Et si on remplaçait Rebsamen par Peter Hartz ?

Et si le gouvernement choisissait un réformateur socialiste allemand ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Rebsamen (Crédits Mathieu Delmestre-Solfé Communications, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si on remplaçait Rebsamen par Peter Hartz ?

Publié le 13 août 2015
- A +

Par le Parisien Libéral.

François Rebsamen (Crédits Mathieu Delmestre-Solfé Communications, licence Creative Commons)
François Rebsamen (Crédits Mathieu Delmestre-Solfé Communications, licence Creative Commons)

Alors comme ça, François Rebsamen, l’ex-sénateur maire (socialiste) de Dijon, et ancien administrateur de la banque Dexia, préfère redevenir maire de Dijon plutôt que de poursuivre sa mission d’inversion de la courbe du chômage à la tête du ministère de l’Emploi ?

Notons donc que, contrairement à l’engagement présidentiel : « moi Président de la République, les ministres ne pourront pas cumuler leur fonction avec un mandat local, parce que je considère qu’ils devraient se consacrer pleinement à leur tâche », Rebsamen gardait un pied au conseil municipal de Dijon, à l’instar d’ailleurs, de son supérieur hiérarchique à Evry, puisque, évidemment, pour être élu maire, il faut être conseiller municipal.

Se pose donc la question du remplacement de François Rebsamen, futur ex-ministre de l’inversion de la courbe promise par Hollande mais qui n’arrive pas. Et là, le microcosme politico-médiatique s’interroge : Valls va-t-il nommer un socialiste hollandais pur jus ? Va-t-il au contraire donner la parole aux frondeurs en nommant un aubryste ? Montebourg signera-t-il son retour au gouvernement ? Voire, pourquoi pas, l’ouverture façon Sarkozy, en nommant un élu Les Républicains ? Xavier Bertrand, par exemple. Mais ce faisant, cela illustre le retard de plusieurs dizaines d’années accumulées par la sphère politique.

La forme que prend cette quête d’un successeur à François Rebsamen est quand même critiquable, car elle omet de penser un peu plus large que les frontières de l’hexagone. À aucun moment, les politiciens français ne se disent que de nombreux pays européens faisant mieux que nous en termes de chômage, peut-être pourrions-nous nous inspirer de recettes venues d’ailleurs, voire recruter les personnes ayant eu des résultats positifs dans le domaine.

Après tout, les entreprises françaises ne comportent-elles pas de nombreux cadres étrangers, et inversement, de grands groupes mondiaux ne sont-ils pas dirigés par des Français ? De plus, l’Europe, l’État supranational que la France a choisi de rejoindre, n’a-t-elle pas aussi pour but de favoriser la mobilité professionnelle ?

Au jeu des candidats, un CV se distingue. C’est celui de Peter Hartz. Né le 9 août 1941 à Saint-Ingbert (Sarre), Peter Hartz est un dirigeant industriel allemand, membre du parti socialiste allemand (SPD) et un ancien ministre de Schröder. Il est à l’origine des réformes Hartz qui ont remanié le marché du travail allemand pendant les années 2000.

Vous direz qu’il a été condamné par la justice pour corruption ! « Oui, et alors ? », aurait-on envie de répondre malicieusement. Quand on voit le CV judiciaire des politiciens français, tant à l’UMP / les Républicains qu’au Parti Socialiste (Andrieux, Guérini, Dalongeville) sans même évoquer les anciennes affaires (Urba Graco, Pechiney Triangle, sang contaminé, MNEF, etc.) on se dit que Hartz doit un peu être français.

En tout cas, lui a su s’attaquer aux rigidités du marché du travail allemand.

Évidemment, la meilleure solution serait de supprimer le ministère du Travail, et de faire en sorte que le gouvernement se concentre sur un objectif et un seul : créer un environnement favorable aux entrepreneurs, et laisser tomber l’objectif formel de lutte contre le chômage, au profit de la lutte pour l’employabilité.

Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • On ne le répétera jamais assez mais l’humain est en compétition avec ses congénères.
    Les gens ne sont pas égales entre elles, tendre vers l’égalité signifie frustration alors
    que le dépassement émancipe.
    L’assistanat a trop duré, c’est pas normal.

  • Oui un Anglais?
    En Angleterre c’est un secrétaire d’état, en plus du travail il a en charge les retraites. Qui ne cumule pas retraite d’état et paye de secrétaire d’état.
    Iain Duncan Smith.
    Il a au bilan 400 000 nouveaux emplois par an là ou Rebsamen à -100 000 emplois par an, une paye de ministre, des émolument de retraité de régime spéciaux et la gamelle d’indemnité d’élu…..

  • J’ai été voir sur Wikipédia ce qu’on disait sur les réformes Hartz. 4 points sont cités comme étant à l’origine du marasme Allemand des années 2000 :
    1 – Rigidité sur le marché du travail,
    2 – Augmentation des salaires supérieur à celle de la productivité,
    3 – Allocations chômage importantes à faible effet incitatif au retour à l’emploi.
    4 – Les prélèvements fiscaux sont à des niveaux très hauts au regard des autres pays.

    Même si le point 2 a été atténué grâce à la magie de 35h, l’ensemble présente un air assez familier. Disons qu’on peut considérer que 5% de personnes vont être convaincus. Il restent plus qu’a convaincre les 95% qui pense que si la situation est ce qu’elle est, c’est parce que les entreprises ne jouent pas le jeu.
    Au boulot !

  • et si on ne le remplaçait pas ?
    en suisse, ils ne sont que 7 et ça marche beaucoup mieux.

    • Et en plus leur président l’est pour un an,à tour de rôle. C’est pas bien çà? Pas besoin de campagne électorale!

    • En Suisse cela marche beaucoup mieux parce que chaque fois que ces crétins font une loi qui déplaît, un référendum est lancé et les gens peuvent voter contre pour refuser la loi.

      • @ Libertarien et les Suisses ont refuse par votation une immigration incontrolee alors que dans ce media les liberaux ( de nombreux articles parus ) sont au contraire pour une ouverture des frontieres. Les liberaux en Suisse se seraient fait desavouer bien qu’ils soient intelligents et diplomes En france l’elite decide pour le peuple et quand le peuple vote mal on se debrouille comme Sarko avec le traite de Lisbonne On s’etonnera de la montee du populisme.

  • avec des si on pourrait refaire le monde

  • Qui est ce Rebsamen ?

  • Rebsamen a trouvé (sans le vouloir) une porte de sortie honorable pour quitter le gouvernement. Cela doit être un véritable calvaire, chaque mois, de commenter des chiffres catastrophiques en donnant l’impression qu’ils sont bons: « le nombre de chômeurs des 27-29 ans a été en diminution dans la Haut-Marne pendant la semaine du 12 au 19 juin, ce qui est un signe encourageant pour l’inversion de la courbe dans les prochains mois ».

  • Un ministre du travail est nécessaire pour toiletter le Code du même nom.

    Une fois cela fait il pourrait être supprimé.

  • Et si on ne le remplaçait pas ?
    À quoi ser un ministre de l’emplo, si ce n’est gérer les pôles emplois ? Pas besoin d’un ministre pour cela.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

union européenne
0
Sauvegarder cet article

Par Xavier Fontanet.

Il va bien falloir un jour rembourser les dettes fiscales et sociales qui ont été contractées pendant le Covid, bien sûr, mais aussi pendant les 40 dernières années. Il faut pour cela se sortir de la tête que les dettes sont finalement une nécessité de l’époque puisque des voisins comme la Suisse sont restés avec des endettements n’excédant pas 30 % du PIB, endettement que nous avions, rappelons-le à la mort de Pompidou.

Il est utile de rappeler à ce stade qu’aussi bien le Général de Gaulle que Georges Pompi... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.  

La gauche française se retrouve donc dans la rue ce 26 mai pour une Marée Populaire destinée à interpeller « Emmanuel Macron, le gouvernement et le Medef » pour en appeler à « une société plus juste, plus solidaire, plus démocratique, plus égalitaire avec un meilleur partage des richesses », en s’opposant à la « restructuration en profondeur de la société Française ».

En dehors du nom douteux de Marée, rappelant avec quelque effroi La Vague, fiction sidérante décrivant la manipulation et l’embrigadement de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles