Climathon, semaine 26 : bac option climat

Aujourd’hui, la propagande du réchauffement climatique dans le bac de cette année !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Élèves sortant des épreuves du baccalauréat au Lycée Charles de Gaulle à Caen (Crédits Valenting Mangnan, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Climathon, semaine 26 : bac option climat

Publié le 1 juillet 2015
- A +

Par Benoît Rittaud.

Eleves sortant des épreuves du baccalauréat au Lycée Charles de Gaulle à Caen (Crédits Valenting Mangnan, licence Creative Commons)
Eleves sortant des épreuves du baccalauréat au Lycée Charles de Gaulle à Caen (Crédits Valenting Mangnan, licence Creative Commons)

Galvanisée par la splendide victoire de Najat Vallaud-Belkacem au championnat de printemps, l’Éducation nationale française continue sur sa lancée avec un sujet de bac physique-chimie de spécialité dont l’exercice 3 est d’une rare qualité intellectuelle. et qui emporte donc la victoire lors de cette semaine 26.

Avant d’y venir, donnons quelques éléments de contexte. Cet exercice spécifique pour les élèves de spécialité est une « résolution de problèmes »,  dans laquelle l’autonomie de nos « jeunes » (© Éducation nationale) doit être mise en valeur. Il s’agit d’un truc très à la mode actuellement d’un dispositif pédagogique novateur tout spécialement prisé en physique-chimie. Ledit « jeune » n’a strictement rien à connaître (il ne faudrait quand même pas exagérer l’intérêt de l’apprentissage à l’école). La seule chose à savoir faire est une règle de trois, ce qui devrait convenir pour l’étude des prophéties prévisions scénarios du GIEC.

La neutralité de l’exercice se repère dès le début avec une image aussi scientifique que sobre, et dont la légende montre bien que l’énoncé est purement factuel et n’a rien à voir avec une honteuse propagande subliminale.

Bac2015Image

Le début de l’exercice est un chef-d’œuvre de dissimulation des données quantitatives issues des observations de présentation lucide des périls qui nous menacent :

HausseMerCNRSQuel besoin y aurait-il, en effet, de signaler que la hausse actuelle ne montre aucune accélération depuis un siècle ! Si ce n’est pour faire peur avec le Déluge, à quoi cela servirait-il de faire de la science, on se le demande…

L’énoncé lance ensuite le fameux argument « Si ma tante en avait », aussi inusable qu’efficace pour effrayer les foules avec des chiffres imaginaires projections (le site signalé en référence indique qui il convient de féliciter) :

FonteAntarctiqueÀ propos de projections, le sujet ne retient évidemment que le scénario le plus inquiétant, sinon ce ne serait pas drôle. L’inculture pitoyable des auteurs du sujet La nécessité de simplifier les choses auprès de lycéens angoissés fait que le sujet évoque des « prévisions », alors qu’on le dit et on le répète depuis des années : le GIEC ne fait pas de prévisions, seulement des projections (ce qui change tout, à ce qu’il paraît). Et les auteurs du sujet en sont même à ignorer ce que signifie le GIEC (pour mémoire : « Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat ») :

BacPrevisionGIEC

Une fois de plus, les pages « Planète » du Journalderéférence s’illustrent cette semaine par leur enthousiasme bienvenu suite à une décision de la justice néerlandaise de contraindre l’État à réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Interviewant sur cette décision (évidemment qualifiée d’ »historique », c’est bien le moins que puissent faire les pages « Planète ») le « spécialiste en droit de l’environnement Laurent Neyret » qui lui sert pour l’occasion de monsieur Loyal, Le Monde, toujours à la pointe, réussit l’exploit de ne pas se poser une seule fois la question de la séparation des pouvoirs, accueillant cette judiciarisation du politique comme une excellente nouvelle. Évitons en effet de demander à Montesquieu ce qu’il en aurait pensé, et vive le gouvernement des experts, car de toute façon « la démonstration des juges n’a rien d’idéologique« , nous rassure pleinement Laurent Neyret. On peut en revanche lui reprocher d’avoir ajouté que « Même si la décision de La Haye est infirmée en appel, elle aura montré qu’il est possible d’alerter un État et de l’obliger à agir« . Allons, cher monsieur Neyret, un peu d’optimisme, que diable ! On risquerait de penser, sinon, que tout ça n’est qu’une pitoyable mascarade la justice ne serait pas à la hauteur de sa noble et nouvelle mission de sauver la planète et accessoirement que les plaignants se seraient livrés à une honteuse instrumentalisation de la justice ne seraient pas suffisamment motivés pour poursuivre.

Un tribunal d’inquisition indépendant qui, la Bible les rapports du GIEC sous le bras, juge de la vertu climatique d’un État… Demain, il s’occupera des entreprises… Après-demain, ce sera le tour des citoyens… Ah, quel beau monde on nous prépare !

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • A propos du sujet du bac (édifiant!), quelle note aurait un élève qui remarquerait l’abondance du conditionnel dans les textes cités. Personnellement, je lui mettrais 20/20!

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Climat est devenu un mot-valise où l’humanité range toutes ses problématiques, et même toutes ses angoisses de l’avenir. À la limite, peu importent les fondements scientifiques de la chose, on a l’impression que même si une découverte fondamentale contredisait clairement le consensus, cela ne changerait rien au processus. Certes, notre planète se réchauffe, nous émettons du CO2 qui contribue au réchauffement. La question est : est-ce-grave ?

 

Qu’on défende l'alarmisme climatique ambiant ou qu’on le relativise, une chose es... Poursuivre la lecture

10
Sauvegarder cet article

Débats et controverses sur le climat et sur les causes de ses évolutions et changements ne cessent d'agiter la communauté scientifique depuis les années 1960.

Le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) est un organisme créé par l’ONU après sa résolution 43/53 de décembre 1988 qui mentionnait « l’évidence que le réchauffement climatique pourrait être dû à la croissance des gaz à effet de serre ». Il a été créé pour « mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’o... Poursuivre la lecture

Dans ce second volume de sa série sur La religion écologiste, Christian Gérondeau interroge la validité des affirmations du GIEC, dont découlent le catastrophisme ambiant au sujet de l’avenir de notre planète, et la désespérance d’une partie de la jeunesse.

Il s’alarme en particulier des conséquences graves sur la vie des plus pauvres.

 

Le mensonge de Glasgow

Dans une première partie, Christian Gérondeau commence par revenir sur la conférence de Glasgow, dite COP 26, qui marque un tournant majeur dans ce cycle de ré... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles