Impôt sur le revenu : le chiffre fou

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
cri credits claus rebler (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Impôt sur le revenu : le chiffre fou

Publié le 9 septembre 2015
- A +

Par le Parisien libéral.

cri credits claus rebler (licence creative commons)
cri credits claus rebler (licence creative commons)

« 300 000 foyers fiscaux paient 30 % de l’impôt sur le revenu ». C’est le chiffre qu’a rappelé BFM Business hier soir.

Cette concentration ne peut que s’accélérer avec la décision de Hollande d’alléger la première tranche. Mais cette concentration de l’IRPP ne date pas de 2015.

En 2011, nous apprend Impot sur le revenu.org, sur un total de 36,5 millions de foyers fiscaux, 19,5 millions d’entre eux payaient l’impôt sur le revenu selon l’administration fiscale, soit 53,5 % des foyers fiscaux français payant l’impôt sur le revenu.

contribuable fou rené le honzec36 700 ménages ont payé 10 % de l’impôt sur le revenu en 2013 (source Le Figaro). Toujours en 2013, 10 % des foyers fiscaux (les 3,67 millions les plus aisés) ont payé 67 % de l’impôt sur le revenu en 2013, selon les derniers chiffres fournis par Bercy à la Commission des finances de l’Assemblée nationale. Si l’on affine encore, 1 % des foyers (soit 367 000 ménages) se sont acquittés de 30 % du total, et 1 pour 1000 (précisément 36 700 ménages) ont réglé à eux seuls 10,4 % de la facture.

Et après, on nous dira que la progressivité n’existe pas, que les riches (!?) ne paient rien. Ceci étant, peut-être que ceux-ci apprécient, puisqu’ils votent UMP les Républicains ou Parti Socialiste au lieu d’imaginer une alternative libérale, telle que celle représentée par exemple par le Parti Libéral Démocrate ?

Sur le web

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Ces chiffre sont contre-productifs. Les 90 % qui ne paient pas ces impôts ne vont pas avoir pitié des 10 % qui en paient. Question stratégie de persuasion, il est plus utile de faire valoir que le 90 % restant en souffrira d’une manière ou d’une autre.

    • C’est une info, un site info la partage.

      • Oui, c’est pertinent pour cela. Aucun doute. Je fais simplement un commentaire pour guider l’usage de ces chiffres.

    • Le libéralisme est contre la démocratie sociale….

    • Les 90% qui ne paient pas sont dépendants des 10% qui paient, comme ils sont dépendants des 0.3% qui les protègent de la criminalité, des 0.3% qui les soignent, etc. Etre dépendant conduit souvent à l’agressivité envers ceux dont on dépend, mais les rappels à la raison sont faciles à faire. A moins qu’on ne soit subventionné justement pour ne pas les faire…

  • … et de nous bassiner avec le fait que le paiement de l’impôt (sur le revenu, les autres, on s’en tape) est un acte fondateur de la citoyenneté et de notre bien aimé vivrensemble.
    Des baffes se perdent…

  • Ça veut aussi dire qu’une bonne partie de la population est très mal payée. Mais bon, avec un salaire médian à 1k6, c’est pas un scoop.

  • L impot sur le revenu a été inventé par Joseph Caillaux en 1914 pour financer l’effort de guerre et devait être provisoire …..
    Du provisoire qui dure , comme d’habitude avec tous ces voleurs de politicars !

  • Il y a un truc que je trouve infernal en ce moment à ce sujet, c’est ce sophisme martelé par tous les médias qui dit que  » l’impôt sur le revenu, considéré comme le plus juste car progressif ».

    Cherchez sur Google Actualité, le nombre de fois que cette expression est utilisée, c’est un véritable matraquage !

  • Il suffirait que ces « super-imposés » décident d’un même mouvement de raz le bol de s’exiler pour mettre l’obèse dans une situation intenable!! On l’a tiens là, notre occasion de foutre à plat ce système!!! Je serai d’avis qu’on continue à les ponctionner a mort pour accélérer le mouvement!!!

    • Il vaudrait mieux faire chuter l’obèse par une méthode qui ne conduise pas à des dégâts collatéraux irréversibles…

      • Quelle que soit la méthode, vu la taille de l’Obèse, il serait prudent de s’en écarter lors de sa chute…

      • Je suis d’accord avec vous. Malheureusement, nous n’avons pas l’air de l’avoir cette méthode, et quand bien même, il faudrait l’appliquer…. Alors que là, les socialos font le boulot seuls. Laissons les creuser leur tombe jusqu’au bout, et dans tous les cas de figures, il y aura des dégâts collatéraux à réparer ! Chaque chose en son temps…..

    • Ce n’est pas de la richesse magique
      Elle n’est pas sui generi et rarement héritée… C’est donc que les riches vivent du terrain (qui plus que les médecins et pharmaciens vit du racket social? Qui plus que le propriétaire d’un hypermarché de province vit de l’argent redistribué par le même racketeur?)
      Il est probable que, à part quelques sentimentaux, la plupart des « riches » sans symbiose avec le pays sont déjà partis (dont pas mal de cadres de grosses boites françaises qui ont installé leur management de « qualité » à Londres par exemple)

    • Au-delà des dommages collatéraux évoqués par MichelO, c’est aussi oublier un peu vite que ces « super-imposés » ne sont pas tous « super-riches ». Un célibataire qui gagne 4 à 5k net par mois « donne », en impôt sur le revenu, près de 20% de son salaire net à l’état. Célibataire avec 4k ou 5k, c’est confortable, oui, mais il n’y a rien de trop : on est loin d’être riche avec ça et à la fin du mois il ne reste pas grand chose, tous comptes faits.

      Alors, partir : quelle belle image, quelle délicieuse idée ! Mais pour aller où, et pour faire quoi ? Contrairement à ce que semblent penser beaucoup de ceux qui prêchent l’exil, émigrer n’est pas si simple. Car il s’agit aussi, in fine, de laisser derrière soi tout ce que l’on a construit, même si ce n’est pas beaucoup, même si c’est relatif. Et quoiqu’en dise Kipling cela ne fait pas forcément de moi un homme.

      Vous pourrez bien sûr trouver des exemples d’expatriation brillamment menée, des success-stories à faire briller les yeux des enfants, mais tout le monde en est-il capable ? Et surtout : tout le monde en a-t-il envie ?

      Et, vous : pourquoi êtes-vous encore là vous-même ? Peut-être vous-mêmes n’êtes-vous pas « ponctionné à mort » et peut-être vous sentez-vous finalement bien en France ? Ou bien prêchez-vous l’exil confortablement installé au fin fond d’une jungle Costa Ricaine ? Comme il est simple, n’est-ce pas, de dire à l’autre — « Facile, t’as qu’à » ?

  • Qu’est-ce que la justice ?
    Je ne connais qu’un critère objectif: Ne pas avoir initié la violence.
    La « justice sociale » est donc le contraire de la justice.

    Nous sommes à la phase terminale du processus prévu par Tocqueville en 1835:
    « Mais je suis profondément convaincu que tout système régulier, permanent, administratif, dont le but sera de pourvoir aux besoins du pauvre, fera naître plus de misères qu’il n’en peut guérir, dépravera la population qu’il veut secourir et consoler, réduira avec le temps les riches à n’être que les fermiers des pauvres, tarira les sources de l’épargne, arrêtera l’accumulation des capitaux, comprimera l’essor du commerce, engourdira l’activité et l’industrie humaines et finira par amener une révolution violente dans l’État, lorsque le nombre de ceux qui reçoivent l’aumône sera devenu presque aussi grand que le nombre de ceux qui la donnent, et que l’indigent ne pouvant plus tirer des riches appauvris de quoi pourvoir à ses besoins trouvera plus facile de les dépouiller tout à coup de leurs biens que de demander leurs secours. »
    http://classiques.uqac.ca/classiques/De_tocqueville_alexis/memoire_pauperisme_1/memoire_pauperisme_1.html

  • Je suis d’accord en même temps l’IR n’est qu’un seul des impôts payés dans ce pays. Si on ajoute tout (charges sociales, IR, TVA, taxes…) l’écart entre le top10% et un individu normal se réduit drastiquement.

    La France taxe trop, au sens large, mais ce ne sont pas les plus riches qui financent l’ensemble du système.

    • +1
      l’IR c’est 70 milliards. 30% ça fait 23 milliards,
      * divisé par 367 000 ça fait 63 000 euros en moyenne. Ce n’est pas si considérable
      * 23 milliards c’est 2 % des revenus de l’état au sens large
      on ne rappellera jamais assez que l’essentiel des recettes obligatoires c’est, dans cet ordre, les charges sociales et la TVA.
      Nous avons un IR beaucoup trop faible parce quel es revenus sont beaucoup trop faibles

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Par Philippe Lacoude.

Au risque de surprendre, quand j’habitais Paris, j’adorais prendre le taxi. Bien sûr, ils sont chers, parfois dans un état discutable, mais avant les réseaux sociaux, ils étaient l’occasion de faire un vrai sondage de l’opinion publique et d’apprendre les théories les plus farfelues, sur tous les sujets.

C’était également un formidable réservoir d’exemples concrets des mécanismes micro-économiques.

Empilement de catastrophes

Car cette profession fort utile – nous devons tous aller quelque part – doit... Poursuivre la lecture

Par Jean-Luc Ginder.

Notre système économique basé sur l’impôt est appelé à s’améliorer, à s’améliorer toujours, et à s’effacer au niveau de l’impôt sur le revenu pour réaliser autrement sa mission de service public.

Supprimer un impôt n’est pas supprimer les autres impôts. Notre système économique est malade. La suppression de l’impôt sur le revenu signifie 20 % des recettes de l’État afin de relancer l’emploi par la consommation. Il serait alors judicieux de s’interroger pour savoir si les 80 milliards dédiés au plan de relanc... Poursuivre la lecture

Par Thierry Afschrift.

Une fois de plus, une fuite a permis à des journalistes du monde entier de révéler des pratiques fiscales qu’en réalité chacun, et surtout les administrations fiscales, connaissait depuis longtemps. Au passage ils ont jeté l’opprobre sur quelques noms, parfois des hommes publics, souvent des inconnus, présentés sous l’avilissante étiquette de riches.

Les journalistes font leur travail. Ils reçoivent des informations et la transmettent à leurs lecteurs en espérant, souvent à juste titre, que ces révélations... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles