Les climato-sceptiques ne sont pas les bienvenus sur Radio France

Radio France annule une interview de Benoit Rittaud portant sur son dernier ouvrage, « La Peur Exponentielle ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 962 climato-sceptiques

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les climato-sceptiques ne sont pas les bienvenus sur Radio France

Publié le 6 juin 2015
- A +

Par Benoît Rittaud.

imgscan contrepoints 962 climato-sceptiquesJ’aurais sûrement mieux fait d’attendre 2016 pour publier La Peur exponentielle, parce que quand la COP21 sera terminée (et donc l’échec acté du nouvel ultime rendez-vous pour sauver la planète), la pression sur les médias sera sans doute moins forte. Le courrier que j’ai reçu ce matin me laisse penser que, en attendant ce n’est pas du tout le moment de se montrer mal-pensant sur le climat, fût-ce en passant.

Alors que je devais être prochainement l’invité d’une émission en direct à la radio pour parler de mon dernier livre (La Peur exponentielle, donc), j’ai reçu ce matin un courrier m’indiquant que l’émission était annulée. Ne me demandez pas de vous dire le nom de l’émission en question, ni la radio concernée, car mon intention n’est pas de désigner quelqu’un à la vindicte publique mais seulement de lever un petit coin du voile sur ce qui se passe en arrière-cour de certains grands médias. La seule chose que je crois utile d’indiquer est qu’il s’agissait d’une radio de Radio France. Ce point est significatif pour deux raisons :

  • Radio France a explicitement affiché son désir d’aider la communication gouvernementale des prochains mois de participer activement à la réussite de la conférence Paris Climat de décembre ;
  • mes positions climatosceptiques m’ont déjà, par le passé, valu l’annulation de deux interviews, sur deux radios différentes de Radio France (là, ce sera la troisième).

Voici donc le courrier que j’ai reçu ce matin :

Bonjour,

Nous venons de terminer la lecture de votre livre, très intéressant, sauf que nous ne pouvons pas, sur une heure d’émission, ne donner la parole qu’à un climato-sceptique. Nous ne sommes pas une émission de débat et pensions que le sujet était purement mathématique et philosophique.

En conséquence nous sommes désolés de devoir annuler cette émission.

Merci pour votre compréhension,

Cordialement,

L’équipe *****.

Ma volonté de préserver leur anonymat m’empêche de démontrer ici que, en réalité, certains des thèmes récents qu’ils ont abordés étaient largement de nature à faire débat. Contentons-nous donc d’observer la tournure de ce passage : « nous ne pouvons pas, sur une heure d’émission, ne donner la parole qu’à un climato-sceptique ». Difficile de ne pas y voir l’affichage d’une interdiction de me laisser m’exprimer pour cause d’opinion non-conforme en général. Selon les propres termes de mon interlocuteur (et j’imagine que, vu les circonstances, il les a bien pesés) ce n’est pas mon livre qui pose problème, mais ma personne. Il est inexcusable pour ces journalistes de Radio France que je sois climatosceptique, même si j’écris par ailleurs un livre considéré comme « très intéressant ».

Toujours confiant en la nature humaine et à la possibilité offerte à chacun de s’amender loyalement, j’ai répondu ceci :

Bonjour,

Si je suis certes surpris que le climatoscepticisme s’apparente pour vous à une sorte de délit, je suis plus étonné encore que vous en fassiez un motif d’annulation. En effet, ayant lu l’ouvrage qui m’a valu votre invitation, vous savez que le climat est loin d’en être le sujet principal. (Je n’ai pas compté, mais en gros le climat doit occuper l’équivalent d’une vingtaine de pages sur quatre cents. D’ailleurs, sur les cinq conférences que j’ai déjà données sur le sujet de ce livre, pas une seule n’a évoqué le climat.) Nous n’aurons donc aucun mal à trouver une façon de parler de mon « très intéressant » livre (selon vos propres termes) qui évite la question climatique si vous le souhaitez. Nous pouvons, entre autres possibilités, évoquer l’histoire des grains sur l’échiquier et son interprétation au fil des âges, la question démographique depuis les exégètes des XVIIè et XVIIIè siècles, la notion de surfini comme alternative intellectuelle à celle d’infini, la dialectique du temps circulaire et du temps cyclique et les mathématiques qui leur sont liées (notamment en Inde médiévale)… Voilà bien de la philosophie, voilà bien des mathématiques, le tout sans référence aucune au climat.

Je n’ose imaginer que la raison profonde de votre désinvitation serait mon inscription sur quelque « liste noire », c’est-à-dire que mes prises de position sur le climat me frapperaient pour vous du sceau de l’infamie quel que soit le sujet. Je veux croire au contraire que vous savez faire la part des choses entre les opinions diverses que peut exprimer un auteur, et qu’il n’est pas nécessaire d’être en accord total ou même partiel avec ce qu’il dit pour lui reconnaître un intérêt dans le débat public.

Avec respect et cordialité, je me permets donc de vous demander de reconsidérer votre position. Si vous le faites, j’estimerai que l’incident ne s’est jamais produit et ne vous tiendrai pas rigueur de votre hésitation.

Dans l’attente de votre réponse, bien cordialement,
Benoît Rittaud.

Le responsable de l’émission a alors pris la plume pour me répondre ceci :

Cher monsieur,

Je vous remercie d’avoir pris le temps de me répondre, vous n’êtes pas sur une ‘liste noire’ et je ne considère évidemment pas vos prises de position comme un délit. En revanche ces prises de positions, climato-sceptiques donc, transparaissent très clairement dans cet ouvrage, même sans mentionner spécifiquement le climat et je ne me sens pas de vous recevoir, en unique invité, sans aucun avis contradictoire dans cette émission en direct sur ******.

Sachez que [je m’en désole],

Très cordialement,

*********

On admirera la qualité de l’argumentation : non non, vous n’êtes pas sur liste noire (qu’allez-vous penser !), c’est juste que votre livre a quelques morceaux de mal-pensance et que « je ne le sens pas » .

J’avoue que l’épisode ne me rassure pas sur l’état de la liberté de la presse.


Sur le web

Voir les commentaires (81)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (81)
  • … »positions climatosceptiques » – là je confesse n’avoir jamais été sceptique, moi, quant au climat. Qui n’est par définition que la succession des jours de pluie, de soleil, de tempête etcaetera, la seule constante étant de continuellement varier [depuis la fin de la dernière glaciation, il y a eu pas moins de 8 périodes pendant lesquelles les glaciers alpins furent plus petits qu’à l’heure actuelle (« Natuurwetenschap en techniek » 4/2010); l’ordovicium tardif, quant à lui, fut une époque de glaciation et ce, avec une contenance atmosphérique en CO2 de > 4000 ppm (geocraft.com)]. Ces constantes variations de climat, parfois brusques, elles durent depuis 4,5 milliards d’années et cela continuera pendant environ 7 milliards d’années encore, jusqu’au moment où le soleil, devenu un géant rouge, bouffera notre planète. Qu’on parvienne à éliminer, parmi les 0,32% de gaz à effets de serre que l’homme contribue au total planétaire, cinq, dix, vingt ou même cent pour cent, cela n’a définitivement aucune incidence.

    • Vous me rassurez, 7 milliards d’années, j’avais entendu 4 milliards!

      • …toujours d’après NWT/NewScientist (je ne me fatiguerai pas à dénicher le numéro)

        Nous serons bien loin, vous et moi

        — probablement dans le giron d’Abraham (si nous avons été bien sages)

        [ …zut alors! Abraham n’a jamais existé (« in der Bibelwissenschaft besteht ein Konsens darüber, dass es Abraham nicht gegeben hat », dans: « Der frühe Islam », K-H Ohlig et al, Verlag Hans Schiler, Berlin 2007, page 310)]

  • En tous cas cela me donne envie de lire votre livre.

    Vu sur france 3 au journal du soir le 5 juin. Chantal Jouannaud qui intervient pour nous parler du changement climatique. N’ayant plus de preuves sur le réchauffement elle nousaasène le discours habituel: il y aura plus de tempête, de catastrophe au futur.

    A la question de savoir si la journée chaude du 5 juin est une preuve du réchauffement, elle se garde de dire que c’est une preuve mais que c’est quand même un élément à prendre en considération.

    Incroyable cette propagande qui des qu’un jour dépasse les 30° au parle du réchauffement. C’est vrai que depuis 5 ans le climat en région parisienne est si moche que la propagande était devenue plus ténue et la chute des écolo dans les urnes évidente.
    Les instituts de sondage ou les mathématicien devraient pouvoir corréler la température ou la sortie de films( home )/reportage avec l’évolution du suffrage vert. Cela serai sans doute plus facile à démontrer que le réchauffement.

    En France, l’écologie équivaut à la doxa du communisme au temps de l’URSS.

    • « (…) il y aura plus de tempête(s) »

      — là, « Natuurwetenschap en techniek / NewScientist  » (revue scientifique néerlandaise à laquelle je suis abonné depuis une éternité) ne semble pas du tout d’accord: “Le KNMI (institut royal météorologique) a (…) conclu que le nombre de tempêtes aux Pays-Bas a diminué pendant les dernières décennies. La vitesse moyenne du vent pendant ces tempêtes, elle aussi, a diminué de 5 à 10 pour cent ces 30 dernières années (NWT/New Scientist 1/2014)

      • Tout comme le nombre de cyclones aux USA, ainsi que leur intensité…

        Pour réfuter l’idéologie réchauffiste, rien de plus simple, il suffit de regarder toutes les conditions nécessaires à leur doxa… Il faut :

        – que l’homme soit capable de comprendre des phénomènes aussi complexes et chaotiques que le climat, ce qui n’est pas si évident pour des questions techniques, de connaissances, d’information, de son traitement. Les écolos présentent la société, l’économie, la nature, le climat comme s’il s’agissait d’une sorte machine bien réglée et à y voir un problème d’ingénierie avec une relation constante entre les paramètres, comme si 1 point de PIB = n ressources détruites = p tonnes de CO2 = x degrés de réchauffement et qu’on peut trouver une solution en agissant sur le bon levier, la bonne manette…
        – qu’il y ait réchauffement climatique (RC)
        – qu’il soit anthropocarbonique, ce qui implique que nos connaissances sur l’effet de serre soient correctes, que l’on tienne correctement des autres facteurs, comme le soleil, l’effet d’atmosphère…
        – que l’on puisse déduire l’évolution de ce RC… Si on omet que les prédictions précédentes fortement erronées…
        – que les prédictions sur les phénomènes climatiques soient justes…
        – qu’il soit forcément mauvais… Tout changement apporte du bon et du mauvais de façon relative, et ici, on se focalise uniquement sur un seul plateau de la balance…
        – que l’on puisse prédire les conséquences économiques du RC et des phénomènes climatiques, car après tout, c’est ce qui nous concerne directement…
        – que l’on puisse, à partir de ces analyses, créer des normes, prescrire des politiques permettant d’empêcher les conséquences du RC.
        – que ces solutions soient viables et qu’il n’en existe pas de meilleures…
        – que celles-ci valent les sacrifices…
        – que les politiques soient capables de les mettre en place.
        – que l’on puisse les mettre en place au niveau mondial… Que les États commencent d’abord par maitriser l’évasion fiscale et on en reparle… Et puis, vu l’évolution des relations internationales…
        – qu’on arrive à les maintenir à long terme.

        • Suite à la tempête du 26 décembre 1999, Yves Cochet (EELV) nous avait fait la prédiction pour les 15 années à venir de 2 tempêtes similaires par an. Nous attendons toujours la première…

          • Ca fait un peu penser au prédicateur de l’an 1000.

            • La grande peur de l’an mil.

              L’écologisme comme ersatz (un -isme chasse l’autre, comme font les clous, le catholicisme ne faisant plus recette): du moment que la connerie est suffisamment grosse, le reste vient tout seul. Les curés le savent bien, disait Nietzsche, eux qui assurent qu' »il suffit d’avoir la foi, et tout le reste viendra tout seul »

            • La peur de l’an mil n’a jamais existé à l’époque c’est un mythe construit plus tard.

              • Faux. Lisez Blumenberg, qui lui, note – dans « Die Legitimität der Neuzeit » si mes souvenirs sont exacts – que les « poussées de fièvre eschatologique » sont très anciennes et de plus, récurrentes; en Allemagne on connaît encore le fameux « Veitstanz » que sous forme de poème, j’ai moi-même appris à l’école (je confesse qu’il y a de cela, plus d’un demi-siècle).

                Désolé de vous « coller » ce Blumenberg dont je possède les 8 textes essentiels, mais il est infernal et à peu près intraduisible.

                • Sur Blumenberg (pour donner, qui sait? de l’appétit même à ceux qui n’ont pas vécu, comme moi, pendant 8 ans en l’Allemagne d’après-guerre) http://www.cairn.info/revue-cahiers-philosophiques-2010-3-page-101.htm

                • René Fries, Blumenberg a été pour l’essentiel traduit en Français dans ces deux dernières décennies. La traduction de l’ouvrage auquel vous faites allusion a été publiée sous le titre « La Légitimité des temps modernes », dans la bibliothèque de philosophie de la NRF. Je vous l’accorde, ils s’y sont mis à trois ou quatre pour le traduire. 😉

                • Sur la fiche Wikipedia « An Mil » :

                  Les Terreurs ou Peurs de l’an mille sont un mythe de la Renaissance du XVIe siècle, façonné sur la base d’une chronologie de Sigebert de Gembloux (XIIe siècle). En 1602, le cardinal Baronius ouvre le XIe volume de ses Annales ecclésiastiques ainsi : « Le nouveau siècle commence. Débute la première année après le millenium. On devait arriver selon les affirmations vaines à la fin du monde… Ces affirmations furent professées en Gaule et premièrement prêchées à Paris et de là accréditées par beaucoup ; acceptées par les hommes simples avec peur, par les doctes comme improbables. »10 Le mythe est repris par les historiens de l’époque romantique au XIXe siècle, dont Jules Michelet dans le premier chapitre de son livre IV de l’Histoire de France11.

                  • c’est bien connu que « wikipedia » est à prendre, pour le moins, « cum grano salis », cf « The 15 Biggest Wikipedia Blunders »,
                    http://www.pcworld.com/article/170874/The_15_Biggest_Wikipedia_Blunders.html

                    D’un autre côté Blumenberg est bel et bien « infernal » en ce sens qu’il est IMPOSSIBLE, mais alors rigoureusement impossible, de communiquer sa pensée en ces espèces de « tidbits » que tout le monde à commencer par les politiques, affectionne aujourd’hui (j’emploie le mot « tidbits », ne connaissant pas le terme français). Qu' »ils s’y sont mis à trois ou quatre pour le traduire » (M. Guyot), voilà qui n’est pas pour m’étonner, moi qui ai été dans l’heureuse occurrence de devoir traduire un passage (…pffffff)

          • Xynthia et klaus ca vous parle?

        • « (…) – que l’homme soit capable de comprendre des phénomènes aussi complexes et chaotiques que le climat, ce qui n’est pas si évident pour des questions techniques, de connaissances, d’information, de son traitement »

          Il est cpable, très exactement, de rien: »(…) climate science as the IPCC have it is simplistic nonsense. There are far far better models available, to explain climate change based on the complexity of water interactions with temperature. Unfortunately they are far too complex even for the biggest of computers to be much use in simulating climate. And have no political value anyway, since they will essentially say ‘Climate changes irrespective of human activity, over 100 thousand year major cycles, and within that its simply unpredictable noise due to many factors none of which we have any control over’ // la science climatique telle que représentée par l’IPCC est un non-sens simpliste. Il y a à notre disposition des modèles nettement meilleurs, pour expliquer le changement de climat basé sur la complexité des interactions de l’eau avec la température. Malheureusement ils sont beaucoup trop complexes même pour les plus gros ordinateurs, que pour être d’une grande utilité lorqu’il s’agit de simuler le climat. Et ils n’ont de toute façon aucune valeur politique puisque pour l’essentiel, ils diront ‘le climat change sans aucun égard aux activités humaines, durant des cycles majeurs de 100.000 années, à l’intérieur de quoi c’est simplement du bruit de fond (‘noise’) non-prédictable dû à beaucoup de facteurs dont pas un seul n’est contrôlable » http://wattsupwiththat.com/2015/01/06/on-the-futility-of-climate-models-simplistic-nonsense/

          « Les écolos présentent la société, l’économie, la nature, le climat comme s’il s’agissait d’une sorte machine bien réglée et à y voir un problème d’ingénierie avec une relation constante entre les paramètres, comme si 1 point de PIB = n ressources détruites = p tonnes de CO2 = x degrés de réchauffement et qu’on peut trouver une solution en agissant sur le bon levier, la bonne manette… »

          Simplistic nonsense (bis)

      • Et l’indice ACI (énergie cyclonique accumulée des cyclones/ouragans/typhons) a même plutôt tendance à se réduire depuis 8 ans. Voir la courbe http://models.weatherbell.com/tropical.php

    • Les tempêtes étant créées par des gradients de température, et suivant le bon principe de Carnot, de températures absolues, il reste à expliquer comment un éventuel réchauffement pourrait se traduire par autre chose qu’une infime réduction de la puissance des tempêtes.
      En attendant, j’ai commandé le livre, et moi, je le lirai, ce qui n’aurait pas forcément été le cas des auditeurs lambda de nos radios du service public.

    • 5 ans qu’il fait moche? Consultez vous les relevés?
      Depuis 5 ans nous avons connu plusieurs épisode historiquement chaud (printemps 2011 ou hiver 2013-2014 par exemple). 2011 et 2014 ont ete les annees les plus chaudes jamais enregistrees en france! Le pic de chaleur que l’on a connu n’avait rien de banal puisque de nombreux records journaliers voir décadaire sont tombés. Vous faites de la propagande !

      • Vous avez raison, les gens ne se souviennent que du mauvais temps, itou les écologistes.
        Le beau-temps fait peur, ce n’est plus normal. La météo est déréglée sinon dérégulée.

        • Repondez serieusement aux faits au lieu de faire des pirouettes

          • Pirouette, cacahuète! Ah, vous êtes sérieux vous? Enfin, vous le pensez. Grand bien vous fasse.

            • Ce que j’ai dit est indiscutablement vrai. Ce que vous avez dit indiscutablement faux. C’est une forme de sérieux oui.

              • « indiscutablement vrai », c’est ce que vous prétendez. Cela pourrait être aussi faux. Je prétend avoir raison. A force d’être sérieux, vous allez vous offrir un AVC, détendez vous, pétez un bon coup, et relaxez vous.

                • Attendez, je dit des faits. Ce sont des chiffres. Consultez les relevés météo; je ne comprend pas votre obstination à ne pas le croire. Il y a un problème à le croire?

                  • Il fait peut-être chaud à Marseille, mais la ou je crèche, la température sera de 7 C° la nuit. et ce n’est pas la premier jour. Je n’ai eu chaud que 2 jours. Dans huit jours, selon les prévisions, ce sera 5 C°. Gueulez plutôt contre l’abandon du nucléaire qui permet d’éviter d’envoyer ces gaz soit-disant polluants.

                    • Je parlais de la météo des 5 dernières années ! Et vous me répondez sur votre relative fraicheur matinale actuelle (de saison) !

                      Les températures sont globalement conformes aux moyennes saisonnières. La moyenne des maximale pour une première décade de juin est de tout juste +20° dans le bassin parisien; pas 25 ou 30. Le matin, on se situe vers les 9 à 10° de moyennes.
                      Je vous rappelle que mai a été plus un peu plus chaud que la normale, avril beaucoup plus chaud que la normale, mars plus chaud.. bref, il faut remonter à février pour avoir un mois qui a été conforme aux moyennes. Et c’est un des rares des ces dernières années.

                    • Et je suis contre l’abandon du nucléaire.. attention aux préjugés.

      • De combien les « records »?

        • Le « record » est de 0.04C° mesuré à l’échelle de la planète alors qu’on ne peut même pas atteindre cette précision pour une piscine de taille moyenne.

          Déjà expliqué 10 fois au pauvre Djamal qui à soit une idéologie à vendre ou ne comprend pas un traitre mot ni à la science ni aux mesures.

          • Est ce que j’ai parlé du record mondial de l’année dernière ? Non.
            Je parlais des évènements météo des 5 dernières années en France. Si des faits, pourtant clairs, sont de l’idéologie pour vous, c’est bizarre.

  • l’orientation prise en france contre la liberté d’expression est de plus en plus officiel et incontesté. C’est cela qui fait peur.

    Sans doute que le journaliste en cause connaissait très bien les idées de l’auteur , et que c’est cela qui l’intéressait; mais sans doute aussi qu’il c’est fait taper sur les doigts: il a peur de perdre son poste !

  • Depuis 2003 , année de la canicule,nous n’avons pas vecu d’autre été semblable, malgré les prévisions alarmistes des climatologues officiels…c’est sans doute à cause du réchauffement !

    • Une conséquence heureuse : toutes les climatisations qui ont été installées depuis. L’ironie est qu’elles sont utilisées depuis pour le confort de l’été et non pour lutter contre une canicule meurtrière.

    • Rappelez vous de la canicule de juillet 2006 qui a ete aussi chaud que aout 2003.

  • Il n’y a pas que les radios et chaînes publiques qui ont été mobilisées pour tirer parti de cette occasion météorologique, pensez-vous un jour de grosse chaleur, et encore pas partout (en Bretagne on plafonne à 24°…). Et il est vrai que cette année, ce genre d’occasion a été rare (-0,2° sur le premier trimestre parr rapport à la moyenne de long terme.
    Nous avons ce jeudi matin sur Radio Classique une scientifique dont on nous ne précise pas qu’elle est corédactrice de rapports du GIEC (et qui serait sans doute inconnue du public sans cette fable du RCA) pour reprendre en deux minutes tous les poncifs destinés à nous faire mourir de peur. Avec quelques informations objectivement fausses, comme l’augmentation importante depuis le début du XXe siècle (en fait 0,7%/siècle depuis le milieu du XIXe). Surprenant de la part d’une paléoclimatologue… Bref, si nous ne faisons rien, nous aurons en France à la fin du siècle… un climat semblable à celui de Madrid (donc un climat océanique va se changer miraculeusement en climat de type très particulier, à la fois méditerranéen et montagneux).

    On en aurait presque oublié la question qui introduisait cet interview : « comment peut-il y avoir une journée de canicule au milieu d’une période normale ? »

    Quand l’idéologie tourne à la confusion… on assiste à ce genre de discours où l’apparence scientifique (que l’interviewer tente de renforcer de façon évidente), peine à cacher le message d’endoctrinement.
    Faut-il rappeler que pour un scientifique, le scepticisme n’est pas une matière à option, puisqu’il s’agit simplement de ne pas soutenir une thèse qui na pas été dûment démontrée et validée par les faits?
    Il est notable qu’on « oublie » de préciser l’appartenance au GIEC de ce genre d’intervenant. Cela constitue un changement significatif : les politiques seraient-ils inquiets des récentes prises de positions plus prudentes de cet organisme ?

    • « comment peut-il y avoir une journée de canicule au milieu d’une période normale »

      A l’origine, la canicule est la période de fin juillet à fin aout où Sirius se couche et se lève en même temps que le soleil. Les journalistes ont transformé tout ça en période de forte chaleur. Certains lui donne une définition comme une période de plus de 3 jours où la chaleur ne parvient plus à s’évacuer la nuit.

      Mais ça c’était avant ! Maintenant cela veut simplement dire qu’il fait chaud ou simplement qu’il fait beau temps. Hier, nous avons donc eu une canicule. Cela signifie chez moi que au milieu d’une période avec des températures inférieures aux normales saisonnières, le thermomètre est passé de 20° à 30° entre 14 heures et 16 heures. Car la température est ensuite retombée de 10° avec l’orage ! Et les températures sont à nouveau en baisse pour une semaine. Pas eu le temps d’enlever mon pull et ma maison n’a bien sur pas eu le temps de se réchauffer.

      Deux heures de canicule ! Vingt Dieux ! Quel court été cette année !

      • Deux heures de canicules, quelle horreur insupportable alors que la température devrait être de 20° à midi et ne pas s’en écarter beaucoup. Mais on frire!

      • On se situe dans une periode globalement un peu plus chaude que la normale et non l’inverse déja. Ensuite, ce pic de chaleur est tout a fait exeptionnel puisque de nombreux records journalier voir decadaire sont tombes,comme a paris, ces deux derniers jours selon les régions..

    • Ils nont pas tiré partie, il ny avait pas d’autre actualites…

    • 24°C en Bretagne? Vous voulez rire; 18°C tout au plus, pendant un ou deux jours, et depuis, c’est plutôt du 14°C avec un vent frisquet de nord-est…Et là, je parle du Finistère Sud, censé être plus chaud, peuchère!…

  • « sujet était purement mathématique et philosophique. »

    la mauvaise foi ne se cache même pas , exponentielle égal math et peur égal philo dans la caboche d’un responsable de radio !

  • Bienvenue ! Welcome ! Etc. ! Ne partez pas à l’étranger ! C’est normal, prenez un essuie de bain, détendez-vous, cela va bien se passer. Un économiste américain, Steven Levitt, très populaire aux USA pour avoir publié Freakonomics, un petit bouquin un peu décalé sur l’application de l’analyse économique aux phénomènes non-marchands, est aujourd’hui persona non grata pour avoir consacré dans l’un de ses bouquins un chapitre au démontage en bonne et due forme des arguments sur le réchauffement climatique. La social-démocratien ça a la couleur de la démocratie libérale, mais c’est pas une démocratie libérale. C’est un peu comme la merde qui a la couleur du chocolat, quoi…

  • Climatosceptique est un mot entré dans le dictionnaire cette année ….. dans le Robert. C’est quoi la prochaine étape ?

    • « Climatosceptique »

      Linguistiquement vous me semblez sur une drôle de pente et encore bien glissante, vous autres Français. J’avais déjà eu l’occasion d’exprimer mon étonnement quant au vocable « interruption de grossesse »: une interruption n’étant, précisément, qu’une interruption. « Unterbrechung / onderbreking / interruzione / interruption (angl) / Ennerbriëchung », les connotations étant les mêmes partout: à savoir, quelque chose qui « reprend son cours normal » après la fin, justement, de la dite interruption — ce qui n’est certes pas le cas d’une grossesse qui est donc TERMINEE. D’un autre côté, mon problème n’est peut-être que d’avoir appris le français à l’école et ce, avec des enseignants tellement chiants qu’ils nous faisaient baver sur l’EXACTITUDE de nos traductions, bon Dieu! qu’est-ce qu’on a souffert!

      Maintenant, comment peut-on être SCEPTIQUE au regard de quelque chose qui crève les yeux? à savoir que le temps ne fait continuellement que cela: CHANGER; que ces changements sur de longues périodes ont tendance à s’écarter de « la normale » soit vers le haut (p. ex. période de réchauffement médiéval) ou vers le bas (p.ex. le « Maunder minimum ») ce qui par convention, s’appelle « climat » (en clair: le temps moyen qu’il fait pendant une certaine période).

      « Ils sont fous ces Français! », je ne suis pas le seul « étranger » à penser cela, voilà au moins qui me rassure

      • Le problème n’est pas que les français soient fous ou c…, mais qu’on les encourage dans cette voie (et qu’ils en soient fiers). Comme on dit (ailleurs qu’en France), les français ont bien choisit leur emblème : le coq, le seul animal capable de chanter avec les pieds dans la m… .

      • Heu d’accord le climat ne fait que changer que ce soit à la hausse ou à la baisse c’est une cumulation de cycles ayant des fréquences différentes majoré ou minoré d’effets ponctuels. Le problème c’est quand les déb… verts disent que c’est la faute de l’homme. Un peu comme si demain je parlais du changement climatique en disant qu’il va pleuvoir et que c’est la faute de mon voisin ….. Bien sur que l’homme a une influence sur le climat, la terre est un milieu fermé (ou quasi) mais les exemples utilisés et les études faites ainsi que le refus de laisser la parole à ceux qui remettent ce dogme en cause, c’est peut être cela le problème, pas le climat et une influence humaine qui ne changera rien au fait que le climat varie à la hausse ou à la baisse pour plein d’autres raisons.

      • Oui, climatosceptique ne veut rien dire. Je préconise GIECosceptique. Là, c’est clair er net…

        • Je suppose que GIEC est ce qu’en anglais on appelle l’IPCC

          (…venant d’autres domaines linguistiques — allemand, néerlandais et anglais — j’ai comme toujours et chaque fois que je veux approfondir/participer, des problèmes avec les abréviations qui fourmillent partout, que tout le monde sauf moi connaît, et qui m’obligent parfois même lorsque le contexte ne suffit pas, à rechercher ce que ça veut dire)

          de toute façon, GIECOsceptique, ça sonne bien, espérons que le mot fasse fortune

  • Merci de votre compréhension

    pendant que l’officier de sécurité met en place le collier Closon à vos poignets et que l’auxiliaire médical (Emploi aidé) insère la puce de repérage GPS sous votre clavicule (qui rit quand on la chatouille).

  • Vous exagérez voyons, la preuve, il dit lui même qu’il vous aurez invité s’il y avait quelqu’un en fasse pour vous démonter. Bon d’accord, cela aurait pu ressembler à une rencontre de boxe avec un des deux combattants les mains attachées dans le dos, mais quand même…

  • C’est effectivement effrayant (et ils essayent de garder une croissance exponentielle dans le « fear-mongering ») qu’on puisse être « pas invitable seul, il faut un contradicteur (au moins) » pour cause de « scepticisme » sur des questions et de sciences (bon, on peut débattre indéfiniment sur la question de l’inclusion ou non des mathématiques dans les sciences, vu leurs fondations axiomatiques, mais ça ne change pas grand chose à l’histoire) et philosophique… alors que c’est une condition nécessaire d’une science et d’une philosophie valable et qui progresse.

    On en serait où si à chaque résultat qui « parait solide pendant un temps » on disait « the science is settled » et hop on n’écoute plus les voix dissonantes ? Dans des cavernes, probablement sans feu et sans même des lances en pierres taillées.

    Merci radio France (et dire que ce sont nos impôts qui financent ces clowns sinistres en représentation permanente pour le grand spectacle de la doxa collectivo-écolofasciste) !

    • …râlez toujours sur Radio France. Qu’est-ce que moi je dois dire, hein? RTL étant privé, les Luxembourgeois ne payent pas de taxe radio. Qu’est-ce que ça nous a apporté? Comparés à l’ unidimensionalité proprement marcuséenne, rehaussée de niaiseries « folkloriques » et autres idioties indigestes de notre ‘lëtzebuerger Programm’, les programmes des ‘clowns sinistres’ dont vous parlez sont de véritables phares de culture!

      • Constatez à qui appartiennent les merdias : Capitalisme de connivence encouragé par la social démocratie ou plutôt conversion partielle des communistes au capitalisme. C’est édifiant.

  • Liberté de la presse vous dites, j’ai commandé et j’attends désespérément l’ouvrage suivant: Dormann, Benjamin « Ils ont acheté la presse : Pour comprendre enfin pourquoi elle se tait, étouffe ou encense ».

  • Radio France …. mais c’est la voix de son maitre
    Vous allez avoir droit tous les jours que le bon Dieu fait à chaque info à un couplet sur le climat avec à l’appui des « avis d’experts » triés sur le volet pour bien faire entrer dans les cervelles que nous allons bouillir ….

    Les sponsors de cette grand messe: que des pollueurs patentés Engie et ses centrales au charbon, EDF avec le charbon et le nucléaire dont on ne sait toujours pas comment démanteler les centrales (Brénilis est arrêtée depuis plus de 40 ans et toujours debout), Total qui a dû inventer le pétrole non polluant et j’en passe et des meilleures.

    Conclusion: décembre c’est du grand n’importe quoi absolument sans intérêt.

    • Pour démanteler une centrale nucléaire, on attend que la radioactivité baisse. Pensez aux ouvriers. Et peut-être que certains groupuscules politiques font opposition.

      • Demi vie du plutonium: 5 milliards d’années ……. Ce n’est pas demain le démontage …

        • Auriez vous inventé la centrale néolithique sans barres de combustible? Oh, mais vous avez raison, nos ancêtres avaient le front très bas, les pauvres. Aujourd’hui, on sait très bien que le cœur n’est pas comme le chaudron d’une locomotive ou des ouvriers jettent à la pelle le plutonium. C’est plus compliqué.

        • marc: « Demi vie du plutonium: 5 milliards d’années ……. Ce n’est pas demain le démontage … »

          C’est pas 100 milliards tant qu’a faire ?

          La demi-vie du plutonium 239 produit dans les centrales est de 24’000 ans mais il s’oxyde parfaitement pour rentrer dans la composition du combustible MOX utilisable dans les centrales.

        • 5 milliards (peu ou prou) c’est l’uranium 235, pas le plutonium.

  • Au rythme où vont les choses les climato sceptiques seront bientôt envoyés d’office en asile psychiatrique.Malheureusement , on voit de moins en moins de scientifiques qui osent contester le dogme et les idioties que l’on veut nous faire avaler.Le problème des climato sceptiques c’est qu’ils n’utilisent pas les mêmes leviers que les réchauffistes tels que mensonges, propagandes, catastrophisme, détournement d’argent , pressions et chantages divers etc…Pour gagner la partie il faut jouer avec les règles du jeu en étant meilleurs ( ou plus filous?) ou bien inventer une nouvelle histoire érigée en véritable religion.

    • Mouais, c’est triste de se donner la peine de jouer proprement quand tu sais que ton adversaire fera l’inverse et que l’arbitre va applaudir.

      S’il existait une pilule permettant de mettre le sens critique en pause, permettant de croire aux bêtises mediatiques, il y a des jours ou j’aurais envie de devenir junkie.

      Le sens critique, ça fait trop souffrir.

  • Cet article nous fournit indirectement un bon moyen de militer contre ce système de désinformation entièrement aux mains du pouvoir socialiste qu’est devenue Radio-France. Lorsqu’un représentant de ce pouvoir est interrogé – ministre, syndicaliste, économiste keynésien ou ouvertement socialiste, partisan de la décroissance, antimondialiste, etc. – Pratiquement jamais un représentant de la thèse adverse n’est invité.

    Un grand mouvement de contestation systématique de cette pratique ferait honneur aux partisans de la liberté de la presse. Si à chaque fois que Radio France ne donne pas la parole à la thèse adverse, elle était bombardée de lettres de protestation, cela finirait par les gêner aux entournures.

  • C’est Orwelien, ils ne trouvaient plus rien pour appuyer le réchauffement climatique, donc ils changent le nom de la théorie pour changement climatique et les médias embarquent sans poser de question.
    Maintenant la formulation est tellement flou que l’on peut justifier une chose et son contraire en jouant sur les mots.
    Mieux encore, lorsqu’il y a une inondation, les médias disent catastrophe climatique au lieu de météorologique.

  • Climatoseptique convaincu après de multiples lectures d’ouvrages scientifiques bien étayés, je vais de ce pas chercher votre livre …..
    Pensée unique quand tu nous tiens …..
    Et dire que nous allons devoir nous farcir les sornettes sur le climat tous les jours et à chaque édition, toutes les heures voire demi-heures ….

    Vivement Janvier 2016 …. si nous ne sommes pas morts rôtis ou ébouillantés d’ici là

    • « Et dire que nous allons devoir nous farcir les sornettes sur le climat…. »

      C’est probable, tant que les années records s’enchaîneront 😉

      • Les records se battent tous les jours, toutes les heures, minutes, secondes.
        Un record amène à s’interroger, pas à conclure.

  • J’espère qu’il fera un froid de canard, glacial, avec neige pendant 10 jours.. cette année au début Décembre.
    C’est la date de la conférence COP21 sur le climat organisée par nos maîtres.

    • Même dans la propagande pur ils sont zéro.

      Une conférence sur le climat ça se fait l’été en pleine période caniculaire, c’est le b.a.-ba.

  • Donc, si je comprends bien, quelqu’un qui croit au changement climatique peut intervenir tout seul, sans avis contradictoire, mais quelqu’un pensant différemment ne peut le faire, il faut un avis contradictoire ?

    ben dis donc …

  • @ tous
    Le document « climat: 22 vérités qui dérangent » a été mis à jour. Voici le lien:
    http://dropcanvas.com/#rhm08Riccu1eF5

    La version anglaise est ici: http://wattsupwiththat.com/2015/05/12/22-very-inconvenient-climate-truths/

    Bonne lecture!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Miltimore.

Le jour de la Terre, Wynn Alan Bruce, un écologiste et photographe du Colorado âgé de 50 ans s'est immolé devant la Cour suprême des États-Unis.

À la suite de sa mort, ses amis ont déclaré qu'il s'inquiétait du changement climatique. Kritee Kanko, la scientifique en chef de l'Environmental Defense Fund a déclaré :

« Ce gars était mon ami. Ce n'était pas un acte de suicide. C'est un acte de compassion profondément intrépide pour attirer l'attention sur la crise climatique. »

T... Poursuivre la lecture

l'histoire
0
Sauvegarder cet article

Harold Innis est sans doute le principal théoricien canadien de la communication même si son nom est moins connu de nos jours que celui de son compatriote Marshall McLuhan. La profondeur de ses analyses fait que sa réflexion sur les médias a traversé le temps pour garder toute son actualité.

Pouvoir et connaissance au cœur de la communication

Si McLuhan et Innis assument tous deux la centralité de la technologie de communication, ils en déduisent des implications différentes.

Alors que McLuhan considère que les technologies de l... Poursuivre la lecture

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles