Climathon : la COP21 déjà un succès, selon Ségolène !

Avec Ségolène Royal, le réchauffement climatique recule déjà ! Enfin presque.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ségolène Royal (Crédits : Philippe Grangeaud-PS, CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climathon : la COP21 déjà un succès, selon Ségolène !

Publié le 9 septembre 2015
- A +

Par Benoît Rittaud.
(et l’équipe du Climathon)

Ségolène Royal (Crédits philippe grangeaud-PS licence Creative Commons)
Ségolène Royal (Crédits philippe grangeaud-PS licence Creative Commons)

Semaine 36, donc semaine multiple de 12, synonyme de dernière chance pour figurer au palmarès des vainqueurs d’été. Précisons en effet que, sous sa forme actuelle, le Climathon prendra fin lors de la semaine 48, c’est-à-dire juste avant la conférence Paris Climat. Simple question de logique : seul un rythme quotidien, voire horaire, aura une chance de mettre dignement en relief les morceaux de propagande qui se dérouleront pendant la COP21. (Les propositions en ce sens sont les bienvenues.) Les compétiteurs participaient donc à la dernière semaine du championnat d’été, ce qui a provoqué une belle surenchère dans la propagande, les annonces d’apocalypses mais aussi le délire hors-sol. Et c’est cette dernière tactique qui l’emporte finalement.

Comme on le sait depuis déjà un certain temps, les gros émetteurs de gaz à effet de serre ne se pressent pas pour aider à ce que la planète soit sauvée à Paris en décembre prochain : les États-Unis ont promis de continuer comme avant, la Chine a annoncé qu’elle se soucierait de limiter ses émissions vers 2030, l’Inde a fort curieusement expliqué préférer se développer plutôt que de se tirer une balle dans le pied limiter ses émissions, la Russie a fait des propositions carrément qualifiées d’ « inadéquates » par les négociateurs, le Canada s’est retiré il y a belle lurette du protocole de Kyoto, et ainsi de suite. Les deux seuls pays dont les propositions sont jugées dans les clous pour l’instant sont le Maroc et l’Éthiopie ce qui, sans manquer de respect à l’importance économique de ces deux pays, n’est probablement pas de nature à rassurer les inquiets du thermomètre qui prophétisent calculent que, pour l’heure, on est sur une trajectoire à +3°C d’ici 2100, donc bien au-dessus des deux-degrés-maxi-après-la-Terre-explose (Et encore, on commence à parler de 1,5°C comme de la nouvelle limite, comme quoi les tipping points ne sont plus ce qu’ils étaient). Cerise sur le gâteau, on a appris récemment qu’il y avait comme un trou dans le budget des négociations climatiques, et qu’il allait falloir très vite mettre la main à la poche pour que nos indispensables négociateurs puissent venir faire la fête converser de l’avenir du monde à Paris.

C’est donc en toute logique que Ségolène Royal, ministre française de l’Écologie et du dév’dur’, a déclaré le 2 septembre sur itélé (15’55 ») au sujet de ladite COP21 à venir :

« C’est déjà un succès. »

Le moment était particulièrement bien choisi pour placer cette phrase : à ce moment-là de l’interview en effet, madame la marquise ministre commentait les résultats provisoires de la « question du jour » d’itélé, selon lesquels 87% des Français pensent que la COP21 sera un bide. Résultats qui suivaient quelques mignons commentaires sur la polémique ouverte par Claude Bartolone au sujet du risque d’engorgement de l’Île-de-France pendant la conférence.

Comme quoi il n’est pas nécessaire d’en rajouter pour l’emporter : une courte phrase bien placée peut assurer la victoire.

C’est un beau symbole pour Ségo que de l’emporter en dernière semaine du championnat d’été, elle qui, on s’en souvient, s’était effondrée lors de la première de ce même championnat d’été après avoir, par une fabuleuse réplique sur le Nutella destructeur de planète, menacé la position de favori qui était celle du pape en personne. Revenir ainsi en pleine lumière après une si longue traversée du désert nécessite un moral d’acier, une confiance inébranlable en ses capacités. Par ce haut fait d’armes, Ségolène Royal ne s’arroge pas seulement la victoire de la semaine, elle acquiert aussi le statut de grand parmi les grands. Elle donne à tous une splendide leçon de courage et d’abnégation.

Les accessits de la semaine

ségolène royal rené le honzecAprès l’Appel à stopper les crimes climatiques de la semaine dernière, qui suivait lui-même l’Appel des consciences et quelques autres encore antérieurs, la mode des appels ne se dément pas, avec cette semaine, en France, un appel de 27 ONG (la Croix Rouge, Acted, Action contre la Faim, Handicap International…) qui ont adressé un courrier à Laurent Fabius pour lui faire prendre conscience de l’impact des crises climatiques sur les crises humanitaires. Ils assènent un chiffre qui ne mange pas de pain (« 22.4 millions de personnes ont été déplacées du fait de phénomènes climatiques »), avec en bonus quelques projections alarmistes, pas plus étayées cependant. Merci à L’Humanité de nous avoir fait connaître ce nouvel appel indispensable.

Un appel ne venant jamais seul, des ONG féministes ont elles aussi lancé leur Appel mondial des femmes pour la justice climatique. C’est WECF (Women in Europe for a common future), engagée en tant qu’ONG du Groupe Femmes et Genres de la convention de l’ONU sur le changement climatique (on ne peut pas reprocher à l’ONU de ne pas ratisser large), qui est à la manœuvre. Et donc, pour ceux qui n’auraient pas compris l’idée générale, il s’agit dans cet appel de dire qu’« un accord juste et responsable sur le climat devra, entre autres choses, respecter et promouvoir les droits humains et l’égalité des sexes ».

Saint Barack, qui a déjà permis une belle victoire en semaine 32, permet à nouveau à certains compétiteurs de briller cette semaine. Entre une promenade sur un glacier, une petite virée au nord du cercle polaire et un petit bonjour aux Inuits qui sont à l’humanité ce qu’est l’ours blanc au règne animal, à savoir un symbole à manier à la truelle, il n’a pas hésité à participer à une émission de téléréalité « survivaliste » et à user de la perche à selfies… Sous les quolibets réprobateurs des ONG environnementales qui vilipendent la mollesse de son action, sort qui attend désormais tous les gouvernants dans cette dernière ligne droite, il n’a lésiné sur aucun cliché, multipliant les messages alarmistes qui permettent à plusieurs médias francophones les ayant servilement rapportés d’obtenir de beaux accessits. Bravo donc à L’Obs, au Figaro, sans oublier bien sûr le Journalderéférence., pour avoir rapporté ces quelques perles :

« Pays submergés, villes abandonnées, champs en friche. Réfugiés désespérés cherchant des sanctuaires dans des nations qui ne seront pas les leurs. Perturbations politiques qui pourraient entraîner des conflits multiples autour du monde.

Nous n’avançons pas assez vite. Le climat change plus rapidement que nos efforts pour y répondre. »

Le jury aime les formes si diverses et si citoyennes que prennent les actions en faveur du climat. Ainsi, Basta !, magazine indépendant (50 830 € de subventions seulement, soit 30 % à peine du CA), métissant le social et l’écologie, propose une interview albertlondresque de May Boeve, directrice exécutive de 350.org, organisation créée pour travailler sur une seule question, (« le besoin urgent d’agir contre le changement climatique ») et déjà citée au Climathon dans un appel conjoint avec ATTAC dénonçant les « crimes climatiques ».

On y apprend que les militants de 350.org sont « prêts à prendre des risques personnels pour contribuer à résoudre le problème » . On frémit devant un courage si désintéressé auquel s’ajoute une lucidité sans faille dans l’appréciation de ce qu’est un « problème ». L’interview de la directrice est brillamment menée, les questions sont polémiques et impertinentes, voire franchement embarrassantes comme celle-ci :

« Malgré l’accumulation des preuves scientifiques et concrètes du dérèglement climatique, les gens et les gouvernements ne semblent toujours pas prêts à résoudre le problème concrètement. […/…] Qu’en pensez-vous ? »

Le jury encourage ces actions journalistiques provocatrices, basées sur l’ouverture d’esprit et la lutte documentée contre les légendes urbaines. Il regrette cependant que l’industrie pétrolière s’inquiète probablement plus de la chute du cours du baril dû à une surproduction que des actions d’une organisation qui prône la diminution de 50 ppm du taux global de CO2. Il constate avec plaisir que l’alterjournalisme s’inscrit pleinement dans l’esprit des sciences citoyennes, postmodernes et durables.

Pour finir, un dernier accessit est accordé à la chaîne de télévision France 2 pour une explication des problèmes climatiques (dans la droite ligne du Parti comme il se doit) dans son 20 heures du 1er septembre, présentée comme un « moment de vérité ». Présentation tendancieuse de l’évolution de la température globale, négation du plateau actuel, absence de tout doute, fine allusion à la COP21… et avec ce je ne sais quoi en plus dans l’animation qui est la marque du sérieux dans l’exposé (notamment les constellations situées à l’intérieur d’un globe terrestre). Ainsi de ces deux moments… :

 JTF2Methane
(Petit jeu : une erreur s’est glissée dans la formule chimique du méthane, saurez-vous la retrouver ?)
JTF2IndepDay

« Et tu vois David, si les climatonégationnistes continuent de nous emmerder, la foudre de la soucoupe volante des extraterrestres d’Independence Day leur tombera dessus et ce sera bien fait pour leurs gueules. »

Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Des migrants climatiques??? Bientôt apprendrons nous que nos subitement bien-aimés et désirés Syriens quittent leur pays en raison de la chaleur permanente qui y règne depuis les premières heures de l’ Antiquité. Il n’est jamais trop tard pour découvrir la lune, n’est ce pas???

  • Pour ceux qui sont fatigués d’entendre que le mois de juillet 2015 est LA preuve du réchauffement climatique
    http://www.pensee-unique.fr/news.html#hvs

    • il ne faut pas oublier que début juin, on chauffait encore dans le nord de la France. Ça vous pourrit une moyenne !

    • Bof, tout ça c’est du dialogue de sourd.
      Quand il fait trop chaud, c’est de la climatologie. Quand il fait trop froid, c’est de la météo. Une fois que vous avez ingéré ce fait, tout devient simple et vous devenez éco-compatible.
      Les escrolos disent cette formule à l’envers pour caractériser les climato-négationnistes, vous donc.

  • Les « migrants climatiques », c’est tout simplement puant de récupération, de démagogie et de foutage de gueule !

    On a un vrai problème avec les « migrants ». Ce problème n’est pas celui d’un fait divers qui fait pleurer dans les chaumières et vendre des feuilles de choux. C’est un déséquilibre croissant dans le monde sur lequel on ferme les yeux. Les progrès de la communication, la lutte contre la mortalité infantile et la facilitation des transports font que les migrations économiques ne peuvent que augmenter en particulier dans un monde où le développement économique est à l’arrêt.

    Tout réfugié devient immédiatement un réfugié économique dès qu’il a quitté sa maison, avant même d’avoir passé la frontière de son pays. Le réfugié a forcément de bonnes raisons de quitter son pays et tout intérêt à bruler ses papiers pour ne pas qu’on l’y renvoie. Le problème est mondial puisque ces réfugiés deviennent des apatrides et ne sera pas résolu par des Yaka, des mesurettes et encore moins en facilitant les migrations.

    S’il y a des réunions mondiales à organiser pour trouver des solutions et des financement, c’est pour de vrais problèmes immédiats et politiquement mondialement dangereux comme celui-ci. Alors avec les pseudo « migrations climatiques » dans 30 ans, les politiques, ONG et activistes de tout poil allient le foutage de gueule à la stupidité.

  • « les inquiets du thermomètre »
    excellente formule 🙂

    Ce qui est bien avec le réchauffement climatique, c’est qu’il explique tout.

  • C’est sûrement un « expert » patenté recruté par ce gouvernement de guignols qui leur a soufflé la formule du méthane ….
    Avec de tels « experts » il est sûr que la planète terre est sauvée …. Chantons tous alléluia !!!

    • « la formule du méthane »
      vous n’êtes donc pas au courrant ?
      le « Mitrogène » est un OGM du Nitrogène (azote pour les francophone)…
      et le méthane qu’il forme a un pouvoir de réchauffement bien supérieur !

    • La formule du méthane ?
      C’est juste la règle « zéro carbone » appliquée dans les médias.

  • J’observe avec grande curiosité le silence officiel sur les rejets des centrales allemandes que nous subissons régulièrement sur l’Île de France, rejets massifs que l’on entend contrer par le gag punitif de la circulation alternée. Et bien sûr je m’étonne du silence des écolos franchouillards qui évitent consciencieusement de rappeler que ces rejets sont la conséquence des exigences de leurs copains les verts teutons. Pourtant des écolos pollueurs, ça ne manque pas de sel, et on devrait en causer…

  • le succès est au bout du chemin , tous les grands producteurs de pétrole vont décider de sauver la planète et leurs fesses en arrêtant de pomper de l’or noir …c’est le but du COP21 et ils réussiront , la preuve, ils ont déjà réussi a interdire l’extraction de gaz de schistes en Europe , les centrales nucléaires , le ogm ( je mélange tout ) , les industries polluantes ou pas , les antibiotiques et autres médicaments défiants les lois de la nature, les réserves d’eau, et même , après de longs efforts , a faire baisser la natalité pour permettre aux pauvres victimes du changement climatique de rejoindre le jardin d’Éden que deviendra bientôt l’Europe .
    sainte Ségolène , merci pour tout .

  • je n’ai toujours pas réussi a comprendre l’effet de serre , effet qui fait que le co2 empêche un truc de refroidir alors qu’il l’a déjà empêché de chauffer , un grand mystère qui fera de moi un éternel sceptique !

    • @reactitude
      Je ne comprends pas ce que vous voulez dire quand vous écrivez :
      « alors qu’il l’a déjà empêché de chauffer »

      Pouvez-vous expliciter ?

      • @Dicende : on peut, à le lire, douter de ce que « reactitude » puisse expliquer grand’chose. Il fait partie de cette majorité de gens ici qui ne comprennent rien, ne réfléchissent jamais, mais ont toujours une opinion.

        Peu importe qu’elle s’oppose à la science. Au contraire, pour eux comme pour tous les religieux qui s’ignorent, la science n’est qu’une n-ième forme d’opinion…

        PS Et surtout, ne jamais se laisser influencer par les faits !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Drôle de semaine, que je viens de passer. Non seulement tous les microbes de saison semblent s’être donné rendez-vous dans mon nez et ma gorge ce week-end, ce qui n’est jamais de nature à me faire voir la vie en rose, mais ils sont arrivés après deux conversations totalement déprimantes que j’avais eues successivement mercredi et jeudi sur les thèmes désormais incontournables de la chasse aux émissions de CO2 et du nécessaire encadrement de la liberté d’expression dans les démocraties.

Dans les deux cas, un dîner de plusieurs convives ... Poursuivre la lecture

photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

8
Sauvegarder cet article

Le suicide par écologisme

Il faut que les choses soient claires : l’empreinte carbone qu’il s’agit de réduire, c’est vous ! Et c’est tellement vrai, tellement évident qu’une récente tribune du journal Le Monde revient sur ce qui est maintenant un but affiché de l’écologie de combat, à savoir la réduction active de l’humanité.

Peu importe que les dernières projections raisonnables montrent une réduction naturelle drastique (plus de 50 %) de la population d’ici 2100 ; pour les activistes malthusiens du climat, pas de doute : éliminer rapidement une partie de la p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles