Trop de législation incite à enfreindre la loi

Pour que les lois soient respectées, elles doivent être dignes de respect.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bureaucratie réglementations

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Trop de législation incite à enfreindre la loi

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 avril 2015
- A +

Par Jim Peron, depuis Johannesburg, Afrique du Sud

bureaucratie réglementationsAu cœur de toute société libre et ouverte se trouve la notion de droit dont le respect est essentiel. Mais pour que les lois soient respectées, elles doivent être dignes de respect. Alors que la majorité des gens respecte spontanément les droits des autres, les conflits se posent lorsque la législation empiète sur ce que les individus considèrent comme leurs plates-bandes.

Le respect de la loi diminue à chaque fois qu’une nouvelle loi est adoptée, bien qu’il soit évident qu’elle sera violée par des millions de personnes. C’est une chose de légiférer sur des questions comme le vol, c’en est une autre de restreindre des activités comme fumer au sein d’une propriété privée, par exemple dans les restaurants ou les bars. Les fumeurs continuent d’ignorer la législation dans de nombreux endroits, et ils sont encouragés à le faire par les propriétaires de ces établissements. La législation anti-tabac a transformé en hors-la-loi des millions de citoyens généralement respectueux des lois.

Lorsque la législation porte atteinte aux droits individuels et à la vie privée des citoyens, elle encourage le manque de respect de la loi. Dès sa première proposition, la législation sur le tabagisme a été critiquée car elle était intrinsèquement inapplicable. Fait confirmé par l’ancien commissaire national de police, feu Jackie Selebi qui avait précisé que la police n’a ni les ressources, ni l’envie d’appliquer cette législation. Ceci est d’autant plus vrai que, dans une société en proie à la criminalité, elle a des choses plus importantes à faire.

Mais le mal a déjà été fait. Le respect de la loi a reculé. « Et alors ? » s’interrogeront certaines personnes. Il faut rappeler qu’il est important que chacun soit persuadé que la loi doit être toujours respectée. Les lois inappropriées donnent aux gens un ensemble de signaux leur permettant de penser qu’elles répondent aux caprices de ceux qui détiennent le pouvoir. La violation des lois devient ainsi monnaie courante. Notons que certaines d’entre elles sont dignes de respect, notamment celles qui protègent les vies, les libertés et les biens. Malheureusement, une fois que la culture de la violation de la loi est devenue routinière, elle se propage au point d’atteindre les lois indispensables à vivre ensemble dans une société humaine et civilisée.

La législation inappropriée, qu’elle soit honteusement intrusive comme celle relative à l’apartheid, ou inapplicable et ennuyeuse comme celle sur le tabagisme, conduit toujours à des effets différés estompant avec le temps la distinction entre bonnes et mauvaises lois.

La réponse ne se trouve pas dans une application rigoureuse de lois inadaptées mais dans leur abrogation. Les mauvais principes ne deviennent pas bons simplement parce qu’ils sont légalisés. En fait, l’application stricte d’une législation généralement considérée comme illégitime ne fera qu’aggraver le problème, de la même manière que chaque vague d’application de l’apartheid accentuait la résistance au système.

Trop de politiciens prennent la législation à la légère. Nous avons besoin de lois pour protéger les droits fondamentaux comme les droits à la vie, à la liberté et à la propriété. Mais quand nous sur-réglementons nous mettons ces droits naturels en danger. Les lois, comme celles relatives à la fiscalité, peuvent être facilement abusives. Des impôts trop élevés incitent à l’évasion fiscale, découragent l’entrepreneuriat, encouragent la fuite des capitaux et finalement réduisent les recettes fiscales. Les lois inutilement excessives transforment les citoyens en criminels et encouragent la culture de leur violation. Malheureusement, une fois cette culture enracinée, la distinction entre lois appropriées ou pas est devenue obsolète et la situation ne fera qu’empirer.

La mission première et la plus importante de l’État, et l’unique diront certains, est la protection de la vie, de la liberté et des biens des citoyens. Et il existe un quasi consensus sur la nécessaire coercition pour la garantir. Après tout, comme Herbert Spencer l’a noté : « Qu’il soit vrai ou non que l’homme soit conçu dans le péché et élevé dans l’iniquité, il est incontestablement vrai que l’État est né de l’agression et par l’agression. »

La prévention des actes criminels violant les droits est au cœur de la justification de l’existence de l’État. Mais lorsque le gouvernement est considéré comme un outil pour résoudre tous les problèmes sociaux ou tous les conflits de valeurs, alors il devient impossible de résister à la tentation de trop légiférer. Les groupes d’intérêts font pression sur le Parlement pour l’inciter à légiférer dans leur sens, et y parviennent .

Paradoxe et tragédie que cette inflation législative qui s’accompagne d’un manque de respect et d’intérêt grandissants. Nous nous porterions bien mieux si le Parlement occupait davantage son temps à abroger certaines lois au lieu d’en voter de nouvelles.


Article publié en anglais par la Free Market Foundation – Traduction réalisée par Libre Afrique.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • ben déjà , que les politicards respectent eux même les loies qu’ils nous imposent ; ce qui est loin d’être le cas ; l’évasion fiscale est interdit ? pourtant les zélus ne se gènent pas pour s’assoir sur cette loi ; ils nous abreuvent d’interdit de toute sorte mais eux s’abstiennent de les suivre ; de quel droit ? ce pays devient dictatorial , parce que nous avons à sa tête des incapables qu’il est difficile de respecter ;

    • bonjour marie ,belle lurette en effet que l’état lui-même n’est plus respectable ; les édiles ne sont pas davantage crédibles .Le citoyen en vient à se dire que tout en respectant les règles générales qui permettent de vivre en société ,il n’observera désormais que les lois qui viendraient à lui convenir .

      • Les législateurs de la troisième rép disaient , classiquement , que trop de loi tue la loi , que trop d’impôt tue l’impôt , que trop de normes tue la norme , que trop d’assistanat et de fonctionnaires ( cela fonctionne en un couple infernal au bénéfice primordial du second ) tuent assistanat et fonctionnaires et qu’in fine , trop d’état tue l’état …

    • Marie , les mères loies sont bonnes bien cuite dans un grand faitout , avec du saindoux !!!

  • C’est justement l’avantage pour l’état, par ces « lois criminogènes de fait », de faire basculer dans l’illégalité un nombre toujours plus important de citoyens.
    De les mettre en situation de redevabilité. D’augmenter sa marge de controle et d’étendre son droit a punir. C’est l’augmentation naturelle de la zone de confort de l’état; qui trouve toujours assez d’alliés dans la population pour considérer qu’une minorité mérite d’être punie.

  • Plus de loi et de moins en moins de respect de ces lois, car finalement on se retrouve catalogué comme « déliquant » dès le saut du lit.. L’automobile est est un parfait exemple ou les radars et le permis a point ont finalement mis des millions de délinquants sur lesroutes..plus personne en respecte rien car on se sent « agréssé » dans notre vie, comme si un policier nous suivait virtuellement heure après heure. Et quitte a ètre un « délinquant » , autant en devenir un pour de vrai, la loi vous transforme en présumé coupable et non plus en présumé innocent……

  •  » elles doivent être dignes de respect. »
    C’est bien là le problème !!!
    Entendu sur France Inter cette semaine, jeudi je crois: Inflation législative, cumul de textes, aucune loi nouvelle n’abroge les précédentes, elle se cumule dans un fatras ingérable.
    Exemple loi Macron: un article de 5 lignes une fois amendé passe à 15 pages et plus de 200 décrets d’application… Il existe des lois qui n’ont jamais vu paraitre leur décret d’application. Le guignol politique annonce : vous aviez un problème, j’ai fait une loi, l’électeur lambda est content …. mais comme le décret d’application n’est pas là, la loi est inapplicable … l’électeur ravi s’est fait rouler dans la farine.
    Récemment un député s’est fait poursuivre pour des raisons financières à cause d’un texte de loi que lui-même avait promulgué !!! C’est dire !!! Il ignorait superbement ce qu’il a fait adopter par l’assemblée, le texte lui ayant été fourni par un lobby quelconque qu’il n’a même pas lu ……
    Mis à part ces « détails », nous sommes intelligemment et efficacement « gouvernés »

    Is’t it

    • avec la nouvelle réforme de la PAC ( une tout les trois ans en moyenne depuis 1992 … ) un agriculteur n’aura pas le droit de retourner, pour emblaver des céréales , une prairie permanente ( déclarée comme telle ) ou même une prairie temporaire ( déclaré comme tel … ) étant en prairie depuis plus de 5 ans …

      on est pas trés loin du grand bond en avant, et les français peuvent bénir le commerce international des céréales, grâce auquel il ne risque pas de mourir de faim .

      il faut savoir que la mise en rotation des prairies, notamment celle de longue durée, avec des céréales, et le meilleurs moyen de produire celle-ci de manière assez économique, grâce au fort pouvoir améliorateur de ces dernières sur le taux de matière organique …

      • A G M ,

        J’entends bien votre réprobation pour ces limitations sur rotations culturales mais je voudrais aussi , quand même et peut être dire qu’il y a belle lurette que tous les prés , pâtures qui étaient cultivables en céréales l’ont été , dans la mesure où il était plus rentable de faire de la céréale et même souvent de la paille sur paille ( ex orge sur orge ) que de la vache allaitante ou laitière …alors , soyez assuré que les prés qui restent en pré vont le rester car difficilement exploitables en céréales !!!

  • Ils ne font plus de lois, ce gouvernement est devenu une machine à créer non pas des lois mais de la répression, sous des prétextes mensongers comme des attentats organisés sous faux drapeaux, ils fabriquent des lois liberticides qui s’attaquent aux libertés individuelles, à la vie privée, à la liberté d’expression, etc…
    L’Etat français est devenu l’ennemi public numéro 1, ses lois ne doivent pas être respectées par les citoyens, quand les citoyens auront compris cela, ce gouvernement aux ordres des néocons sionistes sera obligé de démissionner. Il est temps pour les citoyens de reprendre le pouvoir et de se défaire d’une oligarchie qui travaille contre le peuple.

  • H16 l’a dit de Rugy veut nous obliger à voter, mais ne s’impose pas l’obligation d’aller voter et assister au débats en tant que député…
    Les Lycées de ZEP sont les meilleurs du monde : aucun de nos députés, maire, journalistes (si prêt du peuple !), associations….N’y mettent leurs enfants… Pourtant ils devraient se battre, c’est le meilleur pour leur famille…Non ils continuent à mettre leur enfants grace à des passe-droit : à Louis le Grand ou Henri IV ou dans el privé : Lycées minables sans résultats !!!
    C’est certainement par sacrifice, pour laisser la place dans les meilleurs Lycée de Saint-Denis, Bobigny, Grigny…aux sans dents ! Quelle abnégation des nos élites… J’en pleure !
    Dans le même esprit, il suffit de se promener dans les bonnes rues de chaque arrondissement de Paris, ou des grandes villes de France :pour y trouver les cigarettes à petits prix… Les vendeurs sont là tous les jours au même endroit depuis des années…Mais la Police ne le sait pas… Des tonnes de cigarettes écoulées, sans payer ni une patente, ni un doit au bail, ni TVA, ni taxe de santé…Après tout les Buralistes sont là pour payer ces taxes….
    Si vous partez en vacances la loi de 98 Heures s’appliquera à vous, si votre résidence est occupée pendant votre absence et que vous ne l’avez pas déclaré dans les 98 Heures. L’occupant est désormais chez lui et il vous faudra aller vivre ailleurs ou à l’Hôtel, durant 3 à 5 ans : le temps que la Justice prenne une décision. N’allez pas couper le courant, le gaz, l’eau: La préfecture le fera rétablir, le vol de ce qu’il y a dans votre résidence : ce sera votre problème (aucun assureur ne couvre)… Mais quand cela arrive chez un Policier, un Politicien , un Juge : l’affaire est résolue à l’instant : expulsion et emprisonnement pour vol…
    Pour le sans dents : la misère ! (aidés par des associations des sans domicile rafle les résidences secondaires de L’Est de la France grace aux avocats de ces associations qui font appliquer à la lettre les 98 Heures…
    Certains lecteurs ici laissent leur porte ouvertes en espérant que les sans logis de l’Est prennent leur place, car ils ne sont pas attachés aux choses matérielles et c’est bien.
    Mais pour ceux qui n’ont que ça pour héberger leurs familles…Comme ces juges et ces policiers… Alors la vengeance est terrible….Lois à géométries variables…
    Faites ce que je dis et pas ce que je fais…
    Et des exemples comme cela

    • +100 Guangdong

      L’expatriation s’impose, il est criminel de laisser ses enfants dans une école communautaire.

  • Corruptissima republica plurimae leges : plus l’État est corrompu, plus les lois se multiplient… Tacite (Les Annales, III, 27)
    Comme vous voyez, c’est connu depuis longtemps, Tacite fut jeune homme sous Néron, Vespasien, eut ses premières fonctions sous Titus, Domitien, et servit Nerva et Trajan. Il mourut en 120 peu après l’avènement d’Hadrien, à l’époque donc des empereurs espagnols – les Antonins – dont la dynastie marque l’apogée de l’empire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
fonctionnaires démocratie malade
0
Sauvegarder cet article

L’élection présidentielle est finie depuis le 24 avril et le Conseil constitutionnel a officialisé les résultats du second tour avec la victoire d’Emmanuel Macron, comptabilisant 58,55 % des suffrages exprimés. Pour autant, loin d’être une victoire éclatante qui exprimerait le ralliement des citoyens français à son programme, le résultat du second tour à de quoi inquiéter.

En effet, en tenant compte non pas des suffrages exprimés mais des inscrits, Emmanuel Macron fait 38,52 % avec une abstention (abstention stricto sensu + votes nuls ... Poursuivre la lecture

Après avoir vu dans un premier article les causes de l’inflation législative, il conviendra de voir dans un second article les remèdes possibles contre le problème de la surproduction normative, caractéristique de l’inflation législative. Si le débat de la simplification du droit a été porté par le candidat Gaspard Koenig à l’élection présidentielle, force est de constater que ce thème a un peu disparu des débats, s’il y a déjà eu des débats pendant cette campagne.

 

Malgré cela, le problème du trop-plein législatif n’en de... Poursuivre la lecture

Matthieu Aron et Caroline Michel-Aguirre en sont restés abasourdis : au sommet de l’État, la crise sanitaire comme la politique vaccinale ont été pratiquement co-gérées par des cabinets de conseil privés, notamment McKinsey. Dans leur essai Les infiltrés, les deux journalistes rendent compte de pratiques généralisées, opaques et acceptées à tous les niveaux depuis au moins Nicolas Sarkozy et cela dans toutes les activités de l’État.

? Cabinets de conseil : « Macron dit une chose qui n’est pas vraie : la hausse n’es... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles