Hollande devant des jeunes

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Hollande devant des jeunes

Publié le 22 avril 2015
- A +

Le regard de René Le Honzec.

rené le honzec hollande

Le Président de la République a cru bon d’expliquer une nouvelle fois son absence de politique à la télé. Les médias subventionnés se sont empressés de discuter du néant, leur spécialité. La chose à retenir, à mon sens, c’est ce qu’a montré le Petit Journal, le off des « djeunes » sélectionnés pour poser des questions. Le ton après le direct est à voir : les questions de ces ados portaient sur le « génocide algérien », le colonialisme, « l’absence de scolarité » pendant la période française, etc. Et bien sûr, quid de la religion à l’école ? Vous devez regarder not’président accuser les guerres de religion en France, ne pas contester vivement les accusations de ces djeunes si bien intégrés, plein de repentance…

On a encore un parfait exemple de l’effroyable imposture de l’Éducation Nationale, de l’aveuglement d’un Valls qui projette ses fantasmes raciaux dans sa politique française, de la veulerie des médias qui se sont empressés de ne pas commenter ce « off ».

C’étaient des jeunes gens policés, à l’aise. Par ailleurs, il y a 1450 « Français » qui sont ou ont été en Syrie, qui sont devenus kamikazes, assassins de femmes et d’enfants, et de ces Chrétiens dont le Président a aimé rappeler les luttes passées. On a questionné aussi Hollande sur Dieudonné, qui fait rire ces djeunes, et sur les impressions de justice à deux vitesses à son égard. Je pense que la quenelle a de beaux jours devant elle, j’espère qu’elle ne sera pas remplacée par des kalachnikovs.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’économisme de gauche le plus archaïque est bien parti pour revenir peu ou prou aux affaires et, avec lui, le magistère d’économistes théoriciens non-pratiquants, comme Élie Cohen, réputé faire consensus. L’objectivité et l’omniscience prêtées à ceux-ci par ce dernier reposent depuis longtemps sur un dosage subtil et pourtant largement déséquilibré entre libéralisme et interventionnisme d’État agrémenté d’antinucléarisme « raisonnable ». 

 

Dans cette caste séculairement omniprésente sur les plateaux télé, on trouve le dis... Poursuivre la lecture

Lors de son discours de politique générale, Gabriel Attal a annoncé deux milliards d’euros de baisses d’impôts pour les classes moyennes, financées par la solidarité nationale.

En langage courant, cela signifie payé par les riches. Les classes moyennes ne devraient pas se réjouir trop tôt : François Hollande avait déjà opéré ce type de transfert fiscal au début de son quinquennat et pour lui, être riche commençait à 4000 euros par mois. Le jeune Gabriel Attal était à cette époque membre du cabinet de Marisol Touraine. Le fruit ne tombe... Poursuivre la lecture

Les auteurs : Nathalie Sayac est Professeure des universités en didactique des mathématiques, directrice de l’Inspe de Normandie Rouen-Le Havre, Université de Rouen Normandie. Eric Mounier est Maitre de Conférences en didactique des mathématiques, Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC).

 

Mardi 5 décembre 2023, communiquant sur les résultats des élèves français à l’enquête internationale PISA, le ministre de l’Éducation nationale Gabriel Attal a proposé de réviser les programmes de primaire pour y adopter progress... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles