Ratés pour le bac physique-chimie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ratés pour le bac physique-chimie

Publié le 2 juillet 2015
- A +

Le regard de René Le Honzec.

Bac physique rené le honzec

Dans un pataquès réjouissant, l’Éducation nationale vient de nous (dé)montrer l’incroyable bazar qui y est la loi commune. « Incroyable », figure de style, parce que les listes des ratés de ladite institution, récemment encore mise en cause par pratiquement tout le monde pour ses prétentions aux réformes idéologiques. Ces listes reviennent à la une des presses subventionnées régulièrement, cette année comme chaque année pour le bac, sujet à problèmes récurrents.

Cette fois, les problèmes sont posés par les problèmes posés dans les sujets des épreuves, et donc posent le problème de l’incompétence des mystérieux comités chargés de pondre les dits problèmes (je ne sais pas si vous me suivez ? N’oubliez pas que je ramasserai les commentaires à la fin de l’article). Les problèmes posés étaient trop difficiles pour les candidats, d’après les professeurs, entre autre parce qu’ils ne portaient pas sur les programmes vus, suivant les directives officielles de la structure. Cette dernière, pour une mystérieuse raison (le bazar), n’a visiblement pas informé les concepteurs du contenu des cours concernés, lesquels concepteurs (qui sont-ils ?), n’ont pas cru bon, de leur côté, de s’en informer.

Alors, on entre dans le grandiose comme l’aurait dit le regretté non-académicien Audiard : les correcteurs ont reçu l’ordre de compenser la médiocrité des notes (8 de moyenne !) en les gonflant… suivant un quota fourni par la structure, ce qui a fait bondir les profs de base. Impartialement, je relate les propos des profs (de gauche) qui accusent au passage la réforme de Chatel d’avoir « laminé les bases de la discipline » en en réduisant les horaires.

Naturellement, Najat Vallaud-Belkacem n’a aucune responsabilité dans ce bazar, Hollande n’étant au pouvoir que depuis trois années.

Ce pays est foutu, comme l’a dit le Sage H16.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Les mêmes profs qui gloussent à la lecture des « meilleures » perles de leurs élèves et en font un bêtisier annuel.
    Cette élite de la république n’a même plus honte d’étaler la faillite de leur enseignement, mais tout au rebours, ça les fait rire.
    On est mal barrés.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jérémie Bongiovanni.

Historiquement, l’État s’est peu à peu substitué aux communautés et à l’Église pour proposer l’éducation scolaire. Aujourd’hui, celle-ci est principalement organisée par les administrations publiques.

Les critiques à l’encontre du système éducatif actuel se concentrent sur des questions pédagogiques et le niveau général des élèves alors que la question de l’organisation du système en soi, de son financement et du rôle que l’État doit jouer dans la transmission des savoirs n’est pas abordée. Quid d’un cha... Poursuivre la lecture

Ce deuxième discours prononcé à la Sorbonne marque, cette fois, une grande humilité par rapport à la situation de la France. Le rêve enflammé d’Europe de 2017 fait place à un constat lucide.

https://www.youtube.com/watch?v=sNJv6zoBCzs

 

Un constat lucide

Il est courageux d’exprimer de telles critiques face à un parterre de recteurs d’Académie et de hauts fonctionnaires, en partie responsables du bilan des (cinq) dernières années.

Ce bilan est en effet très modeste : quelques centaines de milliers d’élèves conc... Poursuivre la lecture

Par Damien Theillier.

Le bac de philo, c'est aujourd'hui. Chaque année, sont donnés au programme un certain nombre de notions ainsi qu’une liste d’auteurs académiques, de Platon à Sartre, pour résumer.

C’est un programme éclectique, qui laisse au professeur une grande marge de manœuvre pour faire les choix qui conviennent à son cours. La contrainte étant de fournir aux élèves un aperçu suffisamment complet des grandes écoles de pensée, afin qu’ils puissent traiter les sujets du bac sans faire de récitation, mais en exerçant leur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles