Free Startup Project, le parti de ceux qui ne veulent pas de partis

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Free Startup Project, le parti de ceux qui ne veulent pas de partis

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 31 mars 2015
- A +

Par Antoine Riard du Free Startup Project, Christophe Seltzer de Students for Liberty – Paris et Thomas Rockenstrocly de Think Libéral Sciences Po.

FPS 1

Après le carnaval de dimanche, un vague sentiment d’impuissance nous saisit. Sans surprise ni doute, l’étatisme a opéré sa cure de jouvence électorale, la valse des partis ne cachant pas un fond idéologique sensiblement identique. Bien que les idées libérales se propagent dans le grand public, la maturation des idées est lente et difficile, et notre génération est impatiente, impatiente de s’épanouir dans un monde un peu plus libre et ouvert. Alors que faire ? Au sein de Students for Liberty-Paris et Think Libéral Sciences Po, associations étudiantes bien connues des jeunes (et moins jeunes) amoureux de la liberté, cette question trottait dans nos têtes depuis un certain temps.

Et, en comparaison de cette scène politique, si sclérosée et fermée, notre regard était irrésistiblement attiré par l’univers des startups, véritable bouillonnement d’innovations et de disruptions, cherchant à améliorer sans cesse notre bien-être quotidien. Au contact de cet écosystème dynamique, florissant d’énergie, a crû en nous le désir de joindre, aux domaines des idées, un projet concret dont les résultats seraient visibles devant nos yeux.

C’est ainsi qu’est né le Free Startup Project, le premier startup week-end indépendant, organisé par un collectif de quarante-cinq étudiants aux parcours divers et variés mais animés d’une même envie de fertiliser notre système, de l’ouvrir à l’innovation et de l’ensemencer d’une myriade de jeunes pousses. Indépendants, nous le sommes de tout argent public ou soutien politique que nous refusons. Spontanés, nous le revendiquons comme collectif autonome. Et puisque nous vivons une période de forte mutation économique, nous voulons a fortiori porter les projets de l’économie ouverte. En particulier l’économie des open models que sont Wikipedia, AirBnb ou le Bitcoin, autant d’aventures du Web 3.0, où décentralisation et participation sont les maîtres-mots.

FPS 2

Baptisé le Free Startup Project, ce startup week-end aura lieu du 17 au 19 avril à l’école 42 et a pour ambition d’accueillir 120 participants déterminés à concrétiser leurs aspirations dans l’open source, les cryptomonnaies, l’économie du partage, le biohacking, l’entrepreneuriat social : bref, la liberté de la société en action. Assisté par une trentaine de mentors, les participants auront 54h pour constituer des équipes et commencer à travailler sur leurs projets de startups. Les meilleurs d’entre eux seront récompensés à la fin du weekend, et accompagnés pour poursuivre leur développement. L’hétérogénéité des talents sera de rigueur puisque les participants s’inscrivent en business, développeurs ou codeurs.

FSP 3

Notre désir de communiquer un message se concrétisera au travers de plus d’une vingtaine de conférences et « pitch » grands publics sur les thèmes des nouveaux modèles éducatifs, des projets disruptifs et des startups de demain pour démontrer que l’entrepreneuriat est la vraie politique, celle qui se passe de coercition et répond aux problèmes du quotidien.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le Free Startup Project, nous vous invitons aujourd’hui mardi 31 mars à 19h30 pour un Meetup à la fondation Mozilla.

Si vous voulez devenir maître de votre destin et changer les règles, si vous voulez faire de notre projet le vôtre, n’hésitez pas à nous contacter pour apporter vos idées de sponsoring (nous avons encore besoin d’un peu d’argent pour mener à bien le projet), de mentoring (des entrepreneurs qui veulent aider les participants), ou de conférenciers pour la partie grand public de l’événement.

contact.fsp2015@gmail.com

D’ores et déjà, les inscriptions sont ouvertes :

Un préprogramme ainsi que les informations sur nos nouveaux sponsors et partenaires arrivent prochainement.

FSP 4

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Excellent

  • Mathilde de St Amour
    31 mars 2015 at 10 h 25 min

    initiative intéressante, bon courage à tous ces étudiants!

  • Ce projet s’inspire t-il des cours et théories de Monsieur Bertrand Badie?

    • Bonjour David, de quelle manière trouves-tu que nous nous inspirons des idées de Bertrand Badie ?

      • J’ai été impressionné par la pertinence de son analyse sur son cours « L’espace mondial ». De savoir qu’il s’adressait à des étudiants, en face de lui, m’a donné comme une lueur d’espoir face à ce fouillis médiocre qui légifère notre vie.
        « …notre génération est impatiente, impatiente de s’épanouir dans un monde un peu plus libre et ouvert… » C’est cette phrase d’introduction qui m’a fait penser à M. Badie. Aussi, me suis-je posé la question à savoir si vous aviez cette vision et cette approche du monde à partir desquelles évolueraient vos idées et choix.

        Le mot « liberté » est tellement brandi à tort et à travers que je ne vois plus cela comme un label de qualité. Par contre, savoir comment évolue notre monde actuel me sembler important pour entreprendre un projet de qualité.

  • l’esprit de Aaron Swartz, ses idées lumineuses, son génie, sa pensée. Puissent tous ces éléments vous guider.

  • Très bien , heureux de voir que la jeunesse décide de prendre les choses en main…

  • C’est une marque déposée le Free…..project? Aujourd’hui, on en a 2 pour le prix d’un.
    La jeunesse impatiente devrait apprendre la sagesse de ses aînées au lieu de rester entre elle à organiser des trucs a start-up qui fonctionnent 2/3 ans, la jeunesse, c’est l’instantanné, ma vieille dame…

    • Détrompez-vous, j’ai toujours regardé comme une grande preuve de sagesse la faculté de juger la culture et le savoir d’une vingtaine d’étudiants sans les connaître ni d’Eve ni d’Adam.

      • Je ne me trompe pas, j’ai toujours regardé comme une grande preuve de sagesse la faculté de jauger avec justesse les savoirs-faire d’une vingtaine d’étudiants sans les connaitre ni d’eve ni d’Adam.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Élodie Keyah.

Ce vendredi 11 juin, Students For Liberty - France organise La Grande soirée des Libéraux, un événement qui réunit les principaux représentants de la galaxie libérale française.

 

Directeurs de think tank, philosophes, économistes, essayistes, femmes et hommes politiques... Chacun prendra la parole pour présenter ses actions en faveur d'un monde plus libre. Après les présentations, il sera possible d'échanger avec eux autour d'un verre.

 

Ouvert à tous, cet événement est l... Poursuivre la lecture

Par Élodie Keyah pour Students for Liberty France.

La jeunesse aura définitivement été la grande sacrifiée de la crise sanitaire. Pointée du doigt en permanence depuis le début de la pandémie ; objet d’une campagne de culpabilisation délétère et accusée - à tort - d’insouciance face à la propagation du virus, la « génération confinée » demeure la première victime des restrictions depuis mars.

Confinements successifs, couvre-feu, fermeture des universités et hausse du chômage auront engendré des effets terribles sur la santé des... Poursuivre la lecture

Par Elodie Keyah.

Piotr Markiełaŭ est étudiant en physique théorique à l’université de Minsk.

Voici son histoire : https://www.youtube.com/watch?v=PJO5EFFeypk

Le 17 décembre dernier, Piotr a été arrêté pour avoir demandé un recompte des votes lors des élections parlementaires en Biélorussie, objectivement truquées par la commission électorale, et pour avoir refusé de quitter le bureau de vote, sous ordre de la police, afin de dénoncer la falsification du système démocratique par les autorités.

Ce n’est pas la prem... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles