Départementales : finalement, victoire de la droite ?

Si la gauche a encaissé une sévère défaite, doit-on pour autant se réjouir de la victoire de la coalition de « droite » ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nicolas Sarkozy à Londres (Crédits Downing Street, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Départementales : finalement, victoire de la droite ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 mars 2015
- A +

Par Le Parisien Libéral.

départementales rené le honzec

Finalement, le deuxième tour des élections départementales aura confirmé et amplifié le premier tour : la sanction est majeure pour la majorité socialiste et écologiste. Il y a également des motifs de satisfaction, quand on voit que l’Essonne, les Deux Sèvres, le Nord ou la Corrèze ont été perdues par la gauche. Voir Jérôme Guedj pleurer en direct sur BFM TV sur ses perspectives de carrières amoindries montre à quel point il était nécessaire que les électeurs qui sont allés voter hier fassent revenir les socialistes sur Terre.

Maintenant, faut-il se réjouir de cette victoire de la coalition de « droite » ? Pas vraiment. D’une part, elle correspond d’abord à une volonté de sanctionner la politique menée par Hollande, et bien moins au souhait, de la part des électeurs, de valider un quelconque projet de rupture avec la politique  gouvernementale. Le niveau d’abstention en est la preuve.

D’autre part, l’UMP et l’UDI n’ont proposé aucune mesure de fond opposée à la politique socialiste actuelle. Où est passée la simplification du millefeuille administratif ? Le département n’était-il pas censé disparaitre, puisque les grandes régions et les intercommunalités arrivent ? Où sont les propositions de faire disparaître certaines dépenses ?

Enfin, au sein de la coalition de « droite » qui a remporté l’élection, mention spéciale à l’UDI qui a tout bonnement disparu des radars médiatiques. Lagarde et l’ancien président de la république jouent le thème de l’union. Pourtant, derrière leur accord de façade, ils ne semblent pas vraiment partager les mêmes idées. Depuis hier, les médias parlent avant tout d’une victoire de l’UMP. Lagarde, qui a gagné le leadership du parti de centre-droite en promettant l’indépendance, a-t-il tué sa spécificité ? Comment, lors des prochains scrutins, l’UDI parviendra-t-elle à expliquer que son fédéralisme européen n’est pas le « nationalisme » de l’UMP ?

Bref, tout ceci était divertissant, mais pendant quinze jours, le monde politique n’a parlé ni de renouveau des idées, ni de refonte de l’État et de son recentrage sur ses seules missions régaliennes, ni de la possibilité de dégager des majorités de projets plutôt que des majorités partisanes, comme le rappelle Jean-Christophe Fromantin.

Le pays (foutu, dirait H16) est toujours en faillite, et la classe politique se dispute pour savoir s’il faut, finalement, un RSA de droite ou un RSA de gauche, oubliant qu’il faut la disparition du RSA et la mise en place d’une politique de libération des énergies individuelles !


Sur le web

Voir les commentaires (46)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (46)
  • L’UMP n’a surtout pas de programme, on ne sait même pas ce qu’ils veulent. Mais quand on voit le programme du FN ou la politique socialiste on se demande au final si ce n’est pas mieux de ne pas savoir..

    • L’UMP est socialiste. Et comme l’auteur de l’article, foutu, dirait H16 🙁

    • Ils pensent en effet qu’il vaut mieux que vous ne le sachiez pas.

    • J’adore le ralâge permanent … typiquement Français : plutôt que de regarder le futur, on regarde le passé et on pleure…

      L’UDI et l’UMP n’existeront plus dans un mois et demi … enfin si les choses continuent d’avancer dans la même direction, laissant place à un parti républicain (d’inspiration US, c’est là que le bas blesse : juste pour ne pas faire comme tout le monde, cela risque de ne pas se passer)

      Alors, soit les libéraux regardent le train passer et continuent sur le mode : ‘c’est comme ça qu’il faut faire, mais ne compter pas sur nous pour vous aider ou vous expliquer, c’est bien plus drôle de vous regarder vous planter en se moquant’ … soit … les libéraux se sortent les doigts du … donnent du coude et finissent par comprendre que si on veut que le bus arrête d’aller dans le mur, il faut prendre la place du conducteur.

      L’UMP n’a surtout pas de programme … vous croyez qu’ils ne le savent pas ?

      • Je râle pas, je m’en moque. Mon avenir est à l’étranger, là où il y a les opportunités et la possibilité de rêver. Je n’ai aucune envie de prendre le siège conducteur ou m’engager, je n’aime pas la politique et ce n’est pas ma spécialité. J’aime le commerce et les affaires.

        • Allons SweepingWave ! J’ai suffisamment apprécié vos bonnes idées et votre passion à les défendre pour vous dire que vous vous mentez un peu à vous même quand vous dites que vous n’aimez pas la politique (la politique, pas le show de ceux dont la seule drogue est de se faire élire) 🙂

      • Problème : Le conducteur est complètement bourré, solidement armé, touche un salaire garantie a vie et ne prend jamais de PV. Ça va être compliqué de lui piquer le volant…

  • Hier, dans mon canton, on pouvait voter à gauche, ou alors pour un parti à la fois au centre, à droite et entre les deux. Pratique pour ratisser. Mais ne soyons pas dupes : ces alliances sont le terreau de l’inertie.

  • D’abord ne pas se tromper d’élections.

    Les cantonales ancien et nouveau modèle, c’est d’abord et avant tout un duel de maires pour emporter le siège de conseiller général ou départemental maintenant. Dans sa commune, le maire fait le maximum de voix quelque soit sa couleur politique nationale et la décision finale revient aux électeurs des autres communes plus ou moins rivales.
    Dans ces élections, les candidats UMP et PS étaient des maires, des notables donc.
    Le candidat FN au mieux était conseiller municipal dans une commune, mais souvent un extérieur à la vie politique locale.

    L’intéressant de la chose, ce sont les scores réalisés par ces candidats qui ne bénéficient pas de l’effet de notoriété, ce que j’appelle ironiquement l’effet Clochemerle.
    Le FN est souvent le premier parti d’un département au second tour mais peut ne pas avoir de conseillers départementaux. Ailleurs il peut en avoir là où l’effet Clochemerle a moins joué ou bien ses candidats sont mieux connus
    Peu importe, l’important c’est d’avoir dans plusieurs départements des conseillers départementaux qui préparent l’avenir pour les régionales et de s’être compté là où il n’y en a pas

    Au régionales, c’est de la proportionnelle avec une prime au premier et dans plusieurs régions, le FN est le premier parti.

    Le FN est un club de seconde division passé en première et connaît donc toutes les obligations que doit supporter un club qui change de catégorie (budget, professionnalisation de ses dirigeants et de ses joueurs tous amateurs, stade etc. )
    Là il fait le difficile chemin pour se mettre à niveau afin d’être prêt pour les matches importants. Il a déjà battu le PSG et l’OM, clubs friqués. Aujourd’hui il est rassuré, il complète ses élus municipaux par des élus départementaux et surtout il a vérifié qu’il a un public fidèle et nombreux.
    Il peut donc regarder l’avenir (décembre 2015) avec confiance.

    Et le libéralisme ?

    quel est le parti dont le coeur de l’électorat, rejoint maintenant par les ouvriers, est composé dès l’origine d’indépendants, de PME et d’agriculteurs et pas du tout d’entreprises du CAC 40 ?

    • Si vous insinuez que le FN est libéral alors là je vous arrête tout de suite, le vilain mensonge ne passera pas. Le FN c’est le programme économique du Front de Gauche, purement anti-libéral.

      • Le FN existe depuis longtemps, le FDG, composé de marxistes-léninistes (PCF, Gauche Unitaire), est récent.
        Le programme du FN – parti bonapartiste comme l’était le parti gaulliste – est certes étatiste, dans le sens où il souhaite recentrer l’Etat sur ses fonctions régaliennes, mais cela revient en fait à l’amaigrir.
        Concernant l’Europe, il est dans la continuité du NON au TCE de 2005, gagné haut la main mais dont la version light fut voté en 2008 par un parlement européiste ne reflétant certainement pas la volonté du Peuple Français. La beauté de notre élection majoritaire à deux tours que les vraies démocraties n’utilisent pas parce qu’il est anti-démocratique.
        Il est donc vain de prétendre que le Kapital de Marx et Engels, Que Faire ? de Lénine, ou même le Petit Livre Rouge du regretté président Mao font partie de la bibliothèque technique du Bureau Politique du FN et de ses dirigeants, pour beaucoup issus du privé concurrentiel.

      • +1000.

        Le FN, c’est le FdG moins l’immigration.

        MLP ne veut pas mettre fin à l’Etat-providence et au socialisme, elle veut juste le réserver à une clientèle plus restreinte et en profiter au passage comme la gauche en 1981.

        • Ben tiens.
          Une méthode simple, mais il faut faire des recherches (curriculum), est de voir d’où viennent les cadres dirigeants du FN qui ont tous travaillé avant de se lancer en politique.
          Dans le Bureau Exécutif on trouve deux avocats dont MLP, une entrepreneur de PME, deux cadres commerciaux, un journaliste, un universitaire en droit. Quant à Philippot, il a fait et réussi HEC (Bièvres) et l’ENA dans la foulée, ce qui fait qu’il aurait parfaitement pu entamer une carrière dans le privé au sortir d’HEC sans vouloir présenter l’ENA.
          En poursuivant dans le Bureau élargi, on trouve un juriste, une chargée de mission, un attaché commercial, un commercial, un universitaire, un informaticien …
          Les seuls fonctionnaires que je vois là-dedans ce sont les universitaires ainsi que Philippot.

          • On ne parle pas de fonctionnaires, mais de menteurs clientélistes, d’arnaqueurs professionnels qui essaient de faire passer des vessies pour des lanternes, qui clairement n’ont aucune preuve que leur programme pourrait marcher, vu que ce genre de délire s’est toujours terminé dans des bains de sangs ou dans la misère.

          • Les gens qui ont fait l’ENA et HEC me paraissent incohérents : HEC, c’est pour faire du commerce, l’ENA c’est pour empêcher le commerce de se faire. Mais bien entendu, cela signifierait qu’on ferait ces écoles pour leur enseignement, et non pour se constituer un carnet d’adresses de connivence.

            • Cela signifie aussi que l’on a une grosse tête.
              Pareil pour ceux qui ont fait X-Pont et l’ENA et qui n’ont pas forcément construit des ponts durant leur carrière ni été grands pontifes (pontifex maximus) à Rome

            • l’ENA c’est pour empêcher le commerce de se faire

              Non, l’ENA forme les collabos et leur apprend à s’adapter à tous les régimes et à tous les maîtres pour mieux les servir (et s’en servir). Pas étonnant d’en voir certains pantoufler maintenant au FN, ça pourrait servir si le vent tourne.

              • L’ENA forme des administrateurs qui apprennent à dépenser l’argent selon les règles administratives fixées et à diriger de gros services.
                Dans quels partis politiques en trouve-t’on le plus ?

                Quant au pantouflage, il est bien plus lucratif de le pratiquer dans les grosses boites du CAC 40 qui sont d’ailleurs comparables aux grosses administrations.

                • On les trouve dans les partis qui défendent le socialisme, c-à-d tous.

                  Les énarques sont comme les clébards : peu importe le maître du moment que le nonoss est dans la gamelle. J’ai pas souvenir qu’en 2007, des millions de fonctionnaires degôche aient démissionné pour mettre leurs actes en conformité avec leurs principes.

    • Oh la belle tentative de récupération !

      Le FN n’est pas une équipe de deuxième division, faut arrêter l’angélisme, mais un mafia familiale qui profite de la naïveté et de la crédulité des gens pour leur promettre encore plus de socialisme, de marxisme pur et dur même.

      Petits extraits choisis :

      « la France doit préparer, avec ses partenaires européens, l’arrêt de l’expérience malheureuse de l’euro,
      et le retour bénéfique aux monnaies nationales qui permettra une dévaluation compétitive pour oxygéner
      notre économie et retrouver la voie de la prospérité. »

      « dévaluation compétitive » : c’est gratuit, c’est l’Etat qui paye…

      « L’impôt n’est pas qu’un prélèvement destiné à financer les dépenses de l’Etat ou des collectivités.
      C’est aussi un instrument économique qui doit viser les mêmes objectifs que
      ceux fixés à la politique budgétaire, la politique monétaire et plus généralement l’ensemble
      des priorités économiques définies. »

      « L’impôt instrument économique » : même des grands malades comme Chavez n’ont pas osé sortir de tels délires marxistes …

      ou encore

      « Il convient de mettre en place des droits de douane »
      « La spéculation sur les terrains constructibles doit être limitée et la taxation des terrains constructibles non construits alourdie »
      « L’État doit mener et coordonner une grande politique de réindustrialisation »
      « Un Etat fort doit pouvoir mettre fin aux pratiques abusives des grands groupes »

      etc, etc….

      Bref : le FN, c’est l’union de la gauche à lui tout seul… En fait c’est pire, au moins les partis d’extrême gauche ne vendent pas leur sauce en abusant et en trompant les gens.

      • les auteurs du programme économique sont trois universitaires professeurs d’économie à Dauphine et HEC membres du FN. La présidente et le Bureau ont validé le programme.
        Je peux en citer trois, Jean Richard Sulzer http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Richard_Sulzer puis Bruno Lemaire (un homonyme de l’homme politique UMP) professeur émérite à HEC et dernièrement Bernard Monnot qui a rejoint le parti et qui se présente comme un économiste libertarien http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Monot
        Sulzer est plutôt un spécialiste en Budget. Avant de quitter la vie universitaire, ses cours préparaient des auditeurs aux Cours des Comptes à leurs prochaines fonctions.

        • Nan, mais laissez tomber, ça marchera pas cette tentative maladroite de faire passer le FN pour libéral ou autre chose qu’un FdG bis, vous êtes pas le 1er à avoir essayé ici loin de là…Mais voilà les libéraux sont généralement des gens éduqués qui savent qui est qui.

          • Je vois cela et vous présente mes excuses les plus plates de minus habens illettré.

            • C’est pas grave, on comprend : à la clef il y a un boulot d’élu payé à rien faire avec l’argent des autres … ca vaut le coup d’essayer.

        • Il ne suffit pas de se prétendre libertarien pour être libéral.

          « Il se dit opposé aux modèles macroéconomiques, tant ultralibéral qu’anticapitaliste (marxiste), Bernard Monot considérant qu’ils visent dans les deux cas à annihiler le rôle de la nation et de ses frontières, au profit d’un système bancaire privé mondial. »

          Je suis peut-être soupçonneux, mais je ne vois pas le grand souffle en faveur du libre marché qui me paraît caractéristique du libéralisme…

          • L’économie n’est qu’une petite facette du libéralisme qui est d’abord politique au sens large du terme voire philosophique.
            Si je vous fait cette citation très connue et que j’ai prise comme signature sur un autre forum «Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit» où classeriez-vous celui qui l’a prononcé ?

            • Peut-être que le fait que citiez cet article donne un indice sur vous ❗

              • Cette citation est du RP Lacordaire qui est, avec Lamennais, un des fondateurs du libéralisme chrétien en France (Dieu et la Liberté) tandis que Tocqueville, à la même époque, analysait la démocratie en amérique, prévoyant la moyennisation de la société et différents inconvénients qui se vérifient aujourd’hui.
                Les successeurs de Lacordaire et Lamennais, au moment de l’industrialisation de la seconde moitié du XIX° siècle, créèrent le catholicisme social qui est à l’origine de la plupart des grandes lois sociales de la fin du siècle et de la première moitié du XX° (repos dominical, assurance maladie, caisses de retraite, travail des femmes, etc…). Les syndicats CFTC et la CFDT qui en est une scission sont issus de ce grand mouvement libéral.
                La traduction politique de ces grands mouvement chrétiens libéraux aussi bien chez les catholiques que chez les protestants fut la création des partis chrétiens-démocrates restés puissants ailleurs qu’en France.

            • Il faut arrêter : le libertarianisme prône de façon quasi viscérale la suppression totale de l’Etat et de la nation … l’exact contraire du FN.

              • Ceux que vous citez sont les anarcho-capitalistes (l’Etat éthique est l’Etat étique )
                Dans la graduation des partis politiques entre plus d’Etat et moins d’Etat on trouve dans l’ordre (c’est un classement anglo-saxon):
                – les Etatistes: les communistes (qui n’existent pas chez eux), les socialistes (quasi disparus), les socio-démocrates (travaillistes – Labour – chez les anglais), les socio-libéraux.
                – les Libéraux: les libéraux-sociaux, les chrétiens démocrates, les conservateurs, les libéraux, les libéraux jeffersoniens (les anarcho-capitalistes). Il n’existe aucun gouvernement anarcho-capitaliste dans nos démocraties parlementaires (*)
                Aux USA les libéraux se sont appelés « libertarians » parce qu’en anglo-américain « libéral » signifie « gauchiste ».
                Les libertarians sont plutôt dans l’axe de l’école autrichienne (von Mises, Hayek etc ..)

                (*) un des pères de la révolution américaine, Benjamin Franklin, opposait ainsi la démocratie à la liberté.
                « La démocratie, disait-il, ce sont deux loups et un agneau qui votent sur ce qu’il y aura au déjeuner. La Liberté, ajoutait-il, c’est l’agneau bien armé qui conteste le résultat du vote ».

                L’arme de l’agneau, c’est la Loi qui le protège – on en revient à Lacordaire.
                La démocratie est la dictature de la majorité. C’est connu depuis Platon et Aristote. Ce sont des « démocraties populaires ».

                Nos démocraties sont des démocraties libérales, la loi tempérant la démocratie.

                • Typiquement FN cette malhonnêteté intellectuelle qui consiste à déplacer le débat sur un terrain qui lui est favorable : c’est exactement pour cela que je dit que le FN est une bande de mafieux, de malhonnêtes et d’incompétents menteurs, dont le seul but est … de toujours avoir raison quelque soit les circonstances.

                  Au cas ou vous (le soit disant bonapartiste) ne l’aurait pas remarqué, nous ne sommes pas aux USA, mais en France.

                  Les jugements de valeurs sont purement subjectifs (vous semblez avoir assez de culture livresque libérale pour comprendre cela) donc vous n’avez même pas le bénéfice du doute : votre sophisme, votre tentative de déplacer le débat et d’imposer les règles du jeu qui vous favorisent démontre votre malhonnêteté.

                  Tiens donc si (moi qui fustige l’atlantisme) je prenais le point de vue US histoire d’avoir raison …

                  Beurk

              • +1, Stéphane Boulots

            • Comme vous aimez cette belle citation, autent creuser sur son sens réel :

              https://www.contrepoints.org/2012/03/31/75382-pour-en-finir-avec-la-celebre-citation-de-lacordaire

              • Merci d’avoir mis cette analyse qui me convient.
                Pour avoir fait trois ans à Sorèze (Tarn), le collège dirigé par Lacordaire dans la dernière partie de sa vie et où il est enterré, j’ai baigné dans l’enseignement libéral chrétien version thomiste entre le BEPC et le premier bac (il y en avait deux à mon époque, en première puis en terminale). La caractéristique de ceux qui sont passés par là est la grande liberté intellectuelle frisant l’anticonformisme – exemple, Jean Montaldo, un ancien, qui démonta différentes magouilles financières du passé ou plus récentes dont celles des subprimes ( Lettre ouverte aux bandits de la Finance, Albin Michel, juin 2009)

                • @Leucate : mais qu’est ce que vous faites à défendre le FN ?

                  Ouvrez les yeux : le programme et l’éthique du FN est aux antipodes du libéral chrétien …

                  Ce n’est pas parce qu’ils flattent ‘la France éternelle’ qu’ils ne sont pas complétement à coté de la plaque : leur programme économique est marxiste , leur programme politique repose sur le renforcement de l’Etat et la suppression des libertés locales, leur programme sécuritaire et judiciaire est liberticide et leur programme sociale est discriminatoire …

                  « Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons? »

  • Sans programe tout est possible mème ètre èlu. . En France aucun des 2 partis a voulu rèformer, engendrant la ruine de l’Etat. Faut-il y voir une conspiration pour asservir les français à une vie d’esclave en èchange d’une diminution programée de leur model social le plus couteux au monde? Les budgets avec des difficits et une dette sans fin pour donner du pain aux victimes du mondialisme , payé le gaspillage organisé par les èlus.Tant que l’on peut trouver de l’argent il y aura du social. Mais le jour où la BCE aura racheté les dettes budgetaires hors limites, avec les banques nationales comme banquiers , les européens rèaliseront que la BCE a plus de pouvoir que n’importe quel Etat alors qu’elle existe que depuis 1998! Mème la FED n’aura pas été aussi rapidement puissante. Les 2 partis en son parfaitement conscients, et ils favorisent cette perte de souveraineté. Quant au FN, il ment car pour sortir de l’Euro il faut sortir de l’Union. Ne pouvant le faire , il pourrait remettre le franc comme monnaie souveraine C’est la grande peur de Sarkosy parceque le control de la monnaie, engendrerait la fin de la BCE, voir de la banque de France qui est une institution privée . Le fait de faire croire à une dèvaluation de cette monnaie vient du fait que beaucoup d’Européens ont dèposé leur èconomie en Allemagne au cas où l’Euro disparaitait . Sans la France, il n’y aurait plus d’Euro. Et c’est bien l’enjeux en 2017. Le reste c’est que du dètail…

    • Depuis Maggie Thatcher, (no no no https://www.youtube.com/watch?v=tVt_1ByddUQ ) le UK est hors Euroland et hors Schengen. Aucun de ses successeurs, Major, Blair, Cameron, n’a jugé utile de revenir sur ces décisions, s’en félicitant même.
      Le UK est toujours dans l’UE mais un mouvement d’opinion puissant (l’UKIP) milite pour l’en faire sortir et les conservateurs hésitent. L’UE agace les anglais, persuadés que leurs lois sont les meilleures du monde, par ses directives le plus souvent incongrues. Ils ont de plus en plus envie de prendre le grand large.
      L’Euroland, dont la création est aujourd’hui considéré comme une erreur par de plus en plus de grands économistes, plombe nos pays. L’Euro monnaie commune (il a succédé à l’ECU) suffisait à maintenir les monnaies nationales à l’intérieur d’une fourchette appelé « serpent monétaire ».
      Considérant qu’il était trop difficile pour eux de gouverner la France, nos hommes politiques à la petite semaine se sont déchargés de leur lourd fardeau sur l’UE qui les libère de leurs responsabilités.
      Il n’est pas certain que sortir de l’Euroland soit synonyme de sortie de l’UE et de toutes façons, dans un rapport de forces, c’est le moins motivé qui cède.
      De toutes façons, l’euro c’est la France + l’Allemagne. Si l’un deux part, l’euro monnaie unique est mort. Il peut redevenir monnaie commune.
      Et ce n’est pas forcément la France qui partira la première. L’Allemagne peut être également tentée.

      • Le Traité européen est contraignant car il èmane d’une volonté des 28 peuples et non de celui de leur gouvernement .Il est èvident que les gouvernemts ont participé à l’ècriture du Traité. C’est si vrai que bon nombres d’Etat ont choisi des opt out sur des chapitres du Traité Cependant le devoir de solidarité proposé par Delors oblige certains pays de soutenir ce qui se conforme pas à leur signature.
        Les Anglais sont des experts sans comune mesure en comparaison de nos politiciens français . je peux l’ècrire, ayant vècu en Angleterre sous Thatcher , Major et Blair, et sans avoir manger pendant 8 ans de la viande de boeuf à la stupèfaction des collègues et amis français qui m’aurontt pris pour un demeuré jusqu’au jour où le gouvernement anglais aura interdit sa consomation!
        Cameron comme bon Tory se mèfie des continentaux par expèrience. Rappelez vous la spèculation contre la £ dans les années 90, alors que Major demandait a ses partenaires de l’acheter pour èviter sa dèvaluation! Un anglais n’oublie jamais.
        chaque anglais sait que son pays ne pourra pas l’assister, il a du mal à payer pour la Grèce et les autres.
        Cameron est populaire pour avoir remis l’èconomie en route, et sa fidèlité à dèfendre sa contribution au budget européen comme l’avait Thacher contre Delors . Le sort aura voulu qu’elle signe la PAC en èchange de la neutralisation des exoset argentin pour pouvoir libèrer les Malouines et se faire de nouveau èlire malgré la Poll tax de 500£ que chaque citoyen majeur devait payer annuelement mème sans avoir de revenus!

        Concernant le Traité de l’Union. Si on choisit de ne plus respecter une option, il faut que le peuple du pays soit consultés, et la seule façon de le faire est d’utiliser l’Article 50 du Traité. Toutes mondalités sont dèjà fixées.
        En effet il nullement prèvu de sortir de l’Euro dans les Traités!!!

        Il faut ètre du FN pour croire au mensonge permanant.
        Dans le cas de la Grèce, ce que demande son ministre communiste à l’Union est contraire au Traité
        Article 123 : « Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédits aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres. L’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. »

        La France ne sortira pas de l’Euro et Madame LE PEN le dit bien quand elle rèpond aux journalistes pour ne pas se faire ridiculiser comme parlementaire européenne. Madame LE PEN prone la double monnaie, ce qui n’est pas interdit par la Constitution car le franc a une parité avec l’Euro. Il peut créer un Franc nouveau ègale à un Euro. C’est comme pour les timbres postes fiscaux valable que dans le pays. Cela ferait sauter la banque de France qui n’est que le groupement de banquiers privées malgré son nom trompeur. L’Etat a pouvoir d’imposer sa monnaie en France

        .L’allemagne dètient des milliers de millards d’Euros de non allemands. Elle a de telles liquidités que chaque jour qui passe son PIB s’accroit, sa dette diminue sur le dos des autres Etats qui n’ont rien compris que la chute de mur de Berlin imposerait des rèformes à tous les pays de l’Europe, car la fin de la guerre froide aura permis à tous les financiers la mise en place de leur nouveau ordre mondial avec ses acteurs prenant des postes aux seins des institutions financière dans le monde.
        Rien n’est du au hazard. Meme la crise de la Grèce ètait planifiée par les financiers. Ce qui est choquant c’est le degré de corruption dans es pays de l’Union contre les interets des peuples. La Grèce depuis des siècles en dehors des dictatures est un pays qui aura emprunter aux anglais français allemand sans jamais vraiment rembourser. Comment a t-on laissé entrer ce pays dans a zone Euro???

        • sa dette diminue sur le dos des autres Etats

          Etes vous sur de ce que vous avancez ❓ Ces pays ne sont-ils pas pilotés par des adultes ❓

          • Quand Berlusconi avait annoncé le retour de la Lire 90 milliards sont partis en quelques jours des banques italiennes sur des comptes en Allemagne. Et si une dette ne peut ètre couverte par des reserves le taux d’emprunt de la dette augmente. Au contraire si l’argent coule à flot le taux d’emprunt diminue. Si tous les français dèplaçaient leur èconomies en Allemagne, Je suis assuré d’un impact sur la dette. Les politiques n’ont aucun pouvoir sur la mobilité de l’argent selon le Traité. On a bien vu pour Chypre, les abus et les concèquences et surtout les dèclarations de paniques des chefs d’Etats pour rassurer leur peuple. Mèmes adultes les pilotes cela ne changerait rien.

  • Je vois le monde politique comme le crash de l’avion dans les Alpes. Il y a des fous aux commandes et la porte est fermée ceux qui devraient intervenir ne le peuvent plus. Nous allons dans un avion fou contre la montagne de dettes, de déficits et de lois plus absurdes les unes que les autres.

  • « politique de libération des énergies individuelles »
    Quésaco ?
    Le sauvetage de la sphère phynancière de son propre marasme, banques par exemple ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On attendait une rencontre sportive, on a droit à un numéro de cirque tragico-comique supervisé par le Qatar et ses différents soutiens. Entre les faux supporters qui défilent, les sponsors floués au dernier moment et un président de la Fifa qui joue grossièrement la carte de l’antiracisme woke pour répondre aux critiques adressées au Mondial dans le domaine des droits de l’Homme, le spectateur a droit à une suite de sketches en marge des matchs programmés.

🗣 “Today I feel Qatari. Today I feel Arab. Today I feel Af... Poursuivre la lecture

Un entretien avec Guillaume Kiefer, libéral au sein du parti Les Républicains.

Dans une récente tribune co-signée avec François-Xavier Bellamy et Julien Aubert, Bruno Retailleau inventorie le bilan des deux derniers présidents de droite : Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

 

Contrepoints : Cette tribune est-elle la démonstration que la droite est en train de se guérir de sa passion pour les hommes providentiels ?

Guillaume Kiefer : Tout d’abord, d’une certaine manière je pense que cet inventaire est salutaire ... Poursuivre la lecture

Par Maxime Lefebvre.

Il y a 14 ans, pendant que tous les regards se tournaient vers Pékin où s’ouvraient les 29e Jeux olympiques d’été de l’ère moderne, la guerre éclatait entre la Géorgie et la Russie. En jeu, les régions séparatistes pro-russes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, officiellement rattachées à la Géorgie.

Ce conflit présente de nombreuses similitudes avec celui qui sévit en Ukraine depuis le mois de février : une Russie de Poutine (qui, en 2008, était certes Premier ministre entre deux présidences, mais demeurait le ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles