Chômage : la barre des 3,5 millions franchie. Jusqu’où ?

Que fait le gouvernement devant la hausse spectaculaire du chômage ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
charlie rené le honzec hollande chomage

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chômage : la barre des 3,5 millions franchie. Jusqu’où ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 avril 2015
- A +

Par Aurélien Véron.
Un communiqué du PLD

charlie rené le honzec hollande chomage
charlie rené le honzec hollande chomage

Le Parti Libéral Démocrate déplore la hausse continue du chômage, et condamne les propos lénifiants du ministre du travail qui voit un « encouragement » dans un chiffre mensuel un peu plus faible qu’anticipé. En 35 mois de présidence de François Hollande, 31 auront vu le chômage augmenter. Le gouvernement doit cesser de s’abriter derrière des mots, des « hausses moindres » et des « commencements d’inversion de tendance », et reconnaître l’état de catastrophe économique du pays. Il est temps de mettre sur la table bien plus que les réformettes actuelles, bricolages a minima qui ne feront que prolonger l’agonie.

Le gouvernement doit reconnaître que l’État gère bien trop de dossiers dont il ne devrait pas se mêler, qu’il le fait mal, et que l’argent englouti dans des politiques économiques et sociales inefficaces manque cruellement à l’exercice de ses fonctions régaliennes. Il doit repenser d’urgence l’administration kafkaïenne de la santé, des assurances maladie, retraite et chômage, de l’école, du financement des entreprises, de la culture, du logement qui doivent retourner dans le giron de la société civile. Le code du travail et la fiscalité doivent cesser de punir celui qui embauche ou qui réussit. Les collectivités locales doivent accompagner ces efforts de modernisation. Le cadre d’emploi des fonctionnaires doit rejoindre celui du secteur privé.

Ces changements sont sans doute idéologiquement douloureux pour la gauche, mais l’heure n’est plus à la recherche de postures pour ne pas perdre la face. Le bricolage d’un modèle social entièrement encadré par l’État, dont l’échec est chaque jour plus patent, et dont la ruine menace la stabilité du pays, n’est plus de mise. Notre gouvernement ne doit plus parler de réforme mais engager une véritable refondation. Dans le monde, des gouvernements de gauche, comme en Suède, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Allemagne, ont osé engager cette grande transformation. Si nos dirigeants ne s’en sentent pas capables, le PLD les invite à en tirer toutes les conclusions qui s’imposent.

Sur le web

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Vous savez très bien qu’en France les socialistes sont toujours attelés à l’extrême gauche -quelle que soit la forme qu’elle prend- quitte à la renier éhontément (realité oblige) après quelques mois de pouvoir.
    Les sociaux démocrates en France, c’est l’UMP-UDI. Dès que ces derniers sont au pouvoir, les socialistes retrouvent leurs anciens alliés pour bloquer toute réforme en mettant en mouvement toutes leurs officines.
    Alors, l’UMP-UDI doit-il soutenir le gouvernement dans ses réformes économiques ? Un gouvernement qui change de cap, qui dit tout et son contraire d’un jour sur l’autre et d’un ministre à l’autre ?
    Sans compter les dégâts provoqués dans les autres domaines.
    La meilleure chose qui pourrait arriver, c’est que cette gauche disparaisse.

    • Certainement pas. Il faudra la conserver et la faire visiter, comme Auschwitz, aux enfants des écoles.
      La meilleure chose qui pourrait arriver serait des propositions concrètes, précises, libérales et faciles à mettre en oeuvre plutôt que des discours suant le flou et les bonnes intentions opposés à d’autres discours suant le flou et les bonnes intentions.

  • officiellement , 3,5 millions de chomeurs…..officieusement , je préfère ne pas connaitre le vrai nombre de demandeurs d’emploi…..

    • Plus de 6 millions ! ( avec les DOM TOM et toutes catégories confondues) mais il faudrait ajouter les emplois aidés ( chômage déguisé), les RSA,les emplois bidons de la fonction publique ( 2 millions) etc… En fait il y a plus de 10 millions de personnes qui devraient chercher un emploi.La France est au top mondial du faible nombre d’heures travaillées par habitant .Personne n’en parle mais beaucoup de ceux qui travaillent ne pensent qu’à quitter le pays pour ne pas être plumé par les assistés.

  • Le fond de la piscine est très profond. Aurons nous assez de force pour remonter à la surface le temps venu ?

  • c’est pas grave, on nous apprend aujourd’hui, sur un autre journal, que l’emploi est sauvé das les années à venir par le départ massif à la retraite de ceux qui en ont (les baby boomers).

    et heureusement, nous avons le système de retraite par répartition que le monde entier nous envie …

    • Sur ce point précis, attention aux « experts gouvernementaux » qui sont les premiers… à s’auto-intoxiquer !

      La hausse du nombre des départs à la retraite est une certitude… Mais un lien direct avec l’emploi est une grosse, grosse erreur, exactement comme les calculs vaseux des crânes d’oeuf à Bercy au sujet des 35h : « génial, les patrons vont multiplier les embauches ».

      Cela ne s’est pas passé de cette façon.

      Idem pour les retraites. Regardez ce qui se passe dans les PME… un départ à la retraite d’un employé à bon salaire (et donc charges élevées)… est SOUVENT vécu comme une bénédiction !

      Le patron ne réembauchera pas. Le poste sera purement et simplement supprimé, dilué.

      Dire : « on va avoir 800 000 départs à la retraite par an, donc ce sera compensé par 800 000 embauches » est un raisonnement infantile de fonctionnaires n’ayant aucune prise avec le réel.

      C’est pour cette raison que Hollande se plantera. L’emploi privé ne redémarrera pas. Mieux même : les créations d' »emplois » aidés et de fonctionnaires…. ne parviendront pas à compenser.

      Ergo : le chômage continuera sa hausse, inexorablement.

      • TAFDA ! d’ailleurs , le coup de la pyramide des ages , ont nous l’a déja fait il y a dix ans en arrière , lorsque les gens née à partir de 45 ont commencé à progressivement partir à la retraite : je me souviens avoir entendu au 20 heures, des  » économistes  » nous dire que l’avenir de la société française c’était le plein emploi ! depuis cette date, le chômage n’a fait que monter , et qu’on ne vienne pas me dire que ça vient de la crise de 2008 …

        le remède des baby-boomers à la retraite ( les vieux ! ) est pire que le mal , car comme cette génération s’est octroyé des niveaux de pension que les jeunes actifs sont incapable d’honorer, ça a pour effet au contraire, d’aggraver le chômage par éviction des produits français rendu totalement non compétitif …

        quite à les payer cher , encore autant qu’ils travaillent un peu en échange de cette argent .

        • Les baby-boomer, ils partent dépenser leur retraite à l’étranger pour fuir les tensions ethniques et sociales et améliorer leur pouvoir d’achat.

        • Cette génération ne s’est pas octroyé des niveaux de pension que les jeunes actifs seraient incapables d’honorer : elle a payé plus ou moins bénévolement des retraites exagérées à la génération précédente, en échange de promesses qu’on ne lui a pas laissé le choix de remettre en question pour ses propres retraites. A noter d’ailleurs que les jeunes ont été les premiers à descendre dans la rue pour défendre la répartition.

          Votre analyse oublie que les produits des jeunes ne deviendraient pas compétitifs s’ils payaient pour leur propre retraite plutôt que pour celle de leurs parents, ils le deviendraient probablement si cette retraite sortait du giron de l’état et était gérée correctement (et encore, l’effet du jemenfoutisme des jeunes et de leur renvoi des responsabilités sur les autres sur la qualité des produits est sans doute bien plus important que le facteur coût du travail).

          •  » cette génération ne s’est pas octroyé des niveaux de pension que les jeunes actifs seraient incapable d’honorer …  »

            mon grand-père , né en 12 , prend sa retraite en 82 à 70 ans … au début, dans les années 80 , la somme qu’il touche par mois avec son épouse, est ridiculement basse : 300 francs par moi si ma mémoire est bonne ! alors qu’il avait exploité une ferme dans la moyenne de ce qui se faisait .
            au milieu des années 90 , la génération de sa fille , commence à partir en retraite ( souvent vers 57 , 58 ans à cette époque , avec des programmes de préretraite , encore une vision malthusienne du chomage … ) avec des pensions pour les anciens salariés, parfois supérieur au salaire du petit jeune qui les remplace !

            je maintient ce que je dit : une génération en spolie une autre ! ce système a été installé par des hommes politiques lâche et bornés, pétris de l’idée erronée et dépassée, comme quoi la france est un vase clos ou les retraités , en dépensant leur confortable pension, vont faire marcher l’économie … effectivement , ils font marcher les économies étrangères.

            les jeunes qui sont descendus dans la rue, n’ont pas défendu leur génération , ni même celle de leurs parents, mais un système : celui de l’état providence généralisé , le fameux » meilleurs système social au monde  » …

      • Les politiques dans leur ensemble ne comprennent pas ou pire, font mine de ne pas comprendre que la finalité d’une entreprise n’est pas d’embaucher mais de faire de l’argent. Le salarié n’est pas une finalité mais un moyen. Par ailleurs en entreprise, on parle plutôt de « collaborateurs ».
        Dès lors qu’une entreprise sait faire autant ou plus avec moins, il est naturel de le faire.

      • ils en sont toujours a l’emploi, gateau a partager, pourtant les 35h auraient dues leur ouvrir les yeux!

        Quand les baby boomers partent a la retraite, leurs revenus diminuent, ils depensent moins, ce qui fait moins d’emploi pour les autres.

    • Pur artifice de com’. La plupart des baby boomers est déjà parte à la retraite. Les 800 000 départs sont sur plusieurs années, et c’est le chiffre de l’année 2013 à elle seule.

    • Cela doit bien faire dix quinze que cette fable est contée, chantée, déclinée sur tous les tons… Et que le chômage progresse a l’avenant..

  • Le chômage n’est qu’un indicateur de la récession – et malheureusement pour nos schtroumpfs bricoleurs économiques socialistes c’est un indicateur visible de tous.

    S’ils ont besoin de ces chiffres pour savoir que l’économie va mal, ça craint. S’ils croient que mettre les chômeurs sous le tapis avec des contrats aidés ou de nouvelles méthodes de calcul change quelque-chose, ça craint encore plus. S’ils croient encore tromper le monde avec leur langue de bois ou y croient eux-mêmes, c’est qu’ils sont en train de péter les plombs.

    • En fait, le nombre d’emploi aidé diminue actuellement (-20 000 en 6 mois). C’est pour cela que les statistiques pour les moins de 25 ans ont cessé d’être encourageantes. En effet, Flamby a recentré tous les contrats aidés vers cette catégorie moins nombreuse donc plus facilement manipulable. Il est plus que probable que, vu que le budget pour les contrats aidés n’est pas en baisse, Flamby soit en train de se constituer un « matelas » de contrats aidés à lancer aux bon moment politiques. Comme les chômeurs de moins de 25 ans n’augmentent que de 5 000 par mois en moyenne, cette catégorie est facile à manipuler. Cette stratégie est à rapprocher eds affirmations comme quoi il ne se représentera que si le chômage diminue. Avec une réserve de 50 000 contrats aidés, il peut assez facilement inverser la courbe des moins de 25 ans pendant 3 ou 4 mois. Il faut aussi rapprocher cela de ses annonces sur les services militaires qui absorberont un bon mois de hausse.

      • A noter que les pics précédents de contrats aidés évolue de façon proche du rythme des élections. Tout ceci n’est pas le fruit du hasard.

  • Bonjour,
    Pourquoi vous ne parlez que du chômage de catégorie A ?
    La société française compte sur un potentiel de 28 millions personnes actives et permet à ce que 30% des gens gagne moins de 1400 euros par mois, et permet une différence de salaire entre le plus bas et le plus haut un facteur x50 000.
    C’est une société qui prône la Liberté, la l’Egalité et la fraternité?
    La bonne blague.

    Une personne au RSA qui touche 500 euros d’aide, conditionnelle et intrusive, et une connasse qui claque 40 000 euros de frais de taxi, pas vraiment condidtionnel ni intrusive.

    Clairement je n’ai aucune envie de me lever le matin pour enrichir des tocards pareils.

    • Je suis d’accord que les chauffeurs de taxi ne sont pas toujours réglo, mais pas la peine de les traiter de tocards pour autant.

      • Il parlait de la connasse je pense.

        • Faut quand même pas en avoir gros dans la cervelle pour traiter de connasse quelqu’un qui assure la moitié du chiffre annuel d’un taxi. Il est quand même évident que si ce monsieur au nom de salutation refuse de produire des richesses au prétexte qu’elles vont être gaspillées par la propriétaire de l’entreprise où il devrait travailler à faire vivre un taxi, c’est bien au taxi qu’il en veut.

  • Le pouvoir en place, céder sa part du gâteau ❓
    Mais vous n’y pensez pas ❗ La cantine est trop bonne à l’Elysée ❗

  • A quand une vrai visibilité du PLD ?
    Qu’est ce qui est mise en place pour atteindre une existence politique ? Par ailleurs, quels sont les objectifs ?

    Et surtout… Pourquoi ne pas tenter une investiture pour la présidentielle ?
    Au moins pour se faire connaitre et présenter un programme clair et différent.

  • Méééééééé!!!!
    Le gouvernement est à fond sur le sujet et sait traiter les cas particulier en promouvant les talents :
    http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/thierry-lepaon-recase-par-francois-hollande_1675476.html
    Nous attendons avec intérêt de savoir où Madame Agnès SAAL sera nommée

  • http://www.partiliberaldemocrate.fr/article/chomage-la-barre-des-35-millions-franchie-jusquou
    La question du chômage a été traitée par Fourastié dans les années 60 (?): « les 30.000 heures ».
    Il n’y a pas de solution, libérale, libertaire, libertarienne ou autre.
    Voyez ce qui s’est passé dans l’agriculture depuis 50 ans ou même plus…

  • Du chômage, de l’augmentation de dépense improductive comme nos dépenses militaires, des dépenses publiques qui ne se réduisent pas, toujours plus d’élus, pas de stratégie industrielle, pas d’aménagement du territoire, déserts médicaux…
    Le mieux ce sera en août avec le 3 tiers d’impôt sur le revenu puis ensuite avec les impôts locaux…
    Pour la fin de l’enseignement du latin à l’école, les plus anciens d’entre nous se souviendront de cette devise latine qui s’applique bien en l’occurrence :
    « Errare humanum est, perseverare diabolicum… »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le taux de chômage baisse enfin en France et les pouvoirs publics ne manquent pas de faire du triomphalisme.

Ainsi Bruno Le Maire interviewé le 18 février dernier par Ouest-France, a évoqué avec la plus grande satisfaction une « grande victoire  française ».

On lit sur le JDN, un site d’information très suivi :

« Du jamais vu depuis 2008 : le taux de chômage a atteint son plus bas niveau à 7,3 % de la population active au premier trimestre 2022 selon l’INSEE, contre 7,4 % au trimestre précédent. Le nombre de chômeurs au s... Poursuivre la lecture

La situation des finances publiques n'est pas brillante. Le niveau de dette s'établit à 112,9 % du PIB (2800 milliards d'euros, soit 164 000 euros par foyer imposable, environ 17 millions), le déficit public est attendu à -5 % en 2022 après -6,5 % en 2021. La trajectoire de retour au déficit sous les 3 % en 2027 suppose une croissance des dépenses limitées à 0,7 % sur la période, ce qui n'a jamais été réalisé sur plusieurs années et suppose des économies massives. Par ailleurs, la hausse des taux d'intérêt va augmenter mécaniquement la charge... Poursuivre la lecture

Jeudi dernier, le gouvernement annonçait triomphalement que le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) avait enregistré en France une nouvelle forte baisse de 5 % au premier trimestre 2022 par rapport au trimestre précédent. 169 100 personnes en moins se sont inscrites à Pôle Emploi, ce qui porte le nombre de chômeurs en catégorie A (celle sur laquelle communique le ministère du Travail) en France à 3,193 millions.

Si on regarde de manière plus granulaire les chiffres, en incluant les catégories B et C, la baisse n’est plus que... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles