Climathon, semaine 27 : la dérèglementation climatique

Quand un ministre se distingue par ses inventions de langage sur le climat…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Claude Bartolone credits Parti socialiste via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climathon, semaine 27 : la dérèglementation climatique

Publié le 8 juillet 2015
- A +

Par Benoît Rittaud.
(… et le jury du climathon)

Claude Bartolone credits Parti socialiste via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0)
Claude Bartolone credits Parti socialiste via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0)

Les trois nouveaux membres que compte désormais le jury du climathon (bienvenue à eux) n’ont pas été de trop pour faire face à la déferlante de propagande climatique de ces derniers jours. Amis lecteurs, vous aussi, rejoignez-nous (en envoyant un mail à benoit.rittaud@gmail.com) : le climathon est une corne d’abondance qui dispense tant de fruits que jamais trop nombreux ne seront les bras pour les cueillir.

Cette semaine de « canicule alerte orange » (un phénomène jadis appelé « été ») a été l’occasion de multiples récupérations utilisations pédagogiques par de grands professionnels de la météorologie et du changement climatique, au premier rang desquels on compte Claude Bartolone, foudroyant vainqueur de cette semaine 27 pour avoir carrément et doctement expliqué ceci (à 0’30), en réponse à une question du journaliste de France Info sur le pic de chaleur :

« On voit bien que lorsque l’on parle de transition énergétique, eh bien là on voit ce que pourrait redonner ce dérèglement de la planète avec des pics de chaleur de plus en plus importants, une dérèglementation du climat avec toutes les conséquences que cela peut avoir. »

 

On connaissait le « dérèglement », les « bouleversements » et les « catastrophes » climatiques (il ne faudra plus attendre longtemps « disruption », ce nouveau mot à la mode hautement énervant), mais la dérèglementation climatique est une innovation considérable à porter au crédit du président de l’Assemblée nationale. Après la sortie de piste de Ségolène Royal sur le Nutella en semaine 25, Claude Bartolone a donc remis les pendules à l’heure en montrant qu’il faut toujours compter sur les politiques pour se maintenir au plus haut niveau, et que ceux-ci n’ont désormais plus peur du ridicule qui découle de l’incompétence.

Les accessits de la semaine

Bien que distancé cette fois-ci par les politiques français, Dieu lui-même n’en continue pas moins sa participation active au climathon par l’intermédiaire de ses représentants. Ainsi, après le succès mérité du pape François en semaine 25, l’asphalte surchauffée qui mène à la COP21 a vu défiler en trombe une dizaine de représentants de différents cultes qui ont invité François Hollande à jeûner avec eux pour assurer la réussite de la grand messe climatique de Paris de décembre. Le président, pourtant plusieurs fois nominé et vainqueur au climathon, aurait malheureusement décliné, sans doute pour ne pas sombrer dans l’écologie punitive. On espère qu’au moins, il aura incité son sémillant premier ministre à acheter quelques indulgences climatiques pour se faire pardonner sa petite virée berlinoise en Falcon.

Belle entrée de BFM TV au climathon cette semaine, avec cet article tout en nuances intitulé « Une étude prévoit la fin de la civilisation humaine pour 2040″. On y observe une fois encore les ravages de l’épidémie de peur exponentielle qui frappe à l’approche de Paris Climat 2015 :

« Ces nouveaux modèles scientifiques (…) tablent sur un phénomène de réactions en chaîne causées par l’Homme et son environnement en mutation. »

La Lloyd’s n’est pas en reste qui, toujours selon l’article, a publié un rapport selon lequel

« Selon ces projections, il suffirait de trois catastrophes climatiques pour conduire à la réduction de la production et l’augmentation des prix, ce qui cristalliseraient (sic) des tensions à travers le monde et déstabiliseraient (re-sic) les gouvernements. « Des émeutes de la faim éclatent dans des zones urbaines au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Amérique Latine. L’euro faiblit et les bourses européennes et américaine chutent respectivement de 10% et 5% », écrit la société. »

On admirera la précision des pronostics, même si, tant qu’à parler de l’évolution de l’euro, on aurait bien aimé que leur boule de cristal nous indique à l’avance le résultat du référendum grec.

Autre accessit pour cet appel de 36 lauréats du prix Nobel dont l’intérêt et la qualité, tant scientifique que littéraire, sont au moins dignes d’une dépêche AFP sur les négociations climatiques. On ne sera pas surpris de ne pas y trouver le nom de Jean Jouzel, notre climatologue d’État poursuivi par le prix (voir ici, puis ). En revanche, on s’étonne quelque peu de ne pas voir celui d’Al Gore. Par ailleurs, au vu du nombre considérable de nobélisés vivants, la planète ne pourra que s’indigner de constater que seuls 36 d’entre eux aient accepté d’apposer leur nom sur un texte qui, c’est sûr, changera la face du monde.

Les accessits rétrospectifs

Toujours sur la brèche, France Inter a poursuivi son offensive en s’attaquant au lien entre changement climatique et sauvegarde de la biodiversité. Pour ce vaste programme, tous les grands concepts scientifiques et économiques ont été convoqués, avec le réchauffement climatique en toile de fond sur laquelle se déployaient les terribles menaces. Le haut niveau de France Inter se lit dans la retranscription de l’interview du célèbre Christophe Cassou (qui s’était déjà illustré en semaine 3) sur les extinctions massives des espèces. La notion d’extinction d’espèces étant, il est vrai, extrêmement complexe, la radio a jugé bon d’insérer un exemple parlant :

« Mais à chaque fois que nous avons eu le cocktail que l’on attend pour 2100 (…), on a eu des phénomènes d’extinctions massives [par exemple, les Incas] – alors que ces changements allaient assez doucement. »

Les descendants des Incas seront peut-être surpris d’apprendre par la voix de France Inter qu’ils font désormais non seulement partie d’une espèce autonome distincte de l’espèce humaine, mais que, de plus, cette espèce est éteinte. Messieurs les descendants d’Incas, navré de vous le dire, mais vous n’existez plus.

France Bleue, la petite sœur de France Inter, n’a pas voulu être en reste. Elle s’est donc bravement attaquée aux conséquences du réchauffement climatique en Bretagne. Pour ce faire, elle a donné la parole à quelques Brestois triés sur le volet pour illustrer leurs préoccupations grandissantes devant le phénomène. Selon le premier interviewé, il y a davantage de soleil depuis 2 ou 3 ans, ce qui est en effet une cause conséquence bien connue du réchauffement climatique. Un agriculteur nord finistérien explique quant à lui que le réchauffement se traduit par des gains de rendement : on mettra cette sortie de virage sur le compte du trac, sachant qu’il se rattrape très vite en ajoutant que le réchauffement est « certainement négatif pour autre chose ». Il ne semble hélas pas en savoir plus. À quoi ça sert que 36 nobélisés se décarcassent ?

Sur le web

 

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • On s’étonnera (ou pas) de la NON-réaction des partisans de l’orthodoxie climatique, eux toujours très à cheval sur les principes de respect des domaines de spécialisation et sur l’exigence de compétence scientifique reconnue dans la discipline climatique, de ne PAS réagir à la présence de savants très honorables mais dont la spécialité n’a absolument RIEN à voir avec
    – le climat,
    – la physique de l’atmosphère, la physique des gaz, la thermodynamique, ou la physique en général,
    – la modélisation informatique de phénomènes chaotiques ou la modélisation informatique en général.

  • c’est certain que les socialistes sont à l’affut lorsqu’il s’agit de réglementer!….de nouvelles taxes en perspectives ?

  • Tant qu’à parler de prix Nobel… peut-être que là aussi, le niveau baisse comme à l’EN française

    Petit rappel historique. En effet, l’histoire est toujours riche d’enseignements, et il est commun à tous les idéologues de vouloir en faire table rase (les faits réels, c’est parfois gênant)

    Texte de l’Appel de Heidelberg
    « Nous soussignés, membres de la communauté scientifique et intellectuelle internationale, partageons les objectifs du Sommet de la Terre qui se tiendra à Rio de Janeiro sous les auspices des Nations Unies et adhérons aux principes de la présente déclaration. Nous exprimons la volonté de contribuer pleinement à la préservation de notre héritage commun, la Terre.

    Toutefois, nous nous inquiétons d’assister, à l’aube du XXIème siècle, à l’émergence d’une idéologie irrationnelle qui s’oppose au progrès scientifique et industriel et nuit au développement économique et social.

    Nous affirmons que l’état de nature, parfois idéalisé par des mouvements qui ont tendance à se référer au passé, n’existe pas et n’a probablement jamais existé depuis l’apparition de l’homme dans la biosphère, dans la mesure où l’humanité a toujours progressé en mettant la nature à son service, et non l’inverse.

    Nous adhérons totalement aux objectifs d’une écologie scientifique axée sur la prise en compte, le contrôle et la préservation des ressources naturelles. Toutefois, nous demandons formellement par le présent appel que cette prise en compte, ce contrôle et cette préservation soient fondés sur des critères scientifiques et non sur des préjugés irrationnels.

    Nous soulignons que nombre d’activités humaines essentielles nécessitent la manipulation de substances dangereuses ou s’exercent à proximité de ces substances, et que le progrès et le développement reposent depuis toujours sur une maîtrise grandissante de ces éléments hostiles, pour le bien de l’humanité. Nous considérons par conséquent que l’écologie scientifique n’est rien d’autre que le prolongement de ce progrès constant vers les conditions de vie meilleures pour les générations futures.

    Notre intention est d’affirmer la responsabilité et les devoirs de la science envers la société dans son ensemble.

    Cependant, nous mettons en garde les autorités responsables du destin de notre planète contre toute décision qui s’appuierait sur des arguments pseudo-scientifiques ou des données fausses ou inappropriées.

    Nous attirons l’attention de tous sur l’absolue nécessité d’aider les pays pauvres à atteindre un niveau de développement durable et en harmonie avec celui du reste de la planète, de les protéger contre les nuisances provenant des nations développées, et d’éviter de les enfermer dans un réseau d’obligations irréalistes qui compromettrait à la fois leur indépendance et leur dignité. Les plus grands maux qui menacent notre planète sont l’ignorance et l’oppression, et non pas la science, la technologie et l’industrie, dont les instruments, dans la mesure où ils sont gérés de façon adéquate,
    sont des outils indispensables qui permettront à l’humanité de venir à bout par elle-même et pour elle-même, de fléaux tels que la surpopulation, la faim et les pandémies.”

    1992, sommet de Rio
    Texte signé par 264 scientifiques, dont 72 lauréats de prix Nobel

    • Merci d’avoir publié ce texte.

      On dirait que les signataires sont tous morts et que les nouveaux membres aient abandonné cette éthique.

  • Si vous pouviez laisser Dieu tranquille et ne pas le mêler aux élucubrations de ses soi-disants ouailles.
    On a déjà les … d’islamistes, c’est bien suffisant.

  • Les incas seront d’autant plus surpris de leur extinction que entre 60 à 70 % des péruviens se revendiquent de leur descendance.
    Cette facétie présente, au moins, l’intérêt pour les espagnols de se voir laver de ces ignominieuses accusations d’avoir accompagné la colonisation par des massacres militaires et des maladies sexuellement transmissibles ou pas.
    MDR

  • Normal, le RC, c’est de l’ultralibéralimse, l’ultralibéralimse, c’est de la déréglementation. 🙂

  • Concernant la déclaration de Mainau, ce n’est pas du tout aussi simple qu’il y parait.
    D’une part la déclaration elle-même n’est pas signée et ne désigne nullement ses signataires. On se demande incidemment où Le Monde trouve les 36 signataires, ce d’autant que le chiffre initial (mais confidentiel?) était de 30. Suite au difficile comptage et autres statistiques périlleuses, même les plus retors n’ont pu que comprendre que sur 65 prix Nobel présents, cela ne faisait pas l’unanimité, ni même la majorité.
    Alors c’est d’autant plus intéressant, pour comprendre comment fonctionne toute cette mascarade et ses habitudes de désinformation détendue, de lire ce qui en est dit sur le site lui-même de la conférence.
    Et là, surprise: on est au royaume de l’enfumage grand teint. Telle cette gentille attaque de paragraphe: « All Nobel Laureates discussing the declaration in Lindau on Thursday morning agree unanimously that there is overwhelming evidence that emissions of greenhouse gases cause global warming. »… sauf que l’ensemble des prix Nobels discutant ladite déclaration sont unanimes parce qu’ils se sont justement réunis à cet effet, et qu’ils ne sont ni l’ensemble de la conférence, ni même sa majorité… D’ailleurs, aucune mention là non plus de qui ou combien ont signé. D’ailleurs ils sont fort peu nombreux sur la photo… Mais je chipote.
    Pour couronner le tout, un des présents en a eu assez d’être utilisé à son corps défendant et s’en est expliqué: Ivar Giaever a publié un texte pour dénoncer ce qu’il appelle un non-problème. Inutile de chercher dans les grands médias, il n’y aura rien. Il faut dire que le texte précise, même s’il a été lui-même un des 70 prix Nobel à signer son soutien à Obama pour sa réélection, « I say this to Obama: Excuse me, Mr. President, but you’re wrong. Dead wrong » ce qui donne « Je dis ceci à Obama: Excusez-moi, Monsieur le Président, mais vous avez tort. Tout à fait tort. »…

    Quelques liens pertinents:
    http://www.lindau-nobel.org/the-mainau-declaration-2015-on-climate-change/
    http://dailycaller.com/2015/07/07/nobel-prize-winning-scientist-says-obama-is-dead-wrong-on-global-warming/
    http://wattsupwiththat.com/2015/07/07/deniers-in-their-midst-all-is-not-well-in-nobel-prize-land/

  • Je découvre ce nid de climato septique en voulant me documenter un peu sur la question.
    Quelle surprise, vous etes donc tous convaincus que le réchauffement climatique c’est du pipeau?

    Je me souviens encore en 2007 lorsque le GIEC annonçait la fonte de la banquise arctique estivale pour 2080 et que les climato septiques étaient choqués et criaient à la manipulation…
    C’était le bon vieux temps on vous écoutais encore…
    Mais aujourd’hui la communauté scientifique s’accorde pour une disparition de la banquise estivale en 2017!!!!
    Vous vous rendez compte de la différence??
    Comment vous arrivez à fermer les yeux comme ça?

    • Salut Aleptopus,

      Oui, ils y arrivent. C’est absolument incroyable et cela jette le discrédit sur toute la pensée libérale, mais ils y arrivent.

      Ils sont dans un déni littéralement psychiatrique. Rien, absolument rien, ne peut les faire changer d’avis. Le monde se transformerait en désert de sable qu’ils seraient encore, assis entre deux dunes brûlantes, à trouver des études qui prouvent qu’il n’y a pas de réchauffement climatique.

      On assiste à un cas qui deviendra un cas d’école dans 50 ans – s’il reste des êtres humains à ce moment là.

      Je pense sérieusement que les techniques de manipulation ont pas mal progressé et que les industriels savent les mettre en œuvre encore mieux que du temps où ils persuadaient les gens que la cigarette n’était pas nocive pour la santé, ou que la ceinture de sécurité était dangereuse.

      • Hahahaha!
        Alors les Pieds Nickelés de la désinfo, comment ça roule aujourd’hui?
        Je vois que vous êtes arrivés un peu tard pour avoir le moindre impact (climatique hahahaha!).
        Alors je me dévoue pour vous permettre de dérouler gentiment votre petit agenda.
        Bref, où en étions-nous?
        Euh… oui les fées. C’est ça. Les fées seules comptent. Les bidouillages et les modèles qui foirent, c’est bon pour le siècle précédent. Vous vous intéressez aux fées. C’est ça? 😉
        Juste entre nous, hein, allez-y mollo sur le thème du discrédit tout ça… Surtout quand on arrive à la maladie psychiatrique la phrase suivante. On ne sait jamais. Certains pourraient se méprendre sur votre compte.

        • Voyez, Aleptopus, qu’est-ce que je vous avais dit ?

          Et encore, celui-là est un doux… Souvent, après les tentatives pour retourner le problème (i.e. « les manipulateurs, ce sont ceux qui s’inquiètent du réchauffement climatique »), ils continuent avec de pathétiques tentatives pour tourner la science en dérision. Ensuite, on sent que les appels au meurtre ne sont pas loin.

          C’est ainsi… 🙁

          • Salut Xenos, merci pour l’avertissement mais je tente quand même le coup.
            J’ai eu le temps d’avoir mon avis sur ces branquignols en lisant les commentaires,
            je me suis tapé aussi les conférences de François à Gerber et bien rigolé.
            C’est d’un cynisme… comment il peut parler d’un verdissement de la planète????
            Le réchauffement climatique cause en ce moment des incendies d’une ampleur inégalée
            en Californie et en Alaska. On a en 2015 un épisode El Nino d’une intensité exceptionnelle qui accentue la déforestation en Amazonie.
            Bref ces mecs vivent sur une autre planète, ils s’imaginent que tout est instantanée à l’échelle planétaire.
            Je vous donne quelques faits scientifiques:
            -L’océan absorbe plus de 90 % de ce réchauffement ce qui explique que le climat a 40 ans de retard et le réchauffement est plus complexe que Gervais le décrit.

            Pour ma part au risque de vous choquer je pense que le GIEC n’est pas assez alarmiste sur la situation, ça se comprends car parler d’une diminution de CO2 va à l’encontre de tous les lobby économiques et politiques (la foutue croissance…).
            Donc je vous pose la question: pour vous qui pensez que le Giec est un lobby, pouvez vous expiquer qui se cache derrière?

            • Excellent le coup de l’humour Aleptopus (j’ai failli faire une faute de frappe, Alertopus m’ayant paru nettement plus naturel, allez savoir pourquoi), bref: bravo pour l’humour bravache et l’autre planète. En fait, je me suis demandé si comme parfois chez certains affabulateurs, vous ne faisiez pas tout pour qu’on comprenne votre véritable position. En laissant des indices par exemple. Le coup de vivre sur une autre planète prend alors une toute autre saveur. 😉

          • Merci d’avoir répondu. Le fil serait mort sinon.
            Question idiote, pas les deux ensemble hein, ça ferait désordre: vous avez avancé quel argument exactement? Parce que je ne vois là que la resucée des cours de première année du parfait activiste sur internet.
            Au fait: vous avez des perspectives d’évolution, je veux dire en termes de carrière? Faites moi signe, par les temps qui courent, je ne refuserait pas une bonne carrière si les avantages sont à la hauteur. En plus, le camp du bien, ça pose un homme.

            • Il me semble que vous contredisez la théorie en vigueur, exposée dans les rapports du GIEC.

              En toute logique, vous devez nous expliquer en quoi les climatologues se trompent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

Le 15 juin dernier, alors que les Français se préparaient à vivre une canicule, Marc Hay, présentateur météo de BFMTV, décidait de se montrer alarmiste.

Se disant fatigué du manque de réaction des spectateurs face aux dérèglements climatiques, il déclarait : « Je pense qu’il faut qu’on change notre manière de parler de ça car ça n’imprime pas. » Si nombre d’observateurs ont salué cette position face à un des grands enjeux de la planète, on ne peut s’empêcher d’y voir aussi une dérive possible aux conséquences dangereuses, celle de l’ex... Poursuivre la lecture

7
Sauvegarder cet article

Catastrophe et panicanicule

Pendant trois jours, la France a eu chaud. À quelques jours de l'été, des températures estivales ont ainsi heurté de plein fouet un pays absolument pas préparé à une hausse des températures : alors que, depuis trente ans, tous les politiciens nous serinent que le climat se réchaufferait, l'État et son gouvernement ont réussi à montrer qu'ils étaient encore une fois pris au dépourvu.

Ainsi, moyennant une modification discrète mais indéniable des échelles de couleurs des cartes météorologiques, le catastrophisme peut s'imposer sans mal. ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles