Va-t-on vers une catastrophe économique mondiale ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Krach (Crédits : Valentin D, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Va-t-on vers une catastrophe économique mondiale ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 septembre 2015
- A +

Par Jean-Luc Ginder.

Krach (Crédits : Valentin D, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.
Krach (Crédits : Valentin D, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

La Chine est une illustration peu rassurante de l’avenir qui se profile. Contrairement aux idées reçues elle n’est pas et n’a jamais été la super puissance prête à remplacer le géant américain. La Chine va mal.

Elle occupe le rang d’une importante puissance mais son économie extrêmement déséquilibrée s’appuie sur deux bulles, la bulle immobilière et la bulle financière. Le pouvoir d’achat des 300 millions de Chinois dépend directement de ces deux bulles.

Il y a quatre semaines, la bulle boursière chinoise a explosé et les conséquences sont lourdes pour les Chinois car le financement de la retraite, de l’éducation, de la santé et donc de la sécurité sociale, repose sur cette épargne de chaque Chinois. Cette situation s’avère être très préjudiciable et entraîne le gouvernement chinois à lâcher beaucoup de ressources et à renforcer son autorité. Il nous faut garder dans l’idée que la part de la Chine dans le PIB mondial est de 20%.

Pas de croissance en Europe, une croissance extrême en Chine, la seule réelle croissance est aux USA. Il n’est pas raisonnable de penser que les Américains peuvent seuls soutenir la croissance mondiale et on devine le scénario à venir.

Nous allons être témoins d’une vague de décisions visant à déverser beaucoup d’argent pour maintenir le système. La banque centrale américaine n’augmentera pas ses taux d’intérêts comme cela était programmé. On peut se demander si la banque centrale européenne continuera à injecter de plus en plus d’euros. Amis, nos problèmes ne trouveront pas leur solution dans cette posture.

Nous nous trouvons en plein cœur d’un problème fondamental résumé en un monde soudain réduit à la dimension d’un pays non gouverné. La conception d’un pays sans gouvernance est un pays où règne le chaos. Notre monde se trouve effectivement dans un chaos politique, culturel, économique et idéologique.

Les règles manquent pour une meilleure allocation des ressources et le gaspillage s’avère considérable. Les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres.

Notre économie française est menacée. La croissance de l’économie mondiale est ralentie et l’économie française liée à cette croissance faible se trouve bloquée.

Ce qui s’annonce est une catastrophe économique globale et majeure. La stratégie qui consiste à ouvrir largement les vannes financières ne fera que retarder le processus en marche. Elle confirme qu’il n’y a plus de pilote et dramatiquement il n’y a plus de cabine de pilotage en France, en Europe, ni ailleurs dans le monde. Cette situation est très inquiétante.

Nous avons le besoin urgent de reconstruire notre cabine de pilotage en France. Nous devons disposer d’un pouvoir politique fort, simplifié, transparent, efficace et économe au travers d’une réforme des institutions. Les réformes nationales nécessaires sont de grande ampleur.

Je crains malheureusement que les personnes et les intérêts personnels soient une priorité au détriment d’une solidarité européenne urgente car les temps qui s’annoncent sont très sombres.

En contrepoints :

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • un petit rappel sur les dts permettrait,peut-etre,de mieux comprendre les problèmes économiques(monétaires)actuels

  • Ben non, la bulle boursiere chinoise n’a pas explosée. Imaginez que vous avez un capital qui a augmenté de 150% sur un an, mais qu’à la fin de l’année, il diminue de 15%… Globalement, vous diriez que c’est une bonne ou une mauvaise année ?? Une bonne évidemment, votre capital a plus que doublé au final.
    C’est exactement la situation de la bourse chinoise. Arretez de croire ce que les journaux écrivent.

    • Mais oui , il y avait surchauffe économique en Chine , donc , logiquement , on dévalue la monnaie et les choses reprennent leur cours , ce que la France , en abdiquant sa souveraineté monétaire en prenant l’€ a perdu …

      • Pour l’euro c’est le marché qui a dévalué la monnaie et là ce n’était pas 5% mais 20% en 1 an par rapport au dollar (1.40 à moins de 1.10). Face à cette dévaluation de l’euro, la dévaluation forcée du Yuan (6.20 à 6.40, 4% faut pas éxagérer!) se comprend fort bien puisque le Yuan s’était fortement apprécié par rapport à l’euro et que : « Sur les six premiers mois de 2015, le volume des échanges de la Chine avec l’Union européenne s’est réduit de 6,7% » (ASEAN) alors qu’il a augmenté en zone dollar.

        Je résume :
        il y a 18 mois toutes les monnaies sont à l’indice 100
        18 mois après le dollar est à 100, le yuan est à 100 (peg) et l’euro est à 80.
        La dévaluation a donné : dollar 100, yuan 95, euro 80

        Le but était simplement de faire une cote mal taillée pour renforcer le commerce avec l’un sans affaiblir trop l’autre.

        • Pour le yuan aussi, c’est le marché qui a mis la pression sur la monnaie et la Chine qui a entériné en décalant son cours pivot. Rien de proactif là-dedans.

  • On va tous mouriiiir.
    Un économiste de l’école du rire.
    Consternant.

  • @john Le capital a double => non. La masse monetaire a double. Le probleme du PIB est qu’il est mesure en monnaie. Double la masse monetaire double le PiB et tout le monde se touche la bite en affirmant « 100% de croissance ».

    La mesure du PIB via la masse monetaire n’est correct que si la masse monetaire est indexee sur la croissance.

    Sinon je trouve l’article un tantinet simpliste: « Il n’y a pas de pilote, c’est l’anarchie, on va tous crever ». C’est l’inverse de l’anarchie. Les marches sont sous controle tres etroit des etats (forts) dans tous les pays. Demander un etat plus fort n’est pas la solution.

    Les etats sont plus forts chaque annee et le probleme empire un peu partout. La solution serait qu’il faut encore plus d’etat fort? Un peu de serieux.

    • Sans préjuger de ce l’auteur a en tête, on peut au moins dire qu’un Etat fort n’est pas un Etat obèse. Ce serait même plutôt l’inverse, étant donné la putréfaction étatique dont on a la vision au quotidien. En guise d’illustration, un Etat fort est un Etat où les dettes publiques sont interdites, ceci afin de garantir son indépendance des marchés, donc sa souveraineté, sans se payer de mots.

  • La bulle immobilière de la Chine fait très peur. Même dans les moments les plus absurdes de la bulle américaine on a pas vu de villes fantômes flambants neuves.

    • Le plus effrayant est l’inconnu. Le trou noir statistique que représente la Chine est tout à fait remarquable. Dans les pays occidentaux qui ne sont pas épargnés par les manipulations statistiques, on dispose au moins d’outils relativement performants pour rétablir une certaine vérité (chômage US vs taux de participation par exemple). Mais rien de cela en Chine. La croissance en Chine pourrait être de -7% ou de +7% que la situation serait identique, le pire étant qu’en toute probabilité, même les dirigeants chinois n’en savent rien, eux non plus.

      En attendant de découvrir la réalité un jour prochain, il importe de faire échec aux tentatives des dictateurs chinois d’exporter leurs actifs sans valeur au reste du monde, notamment par l’intermédiaire du yuan.

  • « La croissance de l’économie mondiale est ralentie et l’économie française liée à cette croissance faible se trouve bloquée. »

    l’économie française est d’abord bloquée par l’étatisme français !

  • Beaucoup de catastrophisme plus ou moins informé sur Contrepoints en ce moment. Celui de cette article n’est pas d’un très bon niveau. Pourquoi 300 millions de Chinois, par exemple, alors qu’ils sont 1,4 milliards. Est-ce le chiffre que l’on obtient lorsqu’on ne compte que les Chinois utiles ? Qui sont-ils au juste ?

    Le message de cet article est encore plus déplaisant que la pauvreté généralisée de son argumentation : un appel à plus de gouvernement, gouvernement mondial pourquoi pas ? L’utilisation du mot fourre-tout de pilotage n’arrange rien. C’est le message le plus antilibéral qui soit. Si nous ne pensons pas qu’avec moins de gouvernement, l’économie mondiale s’en sortirait mieux, autant lire Le Figaro et voter LR.

    Qu’y a-t-il de fondamentalement différent entre les catastrophismes, que leur terrain soit économique, écologique, démographique, géopolitique ? Sur le plan intellectuel rien du tout. Ces pensées sont toutes des pensées qui alignent mécaniquement des causes et des effets en maniant le syllogisme. Elles sont régulièrement débordées par la complexité des choses, par des effets qui reviennent vers les causes pour les chambouler, par des phénomènes si minuscules qu’on ne les voit même pas et dont on rate les conséquences parfois considérables sur l’ensemble du raisonnement.

    Il y avait à une époque pas si éloignée que cela un catastrophisme d’extrême-gauche. Il disait que cette fois, les masses populaires n’en supporteraient pas davantage : c’était sûr, la révolution était pour demain. Le réformateur était l’ennemi, lui qui ne faisait que la retarder.

    Voilà ce qu’il m’inspire, cet article.

  • Mais comment peut-on passer de « Chine inquiétante » à « solidarité européenne » en débitant des à-peu-près sans aucune démonstration ?

    Rien compris à l’article.

    • Je vais essayer : Chine inquiétante, tantale, talisman, mansuétude, étudiant, diantre, entresol, solidarité européenne

      De temps en temps CP nous met un article débile pour nous tester et nous maintenir éveillé 😀

  • Cher Jean Luc Ginder,

    Si votre analyse de la faiblesse de la Chine semble assez pertinente, je trouve que vos conclusions sur le besoin de gouvernance mondiale est franchement bancale. En effet, un pays non gouverné n’est pas forcément le chaos, et un pays gouverné peut etre chaotique.
    Ce jugement de valeur est un aveu d’Etatisme qui ressemble à s’y méprendre à un article d’alter éco: On a un problème, saint gouvernement va nous aider…

    Les problèmes de la chine viennent directement du politique. Les bulles speculatives sont le fruit de l’investissement d’Etat et de sa capacité à orienter les investissements privés vers ces bulles (taxes, normes, etc…). Le problème de la Chine est justement le trop de gouvernement. C’est pas en rajoutant une couche supra nationale que ca va changer dans le bon sens. Idem pour l’Europe.

  • Pour ma part je préfère rester optimiste et croire en un futur merveilleux. Bien sûr l’état actuel de l’économie mondiale n’incite pas à l’optimisme mais le pessimisme ne mène nulle part.

  • « La conception d’un pays sans gouvernance est un pays où règne le chaos. »
    La liberté c’est le chaos, l’asservissement la prospérité.

    « Les règles manquent pour une meilleure allocation des ressources »
    « Nous devons disposer d’un pouvoir politique fort »
    Détruire les droits individuels au profit d’un pouvoir central.
    Une bonne grosse dictature quoi. Et l’auteur se propose d’être aux manettes.

    « Je crains malheureusement que les personnes et les intérêts personnels soient une priorité au détriment d’une solidarité européenne »
    Oh oui sacrifions les personnes au profit d’une cause supérieure.

    Contrepoints s’est rue89 bis maintenant ?

    • J’ai eu un mail hier m’annonçant qu’ils (CP) avaient embauché une petite nouvelle, « une secrétaire de rédaction week-end, Séverine, pour assurer une qualité parfaite des articles même en fin de semaine; » !

      Le week-end commencerait-il le mardi ?

    • Sans oublier ma préféré de l’article :  » Les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres. »
      Tant de bêtise et un joli sophisme résumé en quelques mots (maux?).

      D’habitude les trolls sont dans les commentaires. Pour partie, l’article donne l’impression de vouloir s’attribuer le mérite de cet éloge.

      • Ginder est à priori un économiste réaliste et libéral. Ces articles mettent l’accent sur les problèmes économique et leur absence de prise en compte par le gouvernement. Mais la ? On ne voit pas où il veut en venir. Mais comme il s’est lancé dans la politique au dernières régionales on peut se demander s’il ne s’exerce pas à la langue de bois.

  • Je suis assez interpellé par ce papier profession de foi de prédicateur plus que d’économiste !
    Je lis Charles Gave depuis des années dont lui et ses équipes sont les spécialistes incontestés de la Chine , je rentre d’un long voyage chinois qui m’a permi avec des rencontres de locaux de union aires de conforter ma compréhension de l’évolution de ce pays que je connais bien depuis 1997 premier voyage et dont la lecture implique non seulement de parler mandarin mais aussi de penser mandarin !
    La Chine de 1949 à 2009 sort d’une période de reconstruction ( pour Gave c’est 2012 ) , elle est rentrée depuis 2012 pour faire plaisir a Gave dans une période de croissance modérée après une phase d’incendies assez classique liée à une reconstruction à tout va , désordonnée , dont certains secteurs illustrent ces incendies californiens comme la production d’acier , de ciment , de verre plat ( autant de float que la terre entière ) …..cette phase s’achève en 2014 avec l’avènement de XI le leader devenu en Chine charismatique ( sauf une poignée d’opposants plus audibles en Europe que le nombre et la qualité ) et la campagne d’éradication de la corruption ordinaire et voyante qui a caractérisé surtout les 10 dernières années de la phase de reconstruction .
    La bulle immobilière évoquée par l’auteur trouve ses racines dans cette prévarication institutionnelle où chacun a un poste clé du PC , de l’armée, d’une province ….pensait qu’il pouvait se permettre de bénéficier du droit de cuissage dont certains ont atteint des sommets ( 200 à 300 appartements on parle même de 1000 pour un dirigeant local , donnés en échange d’un permis par exemple ) Les graphiques publiés par Gave montrent l’ampleur des instructions judiciaires engagées avec un doublement en 2014 et très certainement un triplement en 2015 , bref cette économie grise tend sinon à disparaître du moins à ne plus peser comme elle a pu peser fait sur l’immobilier , le luxe le cognac …….’
    Depuis 2012 donc la Chine est rentrée dans une période confirmée par XI de « croissance modérée « ou l’important n’est pas les réformes économiques , ce qui peut paraître paradoxal mais les réformes de structures pour le grand rêve chinois du leadership technologique mondial en 2049 .
    Cette phase de croissance modérée se caractérise par une période de paix social donc la réforme agraire en place et la naissance d’une classe de rentiers paysans ( paradoxal ! ) la réforme fiscale qui progresse à pas de géants sur le revenu , le foncier …..l’amélioration des pensions et surtout la hausse des salaires ouvriers en milieu urbain qui a eu comme conséquence des délocalisations majeures des usines a bas coûts chinoises et non chinoises au Bengladesh , au Cambodge ……
    XI n’est absolument pas motivé de voir perdurer le schéma Chine = Usine du monde et l’objectif est clairement le ciseau technologique mais avec une vision longue a la chinoise c’est à dire 2020 .
    La priorité sont les grandes infrastructures : les routes de la soie terrestre et maritime pour faire simple , les challenges circumpolaire notamment le passage NE ou la Chine entend être leader ( cf le développement rapide d’une flotte classe polaire sans brises glaces ) c’est 25 % de trajet en moins entre Shanghai et Rotterdam ! , les développements communication , geolocalisation ……the list is long …
    La traduction de ces efforts , de ces ciseaux est une croissance à 4% que l’on aura des 2016 et dans les 5 ans qui suivent , ce taux de croissance est inscrit dans les courbes depuis 2009 mais que peut savent lire .
    La réforme des grands groupes en cours ( China Mobil and co ….) ne se traduira pas par des privatisations bien au contraire mais comment les poids lourds vont participer , contribuer à la stabilisation de cette économie en croissance modérée .
    Pour terminer sur la bulle immobilière les prix sont repartis à la hausse dans les villes capitale Beijing et Shanghai et l’hôtellerie pourtant pléthorique en 5/6 étoiles affiche complet contrairement à Paris pour ne prendre que ce mauvais exemple .
    Sur la bulle boursière il faut comprendre que les chinois ont compris et jouer en bourse comme au casino !
    La correction sévère après une croissance désordonnée était inscrite dans le marbre et tous les gros opérateurs se sont retirés bien avant la correction .
    Je suis pour ma part très interpellé par l’intérêt de deux places financières continentales ( HK est un cas à part ) XI est culturellement un non libéral et nous sommes beaucoup plus dans un schéma d’économie planifiée qui ne dit pas son nom cf les grandes restructurations en cours dans l’automobile chinoise , la filière aéronautique , la machine outil ……
    La Chine sous XI inaugure un modèle assez étonnant qui voit se développer les créations de start up ( la création d’entreprise est vivace en 2014 et très prospère en 2015 et des groupes publics moteurs des grands challenges et dont la logique propre n’est pas le profit pour le profit mais l’accompagnement des objectifs stratégiques .
    Le seul espace de respiration libérale sur le modèle des fonds souverains singapouriens est l’investissement a l’étranger 1,6 trillion de USD anticipes en 2015 en Europe aux US et Amériques et en Afrique .
    Bref ces longues prolégomènes pour dire que l’auteur n’a pas compris le film et que l’ état de la Chine n’est pas ce que ses détracteurs aimeraient qu’il soit

    • (Mode humour : ON]
      C’était un reportage de notre Envoyé Spécial pour l’agence Xinhua (Chine Nouvelle).
      [Mode humour : OFF]

      Globalement je suis d’accord, on a vu un éternuement et tous s’empressent de pronostiquer un cancer en phase terminale, c’est effarant tant de bétises.

    • Ce despotisme éclairé est magnifique. Mais je ne sais pourquoi quand quelqu’un me dit que tout se déroule selon le plan, j’ai comme un doute …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Alain Goetzmann.

Décidément, nos gouvernants n’arrêtent pas de se prendre les pieds dans le tapis à chacune des décisions qu’ils nous imposent dans la mise en œuvre des mesures contre la pandémie.

L'exemple ne vient pas d'en haut

D’abord, étonnons-nous de leur méconnaissance d’une des règles de base de tout bon management : l’exemple. Il ne leur est pas interdit de se souvenir de cet aphorisme du docteur Schweitzer : « L’exemple n’est pas la meilleure façon d’influencer les autres, c’est la seule ».

Or, si nous sommes... Poursuivre la lecture

Par John Nagle. Un article de The Conversation

Douze mois après la terrible explosion du port de Beyrouth qui a tué plus de 200 personnes, en a blessé des milliers et a laissé environ 300 000 habitants sans abri, la descente dramatique du Liban dans la crise économique et politique s’aggrave. L’effondrement économique du pays est si grave que la Banque mondiale le classe parmi les trois plus graves jamais observés depuis le milieu du XIX esiècle.

Les chiffres reflètent l’ampleur de la catastrophe humanitaire. Plus... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles