Sauvez l’Europe, adoptez un exodien syrien !

Des initiatives citoyennes sont en train de se mettre en place pour l’accueil de migrants.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gustave Deghilage Accueil(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sauvez l’Europe, adoptez un exodien syrien !

Publié le 7 septembre 2015
- A +

Par Nafy-Nathalie

Gustave Deghilage Accueil(CC BY-NC-ND 2.0)
Gustave Deghilage Accueil(CC BY-NC-ND 2.0)

Devant les images du calvaire des réfugiés syriens et des conditions de leur fuite, difficile d’occulter un parallèle avec un mouvement énorme d’Européens il y a 75 ans au moment d’une autre guerre. La terminologie utilisée est différente, pour évoquer ce mouvement-là. Le terme employé n’est pas celui d’exil mais « exode ». Seul Vichy le qualifiait d’ailleurs « de fuite ». Il ne s’agit pas non plus de « réfugiés » mais d’« exodiens ». Toujours est-il que 8 à 10 millions de personnes provenant de Belgique, Hollande, Luxembourg, Pays-Bas et de la France, ont ainsi pris la route vers le Sud dans des conditions extrêmement difficiles, tenus par l’espoir de survivre. En juin 1940, à l’annonce de l’approche des troupes allemandes de la capitale, ce phénomène amène 2 millions de personnes représentant 2/3 des Parisiens ou encore ¼ de la population française à s’enfuir – pardon, je devrais dire « à s’exiler ». Il est évident que cette invasion n’a pas dû être facile à gérer pour le Sud et que des problèmes ont éclaté. Mais que se serait-il passé si le Sud avait refusé cet afflux massif ? Si la solidarité n’avait pas joué ? Si les exodiens avaient été refoulés chez eux ? Chacun aura certainement son idée de la réponse.

Aujourd’hui, les faits sont les suivants : plus de 300 000 Syriens auraient débarqué sur les terres d’Europe avec l’espoir de survivre malgré une traversée effroyable de la Méditerranée. Incapables de rester insensibles face à la souffrance des Syriens, des mouvements citoyens ont commencé à voir le jour, bousculant leurs gouvernements et les obligeant à se positionner dans l’aide. Des Belges montent ainsi une opération pour exfiltrer des Syriens et les accueillent en Belgique. En Islande, l’appel à la solidarité lancé par l’écrivain Bryndis Björgvinsdottir sur Facebook est soutenu par 4% de la population islandaise. Mme Björgvinsdottir expliquait que « ce qui est le plus étonnant, c’est que les voix positives de gens prêts à aider ont dépassé en nombre les négatives, qui se font d’habitude plus entendre sur internet ». Le gouvernement a été obligé de réagir. Il réfléchit à son action et notamment augmenter ses capacités d’accueil. C’est le cas également au Royaume-Uni où le gouvernement, poussé par l’émotion populaire devant les cadavres d’enfants qui nous parviennent, a annoncé le 4 septembre dernier s’engager dans l’assistance : « Face à l’ampleur de la crise et à la souffrance des gens, je peux annoncer aujourd’hui que nous ferons davantage, en accueillant des milliers de réfugiés syriens supplémentaires. » 

Le 25 août, l’Allemagne suspend le renvoi des réfugiés syriens ainsi que l’annonce Le Monde. Angela Merkel indique que « l’Europe est dans une situation qui n’est pas digne de l’Europe » et demande que ceux « qui ont un droit à l’asile, par exemple les Syriens, doivent être répartis de manière équitable en Europe ». L’accueil ne se fait pas toujours dans la douceur que ce soit au niveau de la population ou des autorités du fait de ce flux massif de réfugiés. Ainsi le 31 août 2015, 3709 personnes sans visa ont été enregistrées en Allemagne, ce qui est énorme. Toutefois, une solidarité se met également en place comme le prouve le succès immédiat de l’initiative « Refugee Welcome », surnommé le Airbnb des réfugiés. En quelques jours, plus de 800 membres proposent de partager leur domicile avec un ou des migrants arrivant dans le pays. La mise à disposition de logement peut être gratuite, financée de manière participative ou des aides d’État. La chancelière allemande ne s’effraye pas de l’arrivée massive de Syriens. Elle trouve au contraire un motif de fierté dans le fait que « le monde voit l’Allemagne comme un pays d’espoir et de chances ». Elle affirme que son pays sera « assez fort » pour surmonter le défi. « Notre économie est solide, notre marché du travail est robuste » et appelle le monde a un devoir d’accueil.

En France, des initiatives citoyennes sont également en train de se mettre en place sous réserve que les actions soient réalisées sans contrepartie (loi du 31 décembre 2012 supprimant le « délit de solidarité »). Toutefois, la France en fait beaucoup moins que ses voisins. Le commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe ne se prive pas d’ailleurs de dénoncer son faible engagement.

3100 réfugiés syriens pour le pays des droits de l’homme en 2014, c’est beaucoup comparé aux pays du Golfe qui les refusent, mais ce n’est rien en comparaison des 30 000 personnes accueillies l’an dernier en Suède ou en Allemagne. C’est dérisoire surtout en comparaison des 4 à 5 millions de Syriens qui ont fui leur pays. Certains pays sont débordés par l’arrivée massive des Syriens. Ainsi, la Macédoine et la Grèce n’en peuvent plus. Le Liban accueille 1,5 million de Syriens, ce qui représente 1/3 de sa population. En décembre 2014, il appelait à l’aide suite à l’arrêt de l’aide alimentaire du pam pour manque de fonds. Aujourd’hui, au bord de l’implosion, il est obligé de fermer ses villes. Une meilleure répartition des réfugiés au niveau mondial doit être mise en place en urgence.

Dans ce contexte, un sondage présenté par BFM indique que 56% des Français seraient contre l’idée d’accueillir plus d’immigrés syriens. Le chiffre est jeté en pâture aux spectateurs sans donner plus de précisions sur les conditions de ce sondage qui seraient déterminantes pour l’interpréter et rien ne confirme qu’il soit juste1. Mais si l’accueil ne se réalise pas toujours avec une belle unanimité solidaire et humaniste, il est indéniable pourtant qu’il pourrait avoir des impacts assez intéressants sur notre économie européenne.

Un article d’octobre 2013 du Monde soulève un problème majeur rappelé par le patron de la Banque centrale allemande, Jens Weidmann à savoir qu’il manquera 1,5 million de personnes sur le marché du travail allemand en 2020, si l’on ne tient pas compte de l’immigration : « Un recul de 2,5% qui coûtera quelque 0,3 point de pourcentage de potentiel de croissance annuelle. » « En 2020, l’activité économique pèsera 70 milliards d’euros de moins qu’elle ne pèserait sans cet effet démographique. » Ce problème n’est pas propre à l’Allemagne. Au 1er janvier 2015, il y a 508,2 millions d’habitants en Europe avec un taux de croissance parmi les plus faibles au monde mais une espérance de vie parmi les plus longues, ce qui va poser des problèmes socio-économiques importants que seule une politique d’immigration intelligente pourrait résoudre.

Un rapport du 14 octobre 2013 de la Commission européenne démontre que l’apport de migrants en Union Européenne a des effets positifs sur le fonctionnement du système de Sécurité sociale et conclut que la liberté de circuler à l’intérieur de l’espace Schengen est à préserver. L’Express, dans son article du 15 octobre 2013 reprend les propos de Jonathan Todd, porte-parole de la Commission européenne à propos de l’immigration aux Royaume-Uni, à savoir que « la vaste majorité des migrants se rendent au Royaume-Uni pour travailler et contribuent plus qu’ils ne profitent du système de Sécurité sociale, simplement car ils sont en moyenne plus jeunes que la population et en âge de travailler ». C’est une évidence. Ces réfugiés qui parviennent à nous sont pour la plupart éduqués, jeunes et désireux de s’en sortir. Ils ne sont pas là pour profiter du système mais pour travailler et cotiser à notre système de santé, à nos retraites. Ils vont permettre d’accroître la consommation dans de nombreux secteurs économiques qui manquent de productivité et sauvegarder l’emploi.

La première génération des réfugiés aura peut-être des difficultés d’intégration culturelle ainsi que le démontre le travail du Conseil de l’Europe. La conclusion de son colloque La langue et l’intégration est particulièrement intéressante :

« La question de la maîtrise de la langue est incontournable dans le processus d’intégration des migrants mais elle ne résout pas tout. Les questions économiques et politiques surdéterminent les questions culturelles dont la langue fait partie. (…) Or ces dernières ne sont pas seulement liées à l’origine géographique mais aussi, et peut-être surtout, à l’origine sociale. En arrivant dans les sociétés développées, ils sont pris dans un processus d’acculturation qui va modifier radicalement leurs modes de vie et, partant, leurs façons de comprendre et d’appréhender la réalité. Le niveau de scolarisation est déterminant parce que sa faiblesse provoque un choc chez certains migrants quand ils découvrent les sociétés d’accueil qui vivent et fonctionnent selon des codes sémiotiques extrêmement complexes, directement ou indirectement liés à l’écrit. Cette ligne de partage culturel ne recoupe pas les divisions communément admises entre les « cultures » qui sont en effet le plus souvent définies selon des critères nationaux, ethniques ou religieux. En ce qui concerne les rapports à l’écrit et au savoir, cette ligne de partage est essentiellement sociale. La question de l’interculturalité est donc peut-être à reposer et à repenser. »

Si une bonne politique d’intégration est prévue – et non une politique prise en urgence du fait de l’émotion d’images indécentes – résultant d’une réflexion sereine, leurs enfants, et surtout leurs petits-enfants, seront assez bien formés et éduqués pour s’insérer parfaitement dans les sociétés qui les reçoivent et pour leur plus grand profit. Une étude de l’INSEE le confirme. Un article du Courrier international de 27 avril 2012 titre également sur les très bons comptes de l’immigration. Ainsi on apprend que « les immigrés sont une très bonne affaire pour l’économie française : ils reçoivent de l’État 47,9 milliards d’euros, mais ils reversent 60,3 milliards. Autant dire un solde positif de 12,4 milliards d’euros pour les finances publiques, qui ne représente pourtant que la part monétaire de transferts bien plus importants. Dans ce pays de 64,7 millions d’habitants, 6,5 millions de Français comptent au moins un immigré dans leur famille. »


Avertissement de modération : Les commentaires à caractère xénophobe ou raciste ne sont pas tolérés sur Contrepoints et déclencheront des bannissements.

  1. On se rappelle tous en effet du sondage sur les femmes harcelées dans les transports.
Voir les commentaires (97)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (97)
  • Nafy-Nathalie Diop
    7 septembre 2015 at 7 h 32 min

    Juste préciser que ce matin, pour la première fois et j’ai envie de rajouter « enfin », BFM a expliqué que les réfugiés syriens étaient surtout des diplômés comme je l’indique dans l’article et des personnes avec un bon niveau social : médecins, avocats, …
    Il faut de l’argent pour s’exiler : 4000 euros minimum par personne d’après les chiffres lancés partout. Les pauvres ne peuvent pas.

    • Ces migrants Syriens « de qualité » ne font que passer. Ils savent que les pays du Sud, France compris, ne leur offriront pas l’avenir qu’ils souhaitent. Et les pauvres s’exilent aussi, en contractant des dettes…

      • Nos Français de qualité s’exilent, mais nous pourrions trouver des remplaçants moins astucieux en provenance de Syrie ? Pourquoi seraient-ils moins astucieux parce qu’ils viennent d’ailleurs ?

      • Nafy-Nathalie Diop
        7 septembre 2015 at 11 h 24 min

        qui va leur prêter ? en contrepartie de quelles garanties ?

        • Des gens sans scrupules, qu’ils soient domicilié au Moyen-Orient ou en Europe.
          Avec chantage à la clef, en menaçant des proches restés sur place.

          • Nafy-Nathalie Diop
            7 septembre 2015 at 14 h 13 min

            Ah … si vous le dites.
            A mon avis les proches sont morts ou ont beaucoup de chance de mourir surtout dans ces temps difficiles pour la Syrie !
            Mais bon, peut-être que je me trompe !

            • S’ils sont morts les proches, reste la famille ou future famille de l’emprunteur.
              Ce genre de coercition n’a pas de limite dans l’horreur.
              Souvenez-vous de tamouls : racket sur les gens qui travaillaient. Qui dit racket dit menaces, et venant d’individus prêts à tout, c’est crédible puisque les tamouls crachaient au bassinet.

    • Nafy-Nathalie Diop
      7 septembre 2015 at 11 h 11 min

      Oui bien sûr l’étude de bfm n’est arrivée qu’une fois l’article fait ! 😉

      Il suffit de googler ce qui se passe ailleurs et de regarder les études faites.
      Je prends l’exemple de la Suède. Leur agence pour l’emploi a indiqué qu’en 2014, 37% des syriens inscrits étaient diplômés de l’enseignement supérieur.
      Bon … dans les autres, on peut penser qu’il y a les conjointes et aussi tout un tas de syriens qui sont qualifiés sans avoir de diplômes de l’enseignement supérieur : mécanicien, maçon, plombier, …
      J’en ai déduis que au moins la moitié avait une formation ou une qualification.
      Il faut de l’argent pour partir de la Syrie. Les réfugiés avaient donc pour la plus grande partie ou une famille riche ou un métier qui leur faisait gagner leur vie assez bien.

      Je m’aperçois en finissant la réponse à votre commentaire que j’aurais peut-être du écrire « formation, diplôme ou qualification » au lieu de tout réduire à « diplôme », cela aurait été sans doute plus parlant.

      • « . Leur agence pour l’emploi a indiqué qu’en 2014, 37% des syriens inscrits étaient diplômés de l’enseignement supérieur » cela me parait extrêmement peu pour une population éduquée . Déja à la base, c’est quoi le taux de diplomé de l’enseignement supérieur en Syrie ?? Je dois quand même rappeller que la Syrie disposait d’un système éducatif gratuit, l’alphabétisation chez les Syriens est de 90 % chez les garçons et de 80 % chez les filles. Donc on peut supposer que le taux de diplomé de l’enseignement supérieur est plutôt bon

    • Nafy-Nathalie Diop
      7 septembre 2015 at 11 h 26 min

      Pour la dialectique socialiste, je suis curieuse de savoir en quoi … étayez svp !

      • c’est facile, « citoyen » est quasiment synonyme de « argent des autres ».
        quoique ce soit de « citoyen » compte sur « l’argent des autres » pour financer son projet.
        les gens qui sont prêts à ouvrir leur appartement et à offrir la chambre de leur enfant adulte qui a quitté le domicile sont rares et ils font déjà un effort personnel que personnellement je refuse de faire, mais financièrement , ça ne leur coûte rien.
        est on sûr que l’argent des autres, et donc le mien, ne sera pas impliqué pour subvenir aux besoins autres que le logement de ces réfugiés chez l’habitant ? pas d’aide publique pour participer aux frais de bouche ? au transport ? à l’habillement ? au téléphone, aux loisirs ?

        • Outre un petit relent mesquin, votre post semble ignorer que la France n’a pas le choix d’accueillir ou non les réfugiés: c’est une obligation légale internationale à laquelle elle a souscrit. Bien sûr, l’accueil réservé jouera sur le fait que les réfugiés resteront ou iront chercher ailleurs en Europe: certains pays sont déjà connus pour leur accueil! Ce n’est pas le cas de la France où ce sont des citoyens qui pallient ce problème!

          • Nafy-Nathalie Diop
            7 septembre 2015 at 20 h 04 min

            +1

            • Une question à ce sujet : les USA accueillent 1500 syriens. Les anglais via Cameron parlent de quelques milliers.

              Ces pays n’auraient pas souscrit à ces obligations internationales ❓

          • Du moment qu’on les laisse travailler dans leur profession… Car la dignité passe par cela, pas par l’assistanat éternel. Mais la fRance est un pays épouvantable qui bloque tout, adorant les situations les plus absurdes et détestables.

            D’ailleurs, ils semblent bien informés et réalistes, et semblent choisir un des pays les plus libéraux, pas la belle dictature type mol caramel sotte cialiste du capitaine de rétro-pédalo François L’Assad… Vous savez, le siamois de Bachar…

          • vous avez le droit de voir de la mesquinerie là où vous voulez…
            au sujet de l’obligation légale de les accueillir, des gens comme blocher, freyssinger ou montabert ici ont déjà apporté une réponse très sensée : dès la turquie, ils ne sont plus en danger de mort. ils perdent donc leur statut de réfugié et deviennent de simples migrants économiques, qui franchissent les frontières illégalement et qui sont des clandestins, qui détruisent leurs papiers d’identité et qui sabotent volontairement leur bateaux une fois proches des côtes qui les intéressent pour faire du chantage à l’émotion.
            si ils voulaient juste sauver leur peau, ils pourraient aller dans la péninsule arabique, de toute évidence. ils veulent bien évidemment plus que cela et l’europe n’a aucune obligation légale ou morale de le leur donner. si nos dirigeants se laissent embarquer dans cette gabegie supplémentaire, cela ne leur coûte pas grand chose, « ça ne coûte rien, c’est l’état qui paye ».

          • Obligation légale : laquelle : CICR, ONU, UE ❓

            Le Royaume-Uni et les USA semblent s’en distancier.

  • Avec le plein emploi, le raisonnement fonctionne.

    Sans le plein emploi :
    * nous avons un travailleur étranger moins payé,
    * qui cotise moins (surtout sur les bas salaires exonérés de charges par les lois Aubry I, II Fillon..) = rien pour la sécu
    et en face,
    * nous avons un chômeur qu’il faut financer et qui ne cotise pas

    => aucun avantage pour les Français

    On ne fait que s’enfoncer (surtout avec les exonérations de charges qui sont maintenant payées principalement par les cadres et les salaires corrects > au salaire médian…).

    On rétablit donc d’abord le plein emploi, on rééquilibre le système de taxes et charges, puis on ouvre les frontières, non ?

    En attendant, on peut peut-être participer activement au niveau Européen à sécuriser la Syrie et la Lybie.

    Ils ont aussi le droit de vivre en sécurité.

    • ça marcherait, à condition que le chômeur soit prêt à bouger pour prendre le job disponible, ce qui n’est pas gagné. Qui recrute beaucoup ? La restauration. Est-ce que l’ex ouvrier d’un haut fourneau lorrain, mis sur le carreau à 50 ans, est prêt à aller à Paris pour faire la plonge dans un resto ? Pas sûr (et personnellement, je suis convaincu qu’on ne peut pas lui en vouloir)…
      Alors que celui qui a dépensé une grosse partie de ses économies pour faire 10000km pour s’en sortir sera beaucoup plus accommodant sur le job qu’il trouvera, et sur l’emplacement de son job.

      • Nafy-Nathalie Diop
        7 septembre 2015 at 11 h 13 min

        oui c’est ce qui s’est passé avec les gens provenant d’Asie par exemple.
        Leurs enfants et petits enfants font des études qui leur permettent d’occuper un emploi au moins au même niveau que celui que leurs parents ont quitté.

        • une grosse différence essentielle, c’est que les asiatiques n’ont pas un livre qui leur demande de convertir le monde à leur idéologie religieuse.
          ce qui s’est passé avec les enfants et les petits enfants des asiatiques n’a pas fonctionné avec ceux qui viennent du maghreb, faut il vraiment essayer avec ceux du machrek ?

          • Nafy-Nathalie Diop
            7 septembre 2015 at 23 h 14 min

            des différences … la décolonisation récente avec des guerres pour l’indépendance difficiles (Algérie)
            ça marque

            mais surtout, comment pouvez-vous savoir que cela n’a pas marché pour le magreb ? suis curieuse de le savoir. Un coup de pif au mètre ou des sources sérieuses ?

            • la décolonisation de l’algérie date de 1962, il y a maintenant 53 ans. ça va être récent pendant encore combien de temps ? ça va servir de prétexte et d’excuse pendant encore combien de temps ? les parents des voyous de banlieue d’aujourd’hui n’étaient même pas nés en 1962. encore combien de générations avant que l’excuse ne soit plus valable ?
              comparativement, ça a aussi bien marché indistinctement selon l’origine ou la religion des immigrés ? si vous voulez rester un instant crédible il faut arrêter de nier la réalité. quand dans un commissariat on dit « je me suis fait agresser par une chance pour la france » (on va quand même pas faire de la discrimination), on parle du fils d’un immigré viet namien (décolonisation récente) ?
              les prisons sont remplies par qui ? est ce que ça veut dire que la police et les juges sont racistes ou est ce que ça veut dire que les mahométans posent des problèmes que ne posent pas ou moins les autres immigrés ?

            • La quasi-totalité des Français de maintenant et même de l’époque n’ont rien à voir dans la colonisation de l’Algérie. La vraie différence vient plutôt des associations de défenses contre le racisme, qui ne représentent personne mais entretiennent la haine, et d’un certain discours, notamment dans les médias et du fait des politiques. Je tiens à rappeler également que la haine contre les Français concerne des immigrants de 2eme voire 3eme génération, qui n’ont pas connu la colonisation, et beaucoup moins les premiers immigrants.

              En outre, une bonne quantité de migrants ont débarqués en France suite à la guerre civile Algérienne, dans laquelle la France n’a rien à voire à ma connaissance.

              Peut-être, du coup, pourrions-nous arrêter d’accorder du crédit à ce qui n’est plus qu’un prétexte pour justifier des comportements inacceptables.

              Je rappelle qu’il y’a une grande diaspora Vietnamienne en France, qui a subit la guerre d’Indochine, c’est pas plus vieux, et ne le fait pourtant pas payer jour après jour aux Français.

              Au-delà de ça, peut-être qui si on faisait pas tout pour empêcher ces populations de s’intégrer (en les noyant d’aides sociales et en les entassant dans des cités sordides), le problème deviendrait subitement plus facile à résoudre.

  • Recevoir 49.7 milliars et en verser 60.3 n’est peut être pas une bonne affaire car on ne voit que partie monetisée des flux. Rajoutons le coût non monetisé des services fournis par l état et jai peur que rapport soit inversé. C’est comme si l’on ramenait le coût des fonctionnaire à leur salaire brut en occultant le hors bilan dont les pensions.
    Il y a probablement assez d arguments pour soutenir votre point de vue sans en rajouter de ce type.

  • « des codes sémiotiques extrêmement complexes » : on ne compte plus ce qu’il convient d’appeler des forêts de panneaux indicateurs plantées avec frénésie le long des rues de nos villes, parfois 200 à 300 signes au kilomètre. Si le marcheur à pied, immigré ou pas, a matériellement le temps de les assimiler pour en décoder le sens. On comprend le choc culturel pour ceux qui débarquent, le ridicule de la situation ne leur échappant pas encore. il en va autrement pour le conducteur automobile roulant à une allure normale en ville (60 km/h). C’est sans doute pour prévenir le risque de crise d’épilepsie chez cette dernière catégorie que certains édiles, planteurs compulsifs de panneaux indicateurs, limitent la vitesse à 20 ou 30 km/h dans les zones les plus denses.

  • Il va être très difficile de convaincre l’opinion publique de l’urgence d’accueillir des réfugiés.

    1/ Déja en terme de coût, les français ne peuvent pas comprendre qu’on accueille et aide ces réfugiés alors que la situation des petites retraites et des classes populaires n’est économiquement pas enviable.

    2/ La xénophobie est très puissante en France. L’islam a une très mauvaise image. Je comprends parfaitement ce sentiment car voir des voilées de la tête aux pieds et observer que les actes de déliquence sont du fait pour une majorité de maghrébins ne permet pas d’avoir une belle image de cette religion.
    Les premières victimes en sont les français d’origine arabe. Sans compter que les médias sont atteints d’une belle schyzophrénie : il y a 15 jours nous avions les migrants de calais présentés comme des rats qui infiltrent des camions, désormais ce sont les gentils réfugiés. Donc on accueille les gentils syriens mais pas les méchants africains.
    Et puis nous faire gober que tous les allemands sont solidaires aux réfugiés….no comment

    La vie d’un réfugié syrien musulman vaut moins qu’un français de souche. J’ai d’ailleurs entendu un maire ce matin dire « je suis d’accord pour accueillir des réfugiés syriens à la condition qu’ils soient chrétien ». Par contre, on trouve honteux lorsqu’on lit qu’il est très difficile pour les chrétiens d’accéder à des postes à responsabilité en Iran…

    Les initiatives associatives et individuelles sont la meilleurs réponses; D’ailleurs qui n’a pas entendu « bah accueilles-en un chez toi ! »
    Les français veulent de l’accueil temporaire qui ne leur coute rien, surtout pas dans leur petit village. Qui peut leur en vouloir ?
    Si nous serions en guerre, serions nous accueillit comme des rois par les syriens ? Je ne pense pas. C’est juste l’Humanité qui est comme ça.

    • C’est tout a fait juste ! les gens sont prêts à accueillir les étrangers mais à condition qu’ils aillent chez le voisin. Comme on dit « la charité bien ordonnée commence par soit même ». Les z’artistes qui se sont lancés dans un élan de solidarité envers les migrants n’iront jamais accueillir d’étranger dans leur résidence secondaires n’est ce pas Comme dit Marc Lavoine lorsque le journaliste lui demande s’il était prêt à accueillir une famille de migrants. Non, la réponse doit être collective. Autrement dit les autres doivent faire l’effort mais pas moi ! La charité à deux balle me fait rire ou gerber c’est selon

    • @ Flo :

      je connais relativement bien la Syrie, étant allé y travailler à plusieurs reprises, avant les guerres il est vrai.

      c’était (et je pense que ça l’est toujours) un pays aux mœurs, en particulier religieuses, particulièrement libéral avec des femmes habillées à l’occidental et non voilées et un niveau d’éducation enviable.
      bref, rien à voir avec les images des populations paumées que l’on voit en France revendiquer une proto-musulmanité.

      je pense que tout simplement ce qui bloque les Français, c’est tout simplement que la règlementation étant ce qu’elle est, il sera très difficile de tout de suite trouver un travail à ces gens qui le méritent. donc le Français lambda se dit que ces gens vont venir s’ajouter à la longue liste des descamisados internes ou externes de ce pays et peser un peu plus sur son budget / impôts / taxes. du coup, le réflexe est de dire non merci.

      alors qu’avec une règlementation (du travail) beaucoup plus légère, ces gens s’inséreraient sans trop de difficulté dans le pays.

      mais ça, en socialie, c’est impossible.

      • Exactement, la libération de la réglementation du travail permettrait un souffle gigantesque.

        Sinon je ne crois pas que les français soient majoritairement xénophobes, c’est une loupe médiatique qui fait penser cela.

        • Nafy-Nathalie Diop
          7 septembre 2015 at 14 h 25 min

          d’accord avec vous !

        • C’est surtout que dés qu’un pro-immigration veut éliminer quelqu’un qui n’est pas d’accord avec ses idées, il l’insulte de xénophobe ou de raciste, comme ça cela lui évite d’avoir a défendre ses idées avec des arguments.

          il suffit de rajouter a la fin de l’article que les commentaire xénophobe ne seront pas toléré, comme c’est précisé ici…
          bref, article sans intérêt.

        • Là, j’ai des doutes!

          Le simple chauvinisme, largement répandu, est déjà le premier pas, au nom d’une supériorité supposée qui affuble tout étranger d’un surnom (rital, rosbif, ricain, ruskof, schleu …)
          et l’habitude de se glorifier soi-même de mythes nationaux: « République » (les autres n’étant que des républiques!!!), « Lumières » et corollaire de mission universelle, « Valeurs (Françaises) », les autres restant des abrutis, Pays (où on PARLE le plus) des Droits de l’Homme etc…; cette « supériorité » vient surtout d’un manque d’évaluation comparée avec les autres pays trop méconnus accompagné d’un discours!

          D’accord, la France est un merveilleux pays et nous sommes nombreux à ne pas le contester. Que les Français soient plus merveilleux que les autres peuples, ça c’est nettement moins sûr!… et d’ailleurs contraire aux « droits universels de l’homme » ou à l’ « Égalité Républicaine » pourtant gravée au fronton des 36 000 municipalités! Les idées (sans pétrole) et les discours, c’est bien mais les actes, ça reste mieux!

          Que le « couple franco-allemand » soit « le moteur de l’Europe », je veux bien, même si les pistons « toussent » beaucoup, du côté français, avec des critères de convergence dont vous ne parvenez pas à vous approcher, tant toute réforme sérieuse qui met le 1/3 de la population dans la rue, est rapidement édulcorée si pas abandonnée. Que la France soit un partenaire important de l’Union Européenne, c’est vrai; qu’il en sot le modèle, non! Il faudra bien qu’un jour vous vous rendiez compte que la France sans l’Europe, ce n’est plus grand chose dans le monde!

          Alors, oui, il y a en France, pas forcément chez les intellectuels, une tendance facile à la xénophobie et, pour certains, plus radicaux,au racisme, même. Ce n’est pas moi qui ai écrit le sketch du douanier de Fernand Raynaud qui ne date pourtant pas d’hier:

          http://www.dailymotion.com/video/x3ifqn_l-etranger_news

          Moi-même, citoyen européen, blanc à cheveux blonds, et francophone, travaillant en France, là où aucun Français ne voulait prendre la place, j’ai eu l’occasion de m’en rendre compte, surtout le jour où un collègue m’a offert comme un cadeau inestimable, la possibilité de devenir Français: j’ai eu du mal à ne pas pouffer de rire: j’avais déjà choisi une autre nationalité dans un pays où j’avais reçu un accueil autrement chaleureux, concrètement, des années avant d’en adopter la nationalité (unique, avec résiliation de l’ancienne) pour la meilleure intégration naturelle de mes enfants, après les avoir entendus rêver dans la langue du pays et donc pas ma langue maternelle et la leur qu’ils parlent évidemment couramment comme deux autres, soit 4 au total: là aussi, ce genre de chose, ça aide aussi à ne pas se croire « unique »!

      • C’est ce que j’expliquais à ma femme, beaucoup de choses sont liés et si nous avons tant de mal à accueillir ces gens, c’est que nous avons un passif de 60 ans de conneries derrière : assimilation des africains des colonies, faillite du système éducatif, sur-réglementation, inégalités et sentiment d’inégalité…

        La seule chose à faire est de laisser faire les associations et les initiatives personnelles. Quand on voit la grosse Aubry nous dire « nous sommes prets à accueillir bla bla bla », il ne vaut mieux pas que les autorités (in)compétentes s’en mèlent…

    • Nafy-Nathalie Diop
      7 septembre 2015 at 11 h 18 min

      Vous n’en savez rien de la manière dont nous serions accueillis. Vous pourriez être surprise.
      Regardez comme le Liban accueille. Un magnifique exemple !
      A moins que, prenant exemple sur ce que vous citez, ils ne décident de trier entre les souffrances …
      Espérons que l’on aura jamais à le savoir !

      • Exactement, je n’en sais rien. Vous non plus.
        Simplement il est évident qu’un européen de tradition catholique aura beaucoup plus tendance à accueillir un semblable qu’un musulman d’Irak comme un musulman du maghréb aura plus tendance à accueillir un autre musulman, d’autant plus s’il est arabe et non un européen convertis.

        Non ce que je voulais dénoncer c’est le côté faux-jetons des médias

        • Nafy-Nathalie Diop
          7 septembre 2015 at 14 h 23 min

          Oui … quand je pense que la religion chrétienne est née dans le désert du proche orient … je ne sais pas, cela me fait toujours sourire qu’au nom d’une religion d’origine étrangère on rejette des étrangers. Mais bon !

          D’accord pour les médias.

          • l’origine de la croyance n’a rien à voir avec les complications qu’elle entraine

            • Nafy-Nathalie Diop
              7 septembre 2015 at 16 h 45 min

              Je n’ai rien dit dans ce sens … je note juste qu’au nom d’une religion étrangère, on rejette des étrangers … je trouve le paradoxe amusant, non ?
              Ca pose la question de l’identité et de ce qui la constitue.
              Mais cela fera l’objet d’un article un jour prochain sans doute.

              • ma remarque voulait simplement faire remarquer que votre postulat de départ est faux:
                ce n’est pas à cause de la religion elle même que l’étranger peut être rejeté(ou moins bien désiré), mais à cause des complications qu’elle pourrait engendrer, et ce n’est pas qu’une question d’identité. Le désir de rejet de l’asiatique est d’une part peu fréquent , et d’autre part ne met jamais en avant la religion bouddhiste.
                ( à méditer pour votre prochain article)

                • Nafy-Nathalie Diop
                  7 septembre 2015 at 19 h 29 min

                  Je n’ai pas posé de postulat de départ, c’était une remarque, pas une théorie …
                  je trouve curieux de rejeter l’étranger au nom d’une religion étrangère elle aussi. bref !
                  Mais on ne va pas y passer la nuit !!! ptdr

                  merci pour la piste.
                  oui « l’étranger, l’identité » de Toshiaki Kozakaï parle de ça aussi et l’explique assez bien.
                  A lire, si vous ne l’avez pas encore lu.

                  • une religion de 2 000 ans est toujours étrangère ? une décolonisation de 53 ans est récente ? nous ne vivons visiblement pas sur le même tempo. finalement, tout ceci n’est pas très important, n’est ce pas ? la preuve, dans les manuels scolaires d’histoire de l’an 4 000, on n’en parlera même pas.

      • Liban « magnifique exemple » d’un pays prospère, une ruine maintenant, en guerre civile, depuis que ce pays a fait sienne cette générosité que vous voulez nous vendre. Aux gogos.

        Vous racontez une fable pour petits enfants . Au mieux.

      • Je vous approuve totalement: les Libanais ont été extraordinaires de tolérance, eux qu n’ont pas que des bons souvenir de la Syrie. Ils partagent actuellement leur enseignement, ai-je appris, le matin, pour les enfants libanais, l’après-midi, pour les réfugiés, pas par ségrégation, mais à cause du nombre d’enfants à qui enseigner et de façon adaptée. Le nombre de réfugiés = le tiers de la population locale mas ils atteignent le point de rupture. Il n’est plus temps de chipoter!

    • « L’islam a une très mauvaise image. »

      Pourtant les Français plébiscitent massivement sa version laïciste sectaire : le socialisme.

  • Ce que l’on voit et ce que l’on ne voit pas, pour pasticher Bastiat.

    Passons sur les migrants, suffisamment d’images sont disponibles.
    Insistons plutôt sur ce que l’on voit pas en ce moment : les camps. Jordanie, Turquie, où aboutissent les plus faibles. Ceux que l’on entend pas brailler : ils n’ont pas ce moyen.

    Soyons cohérents : aidons les. L’indignation est une chose. C’est facile et peu cher. Ouvrez votre porte monnaie et faites un don. C’est moins facile… 🙁

    Par exemple :
    http://www.bonheur.ch/fr/collectes/collectes-actuelles/refugies/detail/news/2015/09/01/4928_refugies_la_chaine_du_bonheur_invoque_limperatif_humanitaire_et_lance_un_appel_aux_dons.html
    https://www.bonheur.ch/fr/dons/dons-online.html?don=syrie
    http://www.croix-rouge.fr/Nos-actions/Action-internationale/Rechercher-un-programme/Jordanie-Amelioration-des-conditions-de-vie-des-populations-refugiees-et-de-leurs-communautes-d-accueil-en-Jordanie

    A vous de jouer : aucune excuse.

    • Nafy-Nathalie Diop
      7 septembre 2015 at 10 h 02 min

      N’oubliez pas le pam … important le pam.

      • Oui, le site du PAM : http://fr.wfp.org

        Mais le CICR et la « Chaine du bonheur » sont des institutions efficaces, et bien plus qu’un grand machin.
        Pour la Syrie, cela fait déjà plus de 2 ans que la situation est dramatique avec les camps de réfugiés.

        Par exemple pour cette association, voire dans les FAQ :

        La Chaîne du Bonheur attribue au minimum 95% des dons aux projets; elle peut prélever au maximum 5% d’une collecte pour couvrir ses frais de fonctionnement (selon l’ampleur de la collecte). Les organisations partenaires peuvent de leur côté déduire au maximum 10% de frais d’accompagnement de projets.

        Cela me semble efficient. Peu de blabla, on agit. 🙂

        • Suivant les infos de ce soir (source U.E.): le quota français de réfugiés se monterait (actuellement) à 34 000: pour 66 millions d’habitants, soit 0,000515 %, ce n’est même plus un événement. Bien sûr la France pourrait faire bien plus!

          Et cela dit bien en quoi c’est le principe d’accepter des étrangers sur le sol national qui fait problème! Lamentable!

          Mais les Rafales français vont bombarder, en espérant que les bombardements ne fassent pas trop de dégâts « collatéraux »!

          • à toujours minimiser et nier la réalité, vous provoquez les réactions de ceux qui manquent de moyens pour se faire entendre, vous provoquez les violences futures avec votre moralisme à deux francs six sous.
            déjà, sur ma calculette, ça fait 0,05 % et non pas 0,000 5 %…
            ensuite, vous avez oublié tous les autres, chaque année, ce sont environ 200 000 étrangers qui viennent en france.
            pour résumer, chaque année, des milliers de riches qui s’en vont car ils ne veulent plus être montrés du doigt, des dizaines de milliers de jeunes qui s’en vont car ils veulent s’enrichir et ils bien que l’état et ses armées de fonks les en empêcheront, volontairement et vicieusement, ou par hasard et sans le vouloir. et pour compenser ces pertes, des centaines de milliers de mahométans, et parmi eux une petite minorité, quelques pourcents de prosélytes forcenés, une autre toute petite minorités de trafiquants, de proxénètes… heureusement qu’il y a également une grosse grosse majorité de bons travailleurs qui ne rêvent que de faire les travaux les plus pénibles, les moins bien payés, payer des grosses charges à la sécu, des gros impôts à l’état pour entretenir les fonks et les retraités français.

  • Sur le coût de l’immigration il faut prendre l’étude de l’université de Lille avec des pincettes

    http://www.herodote.net/L_immigration_ca_coute_ou_ca_rapporte_-article-1219.php

  • Le république bureaycratique française ne retient pas les « migrants » diplômés. Migrant ou pas peu de personne qualifié considère la France comme un pays de cocagne…
    Au cas où vraiment personne sur ce site ne l’avait remarqué le FN est à l’affut et les idéologues noeud noeud sont de véritables boute-feu.

  • Oups le pluriel m’a échappé ! :peu de personnes qualifiées considèrent….

  • C’est comme dans toute guerre: il faut secourir les blessés sur le front, mais aussi et surtout des gens qui œuvrent pour la paix. C’est là que le gouvernement français, qui axe sa diplomatie sur les affinités qu’il a avec tel ou tel dirigeant, ne me semble pas vraiment à la hauteur des enjeux.

  • M’enfin, ça me rappelle aussi un autre exode, celui de gens vraiment attachés à la France, chassés par le fait que gouvernement Français de l’époque avait donné leur département à une clique de terroristes communistes prétendant être un « Front de Libération ».
    Ces gentils communistes avait officiellement proposé l’alternative suivante « la valise ou le cercueil ». Et malgré cela, la population Française n’a pas été très très accueillante, c’est le moins qu’on puisse dire. Et les medias comme les politiques n’ont pas tant bassiné le monde sur le devoir d’accueil des réfugiés exodiens.

    Mais accueillir des syriens qui ont les moyens, le droit, et comment dire, le devoir de se défendre face à la barbarie, c’est bien. Accueillir des français qui n’avaient plus le droit ni les moyens de se défendre (après avoir pourtant gagné militairement) c’était mal. Pourquoi ? On préfère des populations qui nous haïssent mais aiment nos soins dentaires payés par les contribuables ? Des gens tellement bien qu’ils laissent leurs concitoyens pauvres, leurs vieux, etc. seuls face à la « barbarie » au lieu de résister alors qu’on nous explique qu’ils sont l’élite, les forces vives ? Perso une élite comme ça, elle peut passer, et aller loin, très loin, on en a déjà une qui nous a ruiné et mis à genoux. Et pourtant elle, au moins prétend nous aimer.

    • Ca doit, en effet, leur faire tout drôle aux pieds-noirs et aux harkis, qui se souviennent de la façon dont ils ont été accueillis en 1962.

    • « On préfère des populations qui nous haïssent mais aiment nos soins dentaires payés par les contribuables ? »

      @Franz : Félicitation, vous avez battu le record de généralisations en une seule phrase. On résume : Aucun syrien nous aime, ils nous « haïssent » tous. Aucun syrien ne vient pour bosser, ils viennent tous pour se faire assister.

      Concernant l’autre problème que vous soulevez, à savoir : « les réfugiés laissent leurs concitoyens pauvres, leurs vieux, seuls face à la barbarie au lieu de résister »

      Je trouve que vous vous trompez de cible. Plutôt que vous acharnez sur des syriens (ou autres réfugiés) qui fuient leur pays en guerre « au lieu de résister », c’est-à-dire vous acharnez sur leur prétendu lâcheté, demandez-vous plutôt s’ils ont réellement la POSSIBILITÉ de résister ? C’est bien beau de dire derrière un clavier « Battez-vous plutôt que fuir », mais comment se battre quand des états empêchent aux gens de se responsabiliser, par exemple en leur inculquant que des policiers et des soldats seront toujours là pour assurer leur sécurité ? comment se battre quand des états empêchent aux gens de s’armer, de se défendre, ou de choisir des défenseurs autres que ceux imposés par les états ? Bref, plutôt que vous acharnez sur la conséquence (les prétendus « lâches » qui fuient au lieu de résister) acharnez-vous sur la cause (les états et leurs lois qui déresponsabilisent les gens)

      • Et résister à leur Etat qui leur a incluqué que le policier serait toujours là, c’est ma responsabilité maintenant.

        Bien sûr les État sont premiers coupables. Le notre et les leurs. Mais l’individu est autonome et responsable. Il ne peut pas se décharger sur les autres de ce qui lui arrive sinon il n’est plus libre. Donc comme pour les grecs et les français face à leur dette (pas celle simplement de l’État… la leur puisqu’ils en profitent et n’ont pas renversé cet État ou voté pour plus sérieux) il y a une part importante de responsabilité qui incombe à la population syrienne, irakienne, etc. et plus généralement de ceux qui migrent. Et cette responsabilité est plus forte encore chez les élites, car ce sont eux qui ont endoctriné, déresponsabilisé, fait interdire les armes, les milices, etc.

        L’État est une des sources du mal, de la servitude, mais je vous renvoie à la Boëtie, la servitude est presque toujours volontaire et ce sont les individus qui font l’État, pas l’inverse. Leur responsabilité reste entière.

    • En effet ! Et ça, pour une honte, c’était vraiment une honte ! Ce n’étaient pas des étrangers, c’étaient des français, en réel danger de mort, et économiquement ratissés.
      Le fait est que la rosâtrerie et autre cris d’urticaire généralisée passaient plus de temps à trimballer les valises du fln qu’à œuvrer pour les citoyens français en détresse. Ils ne ménageaient pas leurs efforts non plus pour dénigrer les pieds-noirs, ce qui explique largement le non-accueil qui leur a été fait en métropole en 62.
      Et ce sont les suiveurs de ça qui prétendent nous donner des leçons d’humanité maintenant !
      Qu’ils aillent porter des valises d’assassins cinglés ailleurs : il paraît qu’ils embauchent chez les assassins de daech et qu’ils ne sont pas regardants quant aux candidats !

  • François l’Assad vient nous expliquer que la Fraooonce accueuillera 24 réfugiés sur 2 ans. Mouaaaaaaaaah ❗
    Quel éclat de rire. Comparés aux allemands, avec près d’un million, c’est une grosse farce.

    Oui mais François, lui, il aime bien les bonnes farces qui tâchent comme du gros rouge …

    • Exercice périlleux à l’approche des régionales. Comme quoi, les politiques se foutent de notre gueulle…

    • L’Allemagne ne va pas recevoir un million de réfugiés. Elle va avoir 8000000 immigrés. La France en recoit 200000 à 250000 par an.

      • Titre d’article :
        Ce sont plus de 13 000 réfugiés venus de Hongrie via l’Autriche que l’Allemagne a accueillis, dimanche. Un record pour une seule journée. Le pays s’attend à enregistrer 800 000 demandes d’asile cette année, soit quatre fois plus que 2014.

        Pour l’essentiel, la moitié au moins ?, des réfugiés. On peut considérer les syriens comme des réfugiés.

        • Une source officielle belge dit que 90% des demandes de réfugiés syriens sont acceptées: donc, en théorie, moins de 10 % sont des resquilleurs qui se joignent au convoi pour en profiter frauduleusement.

          • Merci pour l’info. Les syriens ne seront pas seuls. Le monde est grand. Il faudrait creuser pour savoir plus précisément en ce qui concerne l’Allemagne.

  • Arretez d appeler des refugiers des gens qui veulent s installer dans les pays les plus riches, la securite ils l avaient en passant la frontiere de leur pays. Arretez de dire qu il s agit de gens qualifies alors qu ils n ont meme pas de papiers et ne parlent pas francais ou allemand.
    Cessez ces mensonges qui donnent peut etre bonne conscience mais qui sont une insulte au bon sens. Regardez les images et dites nous en quoi ces hordes de musulmans sont un apports et un benefice pour notre vie future, qu ont ils fait de leur pays !!!

    • Et puis, au lieu de tant de difficultés, que ne se dirigent-ils dans les états arabes unis, qui ont de la place, de l’argent, les mêmes convictions religieuses ? une religion de paix et d’amour, nous rebâche-t-on. Et les autres neuneus qui vont prendre l’eau au lieu de se jeter dans les bras ouverts de gens qui les aiment et les accueillent déjà en pensée (ils y pensent tellement fort qu’ils ne le disent pas, du coup).

  • ou sont-ils ?

    en effet à part à la tv les syriens sont très peu visibles contrairement au gros des troupes de l’immigration: pays de l’est, africains, algériens, marocains,…..qui forment les plus de 200 000 immigrés officiels en france( ce qui constitue déjà l’équivalent d’une bonne ville moyenne sup), d’où l’exaspération compréhensible de certains (rien ne sert de nier les problèmes posés ou de stigmatiser ceux qui s’en plaignent: cela ne fait que renforcer l’opposition extrême)

    pour ma part cette année je n’en ai croisé qu’un seul(avec une femme et un enfant), effectivement diplômé et intégré(prof de math) dès son arrivée.

  • Si l’asile était donné directement par les paroisses comme nous le demande le Pape, alors, oui je pense que nous pourrions donner l’asile politique à une bonne partie des réfugiés de guerres syriens.
    Mais l’asile politique dépend d’Etats défaillants, qui n’appliquent pas leurs propres règles, sauf fiscales pour tailler à merci leurs peuples autochtones.
    Fillon écrit dans le Figaro de ce jour « l’accueil des demandeurs d’asile n’a de sens que si les déboutés sont reconduits à la frontière » On sait ‘expérience que ce n’est pas le cas en France, qui ne délivre que des aller simple vers son Etat-providence.
    Les places et les moyens que nos politiques auraient du réserver pour des cas d’urgence avérée, comme cette guerre l’Etat Islamique, ces budgets ont déjà été dépensés et même emprunté pour financer de l’immigration démographique et électorale (à gauche mais pas que).
    D’autre part la République française ayant le Droit du sol, tout immigré dilue le peuple d’origine française (d’avant 1974) en un melting pot de tendance islamo-socialiste. (obédience UOIF et Tariq Ramadan). Dans ces conditions l’autochtone anté 1974 peut à juste titre craindre une hausse de la fiscalité et une régression de sa liberté, et même de sa sûreté ! Notons que l’Allemagne dispose du Droit du sang, (pas de dilution de la Nation allemande) de plus les lander disposent de police régionale plus proche du citoyen que notre police-gendarmerie nationale. Au plan des moyens pécuniers l’Allemagne a équilibré son budget, et sa liberté économique l’a rendue prospère.
    Notre pays est malade de ses politiciens, et on ne demande pas à un pays dans un tel état ce que peut offrir de sa propre volonté un pays en pleine forme.

  • Et une mobilisation pareille pour nos clochards ?

    Je parie que mon message sera censurer.

    • Nafy-Nathalie Diop
      8 septembre 2015 at 20 h 28 min

      ou nos retraités, … comme cela court partout sur le net.
      en fait, hiérarchiser les souffrances est indécent.
      Le problème des clochards existait avant celui des réfugiés syriens. Les laisser mourir ne résoudra pas le problème des clochards et ne le changera pas ni en mieux ni en pire.
      Alors ? quel est le but de votre intervention hormis tester la censure de contrepoints ?

      • je ne soutiens pas les clochards, ils doivent se prendre en charge si ils le veulent.
        et je ne veux pas non plus soutenir les immigrés, les immigrants, les « réfugiés » et les autres. pourtant, des tombereaux de sentiments, de discours moralisateurs « on ne trie pas entre les religions » (nous dit celui qui ne paye pas son billet d’avion quand il va voir son équipe de ballon préférée), on vote une loi, on ouvre les portes et le peuple paye.
        ils sont bien curieux les libéraux qui ne veulent pas payer pour le train de vie des fonks (j’en suis) mais qui veulent bien utiliser l’argent des autres pour payer pour le train de vie des chances pour la france (je n’en suis pas).

  • Je n’aime pas trop le titre de l’article : s’il suffisait de ne pas adopter d’exodien pour couler l’Europe, je saurais ce qui me reste à faire…

  • Les merdias sont vraiment à gerber ces derniers jours, de même que les réseaux sociaux qui suivent la guimauve degoulinante pour faire culpabiliser les « non convertis » à leur cause, en balançant en boucle la photo du petit garçon mort… « Adopte un Syrien » qu’ils disent, ok si certains se sentent l’envie de le faire, libre à eux, mais que ce soit de leur propre responsabilité ! Désolé de l’exemple mais j’ai l’impression que c’est comme pour l’adoption d’un chien, c’est mignon au début puis ça peut faire des dégâts par manque d’éducation, puis ça peut coûter cher, entre les croquettes et les vaccins puis ça fini attaché autour d’un arbre aux departs de vacances. Heureusement qu’il y a des propriétaires de chiens qui adorent leur compagnon et sont prêts à tout pour lui, sans que ça coute aux autres. Dans notre ripoublic sotcialist avec notre etat providence totalement à la ramasse, les gens s’imaginent encore que c’est pas cher, c’est l’état qui paye, c’est l’état qui va s’occuper de nos réfugiés attachés aux arbres à la veille des vacances… Le problème n’est pas les réfugiés eux même, mais la façon bordélique dont ils vont être accueilli et intégrés, plus la méfiance naturelle des étrangers des humains, forcément, ça ne va pas bien se passer ! C’en est à mon sens, très triste, car ce sont quand même des personnes prêtes à mourir pour gagner un peu de liberté .

  • Dans une semaine, au maximum quinze jours, aura un fait divers tragique, une tuerie sanguinolente aux US, un tremblement de terre quelque-part et on ne parlera plus des réfugiés syriens pour se lamenter sur le nouveau sujet. Au pire on retournera à l’abominable changement climatique qui va tous nous rôtir.

    Les politiques pourront ainsi tranquillement enterrer les belles promesses – ou nommer UN fonctionnaire pour étudier les dossiers de demandes d’asile, ce qui permettra d’en gérer 5% d’ici qu’il parte à la retraite. Mais il y aura toujours des guerres, des famines, des victimes du paludisme et un bon 10% de mortalité infantile dans les pays pauvres. De quoi alimenter sans risque d’épuisement les media et leurs clients.

    Et on continuera à discuter de la meilleure façon de ne rien faire ou de remplir le tonneau des Danaïdes. Car si on ne réfléchit pas globalement au problème et aux buts que l’on se donne, il n’y a même pas de solution. Mais ça arrange beaucoup de monde que l’on ne pose pas la question de manière globale et encore plus qu’on ne fasse rien. Tous ces problèmes sont des « non-évènements » liés au déséquilibre du monde. Et on n’est pas près de les régler en se focalisant sans cesse sur des problèmes soit mineurs soit anecdotiques parce que les media sont totalement dépourvus de jugeote ou de conscience.

  • @Nafy-Nathalie : merci. !

    Je pense également que sans le psychodrame des politiciens qui ne pensent qu’à leur kotdepopularite, ces gens seraient accueillit avec humanité et que la minorité de froussards qui se retranchent derrière leur « identité » n’auraient pas le même écho.

    • « la minorité de froussards qui se retranchent derrière leur « identité » n’auraient pas le même écho. »
      Une bonne occasion de vérifier l’assentiment du peuple aux politiques migratoires est le referendum. Une revendication pluri-décennales du FN.
      Quant à ceux qui ont une identité, et un entre-soi à défendre, c’est leur entière liberté. Que République française ne reconnait pas, et que l’UE menace.
      Quant à votre jugement sur les « froussard » comme vous dites, j’ai vécu quelques décennies dans le melting-pot, et j’ai réuni les moyens de m’en éloigner assez pour être tranquille, surtout pour mes enfants. Je vous laisse donc faire votre expérience de ce vivre-ensemble tant vanté par la République bienfaîtrice. Mais si vous vous dites libéral ne venez pas contraindre ceux qui préfèrent rester entre-soi. C’est leur droit.

      • Il n’est pas question d’imposer quoique ce soit, je suis le premier à dénoncer cette pseudo intégration au forcep à base de culpabilisation et de mise en ghetto.

        La peur est le fond de commerce des politiciens.

  • Nafy-Nathalie Diop
    8 septembre 2015 at 20 h 25 min

    Donnez moi vos sources et je vous répondrai avec précision sur chacun des points.
    Regardez juste pour votre question sur les religions.
    Vous googlez la syrie et vous tombez sur wikipedia qui vous explique que :
    « La population de la Syrie compte entre 65 et 75 % de musulmans sunnites, 15 % d’alaouites et 10 % de chrétiens » donc 2/3 de musulman non seulement n’a rien d’exceptionnel pour une population qui en compte entre 65 et 75%.
    et ainsi de suite …

  • Il est indéniable que l’accueil des immigrants pourrait avoir des impacts assez désolants sur notre économie française.
    Le payement du chômage (ou non travail) de ces immigrants aspire une partie du revenu des Français pour les entretenir, puis s’ajoute le chômage supplémentaire des Français qui seront remplacés par les immigrants travaillant pour moins cher ou au noir: une économie d’employeurs et d’employés voyous et exploiteurs qui remplaceront les entreprises moins délinquantes et leurs employés (retour de plusieurs siècles en arrière, vers plus de servage, de parasites, mafias et féodalités).
    Contrairement à ce que dit la fin d’article, d’après une source qui est un déni de réalités agencé pour tromper les Français et les maintenir dans l’erreur, les immigrés sont une très mauvaise affaire pour l’économie française. Ils reversent à l’État 60 milliards en impôts et contributions sociales, mais ils reçoivent 48 milliards d’euros rien qu’en aides sociales, et en plus ils profitent ou coûtent des dizaines de milliards supplémentaires en usant des équipements et services publics: routes, trottoirs, bus, administrations, justice, armée, police, et souvent de manière beaucoup plus coûteuse que le reste de la population, par exemple des milliards de subventions pour logements en grande partie d’immigrés (zones sensibles,…) et toutes les administrations et associations dépensières qui tournent autour.
    Le bilan est un surcoût de plusieurs dizaines de milliards par an.
    A ce surcoût financier direct s’ajoutent les handicaps causés à l’économie par les comportements des immigrés.
    Par exemple les investissements en éducations et formations sont moins productifs quand on éduque des immigrés, qui ne fournissent pas un travail aussi productif, quand ils ont un travail, ou qui ne fournissent aucun travail pour un nombre relativement bneaucoup plus important que les non immigrés.
    Par exemple ils accroissent le mépris pour les emplois manuels.
    Par exemple transformation partielle de l’économie française en économie mafieuse et corrompue comme celle qui règne généralement dans les pays d’où viennent les immigrés.
    Même si le trou que creuse l’immigration dans les budgets de la France et des Français n’est pas le gouffre approchant la centaine de milliards par an dénoncé par le FN, c’est pourtant un énorme boulet qui maintient notre pays dans le fond de la crise économique et risque de le noyer définitivement.

  • Ces immigrants aux us très différents des nôtres fuyent chez nous le désastre qu’ils ont provoqué ou laissé se développer chez eux. Considérer que ces étrangers sont dans le même cas que les Français de 1940 se réfugiant chez d’autres Français ayant les mêmes valeurs, suite à une commune catastrophe causée par des étrangers (allemands), indique un mépris pour la société des Français et un mépris de la justice quant aux responsabilités de ces désastres.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Outre la santé, l’immigration est sans doute le sujet politique le plus polémique aux États-Unis. Les deux principaux partis se renvoient constamment la balle sans apporter de solution constructive à ce problème criant.

Car n’en déplaise à la vice-présidente, à qui incombe le problème, la frontière est très poreuse. Selon les dernières estimations, deux millions de personnes pourraient avoir traversé la frontière d’ici la fin septembre. On vient même de nuit pour tenter sa chance, et depuis le Pakistan parfois.

Et ce ne sont pas... Poursuivre la lecture

Il y a 10 ans, l’éminent Gérard Depardieu assénait, dans une lettre ouverte ouverte au Premier ministre de François Hollande :

« Je pars parce que vous considérez que le succès, la création, le talent, en fait, la différence, doivent être sanctionnés. »

Connue de tous, cette remarque cinglante fait suite à une réaction épidermique de l’acteur face au poids de l’administration fiscale, mais aussi de l’état d’esprit général qui anime la classe politique française. Tout comme Depardieu - et bien d’autres avant et après lui - les ex... Poursuivre la lecture

Par Fiona Harrigan.

Près de six mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les forces ukrainiennes continuent de tenir tête à la Russie. Les nations étrangères ont acheminé d'énormes quantités d'aides militaire et humanitaire à l'Ukraine tout en imposant des sanctions qui touchent aussi bien les élites du Kremlin que les Russes ordinaires.

Mais certains souhaitent que ces mesures aillent plus loin. Dans une interview accordée au Washington Post au début du mois, le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a déclaré que les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles