Élections au Maroc : démocrates, encore un effort !

Un suffrage sous influence au Maroc.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élections au Maroc : démocrates, encore un effort !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 septembre 2015
- A +

Par Amer Benouda.

Drapeau Maroc (image libre de droits)

Le 4 septembre prochain auront lieu les élections communales et régionales au Maroc. Si le système semble se moderniser comme en témoigne la présence des jeunes et des femmes sur les listes, un regard plus attentif amène à une conclusion sans appel : encore une fois, des pratiques attentatoires à l’intégrité du processus électoral menacent de dénaturer le suffrage universel.

Pendant ces semaines, pas un jour ne passe sans que l’on ne dénonce des pots-de-vin aux jeunes du quartier, le don de poulets en contrepartie de voix achetées, la passation d’une autorisation d’utilisation de l’espace publique, l’intervention de certains fonctionnaires pour appuyer certains candidats, l’argent sale, des personnes ajoutées aux listes électorales n’ayant rien à voir avec la localité concernée ainsi que des petits arrangements entre amis et fraudes en tous genres.

Prétendre avoir pris des mesures afin que le processus électoral se déroule dans une transparence totale comme le prétend le ministère de l’Intérieur n’est pas très sérieux ; la réalité est bien différente. Ces élections, malgré ses airs de progrès et de démocratie, érigée en un fétiche, se déroulent encore une fois en marge des valeurs que la démocratie est justement supposée servir.

La majorité des candidats et des membres des partis, voire de nombreux citoyens marocains, croient que le droit de participer à des élections est une fin politique suprême. Mais si des élections sont essentielles à la constitution d’une démocratie, elles ne sont pas suffisantes pour en assurer le bon fonctionnement. Le Maroc, comme n’importe quel autre pays, en a besoin, non pas pour servir les intérêts de l’administration mais pour garantir la sécurité et la liberté.

Le problème s’étend au-delà des pots-de-vin. Il concerne aussi une corruption considérée comme acceptable et un système clientéliste qui apparaît comme consubstantiel à la politique marocaine. Ce sont les partis qui le font fonctionner, et eux seuls pourront y mettre fin. Ce n’est pas du ressort des observateurs nationaux et internationaux.

Le Maroc a besoin de partis et de militants qui incarneront le courage de respecter la volonté politique des citoyens et de limiter l’influence corruptrice de l’argent en politique.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Les élections au Maroc sont un buisness comme les autres. L’Etat rémunère les partis en fonction du nombre de votants. Cela me donne la chair de poule le fait de trouver à chaque fois qu’on parle du Maroc des articles pro-démocratie, féministes… Tous le monde mérite la liberté, mais les marocains ne méritent que la démocratie ?

  • Bonjour Amer Benouda,

    Merci pour votre article très intéressant.
    Rachid

  • Il faut arrêter de tout noircir !!

    C’est décourageant et improductif !!

    Il y a aussi des avancés qu’il faut designer si on est honnête !

    L’argent sale est le fait des partis et non plus des autorités qui appliquent la neutralité de façon générale.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

La démocratie est un sujet que nous avons souvent abordé, et qui a été étudié depuis fort longtemps par de très nombreux intellectuels. Loin d’être notre horizon indépassable, elle a donné lieu à un certain mysticisme.

Mise en cause dès ses origines, ayant rencontré des difficultés inhérentes à sa nature dès son apparition dans la Grèce antique, la démocratie semble une fois de plus à bout de souffle et menacée non seulement dans ses fondements, mais dans son existence-même. D’où l’intérêt du débat engagé entre deux philosophes contemp... Poursuivre la lecture

Dans une première partie, nous avions vu ce qui caractérisait une société de méfiance, à savoir :

centralisation administrative excessive, bureaucratie omnipotente, affaiblissement des initiatives, décharge de la responsabilité.

 

Dans cette seconde partie, il conviendra d’insister à la fois sur l’absence de responsabilité et sur les carences institutionnelles.

 

Une société de défiance caractérisée par une décharge de responsabilité

C’est le propre des systèmes centralisés où l’État oscille : trop faib... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles