Burundi : la guerre civile est-elle évitable ?

Que faut-il faire pour éviter un tel scénario catastrophe au Burundi ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
United Nations Operation in Burundi Disarms Rebel Forces credits United Nations Photo via Flickr ( (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Burundi : la guerre civile est-elle évitable ?

Publié le 11 septembre 2015
- A +

Par Sali Oumarou Bouba.
Un article de Libre Afrique

United Nations Operation in Burundi Disarms Rebel Forces credits United Nations Photo via Flickr ( (CC BY-NC-ND 2.0)
United Nations Operation in Burundi Disarms Rebel Forces credits United Nations Photo via Flickr ( (CC BY-NC-ND 2.0)

Depuis le début de la crise politique au Burundi, le spectre du retour à une situation de guerre civile ne cesse de hanter les esprits. Il est soutenu que les diverses escalades de violence observées ces derniers temps mettent de facto le pays dans une situation de « pré guerre civile ». La  perspective d’un retour à une situation de violence armée n’est guère souhaitable pour un État qui n’a connu jusqu’ici que ce mode d’expression politique. Que faut-il faire pour éviter un tel scénario catastrophe et consolider l’État burundais ?

Les différentes analyses et opinions qui tendent à montrer que le Burundi se dirige inéluctablement vers une guerre civile ne sont pas dénuées de sens. Les agissements des différents acteurs de cette crise politique expliquent amplement cette éventualité. En effet, depuis l’annonce de sa candidature pour un troisième mandat, le régime de Nkurunziza s’est polarisé, voire radicalisé, afin de réaliser un passage en force. Il a fait fi du mécontentement d’une frange des citoyens burundais s’opposant à cette candidature, considérée du reste comme anticonstitutionnelle et violant les dispositions de l’accord d’Arusha ayant permis au Burundi de sortir de près de vingt ans de guerre civile. Si le point de désaccord, qui fut l’interprétation des dispositions de la constitution sur la possibilité d’une énième candidature de Nkurunziza,  a été peu ou prou réglé par une cour constitutionnelle sous pression, in tempore suspecto1, cela n’a pas refroidi la volonté affirmée de la société civile et d’une partie de l’armée de mettre un terme au régime de Nkurunziza. La suite, on la connait : une montée en puissance des manifestations de la société civile, une tentative de coup d’État, des répressions brutales à la suite du coup d’État manqué, l’exode de milliers de Burundais vers les États voisins. Malgré ce climat de fragilité et d’insécurité dans lequel aucune élection crédible ne pouvait se tenir, le jusqu’au-boutisme du régime de Nkurunziza, excluant tout dialogue, réprimant les libertés fondamentales, et cherchant une sorte de sécurité par le processus électoral, a abouti à l’organisation de l’élection présidentielle qui a consacré la victoire du président sortant. Seulement, ce passage en force n’a rien réglé. Tout au contraire, la situation sécuritaire se dégrade davantage. Le pays connait désormais des assassinats ciblés à l’arme lourde, des affrontements sporadiques dans les rues de Bujumbura et dans les zones frontalières. Toute chose qui laisse présager une montée continuelle de la violence armée dirigée contre la puissance publique.

Pour éviter que la situation ne devienne totalement incontrôlable ou ne s’érige en problème régional du fait des diverses connexions culturelles, politiques entre les peuples de la sous-région et de la porosité des frontières ; il y a lieu d’activer au moins trois leviers. Dans l’immédiat, il est nécessaire que les différents acteurs de cette crise reconsidèrent celle-ci comme une opportunité de mettre en œuvre leur capacité à apporter des solutions politiques aux problèmes politiques. À ce titre, il faudrait qu’ils acceptent le rétablissement d’un dialogue constructif dont l’aboutissement pourrait être une troisième voie ; celle d’un gouvernement consensuel et de la relance effective de la commission de réconciliation et vérité. Certes, le régime en place s’est déjà imposé de force à travers une élection caractérisée par un langage diplomatique peu crédible, mais cela ne doit pas être un motif pour rester sourd aux possibles solutions à la crise et au rétablissement du dialogue constructif qui pourraient se réaliser à travers un médiateur crédible et accepté par tous les acteurs de la crise. Cela doit se superposer au retour sans conditions au respect et à la protection des libertés fondamentales de tous les citoyens burundais et particulièrement des citoyens ordinaires qui ne bénéficient pas toujours de l’attention médiatique, et donc, d’assez de protection au même titre que les élites de tous bords. Dans le prolongement de cette idée, il faut que le régime de Nkurunziza reconsidère certaines mesures  judiciaires et administratives prises soit pour affaiblir les leaders de la société civile dans le processus de contestation, soit pour remettre en cause les acquis des accords d’Arusha. Car, il est d’une évidence que les appareils administratifjudiciaire et  parlementaire ont été dévoyés de leurs véritables rôles. Ils ont été mis au service des ambitions du régime de Nkrunziza, par le moyen d’arrestations arbitraires, du profilage, des jugements iniques, et la suppression des règles de représentativité ethnique au sein du bureau de l’Assemblée nationale.

Le deuxième point sur lequel il faudrait agir dans le moyen terme serait celui du respect effectif des règles d’organisation et du fonctionnement de l’État. L’indépendance des institutions, telle l’instance électorale, la CENI, la justice, doit être réellement garantie. Ces institutions ne doivent pas rester inféodées comme c’est le cas actuellement à la branche exécutive de l’État. À ce niveau, une garantie supplémentaire serait d’insister, lors de la formation des forces de l’ordre, sur les valeurs qui fondent l’État de droit, la délimitation des différents pouvoirs et l’attitude à observer en période de crise politique. Le troisième point, à explorer graduellement, serait celui consistant à limiter les pouvoirs et privilèges de la fonction présidentielle. Les larges pouvoirs et avantages associés à la fonction de président en Afrique conduisent, comme à Westeros de la fiction Game of Thrones, à une interminable course au pouvoir. Et on le sait « Quand tu joues au jeu du pouvoir, tu gagnes ou tu meurs. Il n’existe pas d’autre voie ». L’idée serait ici d’explorer les avantages d’un régime parlementaire2 susceptible d’adoucir les pouvoirs du président. Bien évidemment, à ces mesures pourront en être ajoutées d’autres, jugées opportunes par le peuple burundais via une médiation intégrative prenant en compte les aspirations des différentes strates sociales de l’ordre politique burundais.

Sur le web

  1. En temps suspect.
  2.  Cf à ce niveau les analyses du Professeur Mamadou Koulibaly disponible sur le site www.libreafrique.org
Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Vous voulez dire comme les personnes qui pensaient que l’Asie serait encore pauvre de nos jours, il y a de ça 40-60 ans ?

  • Je suis tout a fait d’avis pour ces suggestions mais n’oublions pas une chose, toutes ces personnes au gouvernement dirige par Nkurunziza ne sont pas necessairement d’accord Avec ce qu’il fait! Ces personnes, les militaires, tous ces gens qui travaillent dans les instances qui normalement devraient reguler les questions politiques, legales, sociales, financieres et j’en passe, ont la peur dans Le ventre d’être sequestres, de mourir. Les autres qui sont a l’exterieur de cet appareil de misere vivent les memes sentiments et en plus s’ajoute a ces derniers, la faim! Les gens burundais vivent une peur terrible et la plupart n’ont pas les moyens de communication, de survie,, ils ont faim et on sait ce que la faim peut nous faire faire. Nous savons que ce monde est dirige par Un pouvoir financier et le burundi ne fait pas exception! Il est pratiquement impossible de changer les choses Si on a pas les moyens financiers! A mon humble avis, Si on veut changer le cours des evenements, il faudrait envisager de chercher les moyens de securiser financierement tous ces gens qui ont peur de quoi manger, boire, bref , Le manque des besoins de premiere necessite! Pourquoi on arrive pas a rallier beaucoup de gens a la cause de anti- 3eme mandat? a min Avis ce n’est pas qu’ils n’adherent pad a la cause mais bien evidemment parce qu’ils not peur! Pourquoi les anti- 3eme mandat n’arrivent pas a des resultats consequents, parce qu’ils n’ont pas les moyens! Pourquoi ces derniers n’ont pas assez d’aide, parce que l’opinion Internationale ne lui pas assez credit pour securiser leurs interets dans ce pays! A mon humble Avis encore une fois, tant et aussi longtemps qu’on aura pas compris que malgre nos bonnes et nobles intentions l’adage qui dit que (pas d’interets pad d’action) , il serait difficile de changer les choses!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mesdames et messieurs les Français, vous avez les félicitations de Antonio Luis Santos da Costa, de Pedro Sánchez Pérez-Castejón et d’Olaf Scholz, et vous ne serez donc pas sanctionnés par Ursula von der Leyen comme de simples pays africains.

Dans un mouvement tout à fait inédit sur le plan diplomatique, les chefs des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne ont exercé leur « devoir d’ingérence » en intervenant dans les élections démocratiques d’un autre pays de l’Union Européenne (UE), et pas des moindres,... Poursuivre la lecture

Par Frédérique Berrod  et Birte Wassenberg. Un article de The Conversation

 

L’attaque de l’Ukraine par la Russie dans la nuit du 24 février 2022 a provoqué un séisme géopolitique mondial. Le Conseil de l’Europe n’en sort pas indemne : pour la première fois, il a expulsé l’un de ses États parties, la Russie, parce que la maison commune européenne ne peut pas comprendre en son sein un État attaquant sans raison l’intégrité territoriale de son voisin, qui plus est dans des conditions dramatiquement incompatibles avec la prote... Poursuivre la lecture

John Locke
3
Sauvegarder cet article

Un article publié en collaboration avec l'Aleps.

En dépit de certaines ressemblances formelles, comme la commune référence à l’état de nature et au contrat social, on imagine difficilement deux pensées aussi opposées que celles de Locke et de Hobbes. C’est qu’ils diffèrent fondamentalement sur leur conception de l’être humain.

Dans la tradition d’Aristote et Saint Thomas, John Locke (1632-1704) décrit un homme libre, rayonnant d’une dignité qu’il a en propre, et naturellement porté vers le respect des autres et la compréhension... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles