L’augmentation des salaires aux États-Unis

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’augmentation des salaires aux États-Unis

Publié le 7 avril 2015
- A +

Par Vladimir Vodarevski

Walmart Grocery Checkout Line in Gladstone, Missouri - Credis Walmart (CC BY 2.0)
Walmart Grocery Checkout Line in Gladstone, Missouri – Credits : Walmart Corporate  (CC BY 2.0)

 

Les magasins Wal-Mart, Target, et la chaîne de restauration rapide McDonald’s ont annoncé aux États-Unis des augmentations des salaires minima de leurs salariés. Ce mouvement est significatif de l’évolution de l’économie, ainsi que des effets des politiques économiques.

Il est d’usage en France de regretter le bon temps de l’industrie, et du travail à la chaîne, période de croissance, de plein emploi, et de bons salaires. La vision est idyllique. Il y avait de petites manufactures, sans les avantages des grandes entreprises ; le travail à la chaîne était pénible, et critiqué. Cependant, la croissance économique permettait le plein emploi et des salaires corrects. Il en est né un mythe de l’industrie, alors qu’à leur apparition les usines étaient surnommées les moulins de Satan (satanic mills) en Angleterre. Et l’on considérait que la vraie valeur et la prospérité venaient de l’agriculture. Mais la prospérité engendrée par la révolution capitaliste, dont l’industrie était le vecteur, a permis l’augmentation des salaires et du niveau de vie.

Les services ont suivi le même chemin. Avant même la révolution industrielle, le service était essentiellement la domesticité. Puis il est devenu une activité très variée, jusqu’à devenir majoritaire auprès de la population active. Et les supermarchés tels que Wal-Mart, Target, ou les entreprises de fast food telles que McDonald’s ont remplacé les grandes industries de la précédente époque. Comme les grandes industries, elles proposent de meilleures conditions de travail pour attirer de bons salariés, à un moment où une part importante de la population active des États-Unis s’est retirée du marché du travail. Même si le taux de chômage paraît faible, il y a un taux d’inactivité important.

Du point de vue de la politique économique, l’augmentation des salaires est un camouflet pour la politique keynésienne de relance de l’économie. Depuis les années 1990, la politique économique consiste à utiliser la monnaie pour relancer la dépense. La Fed baisse les taux d’intérêt pour relancer la croissance. Le summum a été atteint après l’éclatement de la bulle internet en 2001. En 2002, les USA décident de créer une bulle immobilière, en baissant les taux d’intérêt, et en favorisant les prêts immobiliers. La réglementation bancaire, via les critères de Bâle, favorise également l’immobilier, comme le montre l’évolution du crédit depuis 1973. L’objectif est dans un premier temps de favoriser le marché immobilier. Ce qui provoque la croissance du secteur de la construction, et l’augmentation de la valeur des maisons. Cette augmentation de la valeur des maisons crée un effet richesse. C’est-à-dire que les propriétaires empruntent, en hypothéquant leur maison, au besoin en prenant une deuxième hypothèque, pour consommer. Toutes ces dépenses, selon la logique keynésienne, doivent favoriser la croissance, l’augmentation des revenus, ce qui devrait favoriser à nouveau la dépense, et ainsi de suite, dans un cercle vertueux. Cette politique était notamment encouragée par le Prix Nobel Paul Krugman, chantre du keynésianisme.

Cette politique a débouché sur la crise actuelle. Les emprunteurs ne pouvaient plus rembourser. Et s’ils ne pouvaient plus rembourser, c’est notamment parce qu’il n’y a pas eu d’augmentation des revenus réels. La politique de dépense n’a pas provoqué de hausse de salaires. Or, des hausses se produisent aujourd’hui, alors même que l’effet richesse, et tout le mécanisme de soutien de la demande, a cessé. Certes, la Fed a repris sa politique de taux bas, elle a provoqué une hausse des marchés financiers, et a injecté beaucoup de liquidités dans l’économie. Mais le marché immobilier s’est effondré. Les banques ne prêtent plus aussi facilement. Il y a un phénomène logique de rémanence dans l’économie, qui se souvient des enchaînements qui ont mené à la crise. L’effet richesse ne profite qu’aux plus riches, qui ont un patrimoine financier important. En revanche, l’économie US s’est restructurée et a gagnée en productivité. Comme par hasard, les hausses de salaires apparaissent après la hausse de la productivité. Il s’agit d’une hausse de productivité globale, qui finit par pousser à la hausse les salaires des emplois qui ne sont pas forcément les plus productifs.

Une hirondelle ne fait pas le printemps. L’économie repose sur plusieurs leviers. Il est trop tôt pour y voir un enchaînement vertueux de la croissance. L’État doit notamment se désintoxiquer de la dette. Ce qu’il faut retenir, c’est que la politique en faveur de la dépense n’a pas produit de hausses de salaires, et que celles-ci apparaissent quand l’économie américaine se restructure et gagne en productivité. C’est une défaite de la macroéconomie keynésienne. Et une victoire des théories classiques et néoclassiques de l’échange.


Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Augmenter les salaires !!!! Mais ils sont devenus fous !?!?!?

  • anti gros minet
    7 avril 2015 at 20 h 35 min

    j’y voie plutot une grande réussite des keynesiens : les salaires commencent à monter dans les services, classe la plus représenté parmi les travailleurs. cela ne peut que créer l’inflation qu’ils appellent de leurs voeux et qui semblait pour le moment prisonnière des actifs financiers …

  • en réalité on s’aperçoit que ce n’est pas la FED qui est à l’origine de la crise comme le voudrait le mythe du multiplicateur monétaire, mais la création monétaire opérée par les banques privées, la création monétaire banque centrale venant ensuite pour s’accomoder, s’adapter. C’est notamment ce que montrent Kydland et Prescott.

  • La part non qualifiée dans la reprise de l’emploi au USA est assez importante en gros la baisse des salaires dus à la recession et le QE ont permis d’embaucher des légions de barmans ,serveurs , nettoyeurs, laveurs de vitres etc.. Ce seront les 1ers à faire les frais d’une hausse des taux d’intérêts de la FED. Une grande partie la croissance US ne se construit pas sur des emplois de demain à valeur ajoutée.En fait cette situation pour devenir la norme pour les USA dans les prochaines années

  • Sauf innovation ou bouleversement technologique majeur du même style qu’internet

  • Diviser les emplois en 2, puis augmenter un peu…Suite à une accord avec le gouvernement et la grande distribution. Le chômage a été baissé artificiellement. Avant =une poste,>>> avec le mi-temps = 2 postes… Devant la grogne : une petite augmentation… C’est plus compliqué que cela y paraît. Je suis libéral, mais je remercie que dans notre pays existent des syndicats…Car nos Socialos rêvaient à appliquer la même politique pour truquer les chiffres du chômage….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Malgré de nombreuses et ardues négociations, les démocrates ne pourront pas adopter leur fameux projet Build Back Better (BBB) pour l’instant. L’un des leurs, le sénateur de la Virginie occidentale Joe Manchin, a annoncé qu’il s’opposerait au titanesque projet de loi de trois billions (12 zéros) de dollars.

Évidemment, les réactions négatives ont été presque instantanées. Chez les démocrates, on doute de la loyauté de Manchin envers son parti. Joe Biden a même promis « de lui parler » et ne semble pas regretter ce message agressif. Mai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles