Gâteaux racistes

Le regard de René Le Honzec.

Gâteaux racistes - René Le Honzec - Contrepoints377

Un commerçant pâtissier qui s’était fait une joie et une célébrité avec ses petits gâteaux appelés « Déesses » et « Dieux » qu’il vendait depuis 15 ans (un peu osés, je le reconnais, la ressemblance est criante, avec, peut-être, une représentation du membre rose aussi prétentieuse que son programme, mais, bon…), ce pâtissier donc s’est fait attaquer en justice par le redoutable CRIR (Conseil Représentatif des Institutions Roses), qui a jugé les gâteaux de 10 cm de hauteur « racistes, offensant tous les Roses de France (et de Navarre, mais il y en a moins, paraît-il) ». Sommé d’arrêter, le pâtissier s’en est battu l’œil et les œufs pour sa recette, le maire en achetait tous les dimanche pour sa femme qui en raffolait (oui, on se demande la même chose déplacée, petits canaillous !). Donc le CRIR, à cran, a saisi le juge des référés administratifs, qui a ordonné de cacher ce sein qu’il ne saurait voir, tout en accordant la possibilité de continuer à les mettre en vente discrètement, sous le manteau (en nougatine).

Le Juge du Conseil d’État des référés a annulé la décision, laissant le soin au Juge Administratif de s’en saisir en temps utile. On va pouvoir se goinfrer de Dieux et Déesses Roses pendant encore un bout de temps.

Bien sûr, cette histoire est une fiction débile, toute ressemblance avec une ou des personnes (ou Comité Représentatif de quelque chose) ne saurait être que pur coup de bol.

Ça m’a ouvert l’appétit, je vais me taper une religieuse chocolat, un éclair chocolat, un pet-de-nonne, une chartreuse, un cardinal, une carmélite, un Saint-Georges, un Alléluia, une bénédictine, un jésuite, une nonnette, un sacristain, un Saint-Honoré, une visitandine et me faire arrêter après indigestion par l’Inquisition sur plainte du Comité Représentatif des Curés. Mais je pense que je serai gracié en appel par le Pape François. Burp !