Climathon, semaine 37 : on a enfin effacé les climatosceptiques

Vous ne voyez plus de climatosceptiques dans les médias ? Rien de plus normal, on ne les invite plus !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
climat sceptique

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climathon, semaine 37 : on a enfin effacé les climatosceptiques

Publié le 16 septembre 2015
- A +

Par Benoit Rittaud
et le jury du Climathon (qui soutient activement le Collectif des climato-réalistes)

climat sceptique

Disparus ! Partis ! Envolés les climatosceptiques ! Nous voilà enfin tranquilles pour propagander informer en paix sur le climat !

La pièce maîtresse de propagande de cette semaine est signée de Yann Verdo pour Les Échos, qui s’arroge le titre de vainqueur de la semaine 37 conjointement avec Hervé Le Treut qui a prêté main forte à ce beau moment de militantisme intégral journalisme objectif.

Titré Mais où sont donc passés les climatosceptiques ?, l’article récompensé cette semaine fait mine de s’étonner de l’absence des climatosceptiques de la scène médiatique, sans se poser la question d’un éventuel ostracisme à leur endroit. Et pour aborder la question, rien de tel que de poser la question à Hervé le Treut, l’un des carbocentristes les plus en vue, qui a à ce sujet une opinion parfaitement neutre comme on s’en doute. Ayant comme il se doit consulté uniquement une personne autorisée à parler, le journaliste ne risquait pas d’être contredit en comparant les climatosceptiques aux créationnistes, sans bien entendu avancer le plus petit début de preuve. Citant sans honte de façon décidée les 97 % de consensus (plus précisément 97,1 % nous apprend le journaliste qui ne plaisante décidément pas avec la précision), déformant sans vergogne remettant à leur juste place les élucubrations des sceptiques sur le Soleil, le journaliste peut s’appuyer sur un Hervé Le Treut au mieux de sa forme, qui ne manque pas de lâcher plusieurs de ces traits involontairement ambigus devenus sa marque de fabrique :

Aujourd’hui, les gaz à effet de serre émis par l’Homme sont tels que leur impact sur le climat mondial est d’une force équivalente à celle de l’ensemble des facteurs naturels de variabilité climatique, qu’il s’agisse des mouvements des océans et de l’atmosphère ou des cycles solaires. C’est ce qui rend la situation actuelle si délicate à analyser correctement. 

Ne nous dites tout de même pas que vous avez du mal à analyser correctement la situation actuelle : et les 97,1 %, alors ? N’ayez pas peur des mots : le plateau de températures de quinze ou vingt ans, c’est rien qu’une invention des mesures satellitaires. En plus, depuis qu’on nous a fait le coup des Américains sur la Lune, on va plus nous la faire avec les satellites, maintenant, hein ! Après tout, Yann Verdo écrit

Comme le créationnisme, avec lequel il partage certains traits, le climato-scepticisme…

Alors vu que c’est open bar, allons-y carrément :

Comme les tenants du Moon Land Hoax, avec lesquels ils partagent certains traits, les carbocentristes…

Comme on le sait depuis longtemps, les carottes de glace montrent que l’évolution de la température précède celle du gaz carbonique. D’où l’idée satanique de certains climatosceptiques : et si c’était la température le moteur et le CO2 l’effet, et non l’inverse ? Yann Verdo tient la réponse, qui tient en un lien logique imparable qui dit ceci : « il est tout à fait possible d’imaginer ». Voici ce lien logique dans son contexte :

Sur le temps long de la géologie, la première cause des changements climatiques est l’évolution des paramètres astronomiques – la façon dont la Terre tourne autour du Soleil et sur elle-même, son inclinaison par rapport à l’écliptique, etc. Mais ces « forçages » (comme disent les climatologues) astronomiques n’agissent pas seuls ; à leurs effets s’ajoutent des rétroactions de toutes sortes. Ainsi, il est tout à fait possible d’imaginer qu’un changement dans l’inclinaison de la Terre ait, à une époque donnée, davantage exposé l’un de ses pôles – mettons, le pôle Sud – aux rayons du soleil. Le réchauffement de cette région et l’évaporation­consécutive augmentent la teneur en CO2 de cet hémisphère. Mais ce gaz circule et gagne l’autre hémisphère, qu’il réchauffe à son tour, par effet de serre cette fois. Il y a eu rétroaction.

Avec une telle démonstration, on comprend que le journaliste ne puisse s’empêcher de lancer que :

Les raccourcis simplificateurs et ten­dancieux des climato-sceptiques exaspèrent les climatologues orthodoxes, qui n’y peuvent mais.

La fin de l’article est une splendide coproduction entre le journaliste et l’interviewé, le second décrétant une bonne fois pour toutes la fin du droit à s’interroger, tandis que le premier nous présente la seule question qui demeure autorisée sur le sujet : comment faire de la COP21 un succès.

« J’en veux aux climato-sceptiques et aux médias d’avoir confisqué le mot de ­sceptique à leur seul usage, regrette Hervé Le Treut. Tout chercheur digne de ce nom devrait s’afficher comme sceptique, puisque le doute est l’essence même de la démarche scientifique. Mais pour autant, nous ne ­pouvons passer notre temps à ressasser des débats techniques qui ont été tranchés depuis longtemps et sont désormais ­enseignés en masters. Que nous débattions, oui ! Mais à condition que ce soit sur les vraies questions. »

En clair, sur les enjeux (éco­nomiques, sociaux, politiques…) du réchauffement et les mesures à prendre pour le limiter. Espérons que la COP 21 sera l’occasion de le faire.

Ça a le mérite d’être clair.

Les accessits de la semaine

Le Commandeur des Croyants se penche lui aussi sur le problème de la disparition des climatosceptiques, et dresse ainsi le constat, au détour d’une interview dans Capital, que « globalement, l’ennemi que nous avions encore au moment de Copenhague, le climatoscepticisme, est résorbé ». Outre l’utilisation d’une rhétorique guerrière toute en nuance qui montre son attachement au doute fondateur dans la démarche scientifique (à l’image d’Hervé Le Treut), on croit déceler un petit regret à l’idée de la disparition de ces opposants, si pratique pour justifier les échecs répétés des grandes sauteries internationales. Rassurons toutefois Nicolas Hulot : le climato-réalisme est en marche, le Commandeur retrouvera donc bientôt un petit caillou dans sa chaussure.

Au moment de l’afflux de réfugiés en Europe, les Sauveurs de la Planète ne pouvaient pas rester indifférents et se sont donc empressés de récupérer l’affaire : il est donc maintenant établi qu’on observe actuellement les premiers exemples de réfugiés climatiques. En fidèle porteur de la Bonne Parole, le Journalderéférence a donc fait le point, avec son objectivité habituelle :

L’afflux de migrants et de réfugiés cherchant asile en Europe est aujourd’hui principalement causé par les guerres civiles et l’effondrement des États au Moyen-Orient, mais le rôle du climat, bien qu’impossible à chiffrer, est plus que probable.

(Pour une définition de « plus que probable », merci de consulter le dictionnaire GIEC-français.)

« La part attribuable au changement climatique dans ces migrations ne peut pas à l’heure actuelle être évaluée », rappelle toutefois François Gemenne, chercheur (Sciences Po, université de Versailles-Saint-Quentin) en sciences politiques et spécialiste des migrations environnementales. […] « Toutefois, il y a un consensus pour dire que le climat est un facteur de déstabilisation, qu’il y a un lien fort entre climat et sécurité », dit François Gemenne.

Autrement dit, on n’en sait rien, on ne sait pas combien, mais c’est-vrai-croyez-nous-sur-parole. Ça s’appelle un consensus.

Heureusement pour le Climathon, il existe des journalistes pour s’affranchir des inutiles précautions du Journalderéférence. Ainsi de Stéphane Paoli, présentateur d’Agora sur France Inter qui, lors de l’émission du 6 septembre a déclaré, avec sa solennité coutumière :

Chaque seconde, je pèse mes mots, hein, chaque seconde il existe un réfugié climatique de plus aujourd’hui. Chaque seconde. L’ONU a fait une enquête et une projection. D’ici à 2050, il y aura chaque année 250 millions de réfugiés climatiques par an de plus. Chaque année.

Bon, l’écart entre la première partie de la citation (environ 31,5 millions de réfugiés par an) et la seconde n’est que d’un facteur 8, une paille. Mais la seconde partie de la citation est vraiment impressionnante : 250 millions par an à partir de 2015, cela fait 9 milliards en 2050, soit l’estimation de la totalité de la population mondiale à cette date. C’est donc prouvé : nous sommes tous des réfugiés climatiques.

Le président français François Hollande, quant à lui, a bien compris le danger mortel que faisait peser sur la Grande Cause Climatique la crise des migrants. Quelle angoisse à l’idée que celle-ci soit définitivement éclipsée par celle-là dans le cœur de nos concitoyens, à quelques semaines de sa si belle conférence internationale ! En fin politique, il a toutefois aussi senti l’opportunité inespérée qu’elle pouvait représenter et a donc judicieusement rappelé que la crise des migrants ne devait pas faire oublier les changements climatiques, affirmant même carrément que c’était la première cause d’exode.

C’est avec la plus parfaite indécente ingénuité que de nombreux compétiteurs n’ont pas hésité à lui emboiter le pas, pour tirer eux aussi partie de l’élan compassionnel généré par la publication de la photo du malheureux Aylan retrouvé noyé sur les côtes turques. Le renouvellement de genre est bienvenu, il nous change des photos d’ours blanc isolés sur leurs banquises fondantes ou des déserts arides au sol tout craquelé. Roule coco, finalement, ça aussi c’est du réchauffement climatique.

Dans cette veine, et boostée par sa victoire éclatante de la dernière semaine, c’est avec une énergie décuplée que Ségolène a abordé une interview retentissante à France Info. Alors qu’elle s’était arrogée le titre en semaine 36 à l’aide d’une formule concise mais efficace, elle a cette fois renouvelé sa stratégie pour se lancer dans de longues et savoureuses tirades, laissant pantois les auditeurs, et n’en doutant pas, les autres compétiteurs. Elle assène ainsi sans frémir (1’35) que « plus de la moitié des mouvements de population à l’échelle de la planète sont dus aux problèmes climatiques ». Répondant à une timide intervention du journaliste lui rappelant que « Ici, ils fuient la guerre », elle enchaîne sans honte avec brio : « Ils fuient la guerre en ce moment, bien évidemment, mais je vous parle à l’échelle planète. Plus de la moitié des migrations viennent des dérèglements climatiques. » Elle enfonce alors le clou :

La question de la lutte contre le dérèglement climatique c’est aussi une question de sécurité planétaire. Il faut savoir qu’aujourd’hui nous vivons comme si nous avons 3 planètes. Or en 2050 il va y avoir 9 milliards d’habitants, donc c’est un défi absolument considérable, c’est une question de survie collective.

C’est alors l’occasion pour le journaliste de rappeler sa pleine indépendance :

Je rappelle que France Info est aussi fortement engagée puisque vous avez accepté vous-mêmes de participer le 3 novembre prochain à l’opération Hashtag ma planète 2050 où 1000 collégiens du monde entier vont venir à France Info pour venir présenter leurs solutions pour le climat. Nous sommes mobilisés.

Devant l’importance des enjeux, heureusement, tous les politiques ne restent pas inertes et certains n’hésitent pas à proposer des solutions originales et novatrices pour sauver notre belle planète, voire régler l’angoissant problème des migrants climatiques. Jean-Vincent Placé, pétulant sénateur écologiste, déclare ainsi avoir perdu 14 kg :

C’est ma contribution à moi personnelle à la conférence-climat et à la lutte contre le dérèglement climatique.

Nous n’en saurons hélas pas beaucoup plus dans cet article passionnant du Figaro sur la nature exacte de son engagement personnel pour le climat, mais c’est une nouvelle preuve de la santé actuelle de l’écologie politique, et de sa capacité à ne jamais craindre le ridicule.

Dernier accessit, enfin, pour une étude qui, signalée par le journal canadien L’Actualité, ajoute un nouvel item à la liste de John Brignell de toutes les choses causées par le réchauffement climatique :

Les changements climatiques constituent l’une des plus grandes menaces pour les régimes de retraite, et les gestionnaires de retraite pourraient être forcés de se positionner publiquement pour remplir leurs obligations légales, indique une étude.

Parfois, l’imagination des compétiteurs laisse le jury sans voix.


Sur le web.

 

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Contre le réchauffement climatique, une seule solution : le socialisme.

  • Ça fait vraiment penser à la méthode Coué du gouvernement: « la croissance, elle est là! »
    « les climatosceptiques, ils sont plus là! »
    (en français dans le texte…)

  • Il est étonnant que Yellen, soutenue dans la démonstration par les principales banques avides d’argent gratuit, n’ait pas déjà convoqué le réchauffement climatique, forcément anthropique, pour justifier un prochain QE. La logique est pourtant imparable. Le RCA, en imposant des investissement colossaux financés par des montagnes de dettes publiques, pourrait déstabiliser les marchés si ces dettes ne sont pas alimentées par l’imprimante de la Fed. Nul doute que SuperMariole, de son côté, ne manquera pas de s’engouffrer dans la brèche.

  • « D’ici à 2050, il y aura chaque année 250 millions de réfugiés climatiques par an de plus. Chaque année. »

    Il y a une petite coquille dans la citation ou bien dans le raisonnement dessous. Ou alors je ne vois pas trop ce que vient faire 2015 dans le raisonnement. Quelqu’un pour m’éclairer ?

    • J’ai aussi du relire deux fois avant de comprendre, mais cela ce tient. « D’ici 2050 .. » peut aussi se lire: « entre maintenant (2015) et 2050, … »

    • RTP: « D’ici à 2050, il y aura chaque année 250 millions de réfugiés climatiques par an de plus. Chaque année. »

      En 2029 (soit dans 14 ans) il y aurait donc 3 milliards 500 millions de réfugiés climatique et la totalité de l’humanité actuelle dès 2045. Crédibilité zéro.

      « La fin est proche, adhérez à notre église ! (…faites passer la sébile) »

  • Personne n’a encore montré que la montée du FN est due au CO2 anthropique ? Pourtant il y a une corrélation forte et d’après mes calculs, le FN devrait atteindre les 200% de partisans d’ici 2050.

    • Vous avez vraiment un bon modèle de simulation ! Il pourrait iintéresser le Giec.

    • Oui cela colle pas mal avec la courbe du CO2… ❗

    • « Personne n’a encore montré que la montée du FN est due au CO2 anthropique ? »
      si, ça a été fait, je l’ai entendu sur Franc sphIncter et vu sur internet (je ne fournit pas le lien vers des sites de tarés, mais c’est facile à trouver ).
      Le raisonnement est évident : CO2 -> réfugiés -> craintes xénophobes -> montée du FN.

  • Malheureusement le ridicule ne tue pas encore,,, Consternant.
    Et on est dirigé par ça.

  • « Aujourd’hui, explique Hervé Le Treut, les gaz à effet de serre émis par l’homme sont tels que leur impact sur le climat mondial est d’une force équivalente à celle de l’ensemble des facteurs naturels de variabilité climatique, »
    Comme quoi notre ami commence à mettre une grosse dose de sceptique dans son vin CO, sans l’avouer. Désormais c’est donc du 50-50, les GES ne sont plus l’alpha et l’omega de l’évolution du climat. Je serai un climatosceptique je me méfierais, si les faits qui finiront bien par trancher vous donnent raison, disons à 30 pour le GES et 70 pour les causes naturelles, notre homme plein de ressource est capable rebondir et de déclarer « je vous l’avais bien dit ! ».
    Notons quand même que dès le 50-50 il est possible que la température n’augmente plus puisque les facteurs naturels s’orientent vers un refroisissement.

    • En fait, le Treut explique sans le dire pourquoi, d’après lui, les températures n’augmentent plus depuis près de 20 ans : c’est parce que les forces naturelles sont actuellement en opposition.

      • C’est exactement la thèse de sceptiques qui mettent en avant par exemple les effets des éruptions solaires, du magnétisme terrestre, des vapeurs biogènes et de nombreuses rétroaction dont l’impact est difficile à chiffrer.
        Les pro GIEC, focalisés sur le seul CO2 (mais c’était leur feuille de route) commencent à virer en douceur leur cuti, les faits constatés démentant leur modélisation.

        Je ne prétends pas qu’il n’y a pas réchauffement avec une cause anthropique, j’avance que les modèles de prévision du GIEC sont médiocres car idéologiques et fermés aux points de vue contraires.

        • Ce qui est amusant c’est que tout le monde utilise le terme de réchauffement anthropique sans en comprendre réellement le sens, à savoir que toute entité carbonée de par sa composition et son mode de fonctionnement émet de la chaleur qui se disperse dans un milieu semi-clos qu’est la sphère terrestre. Alors oui l’homme réchauffe l’atmosphère comme l’éléphant, la baleine et la dernière des bactéries. Et en plus il a fabriqué des machines qui émettent elles-même de la chaleur ou des composants ayant un impact (positif ou négatif) sur la composition de son milieu semi-clos. Le nier c’est un peu dire que la terre est plate, ou que le ciel est jaune. Par contre dire que l’impact est de autant et va provoquer telle conséquence…. personne n’est capable de le dire et même si une personne en était capable, cela ne changerai rien au fait qu’on s’en fout de la température demain ou du niveau des mers, ce qui compte c’est faire preuve de résilience. Il vaut mieux avoir un pull et un maillot de bain à coté de soi plutôt que de passer son temps à manipuler son radiateur pour essayer d’avoir 20 degré en tout point de la pièce.

          • Surtout si les fenêtres sont ouvertes, qu’il y a un vent changeant dehors, que ma femme ouvre et ferme le frigo toute les 5 minutes et que le ciel est semi-couvert et donc le soleil donne de temps en temps sur mes velux ….

  • Ils ont raison pour les réfugiés climatiques:

    quand les americains ont bombardé l’Afghanistan, que bush a fait de même en Irak, tout comme Sarkozy en Libye, pour enfin remettre ça en syrie, c’est certain que c’est suite à un coup de chaud !
    Voilà comment on arrive à une déstabilisation générale, et aux hordes de réfugiés .

    Heureusement, François va arranger ça, avec sa thérapie homéopathique: combattre le mal par le mal, mais à petite dose .

  • A la manière de Molière dans « le Malade Imaginaire » :

    La ruine de la Sécu : Le RCA.
    Le limogeage de Claire Chazal : Le RCA.
    Le déficit de la France : Le RCA.
    Le chômage : Le RCA.
    Les notes de taxis de Mme Saal : Le RCA.
    La montée du FN : Le RCA.
    Les taxis en colère : Le RCA.
    La révolte paysanne : Le RCA.
    La montée en puissance de DAECH : Le RCA.
    La maigreur de Jean-Vincent Placé : Le RCA.
    La désindustrialisation de la France : Le RCA.
    Les tremblements de terre : Le RCA.
    La baisse du pouvoir d’achat : Le RCA.
    La violence de Nabilla : Le RCA.
    Je viens de me casser un ongle sur mon clavier : Le RCA.

    Le RCA, vous dis-je. Moi à votre place, je crèverai les quelques entreprises qui fonctionnent encore pour permettre aux autres de se développer. J’appauvrirai la population pour lutter contre le RCA. J’endetterai nos enfants et petits-enfants pour qu’ils n’aient plus jamais chaud.

  • Merci à Benoit Rittaud pour cet article qui m’a bien fait rigoler. Je trouve d’ailleurs que le niveau littéraire des articles progresse. Avec l’approche de la COP21 qui va intensifier la propagande, je me régale d’avance des prochains numéros!

    Quant à l’inénarable Jean-Vincent Placé, il est parfaitement en phase avec la campagne d’Europe-Ecologie-les verts finement analysée par Nathalie MP. « J’ai perdu 14 kilos, je sauve le climat ». Quel courage militant 😀

    http://leblogdenathaliemp.com/2015/05/10/eelv-declare-jai-un-pull-troue-je-sauve-le-climat/

  • Merci pour cet article — qui fait du bien.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Drôle de semaine, que je viens de passer. Non seulement tous les microbes de saison semblent s’être donné rendez-vous dans mon nez et ma gorge ce week-end, ce qui n’est jamais de nature à me faire voir la vie en rose, mais ils sont arrivés après deux conversations totalement déprimantes que j’avais eues successivement mercredi et jeudi sur les thèmes désormais incontournables de la chasse aux émissions de CO2 et du nécessaire encadrement de la liberté d’expression dans les démocraties.

Dans les deux cas, un dîner de plusieurs convives ... Poursuivre la lecture

photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

8
Sauvegarder cet article

Le suicide par écologisme

Il faut que les choses soient claires : l’empreinte carbone qu’il s’agit de réduire, c’est vous ! Et c’est tellement vrai, tellement évident qu’une récente tribune du journal Le Monde revient sur ce qui est maintenant un but affiché de l’écologie de combat, à savoir la réduction active de l’humanité.

Peu importe que les dernières projections raisonnables montrent une réduction naturelle drastique (plus de 50 %) de la population d’ici 2100 ; pour les activistes malthusiens du climat, pas de doute : éliminer rapidement une partie de la p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles