Alerte au champignon tueur d’insectes !

Un chercheur américain aurait découvert un moyen de remplacer les pesticides agricoles par des champignons naturels.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alerte au champignon tueur d’insectes !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 mai 2015
- A +

Par Anton Suwalki

Paul Stamets - Telluride Mushroom Festival 2010 - Tony Box (CC BY-NC-ND 2.0)
Paul Stamets – Telluride Mushroom Festival 2010 – Crédits : Tony Box via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0).

 

Ma dernière alerte Google pointait vers Le Figaro. Si je n’avais pas vu tout de suite le bandeau du journal, j’aurais facilement pu prendre cela pour un article émanant de la sphère écolo ou alter-mondialiste.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser à la lecture du titre – « le brevet qui dérange Monsanto » -, il n’y est pas question d’OGM. Avouons qu’une petite poussée d’anti-monsantisme dans ce genre de journal a quelque chose d’inattendu. La suite est franchement comique.

« Un chercheur américain a découvert un moyen de remplacer les pesticides agricoles par des champignons naturels. Il ambitionne de révolutionner le secteur. » Il s’agit de Paul Stamets, très actif en matière de communication. De nombreuses vidéos de ses conférences circulent depuis plusieurs années. Pour une raison qui nous échappe, le buzz est remonté soudainement sur la toile francophone, sans qu’il y ait de faits nouveaux. Et Antoine Sillières, le journaliste du Figaro, s’est pris les pieds dans la toile, comme l’internaute Lambda. Il cite d’ailleurs ses sources : « les médias collaboratifs ou contestataires ». Selon certains de ces médias, P. Stamets serait carrément le plus grand mycologue du monde. Pour nous, quelqu’un qui prétend « sauver la terre » est toujours un peu suspect.

Le brevet qu’il a déposé à ce sujet en 2006 est passé relativement inaperçu. Inaperçu d’Antoine Sillières, en tout cas. D’ailleurs le brevet concernant des champignons entomopathogènes semble dater de 2001, et non pas de 2006 comme l’affirme Le Figaro. Pourquoi aurait-il fallu attendre 14 ans pour s’apercevoir du caractère révolutionnaire de sa découverte ?

Il n’est en tout cas jamais trop tard pour en faire un argument anti-Monsanto, en utilisant une rhétorique bien connue : « Mais tout le monde ne l’entend pas de cette oreille. Le chercheur évoque, du propre aveu des cadres du secteur, «la technologie la plus dérangeante […] jamais rencontré». Dérangeante, cette révolution écologique le serait surtout financièrement, remettant en cause de juteux bénéfices. » Bien sûr, si les affaires de Stamets ne marchent pas mieux que ça, c’est sans doute que Monsanto lui a mis des bâtons dans les roues…

Soulignons que l’existence d’un brevet ne constitue pas la preuve que ça marche. Des tas de brevets complètement fumeux existent. « Ces champignons, par une opération biologique complexe, le chercheur en fait de redoutables tueurs d’insectes. Un test sur les fourmis lui a permis de constater l’efficacité de ce bio-pesticide, les cobayes se trouvant «momifiés» par le champignon. Le brevet qu’a déposé Stamets en 2006 couvre plus de 200.000 espèces et permettrait donc de lutter naturellement contre les parasites agricoles », écrit Le Figaro. Les mêmes qui ont peur de la transgénèse sont donc capables de saluer « une opération biologique complexe ». Et les mêmes qui manifestaient leur inquiétude pour le papillon monarque, censé être mis en danger par la culture de plantes Bt applaudissent un champignon biocide qui serait capable de tuer plus de 200.000 espèces d’insectes, selon les allégations de Stamets ! Oui, mais le tueur en série est « naturel ». Insoutenable inconséquence !

Laissons le mot de la fin à Antoine Sillières, qui maîtrise pleinement son sujet : « «Cela pourrait réorganiser totalement l’industrie des pesticides dans le monde», s’exclame le Docteur en science du très sérieux National college of natural medicine de Portland. Soucieux de la santé des sols, il se réjouit de cette possibilité de décontamination des milieux pollués par les pesticides traditionnels, tel le célèbre Roundup de Monsanto. » Quelques lecteurs lui remontent les bretelles, et lui font remarquer à juste titre que le Roundup est un herbicide : Antoine Sillières est donc complètement à côté de la plaque. Sauf si Le Figaro lorgne sur le lectorat de Politis…


Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Ces gens doivent en consommer un paquet, de champignons.

  • Les journalistes scientifiques des principaux médias sont acquis à la cause écologiste, un idiot utile de plus ou de moins ne change pas grand chose….

    • A ce qu’il parait mettre du Roundup dans ses céréales permet d’en améliorer le goût.
      Vous devriez essayer, Monsanto c’est sérieux, pas comme ces connards d’écolos qui veulent sauver le monde et portent des chapeaux à la con.

  • S’agit-il de Nosema, une espèce proche des metarhyzium mentionnés dans ce brevet qui est un gros torchon ? Si tel est le cas il n’y aura plus d’abeilles car comment contrôler des champignons pathogènes pour 200000 insectes sauf quelques insectes pollinisateurs ? Cet individu fait partie des imposteurs, c’est évident !

    • Beauveria bassiana et Metarhizium anisopliae sont connus comme insecticides d’origine biologique depuis très longtemps. Plusieurs produits commerciaux en contiennent.
      Le brevet en question ne consiste qu’en la description d’un dispositif d’application type « Attrap & Kill ». Rien de très attractif d’ailleurs au vu du mode d’action de ces champignons qui doivent se retrouver à la surface du cuticule de l’insecte cible.
      Il faut donc plutôt les répandre par pulvérisation qu’attendre qu’un insecte vienne faire une courte visite. Il y a beaucoup de brevets sans grande valeur. Celui-ci en est un.

  • les pathogènes tueurs d’insectes nuisibles existent déja, ce sont les trichogrammes, utilisés depuis au moins 25 ans comme lutte biologique contre la pyrale du maïs …

    les insecticides ne doivent pas représenter un gros pourcentage de tout les pesticides confondus ( herbicides, fongicides, insecticides, molluscides … )

    simple question, le  » champignon transgénique  » est – il sélectif des abeilles ?

    quatrièmement , pour protéger les sols avec un champignon tueur d’insecte, il faudra repasser, car la faune du sol est une composante intégrale de la fertilité des sols agricole ( voir claude bourguignon … )

    • L’abeille n’a qu’a s’identifier et le champignon l’ignore. Si l’abeille omet de s’identifier alors là faut pas être futer pour comprendre ce qu’il va arriver.

  • Parlons des préparations « traditionnelles » à base de concentré de plantes, prétendant avoir des vertus pharmaceutiques, qu’il a été question de traiter comme tels en Europe, ce qui déclenché une colère populaire.

    Que savons-nous de ces produits?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
dames conduisant une voiture près de la mer
5
Sauvegarder cet article

D’article en article sur Contrepoints, de nombreux auteurs ont largement argumenté sur les dérives de  l'idéologie écologiste et comment elle dessine peu à peu les contours d’un avenir dystopique, comme on dit maintenant. Même aseptisé ce mot semble presque irréel, relevant d’un cinéma d’anticipation dont les cauchemars ne pourraient « bien évidemment » pas se réaliser, tentons-nous de nous convaincre pour nous rassurer.

Dimanche, longeant la mer sur la Côte d’Azur, par une belle et plutôt douce journée automnale, je pensais à tout ce ... Poursuivre la lecture

L’une des croyances les plus solidement ancrées est que la résolution des grands problèmes du monde ne peut provenir que d’une élite qui posséderait à la fois la connaissance, la volonté et la capacité de concevoir les solutions et de les mettre en œuvre pour faire advenir le « monde d’après ».

Bien que ces tentatives d’établir un Paradis sur Terre aient à chaque fois donné des résultats catastrophiques, la croyance persiste. Pour comprendre pourquoi, il faut se tourner vers un mouvement philosophico-religieux appelé la gnose. Né au to... Poursuivre la lecture

Greta Thunberg
3
Sauvegarder cet article

Cet automne, dans toute l'Europe, les soi-disant activistes climatiques ont mené des actions qui non seulement ont enfreint la loi mais ont également consisté en des actes de vandalisme et de violence physique.

À la National Gallery de Londres, deux femmes ont jeté de la soupe sur un tableau de Vincent Van Gogh ; dans un musée allemand, d'autres activistes ont badigeonné un tableau de Claude Monet avec de la purée de pommes de terre ; et bien sûr l'activiste belge Wouter Mouton a sévi l'été dernier à la fois à Bruges, sur une œuvre de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles