Fume, c’est de la taxe !

Le regard de René Le Honzec.

cigarettes rené le honzec

L’expression, un peu désuète « Tiens, fume, c’est du belge ! » rappelle l’heureux temps des contrebandes féroces de tabac depuis la Belgique. Ce genre d’expression est promis à un bel avenir, supplantant peut-être le « Tiens, c’est de la bonne » des films branchés. Car la contrebande s’est réveillée depuis les augmentations féroces des Touraine et autres, avec l’achat extra-hexagonal chez les voisins plus compréhensif et avides de détruire vos poumons et ceux de la planète, contribuant très certainement à la noyade des ours blancs.

Je vous raconte tout ça parce que j’ai aperçu un ballon-sonde dans les médias subventionnés, titré « Le juste prix du paquet de cigarettes : 13 euros », lequel ballon flottant des titres de l‘Express au Nouvel Obs, etc. J’ai d’abord pensé que Marisol avait été incommode par les taffes du gros cigare de ce mufle de Valls qui fêtait sa défaite des départementales au bureau. Pas du tout, un mystérieux organisme affirmait avoir fait tous les calculs pour intégrer coûts et profits de la cigarette sur la santé et l’économie, ce qu’elle rapporte, taxes, industrie, emplois), ce qu’elle coûte (maladies, absentéismes, décès après soins chers, etc.). Pour en arriver au fameux prix de 13 euros qui équilibrerait les dits comptes.

Ma première réaction est d’avoir voulu prévenir Hollande et Valls qu’on avait enfin trouvé des types capables de calculer des années à l’avance des décisions économiques, et Dieu sait que ça ne court pas les rues, vous avez vu les programmes des départementales.

Ma deuxième réaction a été de me marrer. Tellement de connerie et d’énergie dépensées pour ça ! Vous croyez sérieusement qu’une contre-étude n’arriverait pas à des conclusions différentes ?
Il s’agit encore une fois d’une offensive contre la cigarette (je suis fumeur et amateur de whiskies) qui déplaît, créé des haines fascistes pour des raisons politiquement correctes, mais aussi on peut y voir cet interventionnisme forcené de l’État qui, à court terme, pourrait appliquer ses 80% de taxes-tabac sur des paquets au prix doublé. Nirvana.

Mais enfin, il faudra aussi appliquer cette politique de pollueur-payeur à presque toutes les activités économiques et sociales. Je vous dirais bien sûr les alcools, mais aussi les voitures pollueuses-tueuses, les vaches méthaniques, les agricultures à famines programmées (d’après des ong…) et je suis sûr que vous en trouverez d’autres, parce que l’État est capable de tout pour dissimuler son véritable coût : quel devrait-être le salaire juste d’un fonctionnaire compte-tenu des coûts qu’il engendre sur toute sa carrière ?

Pépère a prévu le coup, avec une bonne retraite. Fume, c’est de la taxe !

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.