L’économie collaborative bouscule l’État sclérosé

Uber, blablacar, etc. les gouvernements sont dépassés par l’économie collaborative.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
muppet show credits Andy Moore (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’économie collaborative bouscule l’État sclérosé

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 juillet 2015
- A +

Par Serge Rouleau, depuis le Québec.

muppet show credits Andy Moore (licence creative commons)
muppet show credits Andy Moore (licence creative commons)

Au Québec, il faut des permis pour tout. Vous voulez faire du taxi, il vous faut un permis de la Commission des transports. Vous voulez vendre du lait, il vous faut acheter des quotas. Vous voulez recevoir des touristes, il vous faut un permis du ministère du Tourisme. Vous désirez garder des enfants, il vous faut obtenir la permission du ministère de la Famille. Etc. Il est devenu impossible de faire quoi que ce soit sans avoir obtenu au préalable plusieurs permis auprès de la municipalité, des gouvernements ou autres organismes dûment mandatés à cette fin. Les délais et les coûts associés sont prohibitifs et découragent les entrepreneurs les moins aguerris et contribuent largement à la faillite de plusieurs entreprises. Je conçois que les régimes de permis sont justifiés par le besoin d’imposer des normes minimales visant à protéger la population. Malheureusement, dans le meilleur des cas, ils sont utilisés pour générer des revenus et renflouer les coffres toujours vides des gouvernements. Mais cela est un moindre mal. Ils sont autrement plus dommageables lorsqu’ils servent à protéger les intérêts de groupes de pression au détriment des consommateurs. Dans ce cas, le permis devient un moyen hypocrite de subventionner une industrie qui a ses entrées au gouvernement. Les industries laitière et du taxi tombent clairement dans cette dernière catégorie. Ces régimes de permis coûtent extrêmement cher aux consommateurs et sont devenus des obstacles importants au développement de l’économie.

L’industrie laitière

La gestion de l’offre, un euphémisme pour désigner un monopole de fixation des prix, date des années 1970. Pour avoir le droit de produire et de vendre du lait, l’agriculteur doit obtenir des permis appelés quotas. Mais le gouvernement n’émet plus de nouveaux quotas depuis belle lurette. Ce phénomène crée donc une rareté et le prix des quotas a explosé. Au Québec, un quota équivaut à la production laitière d’une bonne vache et coûte environ 25 000 $. Ces quotas ont permis à une génération d’agriculteurs de s’enrichir sur le dos des consommateurs. Aujourd’hui, le coût des quotas représente un pourcentage important de la valeur d’une ferme laitière. Les producteurs n’ont d’autres choix que d’ajuster à la hausse les prix de leurs produits pour financer le coût des quotas. Mais pour que le mécanisme fonctionne, les gouvernements ont dû éliminer toute forme de concurrence extérieure en imposant des barrières tarifaires aux produits étrangers. C’est ce qui explique que le lait québécois coûte deux à trois fois plus cher que le lait américain, australien ou néo-zélandais. À la fin, ce sont les consommateurs, surtout les plus pauvres, qui sont pénalisés. L’Australie et la Nouvelle-Zélande ont mis fin à ce régime en rachetant les quotas des producteurs. C’est certainement ce que nous devrons faire si nous voulons un jour rejoindre l’accord de libre-échange Asie-Pacifique. Non seulement nous avons payé trop cher pour le lait que nous consommons depuis plus de quarante ans, mais en plus nous devrons dédommager les producteurs qui ne sont aucunement responsables des politiques mal avisés de nos gouvernements.

L’industrie du taxi

Le problème est similaire dans l’industrie du taxi. Sous le prétexte de protéger les consommateurs, les gouvernements ont institué un régime de permis. Ensuite, sous le prétexte de permettre aux chauffeurs d’obtenir un revenu décent, le lobby du taxi a convaincu les politiciens de restreindre le nombre de permis pour réduire la concurrence. Est arrivé ce qui devait arriver, le prix des permis a explosé. À Montréal, le prix d’un permis de taxi excède 200 000$. Pour financer leur investissement, les propriétaires de permis n’ont d’autres choix que de réduire la rémunération des chauffeurs et d’exiger des tarifs toujours plus élevés. Ainsi, les utilisateurs, en payant plus qu’ils ne devraient, subventionnent l’industrie et les chauffeurs doivent travailler quatorze heures par jour pour obtenir un revenu décent. Il est temps d’abolir ce système. Il est évident qu’il n’a pas donné les résultats recherchés. De surcroît il empêche l’implantation des nouvelles technologies de l’économie collaborative, telle UberX, qui permettent de réduire les coûts et d’améliorer les services. Faut-il dédommager les propriétaires de licences de taxi lorsque le système sera aboli ?
Les changements technologiques affectent la plupart des entreprises. Certaines en sortent gagnantes, d’autres perdantes. Les propriétaires des compagnies de taxis ont travaillé main dans la main avec les fonctionnaires et les politiciens pour limiter la concurrence et ainsi faire croître la valeur de leur entreprise. À ce titre, ils sont des investisseurs comme les autres. Ils ont pris un risque d’affaires et ils ont perdu. En toute logique, pourquoi leur offrirait-on un traitement de faveur ? Toutefois, comme dans le cas des agriculteurs, les détenteurs de permis individuels ont investi de bonne foi pour acheter le droit de travailler. Ils ne sont aucunement responsables de la collusion entre l’industrie et le gouvernement. Il serait donc raisonnable qu’ils soient compensés, du moins partiellement.

Les gouvernements sont dépassés par les applications de l’économie collaborative. Le problème est toujours le même. Une réglementation anachronique pénalise les entreprises traditionnelles. Elles se tournent donc vers le gouvernement et demandent à être protégées contre la concurrence des nouveaux venus. Mais limiter la concurrence comme le proposent les lobbys industriels n’est certainement pas la bonne solution. Il faut plutôt libéraliser les marchés pour le plus grand bien des consommateurs. Il est temps de rappeler à nos politiciens que dans toute réglementation ce n’est pas l’intention qui compte, mais le résultat.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Le lait n’a plus le même goût qu’avant, on nous dit que cela vient d’une partie des vaches qui ne sortent jamais et ne croquent plus un seul gramme d’herbe verte.
    Moi j’y vois surtout un ajout conséquent d’eau, autorisé par les autorités compétentes..

    La concurrence, dans les transports, et l’hôtellerie , vient du fait d’un appauvrissement des gens :
    +Les enfants de nos élites.
    >>Ne font pas de covoiturage : ils ont leur BM ou Mercedes
    >>Ne partent pas au camping mais dans des Hôtels 5 étoiles
    >>Ne partent pas 4 jours en vacances , mais bien 1 mois dans des pays étrangers ou dans leur résidences secondaires
    >>Ils ne vivent pas en colocation mais ont leur propres appartement
    etc… etc.. Ces Nouvelles tendances ont été inventés pour cacher la misère !

  • C’est comme le statut d’entrepreneur individuel chez nous: une des rares choses positives créée ces derniers temps.
    Les artisans se plaignent de concurrence déloyale, et on les comprend.
    La solution coule de source: baisser les charges des artisans pour les mettre au même niveau que les nouveaux entrepreneurs, et bien sûr, personne n’en a même parlé!

  • Bienvenue au pays des soviet

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aux État-Unis en février 2022, le principal fabricant de lait maternisé a dû interrompre sa production en raison d’une éclosion de bactéries, qui a occasionné des infections chez quatre nourrissons (deux sont malheureusement décédés). Il n’en fallait pas plus pour qu’au début du mois de mai, il y ait une pénurie équivalente à 43 % de la demande aux États-Unis. C’était la panique généralisée !

Certains politiciens ont avancé leur propre explication quant aux causes de cette pénurie : la trop grande concentration des industries et leurs ... Poursuivre la lecture

Par Oliver Rancourt[1. économiste à l’IEDM], depuis le Canada.

Le chancelier allemand Olaf Scholz vient de visiter le Canada pour parler, entre autres, d’importation de gaz naturel canadien vers l’Europe. À la suite de l’invasion de l’Ukraine et des sanctions qui ont suivi, l’Allemagne, qui importait 55 % de son gaz naturel de la Russie en 2021, a dû rouvrir des centrales au charbon et a commencé à chercher d’autres sources d’approvisionnement en gaz naturel.

Bien que cette situation soit difficile pour le public allemand, ce tr... Poursuivre la lecture

Par Michael Peterson.

Ce n'est un secret pour personne que les lois sur le salaire minimum réduisent l'emploi des travailleurs peu qualifiés, en particulier pour les jeunes qui cherchent un premier emploi. Les propres projections du Congressional Budget Office (CBO) indiquent des pertes substantielles d'emploi hebdomadaire en cas d'augmentation du salaire minimum national. Des milliers d'études cherchent à déterminer les effets des hausses du salaire minimum sur l'emploi, avec des résultats mitigés.

La plupart des études trouven... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles