Énorme : Les restaus du cœur vont entrer en bourse !

Les restaus au CAC ? Qui l’eut cru ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
coluche credits thomasthomas (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Énorme : Les restaus du cœur vont entrer en bourse !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 avril 2015
- A +

Par Vincent Bénard.

coluche rené le honzec
coluche rené le honzec

La nouvelle devrait faire l’effet d’une bombe : les restaurants du cœur vont entrer en bourse avant la fin de l’année 2015 ! Le directeur général de l’association, Julien Tricatel, l’explique dans une vidéo coup de poing (vidéo en fin d’article).

« Avec plus de deux millions de bénéficiaires quotidiens, les restaurants du cœur sont devenus la première entreprise de restauration de France, devant le groupe sodexo », explique-t-il.

« Seul un modèle entrepreneurial peut nous permettre de faire face aux défis de l’augmentation de la pauvreté en France. Pour servir une telle quantité de repas, en obéissant à toutes les normes de qualité imposées à cette activité, nous n’avons d’autre choix que de financer notre modernisation en devenant une société anonyme ».

La question se pose, évidemment, de savoir si les repas seront facturés aux bénéficiaires. C’est là que Julien Tricatel, récemment diplômé d’HEC et fondateur de deux startups dans l’économie du partage, dévoile un plan que l’on peut qualifier de génial :

« Il n’est évidemment pas question de facturer les repas aux bénéficiaires. Nous allons tout simplement nous financer grâce à la publicité. L’idée est simple : des annonceurs seront invités à acheter de l’espace à une régie caritative, laquelle rediffusera des pubs « éthiques » via une application téléchargée par les internautes. Pour inciter ces derniers à charger l’application, cliquer sur les publicités donnera accès à des promotions exclusives. »

Jusqu’ici, pas de quoi fouetter un chat. Mais c’est après que cela devient vraiment passionnant :

« Mieux encore, les internautes qui se montreront les plus généreux en dons directs via l’application bénéficieront à leur tour des meilleures promotions… Voire de réductions sur leurs forfaits téléphoniques. L’application affichera une publicité à chaque allumage du mobile (hors appels reçus), et à chaque fois que l’usager quittera une application pour passer à une autre. Bien sûr, l’usager pourra restreindre ces affichages, mais évidemment, le taux promotionnel accessible sera réduit d’autant. »

Autrement dit, plus tu donnes, plus une marque réduit sa marge ! Le système de Julien Tricatel revient à prélever un micro pourcentage volontairement défini sur toutes les transactions effectuées par ce biais, et le système promotionnel incitera les internautes à privilégier ce canal, garantissant du volume ! Je dis : génial, pas vous ?

« Nous poussons le principe gagnant-gagnant à son paroxysme », affirme Julien Tricatel. « Deux des quatre opérateurs français de mobile nous ont déjà donné leur accord pour appliquer des réductions aux donateurs. Et la régie publicitaire sera gérée par Google, le projet étant soutenu personnellement par son fondateur Larry Page, qui voudrait répliquer le concept dans tous les pays ayant un grand problème de pauvreté, au premier rang desquels les USA ».

Larry Page est dans le coup ! Autant dire qu’une révolution dans le “caritative business” est en marche !
« Il fallait dépoussiérer l’action caritative, qui n’avait pas innové autant que l’entreprise ces dernières années », jubile Julien Tricatel. « De plus, cela permettra de montrer aux Français que l’on peut réconcilier capitalisme, éthique, et aide aux plus démunis ».

Les restaus au CAC ? Qui l’eut cru ?

« Nous avons commandé une enquête d’opinion, qui a montré qu’avec un minimum de pédagogie, les Français soutiendront le projet avec enthousiasme, si cela permet d’aider vraiment les plus démunis ».

Les restaus envisagent de multiplier leurs recettes par 10 à 20 en 5 ans. « Nous voulons nous développer au-delà de l’aide alimentaire. Les solutions étatiques aux problèmes sociaux des français ne fonctionnent plus. Nous pensons pouvoir procurer un service bien meilleur que Pôle Emploi aux personnes en galère, pour leur réapprendre des métiers demandés, et financer leur retour à l’emploi. Nous ne devons plus nous contenter de leur fournir une aide d’urgence, mais leur redonner un véritable espoir. Et cela permettra à l’État de fermer des services inefficaces, qui coûtent bien trop cher au contribuable. »

Remplacer l’État ? Rien que ça ? Vous êtes sûr, Julien Tricatel ?

« Tout à fait. L’ère du Welfare state va s’achever, place au Welfare Business ! »

Ce garçon est un pur génie, voir son interview.

tricatel

Si la vidéo ne démarre pas, L’interview coup de poing de Julien Tricatel est à voir ici

 

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • Si vous donnez un poisson à un pauvre, il mangera un jour, mais si vous lui apprenez les réalités économiques, il mangera tous les jours.

  • Heu… En droit français on ne peut pas changer le statut d’une association loi 1901 en Société Anonyme, c’est interdit. Tout au plus on peut la changer en Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) (et seulement depuis 2007). Aussi je me demande par quel tour de passe-passe légale ils vont bien pouvoir faire ça…

    Après pourquoi pas ce business model, si ça leur permet de financer des prestations sociales de bien meilleur qualité que l’état, je lève les pouces. Mais je ne vois pas en quoi le faire dans le cadre d’une SA serait plus pertinent que dans le cas d’une SCIC ou d’une association. J’y vois plus de contrainte qu’autre chose. Je doute aussi de la confiance des acteurs, malgré le sondage cité…

    • Ah ok j’ai cliqué sur le lien de la vidéo o_o ^^ =)

      Cela dit le business model présenté est crédible. D’où l’auteur sort-il tout ça ? Il n’y a-t-il pas un semblant de sérieux ?

      • Chaque année ou presque, les poissons d’avril de Vincent Bénard sont de bonnes idées

        • Comment ça, « presque » ?

          Sinon, ton Hedge Fund sur la google bank, ça avance ?

          • Pardon, ma mémoire me fait défaut: je voulais dire « rarement » :p (cf poissons d’avril de 2009, 2011, 2012, 2013).

            Par contre, c’est TOUJOURS réaliste 😉

    • Une affaire de calendrier, sans doute…

    • Ah ben si, il y en a au moins un qui a mordu 🙂

      Pas besoin de « transformer » l’association 1901 en SA. il suffit de créer la SA.

  • Poisson d’Avril !

  • Poisson d’avril ok, mais quand on lis bien l’article on s’aperçoit que l’idée est juste géniale… mais j’imagine que c’est voulu ? 🙂

    • Poisson d’avril , bien sûr …mais je serais le dernier surpris si ce qui est évoqué dans cet article devenait réalité …

  • avec 500 poissons il nourrit 3 potes…

  • trop énorme pour être avalé, mais le plat est magnifique.
    Bravo

  • Merci Vincent de nous tenir informés de ces évènements. C’est ça la « new reality ». Plus c’est gros plus ça passe. Cdlt

  • et pour les dividendes , un panier garni par action sans droit de vote , un repas en amoureux chez Laurent par action prioritaire .

  • Avec ce que l’on voit de la politique en fRance, ce ne serait pas surprenant. On bouffé du poisson tous les jours, alors encore un poisson ce jour, cela ne surprend pas :mrgreen:
    En tout cas très joli plat 🙂

  • c’est plutôt une aile ou une cuisse d’avril
    vu la conjoncture les dividendes vont être copieux

  • L’association fondé par Michel Coluchi (Coluche) entre en bourse : qui va trader sur l’assos devenue société anonyme? Qui va trader avec la misère des clochards et autres SDF?

  • Excellent le poisson , j’achète tout de suite mille actions … avec tout ces pauvres à venir je vais faire du fric . MDR

  • Les restos du cœur avec Tricatel… 😉

    Au-delà de la farce, je trouve l’expérience des restos du cœur très instructive. On se rend compte que la générosité permet de nourrir 2 millions de gens par jour.
    On devrait étendre le concept à la médecine. On supprime la sécu, on supprime toutes les cotisations, on autorise les assurances privées et ceux qui n’ont pas les moyens bénéficient de la générosité des donateurs. Les dons aux associations qui s’occuperaient de payer les soins seraient entièrement déductibles des impôts (qui serait une flat tax).
    Et dans mon rêve ultime, on supprimerait toutes les subventions étatiques aux associations. Seuls 3 type de dons seraient déductibles : La médecine, la nourriture et le logement.
    Le reste, ca dégage !

    • « Seuls 3 type de dons seraient déductibles : La médecine, la nourriture et le logement. »

      Ce qui reviendrait à faire payer la médecine, la nourriture et le logement à la collectivité, celle qui ne donne pas. Puisqu’elle serait la seule à financer les « vraies » activités de l’Etat.
      Brillant ! Mais ça ne change rien à la sécu, les food stamps et les HLM.

      Sinon pour l’article, j’ai ri à « Tricatel ». Mais ce serait une super idée, en effet.

  • Trop drôle ^^
    Merci!

  • Tricatel directeur…ahahaaha bien vu ! Un peu d’humour fait toujours du bien

  • Mis à part ça cette association qui nourrit les plus pauvres dans un des états les plus gros du monde est financé au deux tiers par le privé.

    Et ça ce n’est pas un poisson.

  • Coluche…. Tricatel…. ENORME… Manque que De Funes 😉

    L’Aile ou la Cuisse, bien sur !

    Donner au premier ‘restaurateur’ français le nom de l’empoisonneur publique le plus célèbre du cinéma national, c’est magnifique…

    Bravo, je me suis bien bidonné !

  • et pendant ce temps, l’état finance ses radios, ses trains….

    autant sous traiter au priver la misère. chiche…donnons aussi au privé le reste….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Pour épargner, commencer par définir ses objectifs

La première priorité pour bien placer son argent ? Savoir ce qu'on veut en faire, ce qu'on aura besoin d'en faire et quand. Il est essentiel de commencer par vous demander pourquoi vous mettez de l'argent de côté : pour un projet à court terme ou à long terme ? Pour un objectif précis comme un achat immobilier ou les études de vos enfants ?

Cette première étape vous permettra ensuite de choisir les produits appropriés. Elle ne doit pas être négligée, faute de quoi vous risqueriez de so... Poursuivre la lecture

Les banquiers centraux sont en réunion sous le soleil du Portugal cette semaine… Ils ne pouvaient pas sûrement pas l’annuler et ainsi faire des économies d’énergies, ce qui est réclamé à la population : « L'effort [pour économiser l’énergie] doit être immédiat, collectif et massif. Chaque geste compte » écrivent des zombies dans Le Journal du Dimanche. Mais les dirigeants avaient besoin de se voir et de s'embrasser. Ne se mettent-ils pas en danger d’une contamination ? Ont-ils porté le masque à tout moment ? Ces manquements-là ne sont rien pa... Poursuivre la lecture

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles