Le printemps rose : un espoir féminin marocain

Le 15 mai dernier, le Maroc a décidé d’élargir la loi sur le droit à l’avortement concernant les cas de viol, d’inceste, ou de malformation du fœtus.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marrakech souk credits Admanchester (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le printemps rose : un espoir féminin marocain

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 juin 2015
- A +

Par Fatoumata Cissé.

Marrakech souk credits Admanchester (CC BY-NC-ND 2.0)
Marrakech souk credits Admanchester (CC BY-NC-ND 2.0)

Une avancée marocaine 

Auparavant, une femme ne pouvait avorter légalement au Maroc que si le maintien de sa grossesse constituait un danger physique.

Cette législation causait de nombreux torts à la population féminine du pays. En effet, en 2014 on recensait 600 à 800 avortements par jour et ces interventions s’effectuaient clandestinement dans des conditions insalubres et précaires. Celles-ci augmentaient le risque de mortalité pour les femmes, mais également celui d’une condamnation judiciaire à l’égard de tous les protagonistes : les peines vont de un à cinq ans d’emprisonnement pour le médecin, et de deux à six ans de prison pour la patiente. L’interruption volontaire de grossesse (IVG) est donc devenue un fléau sanitaire pour le Maroc, c’est pourquoi il était impératif d’agir.

La réforme de 2015 peut être perçue comme étant une faible avancée, mais il faut la resituer dans l’histoire marocaine. En la matière, le pays « revient de loin » ! Il suffit de prendre l’exemple du bateau médicalisé envoyé par l’association Women on Waves, qui s’était vu refuser l’autorisation de débarquer au port de Smir, en 2012. L’évolution de la loi constitue donc un premier pas vers la réforme de certains préceptes dépassés et disparates du Moudawana (le Code de la famille), à propos de la répudiation, de l’âge du mariage qui sera porté à 18 ans au lieu de 15 ans, du divorce, de la coresponsabilité des conjoints, ou du harcèlement sexuel.

Le Maroc ambitionne de concilier tradition, religion, et modernité, ce qui est une tâche difficile à réaliser ; mais il reste l’un des pays les moins ouverts en matière de droits, notamment en ce qui concerne les homosexuels ou la liberté d’opposition.

Il ne reste donc plus qu’à espérer que l’avancée acquise par les marocaines incitera le royaume à émettre plus de législation allant dans le sens des droits de l’Homme et du Citoyen.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • « Le printemps rose : un espoir féminin »
    Espoir ? Vous avez dit espoir ? Y’a des jours où les sites libéraux déc…ent ferme…
    Moi je n’ai qu’un regret : que Fatoumata Cissé soit une rescapée de la pratique qu’elle …« espère »

  • Avec 40 ans de retard cela ressemble à l’esprit de la loi Weill tant mieux pour les femmes marocaines

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans notre monde moderne de nouvelles instantanées et en continu, tout et n’importe quoi peut distraire notre attention d’un problème à l’autre. C’est exactement ce qui s’est passé la semaine dernière quand une ou des personnes inconnues ont fait fuiter que la Cour suprême du pays se dirigeait vers un rejet de l’arrêté Roe vs Wade, qui a légalisé l’avortement dans tout le pays pour le premier trimestre de grossesse.

Alors que les Démocrates et leurs laquais des médias célèbrent le « courage » des fuiteurs, il semble que personne ou pre... Poursuivre la lecture

Il est maintenant trop tard pour appeler au boycott diplomatique des Jeux Olympiques de Pékin, et de toute façon, le gouvernement français a fait son choix depuis longtemps. Contrairement aux États-Unis, à la Grande-Bretagne, au Canada et à l’Australie, la France par l’intermédiaire d’Emmanuel Macron a préféré mettre en sourdine ses critiques à l’endroit du régime autoritaire chinois. Conciliant avec Poutine et silencieux face Xi Jinping, la "diplomatie des droits de l'Homme" ne semble s'appliquer que quand il s'agit de donner des leçons à la... Poursuivre la lecture

Par Alain Cohen-Dumouchel.

La propriété privée n'est pas un concept intuitif ou évident puisqu'elle n'a jamais pu s'établir pendant 4000 ans. Ce n'est qu'avec les Lumières et les révolutions anglaises, puis françaises et européennes que la propriété devient un droit de l'Homme reconnu par le pouvoir et qui lui est opposable. La propriété est ici garantie par l'administration en dehors de toute éthique imposée. Elle devient privée c'est-à-dire que tous ceux, pouvoir compris, qui n'ont pas de droits de propriété sur un bien sont officie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles