Un biohacker capable de voir dans le noir

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Laboratory Experiment credits National Eye Institute (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un biohacker capable de voir dans le noir

Publié le 4 avril 2015
- A +

Par Aymeric Pontier.

Laboratory Experiment credits National Eye Institute (CC BY-NC-ND 2.0)
Laboratory Experiment credits National Eye Institute (CC BY-NC-ND 2.0)

 

Des scientifiques amateurs qui appartiennent au collectif « Science for the Masses » ont mené une expérience visant à améliorer la vision humaine. L’un des membres, Gabriel Licina, s’est porté volontaire pour tester une solution à base de Chlorine e6 (Ce6). Une molécule chimique qui possède des propriétés photosensibilisantes.

Le produit liquide a été directement appliqué sur les globes oculaires du cobaye, accentuant temporairement sa vision par faible luminosité. Après l’injection, il s’est rendu en forêt en pleine nuit avec le reste de l’équipe pour tester ses nouvelles « capacités ».

Il a pu reconnaître des symboles (nombres, lettres et objets) situés de 25 à 50 mètres de distance avec une précision de 100%, contre 33% pour ceux n’ayant pas reçu la solution. Le produit n’a fait effet que quelques heures. Le lendemain, sa vue est revenue à la normale.

Source : A Review on Night Enhancement Eyedrops Using Chlorin e6
Lire aussi : Un biohacker s’injecte un liquide dans les yeux pour voir dans le noir


Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • C’est en effet très intéressant, espérons que cela progresse et qu’un kickstarter démarre.

  • Info intéressante.
    Je sais que l’usage de « bio hacker » pour qui fait des expériences dans ce champ hors des labos reconnus, mais je la trouve inutilement clivante et surtout prêtant à confusion pour ceux qui l’ignorerait.

    • Aymeric Pontier
      4 avril 2015 at 14 h 29 min

      « Biohacker » était à l’origine un terme médiatique destiné à faire sensation. Mais désormais il est employé pour désigner tout scientifique (quel que soit son niveau d’expertise) qui pratique des expériences sur des organismes vivants (ou sur lui-même), sans l’aval d’une université reconnue ou d’un laboratoire pharmaceutique. Avec une définition aussi large, ça englobe beaucoup beaucoup de monde…

  • Moi, je faits des expériences sur la pénétrations de corps rigides à faible section dans des matériaux durs mais friables par transmission d’énergie cinétique depuis un effecteur massique compact.

    J’obtiens des résultats intéressants mais je ne les publie pas car ce serait moins fun, que je suis pas payé pour, et que cela évite que la Sécu s’intéresse de trop près à la multiplication des accidents domestiques d’écrasement des doigts de la main gauche me concernant.

    • Pour ma part je m’intéresse au processus d’interruption des échanges gazeux au travers des parois perméables des cavités invaginées dans un milieu saturé en monoxyde de dihydrogène (DHMO).

      Pour le moment ces expériences sont de durée réduite mais j’ai bon espoir pour une expérience ininterrompue.

      Si à ce moment là quelqu’un pouvait penser à fermer le robinet…

      • le « monoxyde de dihydrogène (DHMO) » est un élément extrémement dangereux qui peut entrainer ( entre autres ) la mort par suffocation. Il est grand temps d’exiger des lois pour son interdiction sur le territoire français.

  • une réussite prometteuse

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Thibault Merle et Alain Jorissen.

La popularité du télescope spatial Hubble (HST) ne tient pas tant à ses succès scientifiques qu’aux prodigieuses images de l’Univers qu’il nous a révélées, et qui ont fait rêver plus d’une génération.

On se rappellera de la Grande Nébuleuse d’Orion (objets de Messier M42 et M43), des fameux Piliers de la Création (image ci-dessus) de la Nébuleuse de l’Aigle (M16), de la nébuleuse du Crabe (M1), rémanent de la supernova de 1054, ou plus récemment, de l’étoile géante AG Car, pour n’en citer qu... Poursuivre la lecture

Par François Jolain.

Le progrès ne doit pas être un bouc émissaire des écologistes.

Ces phrases ont comme un air de déjà vu :

Un mail consomme autant qu’une ampoule pendant une heure. Les datacenters polluent autant que l’aviation soit 2 % du CO2 mondial. Bitcoin consomme autant que la Suède.

Le numérique est devenu le bouc émissaire des écologistes. Ce progrès extraordinaire pour l’humanité se transforme en son pire défaut par la magie des prophéties écologiques. Il est évident que tous ces services consomment et pollu... Poursuivre la lecture

Par Jules Devie. Un article de l'Iref-Europe

https://www.youtube.com/watch?v=h4Wpi44ba78

 

Aujourd’hui, les rêveurs ont de quoi exulter : Thomas Pesquet rejoignant l’ISS, la Station spatiale internationale dont il sera pendant quelques semaines le commandant de bord ; un retour sur la Lune prévu en 2024 ; une sonde actuellement à la recherche de trace de vie sur Mars ; un voyage humain vers Mars qui n’est plus une totale chimère, etc.

Certains projets se révèleront peut-être un peu trop ambitieux, mais les exp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles