Les grandes entreprises fuient Paris : Hidalgo sous pression !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les grandes entreprises fuient Paris : Hidalgo sous pression !

Publié le 15 mars 2015
- A +

Par le Parisien libéral

Anne Hidalgo - Credits Parti Socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)
Anne Hidalgo – Credits Parti Socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

 

Il y a un cliché si fermement établi que même l’exécutif (socialiste) parisien pourrait être tenté d’y croire : Paris serait assuré de voir ses recettes fiscales maintenues, notamment grâce à la présence d’un grand nombre d’entreprises, à commencer par celles du CAC 40, sur le territoire de la capitale. Pourtant, rien n’est moins sûr. Il y a une réalité : la fuite des sièges des grandes entreprises de Paris, notamment celles du CAC 40.

Selon l’Insee, la capitale comptait officiellement 138 établissements de plus de 1.000 salariés en 2008 mais 123 en 2009. En 2007, Paris concentrait encore 32% des sociétés, divisions et autres filiales installées en Île-de-France employant plus de 1000 personnes. En 2009, la proportion n’atteignait plus que 29,7%. Et en 2010 déjà, à peine plus de la moitié du CAC 40 avait son siège social à Paris.

La banlieue proche constitue un sérieux challenger pour la ville de Paris, puisque le Val-de-Marne, la Seine-Saint-Denis et surtout les Hauts-de-Seine avec la Défense constituent les terres d’accueil prioritaires des sièges des grandes entreprises, quand elles ne choisissent pas d’aller directement à l’étranger, pour diverses raisons

Le mouvement est loin d’être achevé

La Bourse de Paris, Euronext Paris, est sur le départ pour la Défense, Aéroports de Paris déménage à Roissy et PSA Peugeot Citroën se rapproche de son usine de Poissy.

C’est un problème qu’Anne Hidalgo ne peut pas ignorer. Elle ne le découvre pas non plus, puisqu’elle a été l’adjointe de Bertrand Delanoé depuis 2001. Anne Hidalgo ne peut même pas se cacher derrière les autres fonctions qu’elle occupait durant la période, puisqu’elle était soit manifestement absentéiste en ce qui concerne sa mission d’élue du XVeme arrondissement, soit carrément portée disparue en ce qui concerne ses fonctions d’inspecteur du travail !

Mais en quoi la fuite de Paris des sièges du CAC 40 pose problème ?

D’une part, la ville de Paris va progressivement devoir se poser de plus en plus de questions sur ses recettes fiscales. Si l’immobilier reste une manne pour Paris, avec tous les risques que cela comporte pour le budget de la ville en cas de retournement avéré du nombre de transactions, les entreprises et leurs contributions restent la base du business model parisien de faible imposition des particuliers.

D’autre part, un siège social en moins, c’est autant de besoins en moins en matière de sandwicheries, de crèches privées d’entreprises, de gardiennage sécurité, bref de tous ces emplois qui nourrissent le tissu entrepreneurial parisien. Certes, les besoins sont toujours là, ils sont simplement déplacés là où les sièges sociaux se trouvent.

Et c’est là où ces localisations hors centre posent aussi un problème aux salariés eux-mêmes : en effet, il faut bien se rendre au travail, que ce soit en voiture ou en transports en commun, ou même en Velib’ comme semble le suggérer Anne Hidalgo. Or, n’a t-on pas remarqué que l’un des problèmes de la Défense réside dans le fait qu’à la différence de Châtelet-les-Halles, une seule ligne de RER y passe ? (en attendant le prolongement du RER E vers la Défense et au-delà).

Effet de ciseau

Face à l’effet de ciseau (baisse des recettes fiscales issues des transactions immobilières et baisse des taxes payées par les entreprises vs hausse des dépenses pour financer un programme surréaliste de HLM), que peut faire Anne Hidalgo ?

Certes, si les entreprises partent, notamment les plus grandes, ce n’est pas seulement la faute de l’exécutif parisien. Il n’est pas uniquement du ressort d’Anne Hidalgo de faire en sorte que Paris puisse offrir de vastes surfaces modernes de bureaux, des accès et des parkings. Les contraintes urbanistiques et environnementales ne sont pas uniquement du ressort de la mairie de Paris et Anne Hidalgo ne part pas d’une page blanche. Et ce n’est pas non plus du ressort d’Anne Hidalgo, mais plutôt de celui du gouvernement, d’arbitrer entre une TTF pour faire plaisir à l’extrême-gauche et des salles de marché à Paris plutôt qu’à Londres.

Mais, sans empêcher les entreprises de déménager, l’actuelle maire de Paris, et précédemment adjointe de Bertrand Delanoé, disposait de la meilleure monnaie qui soit, puisqu’elle est gratuite : la renommée (pas la sienne, celle de la ville de Paris, la marque Paris) pour éviter l’effet ciseau de baisses de recettes et de hausse de la structure de coûts. L’exécutif municipal, qui était si prompt à dénier au Touquet-Paris-Plage d’utiliser le nom de « Paris Plage » (cela ne faisait que depuis 1912 que cette ville s’appelait ainsi…), aurait pu proposer à Montreuil (siège d’Ubisoft), Malakoff (siège de LCL), Saint-Ouen ou Saint-Denis (SFR, GDF…) de devenir des nouveaux arrondissements parisiens, tout comme, en 1860, Belleville, Auteuil, Charonne ou Montmartre ont rejoint la ville de Paris.

Ce plan, évidemment, devient moins attractif pour les communes riveraines de Paris au fur et à mesure que les entreprises les préfèrent à la capitale, obligeant à ajuster la fair value de la marque Paris ?

Comme dans tout bon match, l’horloge tourne. Peut-être qu’Anne Hidalgo, au lieu de s’occuper d’arbitrage de matchs de football (surtout qu’avant 2014, on ne lui connaissait pas une grande passion pour le PSG), pourrait s’occuper de l’attractivité économique de la capitale. Ce n’est pas comme si il y avait urgence…


Sur le web.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Mathilde de St Amour
    15 mars 2015 at 9 h 01 min

    Intéressant, merci!

  • Eclairage interessant.
    Côté positif, la mairie pourra récupérer lees locaux et les transformer en logements HLM de luxe.
    Elle assume donc sa cohérence, si tant est qu’elle en ait jamais eu une, sauf peut-être que sa base électorale, les socialiste de la haute fonction, les soi-disant écologistes et les bobos de la politique et du spectacle ne suffiront pas combler les déficits du budget municipal, et que la question du logement des classes populaires qui ont cru en ses promesses ne sera toujours pas réglé.
    Mais ça, ce n’était qu’une promesse électorale, on sait ce que ça vaut à gauche, un râteau à crétins.

  • Si elle veut à nouveau être élue ans 6 ans, c’est mieux pour elle de remplacer les cadres de ces sociétés sur le départ par des employées en HLM qui seront redevables à la Maire de Paris de les avoir logés.

    • C’est certain, mais cela ne règle pas le problème récurent, celui de savoir comment financer ça.

      • Dans nos campagnes de la France profonde, loin de la Capitale, nos élus se battent pour attirer les recettes fiscales et ils ont tous les yeux de Chimène pour les éoliennes, les éoliennes permettent de percevoir quelques ressources, bien sûr au détriment de ceux qui permettent que le chiffre d’affaires de ces engins soit conséquent, mais comment ne pourrait-il pas l’être puisque l’électricité vendue est de trois fois le prix du marché de gros, la différence étant couverte par la contribution CSPE ( contribution au service public de l’électricité ) que nous ménages et PME sommes obligés de nous acquitter en sus du tarif kWh…
        Bref des recettes fiscales, fruits de subventions versées par le client.
        Il ne reste plus qu’à couvrir les Champs Elysés, le Champ de Mars, la Place de la Concorde… de ces moulins à vent financés ainsi par les futurs habitants des immeubles délaissés par les entreprises et plus de problème pour financer les projets à venir, mais il faut se dépécher, il n’y en aura pas pour tpout le monde ( comprenez que les ménages et PME ne vont pas pouvoir financer tout cela ) !
        Et j’oubliais, quelques dizaines d’hydroliennes dans la Seine, des panneaux photovoltaïques sur les immeubles…
        Si vous pensiez en mettre sur la tour Eiffel, il paraît que c’est déjà prévu .

        cf la vidéo :
        http://www.economiematin.fr/news-eoliennes-production-france-energies-renouvelables

      • Décidément je n’ai pas fait le tour de la question, où avais-je la tête, j’ai oublié les méthaniseurs pour recycler les déjections animales, dont celle des chevaux fréquentant les hippodromes et ceux de la garde républicaine par exemple.
        En Province, ils y ont pensé ( les élus ) .
        http://www.lacotedebeaute.info/courrier/methanisation-a-la-palmyre-,1919.php

  • Quitter Paris, ce n’est pas idiot du tout par les temps qui courent. La destruction de Paris, on en parle beaucoup sur le net.
    http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2015/02/laneantissement-de-paris-dans-les.html

    • Le Parisien Libéral
      17 mars 2015 at 16 h 42 min

      pas sur qu’il faille une « 3eme guerre mondiale » (!!?) pour detruire Paris, le PS est bien assez grand pour mener ce projet tout seul comme un grand (!)

  • En Juillet : le bruit circule que 40 000 Juifs partiront à jamais, avec familles et bagages = Israel, USA, Canada, Australie, Espagne, Portugal, Belgique, Suisse… Tout sauf la France…
    Vont s’y joindre des dizaines de milliers de Français, eux aussi avec famille, fini le Francais qui émigre 2 à 3 ans seul, pour donner une meilleure vie à sa famille restée à paris ou au village…
    Ils vendent leurs biens (ce qui joue à la baisse sur le marché immobilier- baisse minimisée évidement). Préparent leurs départ et comme ils partent en famille, on sait qu’ils veulent un futur différend pour leurs enfants et ne reviendront jamais.
    Un jour la France s’est réveillée -à cause d’une fuite des merdias- en apprenant qu’il y avait plus de 350 000 Français, rien qu’à Londres..(va-t-on continuer à nier ces départs ? >>Au niveau mondial : on peut parler d’exode).
    Des Français tellement dégoutés qu’ils ne s’inscrivent plus dans les organismes consulaires…Comment les compter ?
    Ceux qui partent sont les vaillants qui devaient nous payer les retraites, des bosseurs qui ont des idées, et qui ne s’inscriront pas pour bénéficier d’aides.. Mais vont aider les pays accueillants à prospérer, y payer leurs impôts, leur TVA (car leur niveau de vie leur permet de consommer et d’être de gros contributeurs à la TVA), relancer la construction par l’achat d’immobilier où leurs familles pourront se développer comme ils le souhaitaient. Pendant ce temps la porte est ouverte aux Chances pour la France, dont une grande partie arrive en foulard et en babouche, qu’ils ne quittent même plus pour aller réclamer les aides ou pour recevoir leurs documents de naturalisation ; on les laisse entrer en masse et on les encourage dans le communautarisme, sachant d’avance qu’ils ne trouveront jamais de travail dans ce type d’habits et d’habitudes…

    • Voila des vérités qu’il ne fait pas bon dire aujourd’hui.
      Mais rassurez-vous, le gouvernement socialiste prend les mesures adaptées à la situation.
      Pöur mémoire :
      – lois sur la laïcité, qui interdiront toute manifestations religieuses de toutes les religions, sauf l’islam bien entendu. Notre bon premier ministre est pour le port du voile dans les universités françaises, pour le financement des mosquées, pour les traditions religieuses et cultureles comme le ramadan et léégorgement traditionnel des moutons. Histoire de ne pas perdre la main.
      – les français qui quittent le pays sont immédiatement remplaces par des immigrés clandestins qu’on régularise à tour de bras, indépendamment de ceux qui sont déjà en place et qu’on ajoutera. Les chiffres que nous cache le ministricule de l’intérieur semblent montrer qu’ils ont augmenté en 2014 de 150%, donc vous pouvez penser sans vous tromper de plus de 200%.
      – Le RSA a déjà été modifié, soyez certain qu’ils ont pris en compte ces éléments et qu’ils sont prêts à financer tous ces nouveaux arrivants. Grâce aux économies qu’ils feront sur les partants, si si… c’est comme l’inversion de la courbe du chômage et ù’amélioration de la croissance, Hollande nous l’a juré.
      – Toutes les caisses sociales sont déjà vides et en déficit, donc ça ne changera rien.
      – Les régimes spéciaux et niches fiscales, notamment celle des journalistes, seront pérenisées.
      – Enfin, les socialistes sont conscients qu’en 2017 ils auront du mal à convaincre les français à voter pour eux. Donc laissons aux successeurs un beau mersier, comme à l’époque mtterrandienne, avec un maximum d’habitants étrangers qui iront voter pour eux, et c’est pour ça qu’ils vont nous passer la loi sur le vote des immigrés, si ce n’est déjà fait dans le foutoir des lois Macron que personne ne connait.

    • C’est inquiétant, oui. Les français sont gouvernés par des charlots crétins.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Natsuko D'Aprile. Un article de The Conversation

La notoriété culturelle de la France a toujours été ancrée dans l’esprit des audiences étrangères. Qui n’a jamais entendu parler des Misérables, n’a pas souhaité s’aventurer dans les galeries du Château de Versailles ou ne s’est pas émerveillé devant les pâtisseries de Pierre Hermé ?

C’est de cela que traite le concept de soft power. Conceptualisé par Joseph Nye dans les années 1990, le soft power (littéralement « pouvoir doux »), désigne la capacité d’un État à séduire et à a... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Y a-t-il encore une gauche en France ? On peut se poser la question : les derniers sondages indiquent que la somme des intentions de vote en faveur de candidats de gauche déclarés est à peine créditée d’un quart au premier tour de la prochaine élection présidentielle.

Alors bien sûr, un sondage à plusieurs mois de l’échéance électorale ne présume en rien de la réalité des opinions ou des décisions de votes qui seront finalement prises, mais le symbole est d’importance.

Où est passée la gauche triompha... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Aurélien Véron.

Il n’échappe à personne que Paris est en pleine transformation. Mais tout le monde s’interroge sur la direction choisie et ses conséquences pour l’économie de la capitale.

Madame la maire, quelle est votre vision de Paris ?

Voulez-vous en faire une ville-monde qui rayonne par son bouillonnement culturel, son dynamisme économique et la recherche de l’excellence ? Ou une ville de la démobilité, de la proximité dans la lenteur et de l’esprit participatif de ZAD, chacun décorant son pied d’arbre ou son tro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles