Couvrez ce vin que je ne saurais boire

La loi Touraine suscite de vives inquiétudes chez les vignerons.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vin - Credit : Alfred Brumm (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Couvrez ce vin que je ne saurais boire

Publié le 6 avril 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé

Vin - Credit  Alfred Brumm (CC BY 2.0)
Vin – Credit : Alfred Brumm (CC BY 2.0)

 

Le vin est intimement lié à l’histoire de France. Dans ses paysages, dans son économie, sa culture et ses arts, la France est marquée par le vin qui contribue à lui donner une partie de son esprit, et qui véhicule à l’étranger son image festive et gouailleuse. Pourtant, depuis au moins quinze ans, des campagnes publiques sont régulièrement menées pour restreindre la consommation de vin et pour limiter la communication autour de cette boisson. Derrière la volonté louable de lutter contre l’alcoolisme, se cache un projet hygiéniste de prohibition qui veut effacer le vin du patrimoine national. La loi Touraine suscite de vives inquiétudes chez les vignerons, car elle prévoit d’accroître la fiscalité sur le vin et de lutter contre les sites et les blogs qui parleraient en bien de ce produit. Ricard a récemment été condamné pour un slogan sur Facebook, et des publicités tout à fait anodines ont été interdites dans les journaux.

Rappelons donc aux censeurs et aux docteurs Knock de la prohibition quelques faits. La vigne est arrivée en Provence dès l’époque antique par l’intermédiaire des Grecs. Un des premiers grands vignobles français est celui de Gaillac, dans le Tarn, où se trouve également le site archéologique des amphores romaines de Montans. À l’époque médiévale, la vigne était présente à la périphérie de toutes les villes et le long des cours d’eau. Les vignobles de Saint-Pourçain et de Laon comptaient parmi les plus fameux au XIIIe siècle. Le vignoble bourguignon s’est développé dans le sillage des monastères bénédictins, notamment ceux de Cluny puis de Cîteaux. Nous devons à leurs moines la découverte des terroirs qui font l’admiration de tous les amateurs de la planète viticole. Il y eut la renaissance de Bordeaux, à partir du XVIIe siècle, qui doit tant à son lien particulier avec l’Angleterre. Il y eut la disparition des vignobles de la ceinture parisienne, comme le bleu d’Argenteuil. Quand le train a permis de faire venir du pinard d’Algérie et du Languedoc, les ouvriers se sont tournés vers ces régions. La France possède des vignobles royaux, comme les magnifiques crus du Val-de-Loire, des vignobles maritimes, comme le Bandol, et des vignobles montagneux, tels la Savoie et les vignes jurassiennes, notamment l’incroyable vin jaune.

Les Côtes du Rhône se sont construites entre les influences lyonnaises, papales (Avignon) et parisiennes ; et rien que pour les vins d’Alsace on ne regrette pas de s’être battu pour récupérer cette région. Chaque région viticole a son histoire particulière, intimement mêlée à l’histoire nationale. De l’ouvrier à l’aristocrate, en passant par l’homme des villes, tous boivent du vin ; et le repas gastronomique est l’unique ciment qui réunit tous les Français, fracturés par leurs divisions politiques. Les nouveaux conseillers départementaux seront bien avisés de commencer leur mandat par un vin d’honneur et autre verre de l’amitié, ils seront d’utiles traits d’union avant les luttes à venir.

À cette longue histoire brossée à grands traits il faut ajouter notre littérature. Baudelaire et l’âme du vin, Rabelais, Clochemerle, Balzac… vous pourrez compléter.

Cette campagne prohibitionniste est d’autant plus absurde que ce sont les régions viticoles qui comptent le moins d’alcooliques. L’éducation est le meilleur rempart aux dérives, non la prohibition, qui détruit l’histoire et les cœurs.


Chronique initialement publiée dans l’Opinion.

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Alors les Charly ! Pas trop mal au cul … pardon au foie avec cette nouvelle défense des « libertés » ?

  • le vin , c’est le seul alcool que je bois ; deux verres par jour , c’est bon pour la santé , mais il ne faut pas que ce soit de la piquette ; je ne comprend pas la touraine ? qu’est ce qu’elle vient nous emmerder celle là encore ?ne veut t’elle pas taxer le vin français pour nous obliger à acheter du vin étrangers , moins cher ? il faut que nos vignerons se battent pour que nous puissions continuer à savourer  » le sang des vignes  » comme on dit chez nous ; ça commence à bien faire cette manie de vouloir gérer nos vies ; raz le bol !

    • Marie …

      Vous faites une erreur d’analyse , que n ‘a pas fait l’auteur de l’article …il me semble que nos socialistes hygiénistes tapent sur le vin mais pas sur les alcools ni les bières et les prémix …pour un socialo , l’ennemi , c’est le vin qui a façonné la culture et la civilisation française et non pas les alcools ni les prémix , que boivent djeun’s et intellos …

      • J’habite pres de Lyon les beaux jours arrivent Le jeudi soir les jeunes font la fete le lendemain c’est un veritable depotoir ou les bouteilles vides d’alcool fort jonchent les trottoirs Touraine aurait mieux d’eduquer son fils et de laisser en paix les vignerons On ne boit pas un bon vin comme le font ces jeunes qui ruinent leur sante avec le chichon et l’alcool dur

        • @mbb

          Les jeunes sont en état d’exclusion, de mal être. Ils ont besoin d’être occupes. Ils ont besoin de se sortir de ces trafics d’influence.
          La chance existe pour eux. Il n’est peut être pas trop tard.

          • La plupart sont des etudiants autour duquel gravite toute une faune De surcroit les quais du rhone amenages en face du grand hotel dieu sont des lieux de rencontre et ne sont pas précisément des endroits de seconde zone Par ailleurs les habitants du quartier se plaignent des pollutions sonores et des déchets ( plutot depotoir ) In fine le maire laisse faire et le tout est passe sous silence ( alcool fort resine de cannabis etc ) et il est vrai il est plus facile de s’attaquer a des faux problemes.

  • Les socialos s’en prennent à leurs derniers électeurs, car il fallait être drôlement bourré pour voter socialos aux départementales.

  • Malheureux ! Il ne fallait pas dire à un socialiste que le vignoble bourguignon avait été fait par des moines, au nom de la laïcité ils voudront le supprimer !

    —>[]

  • Je désespérais depuis quelques jours qu’il n’y ait pas de nouvelles propositions pour réduire notre liberté de boire un bon petit coup. Merci madame Touraine de border cette dernière afin de ne pas tomber de notre berceau. A désespérer.
    Mais quand ces socialos seront-ils définitivement virés ?,

  • Le mot d’ordre semble être: une loi liberticide par jour. Le pire est qu’ils y arrivent!

  • les socialistes sont pire que le phylloxera … qui va nous ramener une bonne souche américaine résistante à ces parasites ?

  • Il était logique que les socialistes cherchent à détruire un de rares secteurs qui est la fierté de notre pays.Ils ont attaqué le tourisme ( travail dimanche, code du travail etc…), c’est maintenant le tour du vin qui rapporte plus de 10 milliards € dans la balance commerciale.Ce secteur représente en fait tout ce que les socialiste détestent: entrepreneuriat,capitalisme ( investissement lourd), commerce et marketing, leadership du privé sur les structures collectives, concurrence , pas de subventions et d’assistanat, etc…C’est agaçant à la fin de voir que lorsque l’état ne dirige pas tout la France est dans l’excellence. Dans les autres pays on soutient ses champions mais en France on préfère les freiner pour mettre en avant les petits et/ou les incompétents. Bien triste! Les socialistes veulent aussi tout faire rentrer dans un moule et nous asservir ( conduite auto,alimentation, etc….).

  • Cette campagne prohibitionniste est d’autant plus absurde que ce sont les régions viticoles qui comptent le moins d’alcooliques. Et c est pareil pour la drogue: c’est pas en Colombie qu il y a le plus de drogués!

  • Pourtant les petits vins de Touraine ne sont pas mauvais !

  • Quand je vois le prix d’ une bouteille de Sauvignon blanc 75 cl 12° 1,36€ origine Espagne un breuvage bien agréable ça m’ inquiète déja pour certains vignerons

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Elizabeth Nolan Brown.

 

Les travailleurs du sexe canadiens protestent contre la criminalisation de leurs clients. Une coalition de travailleurs du sexe s'est présentée devant la Cour supérieure de l'Ontario la semaine dernière pour plaider contre l'interdiction canadienne de payer pour du sexe. Les groupes contestent également une série de lois anti-prostitution, adoptées en 2014, connues sous le nom de Protection of Communities and Exploited Persons Act (PCEPA).

La PCEPA a été adoptée après que la Cour suprême ... Poursuivre la lecture

Après avoir précédemment abordé la place de la prostitution dans l’Histoire, sa sociologie et son environnement législatif, il convient dans cet article de repenser la réflexion autour du fait prostitutionnel.

Disposer de son corps, un droit encore à conquérir

Le fait de disposer de son corps signifie en être le propriétaire, pouvoir en faire ce que l’on souhaite dans les limites de la propriété du corps d'autrui. Ce droit à la libre disposition de son corps a été le combat mené par le féminisme ayant conduit à la loi de 1975 sur l’IV... Poursuivre la lecture

Bien que l’on puisse observer ici et là des candidats parlant de la prostitution, dans un contexte marqué par des pensées radicales dont le néoféminisme, l’absence de débat et de discussion autour de la prostitution paraît surprenant. Pourtant, la prostitution et la dignité des personnes prostituées et des travailleurs du sexe ne doit pas être un non-sujet.

Brève histoire de la prostitution

L’Histoire nous enseigne que la prostitution est aussi vielle que l’humain. En effet, 3000 avant Jésus-Christ en Mésopotamie, on trouve déjà des ta... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles