Tant que ça marche, Jean du Voyage remet ça

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Police à Paris (Crédits Mikael Marguerie, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tant que ça marche, Jean du Voyage remet ça

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 7 septembre 2015
- A +

Jean du Voyage n’est peut-être pas très éduqué, mais il est assez futé pour comprendre comment le monde fonctionne. Et si on lui donne une méthode efficace pour résoudre un de ses problèmes, il n’a aucune raison d’en chercher une autre lorsque le problème se présente à nouveau à lui.

En début de ce mois, on avait découvert que bien qu’incompétent de façon assez systématique, l’État fournit parfois et à son corps défendant des solutions tout à fait valables à des problèmes pourtant épineux, au moins du point de vue de Jean du Voyage. Ainsi, lorsqu’un compatriote se retrouve coincé en prison alors qu’une cérémonie funéraire doit avoir lieu, on peut bloquer une autoroute durablement, demander une permission exceptionnelle pour le détenu afin qu’il puisse se recueillir un peu devant la dépouille du défunt, obtenir gain de cause et s’en tirer finalement à bon compte.

clowns and riot police

Magnifique exemple que celui qui fut donc donné par l’État et qui permit à deux détenus d’assister à l’enterrement d’un proche après que leur famille a bloqué l’A1 par des vieux pneus enflammés, en plein week-end de retour massif de vacanciers. Belle démonstration de non-force et d’un principe particulièrement vague d’égalité devant la loi où, finalement, si on est déterminé et nombreux — la petite troupe de bloqueurs comprenait apparemment une cinquantaine d’individus — on n’aura qu’un minimum de soucis malgré des déprédations manifestes, des centaines de milliers d’heures d’automobilistes et de litres d’essences perdus pour un pur caprice.

Dès lors, si un cas similaire se reproduit, Jean du Voyage pourra procéder exactement de la même façon. Et ça tombe bien, il aura fallu moins d’une semaine pour qu’une nouvelle occurrence de décès parmi cette communauté entraîne le même problème, deux hommes, mis en examen pour meurtre, se retrouvant en prison pendant les obsèques de la victime. Cette fois-ci, au lieu d’interrompre l’autoroute A1, c’est la Route Centre Europe Atlantique (RCEA) traversant la France d’est en ouest qui sera promptement bloquée à hauteur de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) pendant près de trois heures le jeudi 3 septembre, par des membres de la communauté des gens du voyage.

Au moins, reconnaissons que la situation est simple et comporte ce petit côté mécanique qui permet, déjà, une bonne optimisation : au départ, un événement dramatique dans la communauté des gens du voyage, drame qui pousse plus ou moins gentiment l’un ou l’autre membre de cette communauté à se retrouver en prison. Une cérémonie d’obsèques est organisée, à laquelle l’incarcéré ne peut normalement pas prendre part. Immédiatement, une route est bloquée, des pneus sont brûlés, des forces de l’ordre sont saupoudrées autour du méchoui de caoutchouc, le préfet se tortille les doigts, la demande de permission exceptionnelle est accordée, les obsèques ont lieu sous bonne garde, et tout rendre dans l’ordre.

Moyennant quoi, comme c’est maintenant systématique, il devient aisé de prévoir le blocage. Espérons donc que Bison Buté aura la présence d’esprit d’intégrer ces données essentielles dans ses prévisions de trafic, ce qui fera gagner un temps considérable aux automobilistes et routiers concernés avec une carte présentant les manifestations d’agriculteurs, les blocages de tziganes, les opérations coups de poing des taxis, les interruptions volontaires de trafic de l’une ou l’autre corporation ou communauté française dans le cadre d’une fête locale / événement dramatique / revendication catégorielle / mouvement d’humeur / biffez les mentions inutiles.

optimisme

Toute rigolade mise à part, tout ceci est quand même légèrement inquiétant.

Comme je l’avais pointé dans mon billet du premier septembre, ces exactions impromptues démontrent assez lamentablement que l’État ne sait plus quoi faire pour gérer des groupes déterminés, même faiblement armés. A contrario, des groupes déterminés, tant faiblement que fortement armés, on en trouve un peu partout dans notre belle République, une, indivisible et quelque peu parcourue de spasmes d’agonie. Or, si l’État ne peut pas gérer ces groupes-ci qui sont relativement facile à repérer et encadrer, qu’adviendra-t-il de ces groupes-là qu’il connaît mal, n’infiltre plus par manque de temps, de moyens ou même de conviction, et qui ont eu largement le temps de se doter de moyens tactiques, stratégiques, financiers et offensifs ? Difficile, en effet, de perdre de vue que certains de ces groupes sont très bien organisés (groupes syndicalistes, groupes politiques extrêmes des deux bords, groupes « alter-commerciaux » sur ces marchés lucratifs parallèles qui vendent ces trucs qui font des gouzigouzis dans la tête) et que le précédent ainsi posé forme, en quelque sorte, une recette applicable…

Eh oui : l’État régalien s’est évaporé quelque part sur l’A1 en fin de mois d’août 2015, et je ne pensais même pas que cette évaporation serait mise à profit aussi vite, une semaine plus tard. Dans le même temps, la crise migratoire et l’absence presque totale de toute politique claire de gestion des immigrés, clandestins ou non, demandeurs d’asiles ou non, la valse hésitation entre la fermeté inapplicable et la distribution de câlins tout aussi impraticable donnent une idée précise de la débâcle qui règne non pas au niveau du gouvernement (là, c’est acquis, c’est même devenu une triste banalité de le rappeler) mais au sein des institutions elles-mêmes : la police, la gendarmerie, la justice et l’armée n’ont plus de chefs, de direction et de feuille de route ; non seulement on ne gère plus le quotidien, mais on se contente de faire de la figuration, de donner le change pour les contribuables qui payent la note, sans plus guère prétendre à rendre le service payé.

Par extension, on ne peut que frémir en se demandant ce qui va se passer lorsque les choses vont se corser. Parce qu’elles se corseront forcément — la situation actuelle ne prend absolument pas le chemin d’une amélioration.

Je plains amèrement les hommes de terrain qui, quoi qu’ils fassent, auront tort, le soutien de leur hiérarchie ayant complètement disparu.

forcément ça va bien marcher
—-
Sur le web

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Pourquoi le gouvernement a-t-il si peur de ces gens ? Je ne comprends pas.

    • pourquoi , l’état est devenu impuissant a cause de son obésité, sa tète est bien trop loin de ses mains pour agir , ses yeux et ses oreilles sont devenus indépendants , l’état agonise !

    • Ironie quand tu nous tiens…

    • Parce qu’ils sont « intouchables » vu que « minoritaires ».

      Vous pouvez gazer et mattraquer des cathos en loden, ils sont supposés être « la majorité » donc aucun média, aucun faiseur d’opinion ne les défendra, et eux non plus ne se défendront pas violemment. Par contre si vous faites la même chose avec des gens « minoritaires » vous pouvez être sûr que la moitié de la presse vous sautera à la gorge. En plus ces Jean, comtes du Voyage sont en général pas trop étouffés par le pacifisme et mettront bien quelques coups de barre à mine aux CRS qui voudraient les déloger.

      Bref, l’extension analytique de la « lutte des classes » aux relations entre sous groupes est la raison de cette « faiblesse » et la manifestation du caractère intrinsèquement marxiste de la ripoux-blique du Frankistan décadent.

  • Je n’ose imaginer ce qui arrivera si de nouvelles émeutes ont lieu comme en 2005…

  • Bel article. Totalement deprimant, mais bel article. Les hommes et femmes de terrain ont déjà bien du courage. L’avenir, l’enfer.
    Ces deux episodes navrants; combien de nouveaux votes FN?

    • Quel pays rigolo où la réalité des désordres et blocages fréquemment causés revient de très loin aux divers syndicats mais où une part de la population fantasme obsessivement au sujet d’autres groupes, dans le cas présent pour des évènements d’il y a 10 ans.

      • Événements d’illustration y a 10 ans?
        Mais c’était il y a semaine mon bon monsieur!
        Soit vous revenez d’un voyage temporel, soit vous n’avez pas lu l’article, soit. ..

        En tout état de cause, ça n’excuse en rien les débordements et le pouvoir illégal des syndicats et autres groupes notoirement inutiles et nuisibles.

        • Flute, mince, je répondais à SweepingWave. Evidemment ça n’est pas comprehensible du coup. Ma faute, mes excuses.

  • « bonnet rouge et blanc bonnet  »

    Ceux des bonnets rouges qui avaient cassé les portiques avaient pris 6 mois avec sursis. Sanction insignifiante: ça s’appelle donc un appel d’air ! Car la facture pour la chaussée endommagée, les radars automatiques défoncés, c’est pour le contribuable … Si ça n’est pas un bel exemple d’impunité !

    Mais personne pour porter plainte contre Jean ? L’Etat n’y a aucun intérêt ; Jean vote principalement pour les socialistes, tout comme les bonnets rouges à l’époque.

    La question est : pourquoi la société d’autoroute n’a-t-elle pas porté plainte ? L’A1 n’est-elle pas gérée par la SANEF (président Alain Minc), société privée ?

  • Oui l’état français s’est évaporé mais je crains que ce ne soit pas le seul et qu’il y en aura d’autres. Je ne suis pas sûr que l’Allemagne résiste très longtemps à la médiocrité humaniste ou humanitaire qui est présente partout. N’est-ce pas le premier ministre hongrois qui déclare que le problème ce n’est pas l’Europe c’est l’Allemagne?
    Que de bêtises et quel triste monde!

    J’ai lu il y a quelques années un livre très intéressant « une histoire de l’autorité » de Gérard Mendel

    Et c’est le bazarre parce qu’il n’y a plus d’autorité, que les individus ne savent plus, ne veulent plus prendre de responsabilités. Les politiciens (mais ce ne sont pas les seuls, des cadres importants sont aussi sujet à cette absence de responsabilité) n’assument plus rien. Les individus n’ont plus d’autorité sur eux-mêmes.

    Nous ne sommes pas sortit de l’auberge!

  • Quelle est la légitimité d’un état qui, contraint de choisir entre soixante voyous et des dizaines de milliers de citoyens choisit les soixante voyous?

  • En amont de ce foutoir on peut se poser la question du pouvoir excessif du juge d’ applications des peines et aussi que ces permissions de sortie ne semble pas sufisament clairement définies pour ainsi dire
    si ils ont fait un bordel organisé en amont et se retrouve avec des emm en aval

  • Le plus dramatique dans cette histoire, c’est que les force de l’ordre protégeait les manifestants contre la vindicte populaire. Parce que croyez moi ou pas, mais sur cette autoroute il y avait des milliers de gens prêt à casser la gueule à Jean et sa famille !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La globalisation du droit a eu un fort impact en matière de droits fondamentaux.

Comme le rappellent Allard et Garapon :

« La mondialisation du droit s’est étendue à la vaste galaxie des droits fondamentaux, combinant ainsi vertu opératoire et ambition humaniste, voire universaliste. »

Outre l’extension du droit à tout ce qui est mobile, c’est bien l’extension de la globalisation judiciaire aux droits fondamentaux qui constituent son aspect le plus original. Ainsi, « ce n’est d’ailleurs pas tant le vocabulaire des droits ... Poursuivre la lecture

Dans le domaine du viol, on entend souvent dire que les fausses accusations déposées à la police seraient rares ou très rares ; il y aurait un consensus scientifique autour du chiffre de 6 % des plaintes (ou de 2 % à 10 %). C'est une question d’une actualité brûlante. En effet, nous vivons une époque où, après #Metoo, les femmes sont incitées à porter plainte tous azimuts, ce qui représenterait une salutaire « libération de la parole » des victimes.

Libération de la parole ?

Étrange euphémisme qui semble plutôt dénoter le dévelo... Poursuivre la lecture

Après la nomination de Laurent Nuñez à la tête de la préfecture de police de Paris en remplacement du charmant Didier Lallement, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin faisait de son mieux pour assurer le service après-vente avec le sourire dans un grand entretien accordé hier au Parisien. De son mieux et avec le sourire, car si l'on en croit le magazine L'Express, Nuñez n'est nullement son choix, mais celui imposé par Emmanuel Macron, soucieux d'avoir une bouche, des yeux et des oreilles d'une grande fidélité macroniste dans la capitale.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles