Clinton, Le Pen, Bush : société d’héritiers, société bloquée ?

Le népotisme politique est-il en train de corrompre les démocraties occidentales ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Clinton, Le Pen, Bush : société d’héritiers, société bloquée ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 avril 2015
- A +

Par Serge Federbusch.

Hillary Clinton credits Mike Mozart  (CC BY 2.0)
Hillary Clinton credits Mike Mozart (CC BY 2.0)

 

C’est un vrai phénomène transnational qui pourrait déclencher le rire gras de Kim Jong-un en Corée, les sarcasmes de Bachar El-Assad en Syrie, les toussotements des épouses Peron et Kirchner en Argentine ou les clins d’oeil de Raul Castro à Cuba. Oui, nos pays prétendument démocratiques sont de plus en plus gangrenés par le filialisme, le népotisme et le sororisme.

L’ère des Bush-Clinton finira-t-elle par ressembler à celle des Julio-Claudiens dans la Rome impériale ? Il faut dire que l’exemple de ce prestigieux empire imprègne depuis longtemps la symbolique du pouvoir nord-américain, ses aigles, son Capitole, ses puissants sénateurs, etc. L’État devient de plus en plus affaire de famille et, si les citoyens américains ne se ressaisissent pas, le frère et fils Bush va bientôt affronter Dame Clinton, avant que la nouvelle génération démocrate, avec Chelsea, ne se frotte, en tout bien tout honneur naturellement, avec un rejeton Bush. Chelsea Clinton, du reste, a convolé en noces politico-endogamiques avec un certain Marc Mezvinsky, fils de l’ancien représentant démocrate de l’Iowa Ed Mezvinsky et de l’élue Marjorie Margolies Mezvinksy, deux caciques du parti démocrate. Cette élite progressiste a célébré ce mariage lors d’une fête dont le coût a été estimé à 1,4 million d’euros pour satisfaire sans doute aux principes keynésiens de relance par la consommation.

Devinez donc quel va être pourtant le thème de la campagne d’Hillary Clinton ? « Les Américains se sont battus pour sortir d’une période économique difficile. Mais ceux qui sont au sommet continuent à bénéficier d’avantages. Les Américains moyens ont besoin d’une championne, et je veux être cette championne. » Bah, si elle trouve suffisamment de gogos pour croire à cette ambition populaire et à cette stigmatisation des avantages de la classe dirigeante… Le grand mérite d’Hillary est plutôt son impressionnante opiniâtreté. Battue d’une courte tête par Obama – un homme neuf ! – en 2008, malgré les atouts et l’appareil partisan sur lesquels elle pouvait s’appuyer, usée par la vie harassante d’un secrétaire d’État en vadrouille planétaire, elle avait tout motif de raccrocher les gants. Eh bien non, elle s’y recolle ! Comme disait merveilleusement Picasso : « Tous les hommes sont égaux sauf les tenaces ». Hillary nous montre que les femmes sont bel et bien les égales des hommes de ce point de vue et que les privilèges du pouvoir n’érodent pas forcément la combativité.

Népotisme - René Le Honzec - Contrepoints380On touche alors du doigt l’explication de ce retour en force du clanisme familial et du népotisme en politique, y compris dans les régimes électoraux dits démocratiques. La compétition pour le pouvoir est éreintante, ruineuse, épuisante. Un milieu familial propice, expérimenté, connaissant les codes, les combines, les réseaux est essentiel dans cette course qui se transforme désormais en marathon. La vie politique devient une sorte de guerre d’attrition. Même les marxistes patentés s’y mettent comme les deux frères Ed et David Miliband qui se sont disputés le leadership travailliste en Grande-Bretagne dans le sillage de Ralph, leur intellectuel renommé de père, maître à penser de la gauche radicale anglaise. On nage en plein rétro-bourdieusisme : le capital intellectuel et relationnel « progressiste » fait la carrière des enfants « de ».

En France, l’exemple de Jean Sarkozy a pu faire penser que les citoyens goûtaient peu ce genre de favoritisme. Mais les Le Pen, qui gèrent le Front national comme une PME familiale de province, sont en train de modifier la donne. Père, fille et petite-fille ont joué cette semaine un psychodrame des plus cocasses. Ils se disputent le linge sale mais il ne sortira pas de la famille. Les Mégret, Gollnisch, Bompard, Lang, Martinez et autres, qui ont cru un moment pouvoir briser cet oligopole, ont tous été laminés. En Paca, la question de la tête de liste pour les régionales est réglée au bénéfice de Le Pen version 3.0 dite Marion. Elle est déjà député mais la tentation du cumul n’attend pas le nombre des années. Tout au plus pénètre-t-on dans le saint des saints frontiste par alliance matrimoniale, comme Louis Aliot. Là aussi, il est significatif de constater que la seule force politique nouvelle en France de ces trente dernières années ne parvient à émerger qu’en se recroquevillant sur des pratiques népotiques. Le ticket d’entrée dans la vie électorale est devenu tellement coûteux que seule une carte de famille nombreuse permet de s’en acquitter. Tout cela ne semble guère gêner les électeurs frontistes…

Cette société d’héritiers a l’allure d’une société bloquée. Le mal est profond. La politique économique et financière qui domine aujourd’hui dans de nombreux pays développés, en bridant les salaires et en réduisant la rémunération de l’épargne, par-delà une apparence égalitaire, entrave la constitution par de nouveaux entrants d’un capital qui leur permettrait d’échapper durablement à leur condition sociale initiale. Le capital ne se concentre pas sous l’effet du néo-libéralisme, comme le dit Piketty. Il s’efface au contraire au bénéfice de clans qui agissent en réseau et ont moins besoin d’argent que de réciprocité. Dans ce système, les solidarités familiales finissent par triompher sous le couvert de la puissance publique. Le Front national nous aura une fois de plus montré qu’on peut innover tout en étant régressif.


Sur le Web

Voir les commentaires (54)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (54)
  • Il est terrifiant de constater que nous nous dirigeons à grands pas vers les sociétés de castes décrites dans les romans de Science (Politique) Fiction que je lisais étant plus jeune. A quand la révolte ?

  • Pas convaincu dans le cas des Etats-Unis? Dois-je rappeler qui est le président actuellement ? Un Afro-Américain / Métis (faites votre choix) qui était un sénateur peu connu face justement à une Clinton puissante, le pays peut autant favoriser les nouveaux venus que les héritiers dynastiques, tant qu’il y a du choix ce n’est pas un mal, surtout que côté républicain les candidats sont très variés et plutôt neufs, que ce soit Marco Rubio ou Ted Cruz.

    Bref, faut pas abuser non plus.
    De plus si Hillary est forte c’est aussi grâce au fait qu’il s’agit d’une femme, cela fait longtemps que les Américaines attendent leur tour au poste suprême, et ce serait une première, donc démocratiquement ce serait plutôt une bonne nouvelle.

    • « ce serait une première, donc démocratiquement ce serait plutôt une bonne nouvelle. »

      Je ne vois vraiment pas ce que la nouveauté ajoute au côté démocratique.

      « Un Afro-Américain / Métis (faites votre choix) qui était un sénateur peu connu face justement à une Clinton puissante »

      C’est ça. Un Noir contre une femme. Les démocrates choisissent ouvertement de privilégier le symbole. C’est con, parce que la qualité qu’on devrait attendre d’un président, c’est d’être compétant, pas d’être noir ou d’être une femme. Et c’est pas sur leur compétence que ces deux-là s’appuient, ou ont fait leurs campagnes (et c’est définitivement pas pour ça que leurs parti les soutient).

      N’oublions pas, du reste, que Clinton à déjà perdu une élection. Aux U.S. c’est important.

      • es démocrates choisissent ouvertement de privilégier le symbole. C’est con, parce que la qualité qu’on devrait attendre d’un président, c’est d’être compétent, pas d’être noir ou d’être une femme.
        +1000

      • Vous ne voyez pas. Les femmes représentent la moitié de l’électorat, voir plus, et pourtant elles n’ont jamais eu de représentantes à la tête du pays. C’est un symbole certes, mais démocratiquement c’est important, pourquoi seuls les hommes dirigeraient ?

        Après oui, la qualité du dirigeant passe avant tout. Concernant Hillary elle a un bilan assez mitigé mais on ne peut pas l’accuser de manquer d’expérience ou d’être une débutante alors que cela a été un problème pour Obama.

        • « pourquoi seuls les hommes dirigeraient ? »

          Aucune raison. Pourquoi les femmes dirigeraient? Aucune raison non plus. Parce que le fait d’être un homme ou une femme n’a aucune importance dans le fait d’être un dirigeant.

          « Les femmes représentent la moitié de l’électorat, voir plus, et pourtant elles n’ont jamais eu de représentantes à la tête du pays. »

          Et il est juste que ça reste comme ça jusqu’à ce qu’une femme parvienne au pouvoir par sa propre compétence et pour de bonnes raisons. Comme ça à été le cas en Angleterre dans les années 80. Mettre une femme au pouvoir (ou bien la soutenir) parce que c’est une femme, ce n’est pas une bonne raison. J’ai du mal à voir de bonnes raisons de voter Clinton. Et si la seule raison c’est qu’elle est une femme, alors il vaut mieux voter pour quelqu’un d’autre. C’est rigolo, j’avais à peu près le même discours pour Obama en 2008. Je crois que la suite m’a donné plus ou moins raison, mais cela ne constitue pas un argument.

          Mais surtout, l’erreur que je pointe dans votre premier commentaire, c’est celle qui vous fait dire que c’est nouveau, donc c’est démocratique. C’est une erreur à deux titres. La nouveauté, c’est pas forcément bien, et démocratique ça veut pas dire grand chose.

          • Voter Clinton parce qu’elle est une femme est sans doute stupide, bien que des femmes le feront probablement pour ça, histoire de briser le « plafond de verre ».

            Cependant je suis en désaccord. Une démocratie ne peut pas être complète si une partie majeure de l’électorat n’exerce pas le pouvoir au moins une fois, cela prouve qu’il y a un hic quelque part.
            Donc que Clinton ait ses chances est une bonne nouvelle pour moi, car aucune femme n’aura été si proche..Ensuite ce sera à elle de se montrer convaincante, mais qu’une femme puisse être candidate d’un grand parti est une bonne chose.

            • rassure toi , même en chine, on fait dans le népotisme : xi jinpin est le fils d’un cacique du parti communiste chinois, écarté par mao pendant la révolution culturelle …

              il n’ y a donc pas lieu d’en avoir honte pour l’amérique !

            •  » Une démocratie ne peut pas être complète si une partie majeure de l’électorat n’exerce pas le pouvoir au moins une fois, cela prouve qu’il y a un hic quelque part. »

              Je n’ai pas l’impression que les gens biens aient été représentés, non plus. Blagues à part, je ne suis pas d’accord. La démocratie est complète à partir du moment ou les élections son respectées. Vous ajoutez des caractéristiques au concepts, qui de base n’y sont pas.

              « cela prouve qu’il y a un hic quelque part. »

              De plus en plus, je me demande si ce fameux hic ne se trouve pas être la nature des femmes, qui (dans leur grande majorité), ne s’intéressent tout simplement pas au pouvoir politique.

              « Donc que Clinton ait ses chances est une bonne nouvelle pour moi, car aucune femme n’aura été si proche..Ensuite ce sera à elle de se montrer convaincante, mais qu’une femme puisse être candidate d’un grand parti est une bonne chose. »

              Ce que je vois, c’est que la seule raison invoquée (ou en tout cas la principale de très loin) par les partisans de Clinton, c’est son sexe. Je préfère voter pour quelqu’un de compétant et dont les idées sont proches des miennes quelque soit son sexe plutôt que quelqu’un dont la seule qualité sur laquelle s’appuie sa campagne est son sexe. Et si c’est comme ça que les Américains pensent, alors je respecte les Américains.

              • « Je préfère voter pour quelqu’un de compétant et dont les idées sont proches des miennes quelque soit son sexe plutôt que quelqu’un dont la seule qualité sur laquelle s’appuie sa campagne est son sexe »

                Voter pour quelqu’un de compétent, c’est une utopie en politique. On vote pour une image médiatique soigneusement préparée par des équipes de communication. Votre approche est elle aussi faussée par la croyance que nos élus sont plus à même de nous diriger, alors qu’en réalité ils savent seulement payer des conseillers. Une campagne se gagne tant avec des symboles qu’avec un programme :combien de personnes lisent le programme des candidats?

                De même, le terme « compétent »est vague, si vous entendez : dépensier maladif, phobie administrative, professionnel du détournement de fonds et culte de l’égocentrisme responsable de tout mais redevable de rien. Là, vous avez des candidats potentiels et des compétences remarquables.

                • Pourquoi croyez-vous que je ne vote plus? Néanmoins, j’aurais voté pour Thatcher, qu’elle soit une femme n’aurait eu aucune influence dans mon chois. Mais je ne voterai pas pour Clinton, et là encore, qu’elle soit une femme n’a aucune importance.

                  J’entends par compétent quelqu’un qui est capable de faire le taf sans rétropédaler devant l’adversité. Être compétent n’est d’ailleurs pas suffisant pour avoir mon vote, il faut aussi proposer la liberté.

                  • J’ai vècu sous Thatcher et Major durant 8 ans. Certes la disparition des syndicats ,la privatisation ultrarapide des services publics, la gestion comptable des malades de sa Magesté au prix des pros de la santé avec un prèlèvement limité à 7% sur les salaires mais des mois d’attente avec les antidouleurs , l’imposition de la Poll tax à tout sujet de 18ans et plus sans considérer la situation fiancière alors que le chomage fesait rage, le blocage à 40% des impots pour les revenus supèrieurs à 25000£/an sans parler des niches fiscales , l’ouveture des marchers spèculatifs à toutes les dèrives… . Thatcher n’aura certainement pas rendu plus heureuse la très grande majorité des anglais, mais au moins il y avait un capitaine qui aura prèparé les anglais au nouvel ordre mondial. Vu de l’ètranger et par des ètrangers c’est une grande dame. Le problème c’est que les anglais ont des crèdits à vie et touchent des retraites minables avec le cout de la vie outre Manche,. Seuls les plus fortunés vont à l’université, et la flèxibilité de l’emploi impose des sacrifices pour ceux qui n’ont pas de diplomes. Faut il se rappeller que l’UNESCO classera ce royaume en catègorie B pour le bien ètre des jeunes sujets de sa Magesté … des dètails qui m’ont marqué. Quand une dame a dècidé que le privé sans garde fou c’est la solution idèale, elle parlait seulement pour ses amis….

              • « Ce que je vois, c’est que la seule raison invoquée (ou en tout cas la principale de très loin) par les partisans de Clinton, c’est son sexe. Je préfère voter pour quelqu’un de compétant et dont les idées sont proches des miennes quelque soit son sexe plutôt que quelqu’un dont la seule qualité sur laquelle s’appuie sa campagne est son sexe. Et si c’est comme ça que les Américains pensent, alors je respecte les Américains. »

                Je doute qu’ils votent ainsi, même si j’étais plutôt pour Romney en 2012 et que je préfèrerais Rand Paul ou Scott Walker cette année.

            •  » Donc que Clinton ait ses chances est une bonne nouvelle pour moi, car aucune femme n’aura été si proche..Ensuite ce sera à elle de se montrer convaincante, mais qu’une femme puisse être candidate d’un grand parti est une bonne chose.  »

              Vous avez raison sur ce point car on pourrait aussi prendre le problème à l’envers. Ne pas mettre en avant une femme pour l’élire la Maison blanche car en votant pour une femme on voterait forcement pour un symbole et non pour ses compétences.

              D.J

              • Il y’a une différence entre voter pour une femme, et voter pour une femme parce que c’est une femme.

                • +1
                  Barack est passé car il était black et uniquement pour ça.

                  • J’ajouterai qu’on a une sacré paire de bouffonne en France : Hidalgo, Aubry, Royal, NKM, Tourraine…
                    Les hommes n’ont pas le monopole de la crétinerie, les femmes aussi veulent la parité !

                  • et schwarzenegger est passé parce qu’il était baracké …

                  • Barack est passé en 2012 car il a fait une campagne orientée vers les noirs et les chicanos en annonçant qu’avec Romney ce serait terrible pour eux. c’est l’inverse d’un candidat rassembleur

                  • « Barack est passé car il était black et uniquement pour ça. »

                    MENSONGES ! Obama doit sa réussite professionnelle à ses efforts personnels, à son courage, à sa détermination, et non à un espèce de complot multiculturaliste. En cela il est l’illustration parfaite du Rêve Américain, cette idée très libérale qu’on peut réussir en partant de rien.

                    Mais les conservateurs comme vous sont incapables d’admettre cette vérité.

                    Quand un noir est un délinquant, est grossier, est mal élevé, abandonne ses enfants : les conservateurs comme vous disent que ce noir est le seul responsable de tout ça.

                    Quand un noir ou un métisse comme Obama est courtois, fait de brillantes études, devient avocat et s’occupe bien de ses enfants : les conservateurs comme vous disent qu’il n’est pas responsable de ses succès, que tout ça est le résultat de privilèges dont jouissent les minorités, de la discrimination positive, de la repentance, de la culpabilisation des blancs, de la propagande des « mainstream media ».

                    Les libéraux devraient cesser de se coucher lâchement devant les anti-Obama et avoir le courage de défendre non pas les politiques d’Obama mais le symbole du self-made-man qu’il représente.

          • Pour que les femmes arrivent au pouvoir par leur propres compétence il faudrait déjà commencer par détruire ce qui les en empêche à savoir une société patriarcale pour ne pas dire phallocratique .

            L’intérêt d’une femme je vais vous le dire : elle sont plus sensibles à la question de la condition féminine.

            • et les chiens sont plus sensible à la question de la condition canine …

              • Comparer les femmes à des chiens, décidément on a encore des progrès à faire pour l’égalité des sexes !

                • Pointer l’absurdité de commentaire précédent, ce n’est pas comparer les femmes à des chiens.

                • Bon, alors comparons-les à des journalistes.

                  Vous me faites marrer : le principe que la moitié des Français étant des femmes, il faudrait leur ouvrir plus grandes les possibilités de diriger, ça n’est que la transposition de ce que nous faisons depuis des décennies pour d’autres caractéristiques.
                  La grande majorité des Français étant vénaux, profiteurs, imbus d’eux-mêmes et prompts à la connerie, nous leur avons ouvert tout grand l’accès à des postes de législateurs et de gouvernants qui auraient dû leur être interdits…

      •  » C’est ça. Un Noir contre une femme. Les démocrates choisissent ouvertement de privilégier le symbole  »

        Privilégier les symboles est typiquement une attitude de gauche et on va avec Clinton gentiment nous le bassiner aussi chez nous. Il fallait voter Obama car ce serait super de voir un noir à la Maison blanche et on va bientôt nous dire qu’il faut voter Clinton car ce serait super de voir une femme à la tête de la Maison blanche. W. Bush avait mis des noirs à la tête des postes clés de son administration ( Collin Powel et Condéleezza Rice ) non pas parce qu’ils étaient noir mais parce qu’il estimait qu’ils étaient compétant.

        D.J

        • Dommage que ces deux là furent des bras cassés.
          D’ailleurs avec le bilan de Barack Hussein, je pense que les Américains seront vaccinés contre le vote tellement progressiste new age pour un demi blanc (élevé dans un cadre quasi 100% blanc d’ailleurs).
          Après, je doute du coup sur le vote féminin. Une femme à la tête de l’Etat n’a jamais été tabou même dans des sociétés assez machistes. Les femmes sont beaucoup moins concernées par ce genre de cause féministe qu’on nous le dit parfois.
          En revanche, je vois venir le coup du président d’origine mexicaine, juste pour le progrès. Pas cette élection (Ted Cruz ne compte pas comme hispanique car il est trop blanc, et en plus républicain) mais d’ici peu.

          • D’ailleurs le fait que Clinton soit blanche est désormais considéré comme un avantage pour elle car les démocrates ont perdu beaucoup de votes parmi les classes populaires blanches, notamment du Midwest et le fait qu’Obama soit noir était pour certains un repoussoir.

            Pour le Mexicain/Hispanique on parle déjà de la montée en puissance de Juan Castro, le maire de San Antonio, Marco Rubio a ses chances pour les primaires républicaines, il y a aussi la montée en popularité du Républicain Brian Sandoval, d’origine mexicaine, qui est très populaire dans son Etat.
            ça va forcément arriver dans, sans doute avant 2030.

  • rien de très anormal que des enfants suivent l’exemple du père comme martine aubry par exemple. Cela se rencontre dans d’autres professions.
    Plus ennuyeux est de constater qu’ils sortent tous de la même école ou qu’ils ont, comme manuel vals, une expérience professionnel limitée à un combat politique; syndicat étudiant, ps,…
    Quand aux élus, pour éviter « l’embourgeoisement », il suffit de diminuer les postes de façon radicale(+ de 600000 c’est de la folie) et surtout de limiter le nombre de mandats successifs.

    • le problème, c’est que la limitation des mandats passe par la loi, donc… par les élus. Vous croyez vraiment qu’ils vont se tirer une telle balle dans le pied ? À moins d’y être forcés avec le couperet de la guillotine au-dessus de la tête, ça n’arrivera pas.

      • @Anagrys:
        en effet c’est difficile d’envisager cela, d’autant plus qu’actuellement nos « chers » élus sont plutôt en train de s’augmenter leurs indemnités de fonction et leurs primes de départ !

        Et comme l’abstention aux urnes est néfaste à la reconnaissance d’une certaine notabilité, ils veulent imposer le vote qu’ils ne sont même pas capable d’effectuer dans le cadre de leur fonction.

        • Rien n’empêchera de voter blanc et de lutter pour sa prise en compte dans les résultats de l’élection.
          Les politiques pourront-ils se faire élire quand il sera évident (car comptabilisé sur l’ensemble des votants) qu’en voix ils/elles ne représentent presque rien ?

      • bien vu ! en période tranquille, les castes essaient toujours de se constituer ou de se reconstituer et d’empêcher les concurrents de monter à leur niveau … et il n’y a souvent que quand ça  » fait de l’histoire « , comme sous la révolution française ou pendant la deuxième guerre mondiale, qu’un grand coup de balai fait émerger de nouvelle têtes .

  • Cela fait un bout de temps que de telles castes existent et nous dirigent. Le copinage génère tout autant d’abus que l’appropriation familial du pouvoir. Mais il ne faut surtout pas s’inquiéter puisque les français veillent au grain… qu’ils viennent picorer dans les mains de la caste des « élus ».

  • Au passage, notons que Ed Mezvinsky a été condamné pour fraude financière.

    La France n’a pas l’exclusivité d’une classe « progressiste » à la moralité douteuse….

  • Savez vous pourquoi les membres du clergé catholique n’ont pas le droit de se marier ?
    Tout simplement pour éviter le népotisme. En effet, cette règle n’est pas écrite dans la bible, mais a été mise en application durant le XIIème siècle.

    • Surtout pour s’assurer que les biens de l’église reste dans l’église. A une certaine époque l’action des curés assurait une source de profit considérable pour le Vatican et l’Eglise. Ça aurait été dommage qu’une partie disparaisse dans les successions.

      Et puis le népotisme, dans le cas des curés de campagne… Par contre dans le cas des papes, ou ça aurait eu un sens, cet interdit n’est pas forcément respecté depuis si longtemps que ça…

      • Ivan dit à peu près la même chose.
        Lorsqu’il parle d’éviter le népotisme, c’est bien sur pour éviter que les biens d’église ne se perdent mystérieusement en biens familiaux. Et aussi garantir une neutralité. Par exemple ne pas refiler les affaires d’église au demi cousin de la belle sœur.

        Pour le pape, c’est allé en sens inverse. Le célibat a bien évité à un pape de lancer une dynastie au saint siège. En lieu et place, ce furent les grandes familles italiennes, ayant acquis du pouvoir par ailleurs, qui se sont installées à tour de rôle à Rome.

  • Quelque part, c’est un juste retour des choses. A croire que l’humanité, pendant presque un siècle, a vécu dans une illusion ! Au fond, les humains ont vécu la majeure partie de leur histoire sous la coupe de quelques familles, dynasties ou clans.

    Le népotisme de la vie politique française est parfois attribué aux grandes écoles, à l’ENA ou à l’X. Au final ce n’est que la déclinaison locale de cette réalité sociale : aux USA, où le système des grandes écoles à la française n’existe pas, le népotisme est encore plus prononcé. Au moins nous n’avons pas encore eu de Président fils de Président…

    • Comment le savez-vous ? Vous étiez sous le lit ?
      Ceci dit, il y en a un pas très clair qui était neveu d’un premier consul…

  • Les militants socialistes n’ont pas été plus gêné de voter pour un couple, certes séparé, mais dont les efforts communs pour arriver au pouvoir ont été patent pour tous : Hollande-Royal.

    Voter pour l’homme après avoir voté pour la femme, quel coïncidence étonnante. Le cas même des Lepen devient plus simple : la famille et le parti était confondu.

    Mais un parti comme le PS, ouvert à toutes les tendances, rationnel et réactif au communautarisme ! Comment donc ces militants n’ont ils donc pas pu trouver d’autres leaders pour la présidentielle que parmi le couple du leader du parti ?

  •  » L’État devient de plus en plus affaire de famille et, si les citoyens américains ne se ressaisissent pas, le frère et fils Bush va bientôt affronter Dame Clinton, avant que la nouvelle génération démocrate, avec Chelsea, ne se frotte, en tout bien tout honneur naturellement, avec un rejeton Bush.  »

    Affaire de famille? Jusqu’à présent il n’y a eu que bush Sénior et JR. Le reste n’est que spéculation de votre part tout comme celui d’ évoquer un duel Hillary Clinton Jeb Bush. Laissez déjà commencer les primaire qui restent très incertaines du côté républicain pour savoir qui va sortir du lot.

    D.J

    • Jeb Bush est techniquement le mieux armé, le plus influent et le plus compétent, en plus d’avoir une femme hispanique donc il est favori, mais il est vrai que sa victoire n’est pas une évidence, c’est fort serré.

      • @ SweepingWave,

        Moi j’ai un petit faible pour Rubio. Rand Paul serait pas mal aussi mais je craint qui vis-à-vis des électeurs qu’il soit jugé trop libertarien au cas où celui-ci serait le candidat retenu pour le ticket final.

        D.J

        • Rand Paul ce serait très bien, en effet. Espérons que le passage de son père est laisser suffisamment de marques pour que ce soit possible.

        • J’aimais bien Rubio jusqu’à ce qu’il balance son idée de réforme fiscale, qui consiste à laisser le taux d’IS à 35% alors que Romney proposait une réforme faisant passer ce taux à 25%..Même Barack Obama proposait 28% à un moment…De plus Rubio a reculé sur la réforme de l’immigration après l’avoir vraiment soutenu.
          Il a du potentiel mais il manque vraiment de courage dans ses propositions…

      •  » en plus d’avoir une femme hispanique …  »

        décidément , c’est une obsession !

        je vais voter pour salma hayek …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Donald Trump à un meeting
0
Sauvegarder cet article

Trump, désormais valet puant des Républicains, est expressément maintenu le plus éloigné possible de la Géorgie et du run-off (deuxième tour) entre Walker (Républicain) et Warnock (Démocrate) qui aura lieu le 6 décembre prochain.

 

Le problème de la Géorgie

Run-off sans enjeu réel, vu que les Démocrates ont déjà remporté le Sénat (tenant compte de la voix de Kamala), suite à la bérézina de tous les candidats sauf un poussés par Trump au Sénat, qui ont perdu la mère de toutes les élections imperdables.

En Géorgie, Wal... Poursuivre la lecture

Avec le conflit en Ukraine, les questions de défense européenne sont devenues plus d’actualité que jamais. Dans le même temps, certaines initiatives comme le bouclier antimissile sous initiative allemande posent des questions sur sa réalité.

Pour avoir des réponses, la rédaction s’est entretenue avec Jean-Dominique Merchet, journaliste à L’Opinion et spécialiste des questions de défense nationale et internationale. Entretien réalisé par Alexandre Massaux.

 

Alexandre Massaux : Le développement d’un bouclier antimissi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles