Fume, c’est de la taxe !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fume, c’est de la taxe !

Publié le 25 mars 2015
- A +

Le regard de René Le Honzec.

cigarettes rené le honzec

L’expression, un peu désuète « Tiens, fume, c’est du belge ! » rappelle l’heureux temps des contrebandes féroces de tabac depuis la Belgique. Ce genre d’expression est promis à un bel avenir, supplantant peut-être le « Tiens, c’est de la bonne » des films branchés. Car la contrebande s’est réveillée depuis les augmentations féroces des Touraine et autres, avec l’achat extra-hexagonal chez les voisins plus compréhensif et avides de détruire vos poumons et ceux de la planète, contribuant très certainement à la noyade des ours blancs.

Je vous raconte tout ça parce que j’ai aperçu un ballon-sonde dans les médias subventionnés, titré « Le juste prix du paquet de cigarettes : 13 euros », lequel ballon flottant des titres de l‘Express au Nouvel Obs, etc. J’ai d’abord pensé que Marisol avait été incommode par les taffes du gros cigare de ce mufle de Valls qui fêtait sa défaite des départementales au bureau. Pas du tout, un mystérieux organisme affirmait avoir fait tous les calculs pour intégrer coûts et profits de la cigarette sur la santé et l’économie, ce qu’elle rapporte, taxes, industrie, emplois), ce qu’elle coûte (maladies, absentéismes, décès après soins chers, etc.). Pour en arriver au fameux prix de 13 euros qui équilibrerait les dits comptes.

Ma première réaction est d’avoir voulu prévenir Hollande et Valls qu’on avait enfin trouvé des types capables de calculer des années à l’avance des décisions économiques, et Dieu sait que ça ne court pas les rues, vous avez vu les programmes des départementales.

Ma deuxième réaction a été de me marrer. Tellement de connerie et d’énergie dépensées pour ça ! Vous croyez sérieusement qu’une contre-étude n’arriverait pas à des conclusions différentes ?
Il s’agit encore une fois d’une offensive contre la cigarette (je suis fumeur et amateur de whiskies) qui déplaît, créé des haines fascistes pour des raisons politiquement correctes, mais aussi on peut y voir cet interventionnisme forcené de l’État qui, à court terme, pourrait appliquer ses 80% de taxes-tabac sur des paquets au prix doublé. Nirvana.

Mais enfin, il faudra aussi appliquer cette politique de pollueur-payeur à presque toutes les activités économiques et sociales. Je vous dirais bien sûr les alcools, mais aussi les voitures pollueuses-tueuses, les vaches méthaniques, les agricultures à famines programmées (d’après des ong…) et je suis sûr que vous en trouverez d’autres, parce que l’État est capable de tout pour dissimuler son véritable coût : quel devrait-être le salaire juste d’un fonctionnaire compte-tenu des coûts qu’il engendre sur toute sa carrière ?

Pépère a prévu le coup, avec une bonne retraite. Fume, c’est de la taxe !

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • (Juste pour vous signaler ce billet de Pierre Pestieau d’un blog belge dans lequel se trouve, sauf erreur, un de vos dessins : http://the-bing-bang-blog.blogspot.fr/2015/03/le-vieillissement.html .)

  • Les fumeurs, ceux qui avalent de la nourriture chimique, les proprietaires de véhicule diesel, ne peuvent plus ignorer les méfaits sur leur santée et celles des autres! et donc devraient payer leur propre chimio ou se les faire rembourser par Malboro Monsanto et Peugeot!

    • Est ce vraiment une information scientifique ou un condensé de bienpensance politico médiatique destiné a faire peur afin de taxer toujours plus ? Dans l’interet des populations bien sur !!!! l’hypocrisie des politiques etant sans limite ,on peu douter.

  • Ouaip, et bientôt des taxes pharaoniques sur toutes les boissons à bulles gorgées de CO2, ce gaz satanique, nous disent les ignares: champagne,crémant, coca/pepsi cola, limonade (même la Breizh!), etc etc

    Pôvre de nous, peuchère!

  • Au passage et sauf erreur, Il n’y a eu personne pour faire remarque que ce cigare de Valls fut consommé sur un lieu de travail (le bureau du premier ministre) interdit par le décret Bertrand contre le tabac.
    Et la ministre de la santé présente qui ne trouve rien d’autre à dire que cette pratique est mauvaise pour sa santé. Alors que la loi est bafouée sous ses yeux par son patron.
    Le mot exemplarité est définitivement rayé du vocabulaire de nos « élites ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
anti-tabac
0
Sauvegarder cet article

Par Bill Wirtz.

Lorsqu'on lui a demandé  combien devrait coûter un paquet de cigarettes afin de réduire la consommation générale du tabac, le candidat à la présidence française, Emmanuel Macron, a répondu : "Je crois que 10 euros est un prix adéquat. Je suis prêt pour ça".

En effet, il semble que les politiciens français ne sont jamais en reste pour déterminer les moyens de réduire le tabagisme, tout en ignorant le fait que l'action législative a de graves conséquences sur le marché.

Interdictions et taxes

En 2008, la Fra... Poursuivre la lecture

Un article de l'Institut Molinari

En dixième position dans le classement annuel des États moralisateurs de l’UE, la France multiplie les interdits sur le tabac, l’alimentation et l’alcool.

L’Institut économique Molinari publie la troisième édition[1. Cette étude a été réalisée par Christopher Snowdon. Christopher est Directeur de la division économie des modes de vie à l’Institute of Economic Affairs à Londres. Il est spécialiste des questions réglementaires liées aux modes de vie. Son travail a été réalisé en partenariat avec p... Poursuivre la lecture

Une étude de l'Institut économique Molinari

La fiscalité sur les carburants utilisés par les particuliers et les cigarettes est particulièrement complexe à appréhender pour le grand public, mais aussi pour les spécialistes. Le prix de ces produits intègre, à tous les stades, des charges spécifiques se combinant avec la fiscalité traditionnelle.

De 141 % à 554 % de taxes et droits d’accises, bien au-delà du taux de TVA à 20 %

Un premier niveau d’analyse est la fiscalité dite « sur les produits ». La taxe la plus connue est la Tax... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles