu’une infime part des investissements parisiens, sans même compter le fait que les dépenses d’investissement ne sont qu’une faible partie de l’ensemble des dépenses de la ville, d’abord dominées par les dépenses courantes.

D’autre part, nous sommes appelés à ne voter que sur les projets sélectionnés par les hiérarques socialistes. Ces derniers ont écarté des projets de bon sens, comme la proposition de Contribuables Associés de ne pas dépenser 75 millions d’euros et de les restituer aux Parisiens. On peut faire des propositions, du moment qu’elles correspondent à celles attendues par la mairie, ce qui explique pourquoi ce budget participatif est aussi « ludique, convivial, festif et végétalisé ». Des limites de l’exercice participatif …

La démocratie participative touche aussi ses limites Porte d’Auteuil. Le cas est simple : les riverains ne veulent pas des travaux d’extension de Roland Garros, surtout s’ils doivent se faire au détriment du square des Poètes et des Serres d’Auteuil. Or, la mairie de Paris, elle, a décidé que Roland Garros serait étendu, peu importe l’avis des habitants.

Ce qui donne ce tweet de la part du représentant du PS dans le XVIe :

paris
http://leparisienliberal.blogspot.fr/2015/09/des-limites-de-la-democratie-paris.html

 

Non, vous ne rêvez pas.

Celui qui passe son temps à regretter le manque d’écoute au sein du conseil municipal du XVIe, a écrit : « Les recours quand ils sont systématiques fragilisent notre démocratie… et freinent notre modernisation », ou, autrement dit, que le peuple cesse de faire systématiquement appel à la justice pour faire valoir son point de vue, dès lors que l’exécutif a pris une décision.

Le pire est que l’argument de la modernisation ne tient même pas debout, puisqu’après travaux, Roland Garros restera trop petit.

À un moment, il faudra quand même que le peuple rappelle aux élus qu’ils ont un mandat pour exécuter, pas pour décider.


Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • les décisions démocratiques sont bonnes quand elles vont dans le sens de celui qui dirige.

  • C’ est un pléonasme ! votre définition : pouvoir du  » peuple  » ( ce mot est discutable) donc FORCEMENT sa participation c’ est comme si on dit  » l’ eau humide  »
    Ce qui est proposé aux parisiens c’ est quoi ? votre nounou vous donne le choix du déjeuner : cote de porc ou roti de porc ou jambon ou boudin j’ ai du mal à voir la démo la dedans mais bon il faut un début à tout ! continuez ma nounou vous etes sur la bonne voie !

  • « […] les riverains ne veulent pas des travaux d’extension de Roland Garros, surtout s’ils doivent se faire au détriment du square des Poètes et des Serres d’Auteuil. »

    Certes il est ridicule de la part du pouvoir actuel de venir donner des leçons de démocratie mais il l’est tout autant de la part des opposants au projet d’agrandissement de Roland Garros qui font preuve de mauvaise fois lorsqu’il s’agit de la (non) suppression des serres d’Auteuil. En effet, ces dernières ne seront pas supprimées par le nouveau projet : http://www.nouveaurolandgarros.com/projet/le-detail

    « Le pire est que l’argument de la modernisation ne tient même pas debout, puisqu’après travaux, Roland Garros restera trop petit. »

    Sur quelles informations vous basez-vous pour dire cela ?

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Aurélien Duchêne est consultant géopolitique et défense et chroniqueur pour la chaîne LCI et chargé d'études pour Euro Créative. Auteur de Russie : la prochaine surprise stratégique ? (2021, rééd. Librinova, 2022), il a précocement développé l’hypothèse d’une prochaine invasion de l’Ukraine par la Russie, à une période où ce risque n’était pas encore pris au sérieux dans le débat public. Grand entretien pour Contrepoints par Loup Viallet, rédacteur en chef.

 

Que représentent les pays baltes pour la Russie de Poutine ?

Auré... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Une fois de plus, Anne Hidalgo a transformé deux bonnes idées en un échec cinglant. Les Parisiens expriment depuis longtemps leur souhait d’être écoutés par leurs élus sur des enjeux locaux au cours du long mandat municipal de six ans. C’est particulièrement vrai pour les enjeux de densification et de mobilité qui sont au cœur du dynamisme d’une ville comme le rappelle Alain Bertaud, urbaniste de renommée mondiale et directeur de recherche à l’Université de New York. Il n’était a priori pas absurde de solliciter les Parisiens sur ces sujets.<... Poursuivre la lecture

Tout, absolument tout est bon pour protester en France. Même quand il s’agit de projets positifs. Ainsi, jeudi 9 novembre, une trentaine d’anciens élèves de la prestigieuse École polytechnique se sont réunis pour... manifester. Ils ont, à la manière des syndicalistes, déployé des banderoles et soulevé des pancartes pour s’opposer à la poursuite des travaux prévus pour la création d’un futur centre de conférence international, projet qu’ils jugent « pharaonique et inutile ». Ils ont bien sûr reçu le soutien de quelques élus Europe Ecologie Les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles