« Le libéralisme, c’est le socialisme »… Vraiment ?

Facepalm (Crédits : Hobvias Sudoneighm, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Comment peut-on confondre la liberté et l’idéologie qui réglemente nos vies jusqu’aux plus petits détails ? Réponse au politologue Guillaume Bernard.

Par Damien Theillier.

facepalm credits Hobvias Sudoneighm (licence creative commons)
Facepalm (Crédits : Hobvias Sudoneighm, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Rappelez-vous les trois slogans qui régissent la dictature orwellienne :
La guerre, c’est la paix.
La liberté, c’est l’esclavage.
L’ignorance, c’est la force.

Guillaume Bernard, maître de conférences à l’ICES, vient d’en inventer un quatrième :
« Le libéralisme, c’est le socialisme » !

Comment peut-on arriver à confondre la liberté et la folle idéologie qui réglemente nos vies jusqu’aux plus petits détails ? Notre maître de conférences a réussi ce tour de force dans un article paru dans Valeurs Actuelles fin mai 2015, intitulé Malentendus courants sur le libéralisme. Tout part d’une équation par amalgame : le libéralisme serait une philosophie libertaire hédoniste et relativiste… ce que serait également le socialisme.

De là, le libéralisme, c’est le socialisme.

Un malentendu sur le libéralisme

L’auteur entretient un malentendu sur le libéralisme, habituellement entendu à gauche : celui-ci postulerait ou fonderait ses arguments sur l’hypothèse d’individus égoïstes, matérialistes et auto suffisants, affranchis de toute norme morale, de toute espèce d’ancrage dans une réalité morale naturelle. Cette idée répandue dans le clergé, y compris au plus haut sommet de sa hiérarchie (comme le montre encore une fois la dernière encyclique du Pape François), est une idée fausse. À l’encontre de cette caricature, le libéralisme classique ne se confond ni avec l’hédonisme, ni avec une indifférence à l’égard du bien ou du mal et encore moins avec le socialisme.

Une philosophie du pouvoir limité

La plupart des libéraux s’accordent avec la tradition occidentale issue de la philosophie grecque pour dire qu’il existe une rationalité morale et que le bien et le mal ne sont pas des notions arbitraires, relatives à l’opinion ou à l’époque. Ainsi le vol détruit le principe de la propriété, fondée sur le travail c’est-à-dire sur le libre exercice de nos facultés.

Pour les libéraux, à la différence des socialistes, il existe donc un droit antérieur à la formation de l’État, un ensemble de principes généraux que la raison peut énoncer en étudiant la nature de l’homme.

Ce droit s’impose au pouvoir, qui doit dès lors le respecter. Les lois édictées par l’autorité politique n’ont force obligatoire que selon leur conformité au droit naturel. Et si les citoyens possèdent par nature certains droits fondamentaux, ces droits ne peuvent être ni octroyés, ni supprimés par la loi.

Le libéralisme, pas une théorie morale complète

Mais le libéralisme, contrairement au socialisme, n’a jamais eu la prétention d’être une théorie morale complète, ni une philosophie de la vie ou du bonheur. Guillaume Bernard se trompe en affirmant que « le libéralisme est un tout », c’est-à-dire une sagesse globale. Il est seulement une théorie politique, incluant une morale politique, qui traite du rôle de la violence et des limites du pouvoir. Puisque les hommes ont des penchants criminels (ce qui rejoint l’idée chrétienne de péché), il faut les empêcher de nuire. Mais il est également nécessaire de limiter le pouvoir et d’empêcher la tyrannie. Si tous les hommes étaient bons, l’État serait superflu. Mais si, à l’inverse, comme le reconnaissent les libéraux et les conservateurs, les hommes sont souvent malveillants, alors on doit supposer que les agents de l’État eux-mêmes, qui détiennent le monopole de la violence, constituent une menace potentielle. C’est John Locke contre Thomas Hobbes, Benjamin Constant contre Rousseau.

Par conséquent, ce qu’un individu n’a pas le droit de faire : voler, menacer, tuer, un État n’a pas le droit non plus de le faire. Si le fait de spolier autrui est immoral pour un individu, cela vaut également pour ceux qui exercent l’autorité politique. Les libéraux pensent que le commandement biblique « Tu ne voleras pas » s’applique à tous sans exception. Il s’agit d’une éthique universelle qui s’applique également aux institutions sociales. Un vol reste un vol, même s’il est légal.

L’individu, seul agent moral

Il faut également entendre la défense libérale de l’individu en ce sens que celui-ci est le seul agent moral. Les notions de bien et de mal moral, de droits et de devoirs n’ont de sens que pour des personnes singulières, non pour des collectivités abstraites. Seul l’individu humain agit, pense, choisit, seul il est sujet de droit. Ainsi parler de « droits des homosexuels » n’a pas de sens, pas plus que de parler de « droits des catholiques ». L’égalité des droits ne peut être fondée que sur l’appartenance à l’espèce humaine et non sur l’appartenance à une communauté ou à un groupe collectif.

Enfin et surtout, il n’est pas possible de comprendre l’essence de la philosophie politique libérale, si on ne comprend pas qu’elle a toujours été historiquement définie par une rébellion authentique contre l’immoralité de la violence étatique, contre l’injustice de la spoliation légale et du monopole éducatif ou culturel.

Une anthropologie réaliste

Mais ce qui différencie les libéraux des utopistes c’est qu’ils n’ont pas pour but de remodeler la nature humaine. Le libéralisme est une philosophie politique qui affirme que, en vertu de la nature humaine, un système politique à la fois moral et efficace ne peut être fondé que sur la liberté et la responsabilité. Une société libre, ne mettant pas de moyens légaux à disposition des hommes pour commettre des exactions, décourage les tendances criminelles de la nature humaine et encourage les échanges pacifiques et volontaires. La liberté et l’économie de marché découragent le racket et encouragent les bénéfices mutuels des échanges volontaires, qu’ils soient économiques, sociaux ou culturels.

Quiconque a lu un peu les libéraux, anciens ou modernes, Turgot, Say, Bastiat, Mises ou Hayek, sait en effet, que pour eux, primo, l’intérêt personnel ne peut se déployer librement que dans les limites de la justice naturelle et secundo, le droit ne se décide pas en vertu d’un contrat, mais se découvre dans la nature même de l’homme, animal social, doué de raison et de volonté. On est alors très loin de la caricature donnée par l’article de Guillaume Bernard.

Les entrepreneurs anticipent les besoins des consommateurs

Les libéraux, il est vrai, accordent à l’intérêt une large place dans le développement de ce monde. Mais ils voient en lui le plus puissant et le plus efficace des stimulants lorsqu’il est contenu par la justice et la responsabilité personnelle. Le fait que les entrepreneurs soient avant tout guidés par leur intérêt, loin de conduire à l’anarchie, permet de canaliser les intérêts. Cela les oblige à prendre en compte et à anticiper les besoins des consommateurs. Pour réussir il faut être à l’écoute des besoins de la société.

En revanche, l’un des objectifs principaux des socialistes est de créer (en pratique par des méthodes violentes) un homme nouveau acquis au socialisme, un individu soumis dont la fin ultime serait de travailler au service du collectif. Pour les socialistes, en effet, les hommes ne sont que des matériaux inertes qui ne portent en eux ni principe d’action, ni moyen de discernement.

Partant de là, il y aura entre le législateur et l’humanité le même rapport qu’entre le potier et l’argile. La loi devra façonner les hommes en fonction d’une idéologie imposée d’en haut. Comme le dit bien Jean-Paul II : « Là où l’intérêt individuel est supprimé par la violence, il est remplacé par un système écrasant de contrôle bureaucratique qui tarit les sources de l’initiative et de la créativité. » (Jean-Paul II, Centesimus Annus, 1991).

De fait il y a beaucoup plus d’avidité et de cupidité dans le socialisme que dans le libéralisme. Dans une économie socialiste, il n’y a que deux moyens d’obtenir ce qu’on désire : le marché noir, ou la combine politique. Dans une économie de marché libre, la façon la plus efficace pour les personnes de poursuivre leur amour de la richesse est de servir les autres en proposant des biens utiles et à bon prix.

La propriété privée c’est la protection des plus faibles

La propriété est d’abord une condition nécessaire à ce que le philosophe Robert Nozick appelle « l’espace moral » de la personne. La nature morale de l’être humain exige que la liberté de choix soit protégée pour que chacun puisse exercer pleinement son jugement et ses responsabilités. Et cet objectif de protéger cet espace moral de choix individuel, est mieux servi par une société de libre marché, qui respecte la propriété. Notre tâche principale est d’agir de façon optimale, c’est-à-dire à réaliser notre nature humaine, aussi complètement que possible dans les circonstances de notre vie. Et seule une société libre, qui protège le droit de propriété, peut permettre d’atteindre cet objectif.

La propriété est aussi ce qui permet un comportement « prudent » (au sens de la vertu morale) vis-à-vis du monde naturel et social. Enfin et surtout, elle bénéficie aux pauvres car elle leur permet d’utiliser leurs dons et leurs compétences dans un marché ouvert à la concurrence.

Dans le christianisme, l’homme est appelé à servir les autres, spécialement les plus faibles. Or la meilleure façon, la plus productive et la plus juste, d’aider les pauvres est précisément la liberté pour chacun d’exercer la profession ou l’activité de son choix. Une société libre est une société dans laquelle chacun est libre d’utiliser les informations, même imparfaites, dont il dispose sur son environnement pour poursuivre ses propres fins.

Certes, dans une société libre, les revenus sont inégaux, mais les possibilités qu’ont les gens de se sortir de la pauvreté extrême sont très grandes parce qu’on peut gagner en servant les intérêts d’autrui et que la richesse des uns bénéficie, à terme, aux autres. Le libre marché est un formidable mécanisme naturel de redistribution des richesses car c’est un jeu à somme positive, l’échange est gagnant-gagnant quand il est consenti.

Enfin, l’économie de marché libre est un système qui permet de ce fait à la philanthropie de s’exercer mieux que dans tout autre système. Chaque être humain a une obligation morale d’assistance à l’égard de ceux qui sont atteints par le malheur. Mais on ne donne que ce qui est à soi. C’est le respect du droit de propriété qui rend possible la charité.

L’égoïsme est dans la nature humaine

En conclusion, l’égoïsme n’est pas dans le libéralisme, comme semble le croire Guillaume Bernard, il est dans la nature humaine. Le libéralisme explique seulement que l’intérêt personnel, canalisé par le droit, peut servir le bien commun de façon plus efficace et plus juste que la contrainte de la loi.

En effet, le principe qui a été découvert progressivement au cours de l’histoire occidentale et qui a été mis en lumière par les penseurs libéraux classiques, c’est que la liberté individuelle est créatrice d’ordre, mieux que n’importe quelle solution bureaucratique imposée d’en haut par la coercition. Et cela est vrai, non seulement sur le plan politique mais aussi sur le plan économique. L’allocation des ressources par le libre jeu de l’offre et la demande est la réponse la plus productive et la plus efficace aux besoins humains. Mais c’est aussi le seul système économique compatible avec une vision morale et religieuse de l’homme, fondée sur le droit naturel, c’est-à-dire sur l’idée que les gens ont, par définition, du fait même de leur présence sur terre, des droits qu’il est immoral et injuste pour quiconque de violer.

L’État moderne, grand prédateur

Libre à chacun bien sûr de renvoyer dos-à-dos libéralisme et socialisme, comme le fait Guillaume Bernard. Mais encore faudrait-il ne pas tomber dans la vision caricaturale et fausse qu’il fait du libéralisme. Car il est trop facile de fabriquer un homme de paille pour mieux le rejeter ensuite comme quelque chose de vulgaire et d’immoral.

L’État moderne, qu’il soit de droite ou de gauche, est devenu « le grand prédateur », le grand confiscateur des libertés et des moyens financiers, promoteur d’un moralisme sans fondement, le tout au profit d’une mafia de rentiers de la politique. Or seuls les libéraux ont pu, dans le passé récent s’opposer à cette croissance apocalyptique. Et ce ne sont pas les chrétiens sociaux, ni les réactionnaires, tous tentés par la forme moderne de socialisme qu’est l’étatisme, qui ont pu s’opposer à cette croissance.

Sur le web