François Hollande reçu par Fidel Castro

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Hollande reçu par Fidel Castro

Publié le 12 mai 2015
- A +

Contrepoints453 - Cuba - René Le Honzec

Kim Jong Un vient de faire exécuter son (ex) ministre de la Défense Hyon Yong Chol, devant un parterre de 700 dignitaires, en lui tirant dessus avec une fusée anti-aérienne. Pour trahisons diverses. En juillet 1989, l’ex-général Ochoa, ex-Héros de la Révolution cubaine, ex-brillant commandant des troupes expéditionnaires cubaines qui servaient de mercenaires à l’URSS de Brejnev en Angola ou en Éthiopie, au bon vieux temps de l’entente cordiale des frères prolétaires castristes et des frères prolétaires soviétiques, l’ex-officier est condamné à mort « pour haute trahison » avec trois autres officiers. Le ministre de l’intérieur s’en tire avec 20 ans, mais meurt vite en prison. Le tout en direct différé à la télévision d’État.

D’aucuns se sont émus et ont évoqué le style des grands procès rouges staliniens qui faisaient la joie et la une de L’Humanité. Personnellement, je pense aussi à la vidéo où l’on voit Saddam Hussein assis au premier rang d’une salle et dénonçant un complot, citant au fur et à mesure les noms des « félons » aussitôt emmenés hors de la salle tandis que le tyran socialiste tirait de grosses bouffées de son cigare (cubain ?).

C’est ce genre de types que Hollande est allé saluer « au nom de l’Histoire » en l’icône rouge défraîchie.  » Et je pouvais venir à Cuba parler d’avenir, de partenariat et ignorer l’histoire, les 40 ans pendant lesquels Fidel Castro a été responsable du pays ? J’aurais pu ne pas accepter de le rencontrer ? « 

La droite n’a pas manquer de le critiquer, sans en avoir la légitimité morale : ses Présidents ont reçu leur quota de dictateurs, petits et grands, y compris nombre de roitelets africains et de monarques pétroliers.

Mais la Gauche s’est toujours drapée dans la vertu comme arme de destruction massive depuis des décennies, discréditant et salissant toutes les critiques malgré tous les scandales, les coucheries, les népotismes et, surtout, malgré son idéologie toujours affirmée que les dernières aventures scolaires ont illustré. La Gauche française reste fondamentalement sociale-marxiste, elle veut toujours créer l’Homme Nouveau, débarrassé des tares du capitalisme. Elle veut supprimer les élites, et, pour des raisons électoralistes, se détourne des classes moyennes en s’appuyant sur les nouvelles populations, comme le conseillaient les rapports de Terra Nova. Et briser tout essai de libéralisme.

Et Fidel Castro comme le boucher Guevara ont été l’incarnation encore pleine de nostalgie de ce rêve de grand soir. La pauvreté cubaine, qui serait qualifiée de misère dans nos médias subventionnés si ce n’était pas l’ex-espoir du camp socialiste, ne gêne pas Hollande, la dictature omniprésente ne gêne pas Flanby, 40 ans de fusillades, de liquidations, de camps de concentration (camp des Pins), seule dictature communiste à caractère familial avec la Corée, ce même Hollande qui prend des pinces avec Poutine et s’outrage quand on parle de realpolitik avec Hassad, tout en prétendant ramener des contrats à la France. Ah, s’il pouvait signer des contrats ! Tenez, il est prêt à les faire signer sur son postérieur rebondi. Cuba, cul bas !

Tenez, je vais me taper un Cuba Libre… qui fut inventé par un soldat américain qui délivrait Cuba… de l’occupation espagnole.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Dans la période actuelle, il semble que tous nos européens et autres bien-pensants doivent allégeance à ces roués cubains.
    Obama en tête de peloton (quelques parlementaires U.E. l’ayant précédé avec des salamalecs). Vite suivis par des chefs d’Etats : l’argentin pape François I ier, le pleutre français François Hier … puis quelques autres, par effets de mimétisme obligé !
    Internet et la presse non subsidiée a même dénoncé le voyage-tourisme de 60 mecs et gonzesses syndicalistes belges dans des hôtels de luxe cubains. Une nouvelle façon de se ressourcer pour tous les ignares de la terre ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous pensons souvent que le consensus est gage de certitude. On évoque le consensus des experts sur tel ou tel sujet pour avancer avec confiance dans une direction donnée. C’est oublier les leçons de l’histoire qui a régulièrement démenti, parfois brutalement, cette croyance un peu naïve. Un bon exemple est celui de la crise des missiles de Cuba. C’était il y a soixante ans, mais les mêmes mécanismes jouent encore aujourd’hui.

Le 16 octobre 1962, l’Amérique découvrait stupéfaite que les Soviétiques étaient en train d’installer secrètem... Poursuivre la lecture

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure. Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles