32 heures : le rêve éveillé de Taubira

Christiane Taubira rêve de la semaine des 32 heures… au lieu de se préoccuper des libertés publiques qui fichent le camp !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Christiane Taubira (Crédits Philippe Grangeaud-Parti Socialiste, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

32 heures : le rêve éveillé de Taubira

Publié le 25 juin 2015
- A +

Par Le Parisien Libéral.

Christiane Taubira (Crédits Philippe Grangeaud-Parti Socialiste, licence Creative Commons)
Christiane Taubira (Crédits Philippe Grangeaud-Parti Socialiste, licence Creative Commons)

Impayable Christiane Taubira !

Alors qu’on n’entend pas trop la garde des sceaux sur le projet de loi renseignement, dont on ne rappellera jamais assez la liste des opposants (le bâtonnier de Paris, l’ordre des avocats, le syndicat de la magistrature, le juge Marc Trévidic, la CNIL, la “Commission numérique” de l’Assemblée nationale, L’ARCEP, le président de l’actuelle Commission de contrôle des services de renseignement, le Conseil National du Numérique, Dalloz, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Le Contrôleur Européen de la Protection des Données Personnelles Human Rights Watch, Amnesty International, Ligue des droits de l’Homme, Fédération Internationale des ligues des droits de l’Homme, La Commission nationale consultative des droits de l’homme, les fournisseurs d’accès Internet, les hébergeurs, la Quadrature du Net, Mozilla, le W3C, Reporters Sans frontières, l’Ordre des médecins, Syntec Numérique, le New York Times, beaucoup d’entrepreneurs du numérique, le Parti Pirate, le Parti Libéral Démocrate), ne s’agit-il pas d’une sortie de son champ de compétence, le temps de travail ?

Christiane Taubira rêve de la semaine des 32 heures, apprend-on, elle qui, en tant que ministre, doit plutôt être à 70 ou 80 heures par mois de temps de travail.

L’attachement d’une certaine gauche à la réduction du temps de travail reste d’autant plus mystérieuse que c’est cette même gauche qui, par souci de désaliénation du travailleur, a rejeté le taylorisme et le fordisme, pour promouvoir une économie de services et de prestations intellectuelles. Si le fait d’effectuer une seule tache, par exemple viser toujours le même boulot sur le même tableau de bord de voiture permet effectivement de remplacer un travailleur A par un travailleur B, humain ou robot, et de partager son temps de travail de manière efficace, qui peut croire, ou, pire, espérer, que dans l’économie de la connaissance, le travail puisse se partager ?

Les contradictions de la gauche (mais pas que les leurs) ont vraiment quelque chose de fascinant.

Sur le web

Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)
  • on a déjà du mal à vivre décement avec les 35 heures , alors avec 32 heures , bonjour les dégats ; décidément , ces élus sont vraiment à côté de la plaque , on ne vit vraiement pas dans le même monde ;

    • Je suis très rarement en accord avec cette dame.
      Et pourtant, cette idée (à laquelle elle ne croit pas -ou alors c’est à pleurer-) n’est pas absurde … mais elle suppose qu le peuple qui l revendique refuse de se mettre en compétition avec le monde.

      Si on admet la coexistence de deux schémas économiques

    • Erreur, suite du précédent :
      Si on admet la coexistence de deux schémas économiques :
      – une partie qui opère dans la compétition mondiale;
      – une partie qui fournit les productions de base et les services à la population locale. Ce sous-modèle économique (vivant en quasi-ostracisme) peut fonctionner sur un mode de production partagé sur une base de « travail » hebdomadaire limité !

      Il faudrait développer un peu plus !

      • Si on prend un travailleur dans le système compétitif, on le paye pour une prestation de 40hr un certain montant, pour un travailleur dans l’autre système (32hr) , on devra le payer à 80%. Pas question qu’une personne travaillant 32hr soit au même niveau salarial qu’une personne travaillant 40hr, sinon plus personne n’ira vers ces emplois

  • Et puis, proposer 4 heures de travail en plus par semaine pour les fonctionnaires, c’est révoltant !

    • 4, comme vous y allez, pourquoi pas 10 ?
      Et puis c’est bien, en 45h on aura le temps pour traiter toutes les merdes inutiles que l’administration invente tous les jours. J’attends avec impatience la note indiquant l’absolue nécessité d’utiliser ce temps de travail au classement des dossiers archivés par poids d’unités, dans la but d’optimiser la durée de vie des armoires en harmonisant les répartitions de portage. Ça va chier du excel putain, à la gatling.

    • Ca voudrait dire qu’ils commenceraient enfin à travailler.

      • Je suis d’accord, viser et deviser le même boulon toute la journée, ça ne s’appelle pas travailler.

        Ps: vous ne comprenez rien à l’administration, ni au mode de fonctionnement des élus.

  • Vive les 32 heures !
    32 heures pour avoir « la sécu » + 32 heures sur un job perso en economie grises.

    S’ils font cela, les comptes sociaux passent dans le rouge.

    • Breizh06: « S’ils font cela, les comptes sociaux passent dans le rouge. »

      Il y en a en vert à part les retraites des élus par capitalisation ?

      • Oui, la sécurité sociale en Alsace. Ah, zut, ce n’est pas le même système que dans la France de l’intérieur. Et oui, quand il y a des excédents, le taux de cotisation baisse l’année suivante, et inversement.

  • « elle qui, en tant que ministre, doit plutôt être à 70 ou 80 heures par mois de temps de travail. » –> par semaine, non?

    Sinon, il s’agit juste d’un écran de fumée pour justement ne pas parler de cette loi renseignement. Imaginez juste si c’était un gouvernement de droite qui était à l’origine d’une telle loi!!!! On aurait vu Mme Taubira faire des bons en l’air et hurler à la dictature fasciste!

    • Bonjour !
      En tant que libéral ( adhérent au PLD ) et amoureux des libertés publiques et individuelles , je suis contre cette loi liberticide .
      Cependant , il est attristant de constater qu’il n’y a pas que le PS qui a voté cette loi : une majorité des Républicains ( Ump ) , de l ‘Udi ( centre droit )aussi !
      Ils s’y entendent tous quand il s’agit de supprimer nos libertés individuelles sous le prétexte fallacieux du terrorisme !

  • « Today, I have a dream » comme disait l’autre.

    Avec les années, le niveau du « dream » a sacrément baissé…

  • Cela paraît évident, si on ne travaille plus que 32h nous allons créer bien plus de richesse, voyons voyons…
    Comme il est aussi évident que les 35h ont fait chuter le chômage, quand on compare notre beau pays aux USA, Grande-Bretagne etc….

    • Pour que la France devienne le pays le plus riche au monde, passons tout de suite aux 20h ! Ainsi, ceux qui travaillent déjà 20h par semaine (payés pour 35h de présence plus ou moins passive) auront enfin l’impression de s’activer à plein temps.

  • La réduction des heures de travail à 35 heures a été une erreur car c’est à cheval entre 4 et 5 jours.
    A l’époque il aurait été intelligent de faire les 32 heures.

    Aujourd’hui la tendance portera sur la semaine de 3 jours, 24 heures, aux entreprises de répartir les profits générés de l’automatisme informatique/robotique pour son financement.

    On arrive à faire tourner un pay à 11 millions de précaires, il serait temps de leur augmenter le niveau de vie si on veut éviter les violences qui s’installent.

    • Il serait temps de vous mettre à la comptabilité.

      Penser que le profit des entreprises représente la différence entre 24h et 35h donc 11h de bénéfice ça voudrait dire que la marge nette des entreprises est de plus de 30%… Fail, ce n’est même pas la marge brute.

      La marge nette des entreprises les plus bénéficiaires est de 8%, la moyenne c’est 3 à 4% et même moins de 2% pour les hypermarchés.

    • alie: « On arrive à faire tourner un pay à 11 millions de précaires, il serait temps de leur augmenter le niveau de vie »

      Facile,

      Salaire médian:
      -Suisse 5000 euros
      -français 1675 euros

      Chômage:
      -Suisse 3.5%
      -français 11%

      Chômage des jeunes:
      -Suisse 3.6%
      -français 24%

      Code du travail:
      -Suisse 20 pages
      -français 3500 pages

      alie: « A l’époque il aurait été intelligent de faire les 32 heures. »

      Ça a totalement foiré à 35 mais 32 ça marcherait c’est sur.

      • Le vice n’était pas tant les 35 heures, que le fait de les payer 39.
        Objectivement 32 heures sur 4 jours c’est moins con que 35 h sur 5 jours, ça permet facilement un fonctionnement en deux équipes. Tant que c’est payé 32 heures, et pas 39, évidemment.

        et même les 35 h ça pouvait être pas trop con, si on avait remplacé l’usine à gaz « tu bosses par défaut, mais tu a droit à plein de congés divers réputés payés » par le système simple « je compte sur toi X heures par an, net, et c’est pour ta pomme si tu n’es pas là pour une raison quelconque — maladie, maternité, garde d’enfant ou simple préférence » (X = 1600 pour « 35 heures », 1800 pour 40, etc. )

        mais fait pas se leurrer : le but est était le même que d’habitude, le même que pour le contrôle des loyers : satisfaire les électeurs déjà dans la place, et tant pis pour les chômeurs.

        • Annualisation c. réduction du temps de travail. –> rien que par le choix du vocabulaire, on devine les finalités.

          Comment un pays (la France) peut s’en sortir quand elle ne veut pas tirer le meilleur parti de ses forces vives (travailleurs jeunes, dans la force de l’âge et ambitieux) ?

          • dilemme du prisonnier classique :
            Il est de l’intérêt de tout le monde de donner du travail aux jeunes.
            Il est de l’intérêt de chacun de ceux qui ont un boulot de le garder (pour garder la paie) et donc de ne surtout pas le donner aux jeunes.
            C’était d’ailleurs la même chose pour les 35 h : partager le travail, pourquoi pas, mais pour partager la paie, y’a plus personne …

            • Non, non les personnes proches de la retraite veulent absolument donner leur emploi pénible à des jeunes avant l’heure, jeunes qui payeront leur retraites …jeunes qui eux-mêmes n’en verront probablement pas la couleur. On arrivera tout doucement avec un tel système et un tel endettement à une émergence de la lutte des générations en plus de la lutte des classes …

      • Intéressant

        Vous brulerez en enfer!!!

        ( E pur si muove)

      • Merci pour ce commentaire chiffré qui m’a fait bien rire car vous comparez deux des pays les plus oppossés en la matière de liberté économique .
        La Suisse qui fait partie des trois premiers ou en tout cas très en haut et la France qui doit etre dans les 30 eme
        Vérifier cela sur le site consacré à ce sujet

      • Bonjour
        Après vérificatiion c’es pire que ce que j’écrivais hier : La Suisse est 5 eme donc peleton de tete .
        Pour la France c’est la catastrophe 73 eme principale reproche rigidité des structures alors que dans « l’ idéale  » c ‘est la souplesse qui prévaut.
        Le village Gaulois a raté le virage

  • Moi je suis pour la réduction du temps de travail.
    Si on se partage la tache on sera plus nombreux à trouver du travail.
    D’ailleurs cela avait été l’explication pour les 35 heures, Regardez l’efficacité, le chômage à massivement baissé en France

    • Le pire est qu’ils croient en ce type de raisonnement qui pourtant est démonté par n’importe qui d’un peu rationnel.

      Tant que certaines individus croiront qu’il est possible de créer de la richesse/valeur ajoutée ex nihilo ou par impression de monnaie, nous aurons du mal à sortir de ce mode de pensée ou alors ils le font sciemment et là c’est un autre problème.

    • C’est pas un argument, le contraire ne fonctionnant pas non plus. Le problème est que l’activité est totalement décorrélée du salaire.
      Il n’y aucune incitation au travail dans ce pays. Le taux horaire est globalement bas, la charge de l’impôt trop lourde, et celle du capital également. Alors pourquoi se faire chier, sincèrement. Les salariés n’ont strictement aucune raison de chercher à augmenter leur productivité.

      Et espérer faire de la croissance avec des salariés (et consommateurs, et ouais c’est les mêmes …) qui en ont absolument plus rien à branler, ça va être compliqué.

  • Les socialistes (et apparentés)pensent que le travail est un gâteau(cadeau magique tombé d’un ciel sans dieu) qui se partage… Il y en aurait une quantité fixe à distribuer de manière égalitaire. Tout ceci à l’exception des postes de pouvoir aux émoluments conséquents qu’il convient de réserver aux élites éclairées seules capables de bien trancher la pâtisserie d’une lame aiguisée de justice et répartir dans la joie fraternelle chaque petit morceau de labeur solidaire aux travailleurs en extase dans une communauté de bonheur définitif…

  • je suis pas pas raciste,donc je dis que taubira à raison!

  • C’est dingue, on ne peut pas critiquer sous peine d’excomunication moderne ( = accusation de racisme) un ministre dogmatique, agressif, idéologue et menteur.

  • Voici la déclaration de Taubira « « Je rêve d’un monde où le samedi et le dimanche on ne travaille pas. L’idéal, c’est que les gens puissent travailler 32 heures dans une semaine pour avoir du temps pour se consacrer aux autres dans les associations, pour avoir le temps d’aller au musée, sur la plage, de déambuler, de marcher de parler à ses voisins d’aller en librairie, au cinéma, au théâtre etc.. Voilà la société dont on peut rêver ».

    Ma question est donc la suivante, comment fera t-on pour aller en librairie, au cinéma ou au théâtre si tout le monde a ses samedis et ses dimanches ? À moins que le bonheur de Taubira se limite à rester devant des portes fermées. Accessoirement, ne tombez pas malade le week-end dans son monde enchanté.

  • Cela me rappelle un article que j’avais lu lors du passage au 35 heures : « Gerhard Schröder, ministre-président de Basse-Saxe, pas encore candidat à la chancellerie mais qui compte bien l’emporter sur son rival Oskar Lafontaine, sort de chez Dominique Strauss-Kahn, ministre de l’économie et des finances: «J’espère que la France décidera de passer à la semaine de 35 heures à salaire constant. Ce sera très bon pour l’industrie allemande», nous déclare dans une boutade mi-amusée, mi-cynique, ce social-démocrate qui regarde plus vers la troisième voie de Tony Blair que vers le colbertisme français. »
    http://www.slate.fr/story/49535/Allemagne-comment-gerhard-schroeder-redressement

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pierrik Halaven nous livre le quatrième épisode de sa série d’analyse de la campagne présidentielle sur la simple base de la progression des audiences sur Twitter et d’une comparaison d’engagements sur des tweets portant sur une thématique similaire. La période analysée - 1er janvier au 19 février - n’a pas été marquée par de nouveautés spectaculaires, si ce n’est la candidature de Christiane Taubira.

Personnalités politiques #abonnés au 01/01/2022 #abonnés au 19/02/2022 Croissance des abonnés Progression en nombre Macron 7 508 991... Poursuivre la lecture

Candidate à la primaire de la gauche, Christiane Taubira s’emploie à cocher toutes les cases du socialisme le plus éculé. Qu’il est loin le temps où elle représentait une gauche plutôt modérée !

Un parcours sinueux

Christiane Taubira semble aujourd’hui retourner à ses anciennes amours. Militante indépendantiste radicale jusqu’au début des années 1980, elle se caractérisait pourtant dans les années 1990 par un radicalisme de gauche bon teint qui était loin de verser dans l’extrémisme. En 1993, elle vote la confiance à Édouard Balladur.<... Poursuivre la lecture

Quel pataquès ! Une gauche éclatée réduite à un petit 25 % des intentions de vote ; des candidats favorables à l'union à condition qu'elle se fasse sur leur nom ; une primaire populaire spécialement organisée pour obtenir le rassemblement mais dont la plupart des "candidats", Mélenchon, Roussel, Jadot, Hidalgo, enrôlés sans leur consentement, récusent tour à tour la légitimité ; des militants en grève de la faim pour inciter les têtes de liste à se rallier à cette primaire - bref, la gauche est en pleine crise de nerfs et c'est le moment que ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles