Canicule : l’État veille sur vous par téléphone

Une ligne téléphonique pour vous aider à lutter contre la canicule ? La bonne conscience au bout du fil.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Canicule - Audrey Xavier Brulu - CC-BY-SA 20

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Canicule : l’État veille sur vous par téléphone

Publié le 30 juin 2015
- A +

Par Phoebe Ann Mo$e$

Canicule - Audrey Xavier Brulu - CC-BY-SA 20
Canicule – Audrey Xavier Brulu – CC-BY-SA 20

Depuis quelques jours est annoncée une canicule, ce qui donne une occasion à plusieurs journalistes de montrer l’étendue de leurs compétences en prodiguant des conseils aux auditeurs, lecteurs et téléspectateurs : en cas de chaleur, il faut boire de l’eau, rester au frais et éviter les sorties inutiles. Étonnant. Si vous avez manqué les consignes, vous vivez probablement sur une autre planète.

L’État dans sa grande bienveillance a aussi pensé à vous, et surtout à lui : se prémunir d’éventuelles critiques au cas où il y ait un nouveau pic de décès « prématurés » de personnes âgées : sur le site du Ministère de la santé, on vous explique qu’il faut vous hydrater et bien rester au frais.

Et surtout, une ligne téléphonique dépendant du Ministère de la santé a été mise en place pour vous aider à supporter la chaleur.

canicule info service - capture ecran

Vous tomberez sur un répondeur qui vous énumérera d’une voix robotisée et glaciale (c’est exprès) les conseils pour vous protéger de la chaleur si vous êtes vieux (taper 1) ou jeune (taper 2) et si vous n’êtes pas rassuré par ces deux options, vous pourrez taper 3 et parler à une vraie personne… Enfin de 8h à 20h du lundi au samedi, parce que le dimanche, la canicule se repose elle aussi.

L’interlocuteur humain auquel vous pourrez parler, charmant au demeurant, est chargé de vous redire de vive voix ce qui est déjà écrit dans la presse, annoncé à la radio, et répété sur le répondeur. Sinon, il peut vous envoyer de la documentation, et vous donner la météo.
C’est sûr, avec des moyens pareils vous n’aurez plus besoin de réfléchir et d’utiliser votre bon sens : appelez directement le Ministère de la santé qui veille sur vous.

Avec l’argent de vos impôts.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Et le pire est que les ministres sont persuadés d’une part que l’état doit veiller sur vous en cas de canicule et d’autre part qu’il répond parfaitement à sa mission par les twitt des ministres, les consignes que vous énumérez ici et le numéro vert. La consternation m’étouffe.

  • La canicule, quelle canicule? Il faut 30°C pendant quelques jours et ça y est c’est la canicule, on va tous mourir? Ils font comment en Afrique? Ils boivent et ils continuent de bosser. En plein cagnard.
    Chez nous, faut le gouvernemaman pour rappeler qu’il faut boire et mettre un chapeau. Nous sommes foutu. Vivement l’invasion définitive, ça mettra du plomb dans la cervelle à tout le monde.

    • D’une part nous ne sommes pas africains, et d’autres part le rythme de travail s’adapte à la température!

      • D’une part, les africains aussi peuvent prendre des coups de soleil, même s’ils n’ont pas la peau aussi sensible que les nordiques, d’autre part, eux-aussi ont chaud, et enfin, je vous invite à aller les voir vous-même au travail, quand ils sont aux champs par exemple.

        Votre réflexion semble dénoter d’un préjugé assez typique sur l’indigène qui ne craint pas la canicule, et qui fait la sieste à l’ombre des cocotiers quand « il fait trop chaud pour travailler ». Ce qui au final s’avère pour le moins contradictoire!

        • Les cocotiers, ça pousse en zone chaude et humide, donc principalement en bord de mer. Et le climat est toujours forcément plus tempéré en bord de mer.

          Les habitants des zones continentales doivent eux supporter des écarts importants de température entre l’hiver et l’été – ou s’équiper de climatiseurs … Et on va les alimenter comment les climatiseurs si il y a réellement augmentation des températures, que les gens ne savent plus supporter les fortes chaleurs et qu’on réduit volontairement la production d’électricité ? Mystère ! Ou crevez braves gens pour expier vos péchés carbonés ?

          • Pour le climat tempéré en bord de mer, allez faire un petit tour à Taiwan ou SIngapour en ce moment… 😉

            Par contre, bien sûr qu’ils doivent crever ces gens… Surtout les vieux (mais c’est une terrible charge, les retraites, la sécu, le budget leur diront merci s’ils décanillent en nombre) et les gamins (ça pue, ça crie et ça risquerait de contester les dettes qu’on leur colle sur le dos, en leur nom, pour soi disant leur léguer un monde plus juste et plus frais… )

            C’est pour ça que le réchauffement c’est top. On prend le pognon avec une belle justification. On s’en sert pour arroser la clientèle qui ne fout rien (mais il fait trop chaud….) et on attend que les vieux clamsent. Donc il FAUT que ça soit vrai. Sinon, c’est la merde, le plan ne tient plus et on part en vrille version Grèce. C’est pour ça que Mou premier attend avec impatience la COP21. Le truc c’est qu’il n’a pas compris que le réchauffement ou pas observé dans les faits n’est pas lié aux décisions de l’ONU, du GIEC ou pire encore du gouverne-ment de bras cassés qui l’entoure.

    • C’est pas 30° mais plutôt 40° qu’il fait (enfin à quelques endroits). Mais surtout les politiques et administrations sont adeptes du parapluie préventif. Pour éviter les reproches à la 2003 (mais en fait ça n’a que peu de chances d’arriver. En 2003 c’était des méchants de droite donc un vieux qui crevait une semaine plus tôt c’était une catastrophe et la faute du gouvernement, en 2015 on a des socialistes donc c’est pas la faute du gouvernement, mais de l’opposition… probablement un mix Sarko-Le Pen s’il fait chaud.)

      Mais c’est vrai que bon… je reviens de Taïwan (c’est pas l’Afrique, ils bossent là bas, beaucoup… ) où il faisait dans les 35° la journée, 30° la nuit, tout ça avec 100% d’humidité. Mais…. il y a la clim’ partout et elle est mise à fond (tant pis pour la préservation de la planète, l’énergie éco-responsable et transitive à ne pas consommer sauf s’il y a beaucoup de vent et tout ça… ).

      Enfin c’est vrai que depuis mon bureau climatisé à 22° ça me fait rigoler :mrgreen:

      • Oui, ce n’est pas la température « maximale » qui importe, mais le taux d’humidité. 40 degré de chaleur sèche n’est pas un problème, mais 35 de chaleur humide est invivable !

        Les clims son « vitales » dans ces conditions : elles ne font pas que refroidir l’air mais elles l’assèche.

  • Malheureusement tout çà est vrai!

    Quel pays!
    Que d’irresponsables!

    C’est triste mais il vaut mieux en être conscient.
    C’est un peu comme la dépression : quand çà arrive il vaut mieux vivre avec (et trouver des solutions) que de lutter contre et se mentir)

  • Erreur: ce n’est plus la richesse prélevée par les impôts mais, celle hypothètique des générations futures. ( dette).

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée aux excès de création monétaire et de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et donc ... Poursuivre la lecture

Emmanuel Macron
2
Sauvegarder cet article

La politique du soupçon

Le gouvernant a toujours été présomptueux, par nécessité. Il faut toujours présumer de ses forces si l’on a pour ambition de réaliser l’impossible : le bien vivre ensemble. Présomptueux, mais pas impétueux, le gouvernant n’avancera que s’il est fourbi de certitudes. Son allant sera donc conditionné à la conviction qu’il administre la bonne politique, ce que l’on peut aussi appeler la tentation du bien.

 

Le fantasme du risque maitrisable

Mais le gouvernant n’est pas complètement débile non plus.

Il suffit de quelques... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles