Tour de France : le business juteux des villes-étapes

Pour être sélectionnées, les villes-étapes doivent faire un chèque à Amaury Sport Organisation, l’organisateur du Tour.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tour de France, York credits Alh1 via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0))

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tour de France : le business juteux des villes-étapes

Publié le 25 juillet 2015
- A +

Par Alexis Constant.

Tour de France, York credits Alh1 via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0))
Tour de France, York credits Alh1 via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0))

 

« Le Tour de France, c’est la fête et les jambes », plaisantait l’écrivain Antoine Blondin, célèbre pour ses chroniques du Tour. La fête a son prix. L’édition du Tour 2015 est partie d’Utrecht, aux Pays-Bas. Nul ne sait exactement combien les édiles ont payé pour être ville du « Grand Départ 2015 », la somme de 5 millions d’euros étant avancée par la presse locale.

Le Tour de France est une machine à faire du cash. Au sommet de la pyramide on trouve Amaury Sport Organisation (ASO), la société organisatrice de l’événement qui possède notamment le quotidien L’Équipe et le Rallye Dakar. Nul ne sait exactement combien l’événement lui rapporte, mais le chiffre d’affaires se ventilerait ainsi : 60 % via les droits télévisés, 30 % par les sponsors et 10 % via les collectivités locales.

Car, pour accueillir une des étapes du Tour de France, les communes candidates versent une redevance. Selon Les Échos, les prix vont d’environ 60 000 euros pour le départ d’une étape à 100 000 euros pour une arrivée. Si une commune gère à la fois le départ et l’arrivée d’une étape, la facture grimpe jusqu’à 160 000 euros. N’est pas ville-étape qui veut.

Hôteliers et restaurateurs tirent les marrons du feu

Les municipalités doivent répondre à des critères logistiques, notamment quant à leur capacité hôtelière. À la redevance payée à ASO, s’ajoute le coût des aménagements nécessaires à l’accueil de l’événement : infrastructure routière, parkings… L’implantation du village de départ avec les tentes et stands, où sont reçus invités, suiveurs et coureurs est également à la charge des villes-étapes. Ces opérations sont souvent cofinancées par le département et la région. Le département de la Manche évalue, par exemple, que le coût de l’événement est de 2 millions d’euros.

Quelle rentabilité les collectivités locales retirent-elles du passage du Tour ? Essentiellement des recettes touristiques. Hôteliers et restaurateurs sont les premiers à tirer les marrons du feu, car des milliers de personnes supplémentaires viennent frapper à leur porte. L’attractivité que confère le rôle de ville-étape profite aussi aux sociétés locales de services . Au total, une ville comme Gap évalue ces retombées économiques à 2 millions d’euros d’après l’estimation de son maire, Roger Didier, cité par Atlantico. À Londres, le maire de l’époque, Ken Livingstone, avait estimé que chaque livre investie dans le départ du Tour en 2007 en avait rapporté 10.

D’autres villes sont moins enthousiastes : le maire écologiste de Grenoble, Éric Piolle a fait savoir en 2014 que sa ville ne recevrait plus d’étapes du Tour, jugées trop onéreuses.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Les retours sur « investissement » ne sont pas de 2 millions mais uniquement du montant des taxes perçues par la ville. Donc peut! !!

    • exact, payer 100 000 euros d’impôts pour avoir une hausse de chiffre d’affaires de 200 000 euros est totalement stupide si c’est fait volontairement.

  • Un vainqueur de l’Alpes d’Huez : qui pose son vélo et va répondre immédiatement aux journalistes sans le moindre essoufflement !
    Des coureurs cyclistes qui depuis cette année crachent autant que nos footballeurs ????

    Une étude de l’Université de VIC (Catalogne Espagnole) avec des sportifs (non- motivés par substances)-
    -Ils perdent 12Kg après 130KM -Sont hagards et ne peuvent parler pendant 1heure à l’arrivée.
    -Ils ne peuvent cracher car ils ont besoin de conserver leur hydratation, une telle course leur imposant 9 à 12 Litres de liquide ou boissons spéciales pour réhydratation.

    Mais c’est vrai que nos Alpes ont un air spécial : c’est pour cela que les coureurs cyclistes s’abreuvent si peu, crachent autant et sont en pleine forme le pied posé à terre après 120Km de course.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par François Facchini. Un article de l'Institut économique Molinari

La dépense publique en France est un thème récurrent des campagnes électorales depuis la prise de position de Valéry Giscard d’Estaing, alors troisième président de la Cinquième République, qui affirmait qu’au-delà d’un ratio de 40 % de prélèvements publics obligatoires sur la production (produit intérieur brut), le régime économique pouvait être qualifié de socialiste.

Elle a aussi été au cœur des débats de l’élection présidentielle de 2017 et indirectement au ... Poursuivre la lecture

Surprise, surprise ! L’inflation - auparavant cantonnée aux produits financiers et à l’immobilier - leste maintenant le panier de la ménagère :

« On va vers des hausses qu'on n'a pas connu depuis près de 40 ans", a prévenu […] Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) […]. Notre prévision actuelle, c'est entre 7 et 10 %, de manière assez rapide", a assuré le dirigeant de la FCD, organisation professionnelle qui regroupe la plupart des enseignes de la grande distribution ».

L’origi... Poursuivre la lecture

socialisme
3
Sauvegarder cet article

Le doute n’est plus permis, nous vivons dans une ambiance socialiste assumée.

Que droite ou gauche gouverne importe peu. D’ailleurs, ce clivage politique a perdu de sa puissance fédératrice. Voter à gauche puis ensuite à droite n’était même pas envisageable il y a cinquante ans. Cela n’effraie plus personne aujourd’hui. L’explication fondamentale de ce phénomène apparaît à tout observateur de la vie politique : le socialisme a gagné. L’opposition libéralisme-socialisme n’existe plus dans la réalité économique et sociale française.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles