La pollution à Paris : ce qu’on ne voit pas

Est-ce la circulation automobile ? Est-ce autre chose ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Paris, France (Crédits Edoardo Costa, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La pollution à Paris : ce qu’on ne voit pas

Publié le 2 avril 2015
- A +

Par Jacques Garello.

Paris, France (Crédits Edoardo Costa, CC BY-ND 2.0)
Paris, France (Crédits Edoardo Costa, CC BY-ND 2.0)

Ce qu’on n’a pas bien vu, c’est l’éclipse de vendredi dernier. Ce qu’on a vu c’est la guerre des deux roses sur la circulation alternée, assez pitoyable. D’autant plus que le problème des mortelles « particules fines» (accusées d’avoir tué 400.000 personnes en Europe et 43.000 en France, disent les savants écologistes) n’a sans doute pas grand-chose à voir avec la circulation automobile. Mais les politiciens veulent prouver qu’ils sont au service de l’air pur. Ils sont tous plus ou moins verts.

Alors pourquoi les fines particules ? Elles se déplacent avec les vents et les pluies. Ainsi, les vents du Nord dominants la semaine dernière ont transporté à Paris ces particules venues, dit-on encore, de régions agricoles : une fois de plus c’est l’agriculture intensive qui est rendue coupable des dégâts infligés à la population. Que faire dans ces conditions ? Demander à Bruxelles une réglementation sur les fertilisants et autres produits chimiques ? Elle existe déjà.

Il y a, à nos yeux, une autre cause profonde : c’est que Paris est devenue une ville invivable parce les politiques du transport, de l’énergie, du logement, ont concentré dans son agglomération un dixième de la population française. Le jacobinisme a fait le reste, obligeant administrations et entreprises à se déplacer vers la capitale, voire à s’y installer. Certes un mouvement de décentralisation et de monopoles régionaux est amorcé depuis plusieurs années, mais Paris se trouverait mieux d’être une capitale culturelle plutôt que le cœur artificiel de la vie économique, sociale et politique.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Il existe des sites qui donnent les taux de divers produits vus comme « polluants » au niveau national, voire au niveau européen. Par exemple celui-ci : http://www2.prevair.org/
    Il est possible d’afficher les taux pour les jours précédents, j’invite chacun à le faire (et notamment pour les jours d’hystérie sur le nuage de pollution parisien), c’est édifiant.

  • Les (pseudo)experts qui nous bassinent avec leurs microparticules du diésel manipulent l’opinion d’une manière éhontée et sont les complices des politiques qui se fichent de la pollution comme de l’an 40.
    La pensée unique nous assène donc que tout vient du diésel viendrait serait déjà plus correct.

    Premier constat: Les pics de pollution ont toujours lieu avec anticyclone ET vents d’est … ce qui veut dire que contrairement au nuage de Tchernobyl qui se serait arrêté sur nos frontières, nous récupérons toutes les pollutions des centrales et industries de l’Europe de l’est.

    Deuxième constatation: il n’y a pas que le diésel, ni le feu de cheminée. Quand un véhicule roule, il use ses pneus qui usent le macadam et quand il embraye et freine il y a aussi usure DONC émission de microparticules … faits splendidement ignoré par nos génies politiques alors que les moteurs diésel sont équipés de filtres à particules.

    Troisième constat: l’air du métro est davantage pollué par ces fameuses microparticules … Que je sache le métro ne fonctionne pas avec un moteur diésel. Il roule à l’électricité d’où production d’ozone (polluant), il roule sur des pneus et des rails: friction, freinage = microparticules et vraisemblablement pour les écologistes de salon les microparticules émises par les moteurs diésel ont la malice de descendre par les bouches du métro ….

    Conclusion: empoisonner la vie quotidienne de millions de franciliens avec des théories fumeuses n’est pas la solution, ostraciser le diésel sans discernement entre moteur propre et vieilles mécaniques.
    Je ne nie pas que le problème existe mais les « solutions » qui nous sont suggérées relèvent du grand guignol.
    Le vrai problème c’est que nous devons dépenser des sous pour importer le diésel d’autant que nos raffineries disparaissent sacrifiées sur l’autel de la rentabilité.

    Et que dire de ces études soigneusement occultées des leucémies induites par le benzène contenu dans l’essence à la place du plomb …. ça, ce ne serait pas une autre pollution ???? Mais silence dans les rangs. Seul le diésel pollue ….. C.Q.F.D.

    • Excellentes remarques, métro, diesel … 🙂

      Un inventeur malin a créé un filtre pour les freins. Il n’y a plus qu’a inventer l’aspirateur pour les pneus.
      Nos écolos vont se faire une joie immense a rendre ce genre de dispositif obligatoire… 🙁

      • @ Anagrys

        Merci pour votre lien ! http://www2.prevair.org/
        Une chaine TV, dans son journal météo, aurait-elle le courage de montrer ça au quotidien ???
        Ce serait intéressant !
        Non, on préfère désinformer…

      • Le danger des poussières de freins peut être fortement diminué par le changement de composition des freins ( normes prévues aux USA , quel est l’effet sur l’efficacité du freinage?) et encore renforcé par des aspirateurs de prix beaucoup plus réduit que le filtre à particules diesel.

  • Les essais des filtres PSA montrent que les particules émises sont non seulement émises en moins grande masse (en microgrammes par m3), comme l’imposent les normes Euro, mais aussi que les particules émises sont plus grosses donc moins dangereuses pour la santé que les particules émises par les diesels plus anciens. Il y a donc une baisse accélérée du danger effectif des gaz d’échappement de ces diesels.
    En interdisant la circulation 1 jour par an contre les automobilistes pour faire baisser la pollution, Hidalgo et ses imitateurs ont imposé une répression de liberté à des millions de personnes (comme dans les pays totalitaires). Mais ils ont hypocrite a surtout agi pour que tous les jours les automobilistes subissent des embouteillages qui accroissent en même la pollution. Il crée un cercle vicieux de pollution supplémentaire, aux dépens de la santé et des revenus des Français.

    Il vient d’y avoir un comparatif de politique pollution entre 23 villes européennes. Paris est de loin la grande ville la plus dense du comparatif: 2, 3, 4, 5 ,…fois plus dense que les autres, sauf Barcelone (Paris est seulement 50% plus dense que Barcelone). Lyon est aussi plus dense que les autres villes, sauf Barcelone.
    La pollution au m3 due à l’activité humaine dans une ville (chauffage, industrie, circulations routière, ferroviaire, …) est assez proportionnelle à cette densité, quand on tient compte de cette densité elle est donc basse à Paris par rapport aux autres villes.
    Il est indiqué que les parisiens sont très pollués, mais il est probable que c’est beaucoup moins que dans les villes allemandes, danoises et espagnoles qui subissent les énormes émissions provoquées par les mauvaises politiques de production électrique de ces pays basées sur éolien intermittent + centrales thermiques.
    Cependant, à Paris, la diminution de la pollution atmosphérique dans le temps n’est pas aussi rapide qu’elle pourrait l’être étant donnés les progrès dans la dépollution et les possibilités urbanistiques. A cause de la politique menée à Paris. Par exemple à Paris même, la politique est la concentration des personnes, qui accroit la pollution proportionnellement à cette concentration, alors qu’il est souhaitable d’y diminuer la densité en l’équilibrant par augmentation de la densité de communes périphériques actuellement beaucoup moins denses. La pollution routière est aggravée par Hidalgo (et ses collègues) qui supprime les infrastructures routières de la ville. Ils ont fortement aggravé les embouteillages, facteur essentiel de la pollution routière (multiplication par 2 à 3 par rapport à une circulation fluide).
    Ils multiplient les ralentissements par zones 30 (circulation en seconde avec augmentation de moitié de la pollution par rapport à une circulation à 50 en 4ème) ou à vitesse réduite.
    Comme le manque de stationnement provoqué par ce maire, ses acolytes ou imitateurs augmente encore plus la circulation (1/3 de kilométrage en plus à petite vitesse polluante pour chercher des places), il y encore plus d’embouteillages, l’inverse de ce qui se passe lors de la circulation alternée de lundi 23 mars.
    Lundi 23 mars ce maire a usé de répression contre les automobilistes sous prétexte de faire baisser la pollution, mais pendant les 364 autres jours ce maire agit surtout pour accroître les embouteillages que les automobilistes subissent et qui accroissent en même temps la pollution. Mais aussi le maire n’a toujours pas agi pour diminuer la plus forte pollution dans les transports, celle qui règne dans les tunnels du métro et du RER, où le surcroit de pollution par particules atteint lors de certains pic (10 mars 2015) presque 10 fois celui des stations parmi les plus polluées des grandes voies routières ( échangeur du périphérique à la porte d’Auteuil) .

  • « ont concentré dans son agglomération un dixième de la population française »

    heu… vous savez qu’ils veulent augmentation la densité en ajoutant un ou deux étages aux vieux immeubles parisiens dont beaucoup ont déjà joué et qui sont construit sur un sol mou et troué de partout?

  • Une étude pollution révèle que le système pulmonaire est susceptible de provoquer un stress oxydatif et une inflammation des tissus cérébraux dus aux pollutions

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En France, nous serions tentés de dire Non, tant le battage médiatique incessant assimilant l’écologie à une posture étatiste, nécessitant de lourds sacrifices fiscaux et un contrôle renforcé de nos comportements et modes de vie est la norme.

 

Une autre écologie est possible

Et la bonne nouvelle, c’est qu’elle existe déjà… Malgré le silence des médias.

L’écologie véritable n’est pas particulièrement marquée politiquement. Étymologiquement, écologie signifie « économie de la maison »… Ce qui signifie tout simplement ... Poursuivre la lecture

En Occident, l’opinion est attentive à la préservation de l’environnement, et ce souci commence à gagner le reste du monde. La surpopulation et la limitation des ressources sont souvent accusées. Et si Malthus avait raison : allons-nous épuiser les ressources de la Terre du fait d’une surpopulation galopante ?

 

Malthus est-il toujours d’actualité ?

Cette crainte de la surpopulation a seulement deux siècles.

Auparavant, et depuis toujours, chaque que roi ou empereur recherchait l’augmentation du nombre de ses sujets,... Poursuivre la lecture

ntf
0
Sauvegarder cet article

Les cours des cryptomonnaies ont fortement baissé ces dernières semaines. La nature cyclique de ce nouveau type d'actif est bien connue même si l'ampleur de la baisse a surpris et démotivé de nombreux observateurs et spéculateurs. Beaucoup d'amateurs de la technologie blockchain sur laquelle repose ces projets y voient néanmoins l'occasion de continuer à construire un écosystème dans une optique plus long-termiste, persuadés que la situation redeviendra plus favorable.

 

Que sont les NFT (non-fungible token)

Une des applica... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles