La construction de la grande propriété viticole

Le bon vin est un produit de culture et de finance.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La construction de la grande propriété viticole

Publié le 13 avril 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé

Propriété viticoleLa recherche sur l’histoire du vin progresse et nous permet ainsi de mieux comprendre la constitution de l’Europe viticole que nous connaissons aujourd’hui. Après s’être intéressée à la culture viticole, la recherche actuelle se penche de plus en plus sur les notions juridiques du vin. Cela peut paraître un peu fastidieux, mais outre qu’il n’en est rien, c’est surtout essentiel pour bien circonscrire la formation des grands vignobles.

Le présent ouvrage est la publication des actes d’un colloque mené à Bordeaux sur le thème de la construction de la grande propriété viticole en France et en Europe, du XVIe au XXe siècle. Plusieurs historiens y ont participé, traitant de différentes régions françaises ainsi que de l’Espagne et de l’Italie.

Ce livre étudie le rôle des élites dans la mise en place de la grande propriété viticole. En effet, ces grands domaines sont les acteurs essentiels de la valorisation des vins et de la fabrique de la qualité. Alors que, dans l’esprit des consommateurs, la grande propriété est souvent associée à la standardisation des goûts et au nivellement de la qualité, et la petite propriété à une expression plus authentique des terroirs, l’ouvrage montre bien que c’est l’inverse qui s’est joué dans l’histoire, et que ce furent les grands vignobles qui ont bâti la grande qualité que nous connaissons aujourd’hui. Souvent, les petites propriétés n’ont fait que suivre le mouvement, ou bien ont disparu pour celles qui sont restées trop standardisées.

Le bon vin est un produit de culture et de finance. Il faut de l’argent pour investir dans des techniques de plus en plus modernes, il faut des capitaux pour s’ouvrir des marchés et pour mener des campagnes publicitaires. Ces moyens, seuls les gros domaines ont pu les fournir. Et seuls les clients fortunés ont pu suivre les prix nécessités par ces investissements. Comme toujours en histoire, connaître le passé est essentiel pour tisser des perspectives d’avenir et d’espoir.


Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • oui les grands domaines, le châteaux ont fait et font encore l’embelli de la tradition du vin qui est un produit du terroir. Le passé historique des grandes familles accompagnent ces belles demeurent ornées de magnifiques massifs fleuris et d’arbres anciens. Il est franchement regrettables que ces propriétés soient vendues à des asiatiques.
    Quant au petit ouvrier viticole on en parle moins. Il fait bien parti de la chaîne de production tout comme le tractoriste.
    Dans cette chaine de production qualitative, Il faut un chef de culture, un œnologue etc….et ensuite il faut un commercial pas facile à concilier tout cela.
    Heureusement les unions coopératives existent pour la vinification et le commerce. Pour asseoir cette commercialisation, il faut s’occuper de près de l’État sanitaire et de la maturité du raisin.
    Pas facile le métier de l’exploitant viticole au fil des saisons

  • Parlez moi des usines à vin de la Nouvelle Zélande ou de l’Australie. Du leadership américain dans ses grandes propriétés californiennes qui sont arrosées quotidiennement avec leur maître à goûter Parker.
    Que devient le vin de garde puisqueon fait du vin « scientifique » au gout américain.
    J’ai vu non loin de Santiago de Chile une tres belle propriété de Concha Y toro qui vous faisait déguster un vinaigre épouvantable.
    Est ce que Pomerol est un grand terroir et combien vaut une bouteille de Petrus?

    • le pomerol est une aire infiniment petite où le vin se vend très bien. la pierre et la terre font bon ménage. Ce que l’on ne voit pas lors de la parade commercial est le travail fourni par ces femmes et ces hommes payés au SMIC horaire pour « tirer les cavaillons, ebourgeonner pour reguler la production trop intense ».et bien d’autres choses que j’oublie.

  • il est curieux que le Portugal cultive des treilles. Des vignes hautes sur pied et les vendangeurs prennent des échelles pour cueillir le raisin. Dans le Médoc c’est quasiment l’inverse, les vignes dont très basses.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par André Heitz.

Santé Publique France et l'ANSES ont annoncé le 19 octobre 2021 le lancement de PestiRiv, une grande étude sur l'exposition aux pesticides des riverains de zones viticoles et non viticoles. L'activisme anti-pesticides a été prompt à l'instrumentaliser contre le monde viticole bordelais avec le concours des usual suspects médiatiques.

Les riverains de vignoble sont-ils davantage exposés aux pesticides ?

Santé Publique France (SPF) et l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement e... Poursuivre la lecture

Par Aymeric Beylaud. Un article de l'Iref-Europe

Après une période de douceur avec des températures aux alentours de 20° fin mars, la France vient de connaître un des pires épisodes de gel de ces dernières années. C’est peut-être même l’une des pires catastrophes depuis des décennies pour l’agriculture française, comme le titre terre-net. De nombreuses cultures agricoles ont été touchées, notamment les arbres fruitiers et les vignes.

C’est une période difficile, mais qui a le mérite de poser des questions pour l’avenir de la fi... Poursuivre la lecture

Les vignerons sont frappés par une nouvelle surtaxe à l’export vers les États-Unis. Ils sont victimes collatérales d’une guerre Airbus-Boeing au moment où le confinement les prive de débouchés commerciaux.

Tout commençait bien, il y a presque vingt ans. En 1992, un louable accord entre l’Union européenne et les États-Unis impose des limites aux subventions publiques que peut recevoir le secteur aéronautique des deux côtés de l’Atlantique. Hélas, nous vivons dans un monde cruel…

En 2004, Boeing accuse Airbus de bénéficier de prêt... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles