Crédit municipal de Paris : note salée pour les Parisiens !

Le joujou des socialistes parisiens qui se prenaient pour des banquiers va être liquidé et cette faillite de facto va coûter des dizaines de millions aux Parisiens !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Anne Hidalgo (crédits Philippe Grangeaud-Parti Socialiste, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Crédit municipal de Paris : note salée pour les Parisiens !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 juin 2015
- A +

Par Serge Federbusch.

Anne Hidalgo (crédits Philippe Grangeaud-Parti Socialiste, licence Creative Commons)
Anne Hidalgo (crédits Philippe Grangeaud-Parti Socialiste, licence Creative Commons)

Cette excroissance du Mont de Piété portait haut les ambitions du discours solidariste : « CMP Banque est une institution bancaire à vocation sociale qui propose, à travers son réseau d’agences, une gamme de crédits et services pour répondre aux besoins de financement de sa clientèle. Spécialiste des prêts personnels et plus particulièrement des prêts de restructuration, CMP Banque s’adresse à des clients privés et aux associations en Ile-de-France. Institution bancaire atypique, la banque du Crédit Municipal de Paris place la responsabilité sociale au cœur de sa mission. Par son approche attentive et globale du budget des clients, elle contribue efficacement et durablement à la prévention du surendettement. »

Patatras ! Son attention n’était pas suffisante et appliquée à elle-même car les exercices se suivent et se soldent tous par des pertes que la ville finit par ne plus pouvoir assumer.

Cela fait des années que la ville, actionnaire dominant, aurait dû arrêter les frais. Mais pour des raisons d’affichage politique, elle n’a pas voulu le faire. Hé oui ! La vieille loi historique se confirme : le socialisme est soluble dans le profit. Soit il fait faillite comme en URSS, soit il se transforme en pire des capitalismes, comme en Chine. À la misérable échelle de la « gauche parisienne », la règle n’a pas failli.

En juillet 2011, j’écrivais, bien seul dans le paysage informatif : « Nous allions voir ce que nous allions voir : une banque d’un nouveau genre où la solidarité se substituerait au vil profit. Parce que, dans les faits, l’échec est cuisant, les succursales ferment et la maison-mère est obligée de remettre au pot : « dans un contexte de refinancement interbancaire toujours tendu (sic), l’enveloppe d’emprunts que le Crédit municipal envisage de souscrire pour refinancer CMP-Banque passera de 40 à 80 millions d’euros » apprend-on récemment ! Ce n’est pas grave : l’opinion parisienne est priée de ne regarder que du côté de Paris-Plages et des berges zazouisées dans les années qui viennent… »

Cette mise en garde vieille de presque quatre ans et cette alerte lancée n’avaient pas ému en dehors de nos colonnes…

Résultat, comme le rapporte Les Échos : le CMP-Banque « affichait toujours un résultat négatif de 3,2 millions d’euros en 2014 contre 5,77 millions d’euros en 2013 et 7 millions en 2012. En conséquence, la ville de Paris va devoir (à nouveau NDLR) recapitaliser le Crédit Municipal dont elle est le principal actionnaire afin de compenser la perte de valeur des actifs de CMP Banque. Cette opération pourrait être validée par le conseil de Paris lors de sa prochaine réunion le 29 juin. La ville s’est par ailleurs engagée à proposer une offre d’emploi à chacun des salariés de l’établissement bancaire, au sein de la capitale ou du groupe Crédit municipal de Paris notamment. Au total, le coût de cette mise en extinction engendrera, selon plusieurs sources, une charge de plusieurs dizaines de millions d’euros pour les contribuables parisiens. »

Conclusion : de la dette, des impôts et des salariés qu’il faudra recaser dans des activités qui n’en ont pas besoin. Un vrai résumé du socialisme parisien !

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
ntf
0
Sauvegarder cet article

Les cours des cryptomonnaies ont fortement baissé ces dernières semaines. La nature cyclique de ce nouveau type d'actif est bien connue même si l'ampleur de la baisse a surpris et démotivé de nombreux observateurs et spéculateurs. Beaucoup d'amateurs de la technologie blockchain sur laquelle repose ces projets y voient néanmoins l'occasion de continuer à construire un écosystème dans une optique plus long-termiste, persuadés que la situation redeviendra plus favorable.

 

Que sont les NFT (non-fungible token)

Une des applica... Poursuivre la lecture

Ce qui s'est passé aux abords du Stade de France, samedi 28 mai 2022, pour la finale de la ligue des champions[1. Cette finale aurait dû avoir lieu à Saint-Pétersbourg.] opposant Liverpool au Real de Madrid, est malheureusement emblématique d'une France qui part à vau-l'eau.

Pour fuir leurs responsabilités, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, ont rejeté la faute sur la prétendue détention de 30 000 à 40 000 billets non valables par des supporters anglais.

Un peu d'arithmé... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo prétend verdir Paris, mais les riverains de la tour Eiffel ont comme un doute. Des dizaines d'arbres centenaires qui jouxtent le monument sont sous la menace d'être abattus par la mairie de Paris pour étendre les services liés à la vénérable vieille dame de fer. Au grand dam des Parisiens qui vivent aux alentours, l'îlot de nature perdu dans l'océan de béton pourrait laisser la place à une "bagagerie", c'est-à-dire des bâtiments essentiellement commerciaux.

Pourquoi faut-il absolument éviter les travau... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles