Bitcoin : le grand fork

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bitcoin (Crédits Antanacoins, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bitcoin : le grand fork

Publié le 27 août 2015
- A +

Et pendant que le monde de la finance se dirige, tranquillement mais sûrement, vers de nouvelles aventures agitées, que le monde politique français continue de bricoler des trucs et des machins sans rapports même lointain avec les problèmes réels des Français qui payent pour ça, le monde du Bitcoin passe dans son développement une nouvelle étape quelque peu rocailleuse.

La monnaie cryptographique est en effet en pleine évolution actuellement, évolution qui tient à la fois à son gain progressif de notoriété, et à l’augmentation logique du nombre de transactions effectuées avec cette monnaie. Il faut dire qu’avec les événements récents sur les marchés et notamment en Grèce, avec le blocage des capitaux et la possibilité toujours plus grande d’un chyprage sauvage (confiscation unilatérale, citoyenne et festive) des comptes des particuliers, certains ont compris l’intérêt de la monnaie numérique, et ce, malgré les poncifs débiles toujours d’application dans une presse qui n’y comprend rien, et la guerre froide encore en vigueur avec les banques centrales qui n’entendent pas se faire déposséder de leur pouvoir monétaire sans combattre.

bitcoin coins and bars

Et cette notoriété accroît naturellement le nombre de transactions que la monnaie supporte tous les jours. Ainsi, on a observé des pics à plus de 200.000 transactions par jour en mi-juillet, ce qui montre bien l’intérêt croissant de la monnaie numérique, mais entraîne un effet de bord indésirable, rançon du succès : on arrive, doucement mais sûrement, aux limites permises par l’actuel protocole Bitcoin.

Sans rentrer dans les détails techniques, il faut en effet savoir que dans le réseau Bitcoin, les transactions sont regroupées en bloc dont la taille ne peut, pour le moment, dépasser 1 million d’octets. Ceci limite intrinsèquement le nombre de transactions que le réseau est capable de traiter par unité de temps ; il est communément admis qu’avec la taille actuelle d’un bloc, on ne pourra pas dépasser 7 transactions à la seconde, la réalité observée étant qu’on plafonne actuellement, dans le meilleur des cas, plutôt autour de 3. En somme, si l’on veut dépasser cette limite, il va falloir agrandir les blocs — notez qu’il y a d’autres discussions sur l’avenir du protocole, résumées ici, mais le point principal tourne bien autour de cette taille de bloc.

Concrètement, cela signifie un changement de protocole, ce qui veut dire une mise à jour, à plus ou moins court terme, de tous les clients Bitcoin, ainsi que de tous les « nœuds » du réseau pair-à-pair, ces nœuds étant ces ordinateurs qui aident à propager l’ensemble des transactions enregistrées publiquement. Par sa nature décentralisée, tout changement dans le protocole Bitcoin introduit donc un état intermédiaire où certains nœuds disposent du nouveau protocole, et d’autres qui fonctionnent toujours avec l’ancien. Si on peut assez facilement s’assurer que les nouveaux nœuds sont capables de traiter l’ancien protocole (par « compatibilité ascendante »), les anciens ne sont pas, par construction, capables de lire le nouveau protocole.

Un risque existe donc de voir arriver sur le réseau des blocs de transactions de protocoles différents. Or, par nature, pour faire partie du livre des transactions, les blocs doivent être validés. On peut donc se retrouver dans la situation où deux séries de blocs concurrents sont validées l’une par des nœuds utilisant un protocole traditionnel, l’autre par les nœuds du nouveau protocole, ce qui s’appelle un fork (embranchement, ici).

Et si ce n’est pas la première fois qu’on peut noter l’apparition d’un bloc validé par un petit nombre de nœuds avant le rejet par la majorité du reste du réseau bitcoin (de telles occurrences arrivent, pour un bloc unique, plusieurs fois par mois), c’est la première fois qu’il est demandé à chaque nœud (et chaque individu derrière) de choisir explicitement entre le protocole courant (Bitcoin Core) et le nouveau protocole (Bitcoin XT), le consensus n’ayant pu être atteint au sein de la communauté des développeurs.

Autrement dit, et comme le résume fort bien l’article de Brice Rothschild sur le sujet, nous assistons à une phase de « démocratie numérique » en grandeur réelle, dans laquelle les acteurs mêmes du protocole et du réseau décideront de son avenir, en fonction directe de leur propre implication.

Cependant, si, comme l’indique Brice, la communauté Bitcoin montre ici qu’on peut avoir des prises de décisions dans un projet majeur sans l’encombrement néfaste d’élus et des connivences, cette nouvelle étape dans la vie de la monnaie numérique n’est pas sans écueils non plus.

democracy.jpg

En effet, de Bitcoin XT ou de Bitcoin Core, on ne sait actuellement pas lequel des deux protocoles va l’emporter. Même si l’impact d’un choix sur l’autre est, pour l’usager lambda, parfaitement neutre, il n’en reste pas moins une incertitude qui, le temps qu’elle durera, n’est pas bonne commercialement. Du reste, ceci explique peut-être une partie de la baisse du cours de Bitcoin observée actuellement.

En outre, on peut parier que ce « fork » sera étudié avec une grande attention par ceux qui, dans le monde bancaire, ont compris l’enjeu réel derrière Bitcoin et sa blockchain (le grand livre public des transactions). Du point de vue des établissements traditionnels, Bitcoin constitue en effet un redoutable concurrent qui, s’il est encore de taille modeste actuellement, peut fort bien se muer en menace profonde pour eux tant il introduit de changement dans le concept même de la monnaie et de la gestion bancaire. Dans cette optique, la façon dont sera géré un changement structurel important, sa réussite ou son échec seront des indications utiles pour les tenants des institutions installées, ainsi que sur la solidité (ou la fragilité) du réseau bitcoin.

subventionnez nos journaux pourrisEnfin, l’apparition d’un nouveau protocole sur la monnaie numérique de référence attire naturellement les médias qui s’empressent déjà d’essayer d’expliquer les tenants et les aboutissants d’un débat particulièrement technique, débat qui s’accommode très mal des habituels raccourcis journalistiques à la truelle. On peut donc aussi parier sur un paquet d’articles consternants de la part de journalistes complètement à la ramasse tant sur le plan économique (et théorie monétaire) que sur le plan technique (cryptographie, peer-to-peer et décentralisation).

De ce point de vue, on ne peut que constater l’important chemin que Bitcoin doit encore parcourir pour devenir une technologie comprise par tous, et ce « fork » ne va probablement pas améliorer la lisibilité de la monnaie numérique auprès du grand public.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Très très bon article qui remet à leur place les très mauvais 😉

  • Article de rappel sur Bitcoin et ses enjeux : http://www.wikiberal.org/wiki/Bitcoin

  • Très bon article .
    Sur le fond je suis d’accord, la façon dont sera choisi le fork est une belle leçon de démocratie electronique .

    une nuance cependant :
    le choix final ne revient pas tant aux noeuds qu’aux mineurs. En effet le fait d’avoir 75 % des noeuds passés en btc xt n est pas fiable ( ce lien reddit est très intéressant : https://www.reddit.com/r/bitcoinxt/comments/3iao3i/how_to_run_3000_completely_legit_full_nodes_aka/ )

    Au final l’adoption se fera si les mineurs acceptent de marquer les blocks qu’ils trouvent , en indiquant quelle version il préfère .
    Un exemple avec cet article : http://www.coindesk.com/support-grows-for-bip-100-bitcoin-block-size-proposal/

    Dans l ensemble je suis assez d accord avec vous sur les journalistes , qui voit surtout le bitcoin comme un click-bait . « Les echos » semble être les spécialistes de ce genre de pratique .

    Si je devais avancer une prédiction « personnelle qui n’engage que moi 😉  » , je dirais que XT est mord dans l ‘oeuf .
    Même si tout le monde est pour l extension du block (BIP100) , peu de pools sont en faveur du fork XT . Mais ceci est un autre débat

  • Tres (très) bon article. Effectivement ça change du reste des médias. Rien a dire sauf peut-etre que le débat qui fait rage actuellement dans la communauté Bitcoin met surtout en lumière l’opposition de deux visions. D’un coté (bitcoin core) ceux qui pensent que Bitcoin ne pourra jamais permettre au quidam de se payer un café mais sera plutôt réservé aux transactions de sommes importantes (quand les blocs seront pleins, il faudra payer tres cher pour sa transaction aie une chance d’etre validée un jour), et de l’autre (bitcoin XT) ceux qui veulent au contraire que Bitcoin soit un vrai réseau accessible a tous avec des frais de transactions bas et un trafic le plus élevé possible. Personnellement j’ai choisi mon camp et je souhaite de tout coeur qu’il l’emportera, et vite.

  • Excellent article en effet, et très bons commentaires. Tout le monde sait de quoi il parle, et ça c’est inhabituel.
    Deux ou trois ajouts quand même.
    Je recommande de prendre le temps de lire aussi les articles auxquels renvoie H16.
    Sur les articles cités par chmick :
    le premier décrit une technique de fraude qui consiste à se faire passer pour un grand nombre de noeuds (Sybil attack) et s’applique aussi bien aux noeuds ordinaires qu’aux mineurs, et quelle que soit la solution à la question de la taille des blocs. Il n’a donc qu’un rapport indirect avec le sujet de l’article, en décrivant une technique qui NE PEUT PAS être utilisée pour sécuriser le système Bitcoin.
    le deuxième décrit une autre solution à la question de la taille des blocs, qui à mon n avis est en effet meilleure que la proposition XT
    enfin il faut se rappeler que ce sont bien les noeuds (complets) qui ont le dernier mot en décidant chacun pour soi, en utilisant leur protocole local, d’ajouter ou non chaque bloc à leur blockchain locale. On peut imaginer que tous les mineurs se mettent d’accord sur une taille de bloc et que tous les noeuds refusent les blocs. Ça ne durerait évidemment pas longtemps, mais c’est possible.
    Ce qui me paraît le plus vraisemblable, c’est que les deux ou trois solutions coexisteront et que les mineurs et les noeuds choisiront progressivement en adoptant localement l’une ou l’autre des versions du logiciel. Un bel exemple d’ordre spontané…
    è-analysaant

    • elvin , merci pour l info je ne connaissais par le terme de sybil attack.

      mon lien reddit a pour but de démontrer que le seul de noeuds bitcoin XT ne peut être un argument valable pour le choix d’une évolution (dans notre cas BIP101, si je ne me trompe) . Ajouter à ça ce lien https://bitcointalk.org/index.php?topic=1154520.0 qui donne des explications sur des « faux noeuds XT »
      et l on peut comprendre que le % de noeuds XT ( que vous pouvez trouver içi : http://xtnodes.com/ ) ne peut seul décider des évolutions futures.
      Est cela que vous entendez par sécuriser le système du bitcoin ??

      Pour ce qui de savoir qui a le dernier mot , pour ma part je me refère a l interview de Hearn a coindesk (http://www.coindesk.com/bitcoin-software-forked-in-bid-to-resolve-scalability-issue/) , je cite :

      « By mining with Bitcoin XT you will produce blocks with a new version number. This indicates to the rest of the network that you support larger blocks. When 75% of the blocks are new-version blocks, a decision has been reached to start building larger blocks that will be rejected by Bitcoin Core nodes. »

      Pour moi il est içi question de minage . (sous entendu pool de minage , ou mineur solo, brancher derrière un noeud xt lui même relié au réseau) .
      Est ce cela que vous entendez par noeuds complets ?

      • une partie des réponses est ici : http://blog.turgot.org/index.php?post/Drean-monde-bitcoin (un peu long – je suis en train d’écrire un nouvel article plus ciblé mais je ne l’ai pas sous les doigts car je suis en voyage)
        le fond de l’affaire en bref :
        1. on parle toujours du « mining » et on ignore la deuxième partie de l’opération de construction de la blockchain (ou plutôt DES blockchains), à mon avis beaucoup plus importante – ça c’est décrit dans l’article référencé ci-dessus
        2. les vraies décisions ne sont pas prises par un processus de vote majoritaire mais par l’établissement d’un ordre spontané de nature concurrentielle- je vais essayer d’expliquer ça clairement dans l’article en cours d’écriture, que je soumettrai peut-être à Contrepoints

  • J’ai trouvé un site pas mal pour avoir une vue d’ensemble de l’actualité bitcoin en un site. Mais c’est en anglais..

    http://btcsumo.com

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

Plus Christine Lagarde renie Bitcoin, plus elle met en évidence les bénéfices de Bitcoin face à sa gestion monétaire.

Nous verrons donc les trois bénéfices du Bitcoin les plus détestés de Christine Lagarde.

 

Gestion apolitique et neutre

Que vous soyez de gauche comme de droite, femme ou homme, jeune ou vieux, Français, Russe ou Chinois, en guerre ou en paix, le Bitcoin est ouvert à tous sans aucune restriction.

Tout le monde peut utiliser le bitcoin aussi bien comme ... Poursuivre la lecture

bitcoin
0
Sauvegarder cet article

Depuis quelques semaines, les mauvaises nouvelles sur le front des crypto-monnaies se multiplient. D’aucuns n’y voient qu’une nouvelle occasion d’y investir  — « Buy the Dip ! », telle une incantation chamanique — d’autres prédisent l’effondrement de tout le système crypto. L’hypothèse ici soutenue est que le concept le mieux à même de rendre compte de la phase actuelle est celui de bank run — ou panique sur les banques cryptos.

Le défi actuel du monde crypto est facile à comprendre. Le concept-clef est celui de convertibilité. Il faut... Poursuivre la lecture

Par Alex Gladstein. Un article de Reason

 

Le bitcoin a conquis certains des milliardaires les plus connus d'Amérique et les institutions du monde entier le considèrent comme un actif financier sérieux. Mais la hausse du prix du bitcoin n'est qu'une partie de l'histoire.

Qu'ils le sachent ou non, les personnes qui achètent des bitcoins renforcent un outil de protection des droits de l'Homme. Cette forme encore relativement nouvelle de monnaie électronique résiste à la censure, aux saisies, aux frontières, aux autoris... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles