Populisme – Les demeurés de l’histoire, de Chantal Delsol

Pour expliquer ce qu’est le populisme aujourd’hui, Chantal Delsol remonte jusqu’à l’Antiquité et le resitue dans le temps long.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Populisme – Les demeurés de l’histoire, de Chantal Delsol

Publié le 2 juillet 2015
- A +

Par Francis Richard.

Chantal Delsol populisme les demeurés de l'histoire« Le vocable « populisme » est d’abord une injure : il caractérise aujourd’hui les partis ou mouvements politiques dont on juge qu’ils sont composés par des idiots, des imbéciles et même des tarés. » Ainsi commence le livre que Chantal Delsol consacre au populisme.

Fénelon disait que « Les injures sont les raisons de ceux qui ont tort. »

Sans aller jusque-là, l’emploi des injures par d’aucuns est surtout révélateur de leur impuissance à débattre et de leur dogmatisme. Naguère celui qui déplaisait à l’intelligentsia, et simplement par le fait même qu’il déplaisait, était traité de fâchiste, ce qui avait le double avantage de se dispenser d’argumenter avec lui et de l’ostraciser. L’injure commode et tendance est maintenant de traiter le déplaisant de populiste.

Pour expliciter ce qu’est le populisme aujourd’hui, Chantal Delsol, qui a une grande connaissance de la Grèce antique, part « de la démagogie ancienne et du vocabulaire grec de l’idiotie ». Autrement dit, elle le resitue dans le temps long, au cours duquel un glissement sémantique a affecté les termes de démagogie et d’idiot.

À l’origine démagogue signifie chef du peuple. Il prend le sens d’aujourd’hui dès le Ve siècle avant JC. Le démagogue est celui « qui entretient la tentation si répandue de vivre pour soi-même, négligeant le bien de tous ». Et il s’adresse aux nombreux, qui sont attachés au principe de plaisir et méconnaissent le temps long.

Les quelques-uns, les élites, au contraire des nombreux, se prévalent de la raison, noos, et tiennent un discours universel, le logos, auquel les nombreux n’ont évidemment pas accès. Les nombreux sont en effet des idiotès, c’est-à-dire qu’ils défendent leur particularité.

D’idiots, les nombreux ne deviennent imbéciles, acception actuelle d’idiots, que si l’on considère que la politique vise l’universel et non plus l’intérêt général, « inspiré par des valeurs historiques nécessairement relatives ».

Il est abusif de confondre populisme et démagogie. Le discours populiste, en effet, est critique envers l’individualisme moderne, défense des valeurs communautaires de la famille, de l’entreprise et de la vie civique, récusation de l’État-providence qui s’est substitué aux solidarités de personne à personne. Il n’est pas pour autant libéral…

Le discours populiste est également volonté de moralisation de la politique et des mœurs, valorisation de l’identité de la nation ou du groupe d’appartenance, anti-mondialisme en raison de l’uniformisation à laquelle il conduirait.

Le discours populiste est enfin « paroles directes, crues, violentes » : « Ce qu’on appelle couramment le « politiquement correct » ne signifie pas forcément qu’il existe un prêt-à-penser, mais qu’on ne doit pas dire crûment ce que l’on pense. »

Pourquoi tant de haine à l’égard des populistes ? Pourquoi n’argumente-t-on pas avec eux ? Parce qu’ils en sont restés, comme dit plus haut, à l’intérêt général, c’est-à-dire au commun considéré comme « le bien public de la cité ou de la société élargie, dotée de souveraineté ».

Or le commun  s’est universalisé. Il est devenu une dogmatique de l’émancipation, qui s’oppose à et exclut tout enracinement. Cette idéologie émancipatrice a fait de la libération un absolu indiscutable, sans limites donc, qui, pourtant, « omet la moitié des exigences humaines« .

Le nazisme et le communisme sont des perversions : « Par-delà leur profonde ressemblance dans l’expression, le type d’autorité, le comportement, chacun des deux représente à la racine l’excès monstrueux de l’une des deux tendances évoquées ici, l’enracinement dans le particulier et l’élan vers l’universel. »

La perversion nazie – « Fonder la « nature » de l’homme, non pas dans l’enracinement des coutumes ni dans les exigences d’une condition, mais dans la pure biologie » – a permis de lui amalgamer toute pensée de l’enracinement et de la précipiter dans les ténèbres.

La perversion communiste – « L’homo sovieticus est censé quitter ses désirs et ses sentiments d’homme singulier pour devenir uniquement l’homme de l’espèce » – n’a pas subi le même opprobre, parce qu’elle avait, comme circonstance atténuante, celle d’agir au nom de l’universel, c’est-à-dire de s’inscrire dans la longue marche de l’Histoire, « marche indéfinie, allant du particulier à l’universel ».

Cette longue marche permet de faire la distinction entre ceux qui en constituent l’avant-garde et ceux qui en constituent l’arrière-garde, composée « de demeurés, à la limite de l’humanité« . L’arrière-garde, à la stupeur des quelques-uns, des élites, est de nos jours essentiellement constituée des nombreux, du peuple.

Les défenseurs du peuple furent d’abord des gens de gauche, qualifiés de populaires, puis des gens de droite, qualifiés de populistes. Entre-temps s’est en effet opérée la trahison du peuple, que les gens de gauche ne reconnaissent pas dans ce qu’il est devenu…

Chantal Delsol aimerait qu’aucune des exigences humaines ne soit omise : « S’il est vrai que les humains ont besoin à la fois d’enracinement et d’émancipation, toute démocratie bien ordonnée devrait éduquer le peuple à l’émancipation et les élites à l’enracinement, portant à chacun ce qui lui manque. »

Mais, pour que cela soit possible, il est nécessaire que la démocratie « détache la politique de la religion et d’une manière générale de la vérité d’un dogme et la laisse ainsi à la merci de tous », qu’elle accepte la controverse et les opinions contraires, et qu’elle n’utilise pas le sobriquet du populisme pour dissimuler son mépris du pluralisme.

 

Publié également sur le site lesobservateurs.ch

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Chantal Delsol confond « (bien) commun » et « intérêt général ».
    C’est une erreur consternante : le « bien » n’est pas l’ « intérêt », et ce qui est « commun » est plus riche que «général ».
    Confusion classique chez les démocrates-chrétiens…

    • J’aime beaucoup Chantal Delsol, et j’ai particulièrement retenu :
      « il est nécessaire que la démocratie
      détache la politique de la (…) vérité d’un dogme
      et la laisse ainsi à la merci de tous ».
      Bref, la protège de l’illusion du PROGRES !

  • Parmi les « injures », Chantal Delsol cite le « fâchisme » et le populisme.
    Elle oublie l’insulte suprême : le racisme, qui vous disqualifie ici-bas et pour la vie éternelle.
    Petit rappel: années 50-60: le nazisme; années 70: fâchisme (nazisme commençait à faire vieux jeu); puis années 80: racisme; toujours très en vogue.
    Il va de soi que le « populiste » cumule: il est (ou à un fond) nazi, fâchiste, et raciste (sans parler de xénophobie, homophobie.
    Un concept englobe toutes ces tares: la DISCRIMINATION, abomination de la désolation…

  • Le politiquement correct, Pierre Manent en a donné une excellente définition: « langage artificiel de ceux qu’effraie l’idée de ce qui arriverait s’ils arrêtaient de se mentir ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les résultats du second tour des législatives marquent la défaite d’Ensemble, le camp du président, qui échoue à avoir la majorité absolue de 289 sièges. Dans le même temps, la NUPES et le Rassemblement national (RN) deviennent des forces majeures à l’Assemblée. Le tout avec une abstention record de 54 %.

C’est une véritable recomposition politique qui s’opère pour la première fois au sein de la Cinquième République et qui va avoir des conséquences importantes. Voici trois enseignements à retenir de ces résultats.

 

Le ... Poursuivre la lecture
4
Sauvegarder cet article

Youpi, les législatives approchent et c'est de nouveau l'occasion de découvrir ce que le paysage politique français peut offrir de plus dodu : des politiciens qui s'égaillent en liberté pendant cette courte période leur permettant de se dégourdir les jambes et de gambader dans la campagne (électorale) à la rencontre du gogo de l'électeur qu'il devra convaincre. Cependant, la fête a parfois un goût amer : il semble que - horreur ! - le Français moyen soit de plus en plus attiré par un populisme des extrêmes.

Eh oui : alors que, pourtant... Poursuivre la lecture

populisme
0
Sauvegarder cet article

L’irrésistible montée du populisme vient encore d’être mise en évidence par les résultats de l’élection présidentielle française. Certes la coalition des mécontentements n’a pas conquis le pouvoir, mais elle s’en rapproche. L’avenir est donc périlleux. La foule reste mécontente, mais la foule n’est pas le peuple. Voilà bien l’essence du populisme qui, malgré l’étymologie, s’adresse à la foule en colère pour lui promettre ce qu’elle désire, sans le moindre souci de faisabilité.

 

L’irrésistible montée du populisme

Il suffit ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles